Dossier : onna-bugeisha, les femmes japonaises pouvaient aussi être samouraïs !

De Hollyhock Auteur - Posté le 13 octobre 2017 à 17h45 dans Histoire

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

L'image que l'on a de la femme japonaise est souvent la même : une silhouette élégante, enveloppée dans un kimono épais qui l'oblige à marcher à tout petit pas. Un visage de nacre, entièrement recouvert de blanc à l'exception des lèvres peintes dans un rouge vif et des yeux cernés de charbon noir qui intensifie le regard et donne à l'ensemble une aura quasi-divine. On imagine une geisha raffinée qui sert le thé, joue du koto, fait la conversation ou une femme au foyer qui s'occupe des enfants, attend sagement son mari et lui sert le repas lorsqu'il rentre d'une journée de travail épuisante. 

onnabu

Comme dans beaucoup d'autres sociétés, la femme japonaise a très peu eu l'occasion de se démarquer des hommes. Reléguées au second plan des livres d'histoire, dévalorisées, la femme japonaise ne semble avoir d'autres choix que de briller d'un faible éclat dans l'ombre des hommes qui se glorifient au travers des images de faits de guerre ou autres aventures trépidantes. 

Pourtant, une poignée de femmes a fait fi de leur genre et a pris les armes. Au Japon, elles sont bien connues, mais en occident on entend rarement parler d'elles. Il est temps de combler cet injuste oubli de l'histoire japonaise que sont les onna-bugeisha.  

Les onna-bugeisha : armes et talents  

Les onna-bugeisha étaient entraînées pour utiliser le naginata, une arme iconique de cette période. La version du naginata utilisée par les femmes guerrières était connue sous le nom de "ko-naginata", un peu plus petit que le "o-naginata" utilisé par les hommes. Elles utilisaient aussi des kaiken, un petit sabre qui ressemble fortement à un couteau ou une dague. 

nan

Naginata

Habituellement, le kaiken était utilisé pour se défendre dans des endroits étroits et confinés où les mouvements de la guerrière sont limités, mais aussi en cas de suicide. Il était traditionnel qu'une onna-bugeisha porte toujours un kaiken sur elle lorsqu'elle se déplaçait en compagnie de son mari. 

kai

Kaiken

En terme de technique, les femmes samouraï maîtrisaient le Tantôjutsu, un art martial auquel elles s'entraînaient depuis leur plus jeune âge et qui existe toujours aujourd'hui. 

On attendait des onna-bugeisha qu'elles soient capables de défendre le foyer et la famille des jours durant s'il le fallait, c'était leur rôle principal. Leur entraînement leur permettait donc de se battre sans relâche pour remplir leur devoir.  

Le début des onna-bugeisha

jingu

Impératrice Jingu

La première onna-bugeisha connue serait l'impératrice Jingu. Après avoir provoqué des changements économiques et sociaux dans la société japonaise, elle aurait conduit l'invasion de la Corée vers l'an 200 auprès de son mari l'empereur Chuai. La légende raconte qu'elle aurait conquis la Corée sans verser une goutte de sang. Il est tout de même important de noter que son existence est sujet à controverses, néanmoins, ce sera la première femme à figurer sur un billet de banque japonais en 1881 !

tomoe

Tomoe Gozen

Entre 1180 et 1185, le Japon était déchiré par une guerre intestine qui opposait les deux grands clans de Minamoto et Taira : la guerre Genpei. Celle-ci se termina par une victoire du clan Minamoto et marqua le début de l'ère Kamakura. Cette guerre est contée dans le célèbre ouvrage de la littérature classique japonaise : le Heike monogatari. Dans ce dernier, on nous raconte l'histoire de Tomoe Gozen, une très célèbre onna-bugeisha. 

Elle était décrite comme étant dotée d'une intelligence, d'une beauté et d'un talent incomparable. Maniant l'arc avec talent, c'était une très bonne cavalière, une excellente politicienne et elle maîtrisait également le Katana à la perfection. Son habileté au combat faisait d'elle l'égale des plus grands samouraïs hommes de son temps et ses prouesses en tant que général étaient reconnues à travers tout le Japon. Le maître du clan Minamoto disait même d'elle que c'était le premier vrai général du Japon. 

