Réduire Fermer

Micro-trottoir : Japan Expo 2016, quel est le Pokémon préféré des visiteurs ? Et celui qu'ils détestent ?

Pour honorer les 20 ans de la license, Hitek a rendu hommage à la franchise en organisant une élection du Pokémon préféré de la Japan Expo 2016.

Voir ce contenu

Ouverture dans une nouvelle fenêtre.

Pourquoi les méchants tuent toujours leurs bras droit de sang-froid ?

De Justin Auteur - Posté le 12 janvier 2017 à 10h14 dans Cinéma

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Après 100 ans d’existence, le cinéma cumule de nombreux clichés inévitables. L’un deux se révèle néanmoins particulièrement insupportable : la faculté du méchant principal à assassiner froidement son fidèle assistant. Derrière ce qui semble être un cruel stéréotype se cache une trame bien huilée. Petit décryptage. 

Pourquoi le tuer ? 

La mort dans un film est un élément scénaristique phare, en particulier quand il s’agit d’un personnage développé. En fait, le décès doit faire évoluer l’histoire, aboutir à une quête ou laisser un héritage par exemple. Cependant, celui qu’on appelle le "bras droit", c’est-à-dire l’acolyte principal du méchant, est souvent assassiné sans réelle raison concrète. En fait, il est souvent sacrifié en dépit du scénario, puisque, la plupart du temps, il n’a rien fait de spécial. Peut-être une petite boulette, mais rien d’assurément grave. Une bourde qui, visiblement, ne sera pas du tout au goût du méchant qui abattra d’une balle dans la tête celui qui l’accompagne depuis 30 ans. 

Il semblerait qu’il n’y est donc pas de rationalité, mais quid de l’objectif ? On veut montrer par là que le méchant est vraiment méchant, qu’il n’a pas de sentiment, que rien ne pourra l’arrêter pour parvenir à ses fins. Le problème c’est que l’overdose du cliché le rend quasi anodin aux yeux des spectateurs, en particulier quand ce bras droit n’a pas de véritable intérêt dans le scénario. 

parrain

D’où vient ce fichu cliché ? 

Évidemment, ce procédé n’est pas né dans l’esprit des créateurs cinématographiques, mais plutôt là où ceux-ci puisent leur inspiration : dans la littérature. Là encore, les méchants semblent faire preuve d’un flegme insupportable même si, généralement, le scénario est plus abouti. Contrairement aux films, les livres n’imposent pas de limite temporelle (un film ne doit pas être trop long), ni en termes de développement (au cinéma, la surabondance de personnages aura tendance à perdre le spectateur d’autant plus). Ainsi, avec un développement plus concret, la mort du bras droit a plus d’efficacité, que ce soit au niveau de la crédibilité du méchant, mais aussi celle du défunt qui ne passe pas que pour un blaireau inutile, mais plutôt pour une énième victime d’un tueur intrépide. 

Le cinéma a donc, dans un laps de temps déterminé, plus d’efforts à faire pour lisser son méchant. Le processus fonctionne quasiment tout le temps dans les films de mafia, où au moins un acolyte du parrain est tué à chaque fois, pour des raisons plus ou moins approximatives, qu’on soit dans Scarface ou Le Parrain. Mais les autres films ne sont pas vraiment épargnés, dans Immortels Mickey Rourke a tué à lui seul plus de soldats de sa propre armée que l’armée ennemie. Certaines fois, le charisme d’un personnage maintient en respect ses bras droits : Dark Vador dans Star Wars qui incarne une peur si forte que personne n’ose le défier. D’autres font bien moins de détails, à l’image du Joker dans The Dark Knight qui assassine tous les membres de son équipe, accentuant le côté solitaire et dangereux du personnage. 

dark knight

Cependant, le cinéma est parfois moins féroce que ne le sont les livres. Vous vous rappelez sûrement de Peter Pettigrow, l’étrange acolyte de Voldemort qui a remué ciel et terre pour faire renaître le Seigneur des Ténèbres. Dans le film, sa fin est plutôt floue : il est simplement désarmé par Dobby avant d’être écarté du grand écran, sûrement pour éviter l’abondance de scénarios inutiles. Mais dans les bouquins, Peter Pettigrow est tué par la main d’argent que lui avait octroyé Voldemort pour le remercier de sa renaissance… Cruel, dites-vous ? 

peter

Et si ça ne servait à rien ? 

