Apparemment, Konami ne pardonne pas et n'oublie pas si vous quittez la société

De Marco Auteur - Posté le 16 juin 2017 à 12h03 dans Jeux vidéo

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Apparemment, Konami aura une vive rancune si vous quittez la société. En effet, le géant du jeu vidéo japonais derrière des licences phares comme par exemple Dance Dance Revolution et même Metal Gear (et bien plus encore existent) fait en ce moment parler de lui pour le fait qu'il se permettrait de blacklister et punir les employés de l'industrie qui auraient quitté l'entreprise.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

La mort subite

Il faut savoir qu'en termes d'influence dans le domaine du jeu vidéo, Konami est de loin dans les premiers, c'est la raison pour laquelle ne pas aller dans le sens de l'entreprise est synonyme de mort subite si vous voulez faire carrière dans le jeu vidéo. En effet, si jamais vous quittez la société, oubliez toute idée de développer cette carrière dans le jeu vidéo.

Les membres du personnel d'Ex-Konami ont déclaré à Nikkei Asian Review :

Si vous quittez l'entreprise, vous ne pouvez pas compter sur le nom de Konami pour trouver un emploi.

Et attendez, parce que vous n'avez pas encore tout vu ! En effet, le rapport poursuit en disant que Konami arrive même jusqu'à déposer des plaintes auprès d'autres entreprises de jeux, s'ils embauchent d'anciens employés.

Konami

RIP Kojima

Mais l'histoire ne s'arrête pas là ! Et comme si ce n'était pas assez, le célèbre concepteur de jeux Hideo Kojima, qui a créé la série Metal Gear, n'a pas été épargné par la vendetta de Konami. En effet, c'est au terme de 30 ans de relation entre Kojima et Konami que la rupture fut amère. L'ancien employé n'y est d'ailleurs pas allé de main morte à différentes reprises pour discréditer la société, comme par exemple son blocus lors d'une acceptation de prix au Game Awards 2015. Konami est têtu, mais Kojima aussi. Le rapport de Nikkei Asian Review a d'ailleurs aussi mis l'accent sur les meilleures plaisanteries de l'industrie :

Une erreur ?

Mots-Clés : KonamiHideo Kojimaemployéblacklist

Source(s) : MashableNikkei Asian Review

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (13)

Par geekos, il y a 2 semaines :

Ces japonais sont vraiment à part mdr

Répondre à ce commentaire

Par Thaâr, il y a 1 semaine (en réponse à geekos):

Ben ouais, ils sont sur une île.

(oh purée, je suis déjà tellement loin!)

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 2 semaines via l'application Hitek :

Ptdrrrrr j'aimerais bien les voir essayer de mettre des bâtons dans les roues de Kojima. Ces sous-merdes se feront concassées

Répondre à ce commentaire

Par konamisuck, il y a 2 semaines :

y a qu'a regarder le prochain MGS sans kojima se jeu est sans vie ! Konami il est ou ton PES 2018 tout pouri ?

Répondre à ce commentaire

Par Ezekief, il y a 2 semaines :

Cette société en déclin depuis le départ de Kojima, des barres !
Avec Activision, c'est la seconde société que j'aimerais voir faire faillite à cause de leurs conneries.

Mais ôtez-moi d'un doute, c'est pas interdit par la loi ce qu'ils font ?

Répondre à ce commentaire

Par Yxin, il y a 2 semaines (en réponse à Ezekief):

Pas au Japon j'imagine. La bas l'entreprise à remplacé la féodalité, ils ont encore un fort rapport de servitude vis à vis de leurs employeurs. Ce genre de harcèlement n'est probablement pas interdit :/

Répondre à ce commentaire

Par Stray-Paolo, il y a 2 semaines (en réponse à Ezekief):

Non jen e pense pas ça doit rentrer dans le cadre de la non concurrence, et puis je ne connais pas les lois japonaises, et enfin ils ne font rien de spécial, ils font juste parler leur influence.

Répondre à ce commentaire

Par un mec chelou de l'internet, il y a 2 semaines (en réponse à Stray-Paolo):

"juste parler leur influence"
Oui, enfin il faut parler leur influence pour gacher la carrière de leur ex-employé. C'est pas très très gentil.