Tomoe Gozen s'est illustrée au combat de nombreuses fois. Elle aurait guidé une armée de seulement 300 samouraïs contre 2000 guerriers et fut l'une des cinq derniers survivants de la bataille. En 1184, durant la bataille d'Awazu, elle décapita un célèbre guerrier du clan Musashi, Honda no Moroshige, après avoir remporté la victoire. 

Elle aurait également fondé sa propre école pour apprendre aux femmes à se battre. Même si son sort durant la bataille d'Awazu reste flou, l'histoire de Tomoe Gozen a traversé les âges et reste célèbre encore aujourd'hui. Elle est devenue un véritable phénomène culturel et est le symbole de la force des femmes samouraïs. 

hangaku gozen

Hangaku Gozen

En 1201, une autre femme samouraï s'est faite une bonne place dans l'Histoire japonaise : Hangaku Gozen, une belle et talentueuse commandante qui dirigea une armée de 3000 hommes pour défendre le fort de Torisakayama avec son neveu Jo Sukemori. Malheureusement pour eux, le camp d'en face, Hojo, les dépassait largement en nombre, puisqu'il était fort de 10 000 hommes. A dos de cheval et armée de son ko-naginata, Hangaku fut blessée durant la bataille, mais sa férocité impressionna tant ses adversaires que nombre d'entre eux la demandèrent en mariage.  

Entre le 15ème et le 17ème siècle, durant la période Sengoku, l'image de la femme samouraï changea considérablement. En fait, c'est le statut entier de la femme qui changea à cette période du fait de la philosophie Néo-Confucianiste. Durant ce temps, les femmes samouraïs étaient le plus souvent les épouses ou les filles de nobles guerriers ou généraux. Mais ces hommes étaient devenus de simples bureaucrates et les femmes de ces nobles familles subissaient de sévères restrictions. 

Pour faire court, durant ces deux siècles, la femme n'avait pas plus d'autorité ni de droits qu'un petit enfant. Elles devaient une obéissance et une dévotion totale à leur époux et ne pas hésiter à se sacrifier pour l'honneur de la famille.  

La fin du Shogunat et les dernières onna-bugeisha 

Cependant, au milieu du 17ème siècle, la situation changea de nouveau pour les femmes guerrières. Avec la venue du Shogunat Tokugawa, on trouva de nouveau utile d'armer et d'entraîner les femmes au combat. Des écoles de maniement du naginata pour femmes ouvrirent dans tout l'Empire et le nombre de femmes en capacité de combattre augmenta considérablement ! 

Durant une courte période, les femmes devinrent les gardiennes de leurs villages, les protégeant au prix de leur vie. Ces femmes guerrières se déplaçaient en bande et s'occupaient des menaces elles-même, loin de la domination des hommes de ces derniers siècles. Vers le 18ème siècle, le clan Tokugawa s'opposa à l'Empereur. En réponse à cette menace, un corps d'armée de femmes fut créé et c'est Nakano Takeko qui en prit le commandement. 

nakano

Nakano Takeko

Très intelligente, et douée au maniement du ko-naginata, Nakano Takeko est donc choisie pour être le leader de l'armée de femmes que l'on nommait Joshitai. Son armée était indépendante des autres, mais devaient joindre celle des samouraïs hommes durant la bataille d'Aizu (sans se mélanger car il était hors de question de mêler les hommes et les femmes au combat). Nakano Takeko fut malheureusement tuée au combat, touchée en plein cœur, mais elle eut tout de même le temps de tuer un nombre considérable d'adversaires avec son ko-naginata. 

Juste avant de mourir, la femme guerrière demanda à sa soeur, Nakano Yuko de la décapiter afin que l'ennemi ne se serve pas d'elle comme d'un trophée. Sa tête fut enterrée dans les racines d'un pin au temple Aizu Bangemachi où un monument a été érigé en son honneur. 