Si l’on retourne en terre cinématographique en essayant d’extraire du contenu rationnel, au-delà du "méchant qui est vraiment méchant", on ne trouve rien. En réalité, le concept est même plutôt paradoxal. Quand un méchant tue son bras droit, il doit déborder de confiance en lui, être à l’apogée de ses ambitions. En vérité, c’est tout l’inverse. En tuant son acolyte, le méchant bascule ainsi sur la pente descendante, celle du loup solitaire sadique qui perd la confiance de son "équipe" en installant un climat de peur. Faites le test : hormis quelques rares exceptions, au moment précis où le méchant tue son bras doit, il s’enferme dans une bulle que percera plus facilement le héros. Comme quoi : votre bras droit vous servira toujours. 

Une erreur ?

Mots-Clés : Cinemamechantbras droitassassinat

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (15)

Par jeanLucasec, il y a 6 jours :

Et surtout pourquoi les héros passent toujours à travers les balles

Répondre à ce commentaire

Par lol, il y a 6 jours (en réponse à jeanLucasec):

Si le héros ne passait pas à travers les balles, il mourrait dès la première minute de film... Générique de fin, merci pour tout.

Répondre à ce commentaire

Par Nyriane, il y a 6 jours :

"votre bras droit vous servira toujours."

Hum

Répondre à ce commentaire

Par Paeh, il y a 6 jours :

Je suis très désappointé

Répondre à ce commentaire

Par helljumper, il y a 6 jours (en réponse à Paeh):

négatif, je suis une mite en pull over

Répondre à ce commentaire

Par Paeh, il y a 6 jours (en réponse à helljumper):

Un pull-over ça moule, et une moule ça pue l'ovaire !

Répondre à ce commentaire

Par MrDugland, il y a 5 jours (en réponse à Paeh):

Prenez un chewing-gum Emile.

Répondre à ce commentaire

Par Misternicox, il y a 3 jours (en réponse à helljumper):

Où est ce qu il a apprit à négocier lui ?

Répondre à ce commentaire

Par helljumper, il y a 3 jours (en réponse à Misternicox):

on se le demande

Répondre à ce commentaire

Par RedKube360 , il y a 6 jours :

Peter Petitgros est tué par la main donné par Voldemort certes, mais elle le tue uniquement car il a éprouver de la pitié et fait preuve de faiblesse. La main n'avais pas pour but de le tué originellement.

Répondre à ce commentaire

Par Remilia Scarlet, il y a 6 jours (en réponse à RedKube360 ):

enfin si elle avait pour but de le surveiller parce que voldy savait que c'est un élément instable à la loyauté vacillante

Répondre à ce commentaire

Par RedKube360 , il y a 6 jours :

Oui, mon bras droit me servira toujours...
Heu...

Répondre à ce commentaire

Par oups, il y a 6 jours :

parce que fillon non ?

Répondre à ce commentaire

Par Mamat', il y a 6 jours (en réponse à oups):

Un peu de respect, tu parle du maitre d internet là

Répondre à ce commentaire

Par Remilia Scarlet, il y a 6 jours (en réponse à oups):

en fait ça marche avec sarko surtout, il a essayer de tuer politiquement son ancien bras droit, du coup il a perdu et son bras droit le remplace, tout est lié

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Huawei Mate 9, le successeur du Mate 8 avec des performances très haut de gamme : fiche technique, prix et date de sortie

Huawei Mate 9

Il y a 2 jours

Note : 8,4
Test ZTE Axon 7, nos premières impressions : caractéristiques, date de sortie et prix

ZTE Axon 7

Il y a 1 semaine

Note : 8,4
Test HP Omen 17, un puissant ordinateur portable pour les gamers : fiche technique, prix et date de sortie

HP Omen 17

Il y a 2 semaines

Note : 8