En France, c'est illégal. Une entreprise ne peut pas influencer une autre sur la candidature d'un futur employé, sauf si les deux entreprises ont un lien de filiation. ça c'est dans les textes, après, dans la vrai réalité réelle du vrai monde véritable, ça ne se passe pas vraiment comme ça.

Répondre à ce commentaire

Par Naiade, il y a 2 semaines (en réponse à Ezekief):

Toute façon même si c'est interdit il n'y a pas la moindre façon de prouver que Konami à fait pression par-ci par-là, à moins que l'entreprise qui subis la pression de Konami les balancent, preuves à l'appuis. Maintenant qui (Surtout dans le monde capitaliste) va chercher à devenir l'ennemi numéro un d'une grosse entreprise pour un ou deux employés possibles ?

Répondre à ce commentaire

Par Lorrain, il y a 2 semaines :

Je souhaite que Kojima arrive enfin à créer son studio de développement. Mais dans un autre pays que le Japon. Histoire qu'il puisse reprendre les anciens employés et stagiaires de Konami. La ils font n'importe quoi.
Je vais éviter d'acheter leurs jeux à l'avenir.

Répondre à ce commentaire

Par Bibi, il y a 2 semaines :

L'article a été écrit par un enfant ? Relisez vous s'il vous plaît, arrangez les phrases, je ne parle pas d'orthographe. Ne prenez pas la mouche, c'est pour votre bien.

Répondre à ce commentaire

Par Kokojima, il y a 2 semaines :

Faut savoir que c'est pas uniquement lié à Konami. Tout les puissants de l'industrie quel qu'ils soient au Japon sont comme ça. Ce sont et ont toujours étaient de vrai requin de le monde du travail. Ils ont pas de pitié, c'est comme ça que ça fonctionne chez eux. Après Le Kojima-Gate a était aussi loin c'est uniquement parce que c'est partie sur les Réseaux sociaux et Konami s'est lâché et n'a eu aucune pitié.

Kojima a toujours voulu quitter Konami, mais il en avait jamais réellement eu les "cou*lle". Il a toujours voulu se lancer dans le cinéma ou dans la littérature (il reste énormément cultiver dans beaucoup de domaine), il n'a jamais pris sont envole car Konami le tenait par la Finance. À force de se remettre en question, à 50 balais, il avait dit avoir fait un bilan de sa vie et qu'il voulait faire "autre chose" de sa vie.

Après Kojima est pas tout rose non plus, c'est pas la première fois qu'il a eu des problèmes avec Konami. Il a déjà dépasser les budgets pour MGS2, je crois et un autre MGS qui leurs a coûter bonbon (perfectionniste dans l'âme). Jumeler à ça au fait qu'MGS V a était produit dans des conditions absolument inimaginable (à 3 mois de la sortie officiel, le jeu ne tourner même pas sur PS4 et Xbox). Il est pas étonnant qu'il y ait eu licenciement derrière.

Aujourd'hui il est dans son coin, et je reste sûr qu'il arrivera à prendre le temps de réaliser ce qu'il veut faire et de présenter les choses comme il en a envie sans réel contrainte.

Je pense qu'il faut laisser tout ça derrière maintenant, ça sert plus à rien de revenir sur des pseudo-drama.

Répondre à ce commentaire

Par Alpopsino, il y a 1 semaine :

Y a pas que Konami qui blacklist les employés après avoir quitter, leur boulot, je vous en cite 2 :

- LOOK VOYAGES
- H&M

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Critique La Planète des singes : Suprématie, bandes annonces, actualité et anecdotes

La Planète des singes : Suprématie

Il y a 1 jour

Note : 8,2
Critique Cars 3, la conclusion des aventures de Flash McQueen !

Cars 3

Il y a 4 jours

Note : 6,8
Critique Transformers : The Last Knight, le cinquième opus se dévoile dans un teaser vidéo. Casting et date de sortie

Transformers : The Last Knight

Il y a 5 jours

Note : 5,8