Cette bataille qui a marqué le début de l'ère Meiji sonna la fin du Shogunat, mais aussi celui des onna-bugeisha ! 

mononoke

Si la société japonaise semble assez en retard sur le sujet de l'émancipation de la femme, l'Histoire nous rappelle tout de même que l'univers des samouraïs n'était pas seulement réservé aux hommes ! Aujourd'hui, ces onna-bugeisha sont devenues le symbole de la place qu'occupait la femme japonaise jadis. Les onna-bugeisha inspirèrent également de nombreux artistes de la pop culture japonaise. On peut citer par exemple la Princesse Mononoké, mais aussi la plupart des personnages féminins de l'univers d'Hayao Miyazaki qui sont souvent forts et indépendants comme l'étaient ces femmes guerrières inspirantes. 

Une erreur ?

Mots-Clés : onna-bugeishaJaponhistoire

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (21)

Par Aqrave, il y a 1 mois :

Elles se battaient avec des boules de geisha

Répondre à ce commentaire

Par Mononoke, il y a 1 mois (en réponse à Aqrave):

fatigué? on peut pas être drôle à tous les coups! :P

sinon je suis fière et indépendante, je latte la tronche des hommes et le couteau cristal que m'a offert hashitaka est trop kawaiiiiiiii!!!!

Répondre à ce commentaire

Par Jerry Khan, il y a 1 mois (en réponse à Aqrave):

dit le puceau qui essaie de trouver un trou mais ne sait même pas viser, tellement sa pine est microscopique.

Répondre à ce commentaire

Par Gatz'Og, il y a 1 mois (en réponse à Jerry Khan):

C'est un article hommage aux femmes, je propose que l'on arrête de parler de nos pine 5min.

Répondre à ce commentaire

Par Knuckles, il y a 1 mois :

Ouais la nobushi dans for honor quoi

Répondre à ce commentaire

Par Gatz'Og, il y a 1 mois (en réponse à Knuckles):

Oui mais en réalité le nom de "nobushi" a était créer pour le jeu.
"Bushi" signifiant Gentlemen, Gentilhomme ou samurai

Par contre comme je ne parle pas vraiment je japonnais, je ne sais pas trop ce que signifie le "no", je sais juste que ce n'est pas une négation comme chez nous mais bien un préfixe. Si quelqu'un a une idée la dessus ?
patapé ^^

Répondre à ce commentaire

Par Knuckles, il y a 1 mois (en réponse à Gatz'Og):

Merci pour l'explication ^^ j'ai surtout pensé ça par rapport à l'arme

Répondre à ce commentaire

Par Manji, il y a 1 mois (en réponse à Gatz'Og):

Alors non, Bushi veut pas dire "gentilhomme" mais "Guerrier gentilhomme" ( Ouais je chipote mais bon ) car leur rôle était de défendre la noblesse, puis d'où le Bushido qui signifie "Voie du guerrier" ( Bushi = Guerrier / Do = Voie ) Et les Bushi sont différents des Samurai, déjà car leur époque sont plus où moins éloigné et leur fonction le sont aussi :)

Répondre à ce commentaire

Par Gatz'Og, il y a 1 mois (en réponse à Manji):

Certe oui tu chipote un peu, mais tu a raison de le faire finalement, faut être précis sinon c'est n'importe quoi.

En effet Samurai serait plus prés du terme "serviteur" ou "au service de" rappelons qu'un samurai sans maitre n'est plus samurai mais Ronin ( guerrier errant ).

Par contre ça me dit pas ce que signifie le "NO" ^^"

Répondre à ce commentaire

Par Ez_shadow, il y a 1 mois (en réponse à Gatz'Og):

Avec le peu de connaissances en la matière, je crois que le "no" signifie une appartenance, un peu comme le "de" de chez nous. Par exemple : c'est le pull de machin, je sais pas si c'est clair ^^

Répondre à ce commentaire

Par Manji, il y a 1 mois (en réponse à Gatz'Og):

Pour la signification de No, ce que je vais dire n'est pas forcement la bonne interprétation, mais je l'interprète comme ça. Le "No" en japonais est un suffixe pour déterminer une appartenance ou pour désigner quelque chose. Par Exemple "No Bushi" pourrait se traduire par "Mon guerrier" ou "Le Guerrier" sauf que le "No" peut aussi avoir une autre signification suivant l'écriture du Kanji ( si je me trompe pas ).

En gros la c'est de la pure supposition, et voir comment For Honor écrit en Kanji "Nobushi' pourrait être utile. Le No peut aussi vouloir désigner des lieux comme la campagne, des plaines cultivable etc dans un nom, pour marquer l'appartenance de cette dite chose au lieux donc la, la campagne par exemple.

For Honor décrit Les Nobushi comme des guerrières qui défendent les terres loin des "fief" des Samurai.

"Les villages à l'extérieur de nos remparts ont besoin d'être protégés. Mais comment défendre le peuple s'il reste si peu de Samouraïs dans nos armées ?[...]Elles maintiennent nos terres en sécurité. Et nous ne savons même pas qui elles sont. " Donc en gros si j'ai compris le terme Nobushi n'est pas un titre mais un nom donné pour ces femme guerrières et qui défende le peuple loin des "fief" et rempart des grande villes, du coup je pense qu'on peut traduire Nobushi par = Guerrier des plaines/campagnes ( Bushi est un terme masculin, il me semble qu'il ne peut pas être traduit par guerrière )

Bon c'est une grosse supposition je suis pas du tout expert en langue japonaise, je me suis juste documenté et fait des supposition sur ce que j'avais trouvé.

Répondre à ce commentaire

Par aragornXP, il y a 1 mois (en réponse à Manji):

Le "no" est une particule de grammaire japonaise marquant la relation d'appartenance entre les deux noms qui l'entourent.
On peut le comparer à l'anglais et son " 's ".
Par exemple "le katana de Manji" se dirait "Manji no katana" (ou マンジのかたな) comme en anglais "Manji's katana".

Répondre à ce commentaire

Par Mononoke, il y a 1 mois :

les deux 1eres photos des japonaises, je trouve les nanas incroyablement charmante, c'est que moi?

Répondre à ce commentaire

Par Gatz'Og, il y a 1 mois (en réponse à Mononoke):

Tout a fait d'accort avec vous princesse ;)

Répondre à ce commentaire

Par happy62, il y a 1 mois :

Faut quand même apporter une correction au titre : étant donné que les samouraïs sont une caste sociale noble, les femmes comme les hommes faisant partie de cette caste sont considérés comme des samouraïs

Répondre à ce commentaire

Par Rezahel, il y a 1 mois :

Naginata, pas Nanigata, on parle pas de ''Omae wa mou shindeiru / Nani ?'' rofl

Répondre à ce commentaire

Par antimatron, il y a 1 mois :

La légende sous la deuxième photo me semble fausse. Il me semble qu'on dit un Naginata et non un nanigata

Répondre à ce commentaire

Par Bred, il y a 1 mois :

Chouette article !

Répondre à ce commentaire

Par Sola, il y a 1 mois via l'application Hitek :

Merci pour l'article. Un vrai plaisir à lire et à découvrir. Sûrement l'un des meilleurs articles depuis un bon moment. Hollyhock, ne te prive pas d'en refaire comme ca ;) .

Répondre à ce commentaire

Par nope, il y a 1 mois :

cet article va finir sur Mr.Mondialisation

Répondre à ce commentaire

Par Renkynn, il y a 1 mois via l'application Hitek :

Kaoru dans kenshin le vagabond

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Cartoon Network : Battle Crashers, un jeu d'action avec les héros de CN

Cartoon Network Battle Crashers

Il y a 1 jour

Note : 3,2
Test Star Wars Battlefront II : un multijoueurs réussi gâché par un solo insipide

Star Wars Battlefront 2

Il y a 5 jours

Note : 7,6666666666667
Test L.A. Noire : menez l'enquête à Los Angeles avec l'agent de police Cole Phelps

L.A. Noire

Il y a 6 jours

Note : 8,25