Une nouvelle onde gravitationnelle vient d'être repérée simultanément à 3 endroits du globe !

De Dan Auteur - Posté le 28 septembre 2017 à 9h15 dans Science

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

C'est une grande première ! En effet, c'est la première fois que les trois interféromètres advanced Virgo et les instruments du LIGO ont pu chacun, repérer une onde gravitationnelle provenant de la fusion de deux trous noirs il y a 1,8 milliard d'années.

Comme l'explique les scientifiques, ils ont pu détecter un signal qui oscille ce qui correspond à la collision entre deux trous noirs. Il s'agit là d'une onde gravitationnelle : plus les deux trous noirs se rapprochent, plus leur rotation l'un autour de l'autre s'accélère ! Ainsi, le signal voit sa fréquence augmenter puis les trous noirs s'effondrent et rentrent en fusion. Benoît Mours, membre de l'équipe Virgo du Laboratoire d'Annecy de Physique des Particules explique qu'avec "la vitesse à laquelle ce signal augmente, il est possible de calculer les masses de chaque trou noir".

Où sont passées les 3 masses solaires manquantes ?

Ainsi, on a pu en déduire que l'un des deux avait une masse égale à 25 fois celle de notre Soleil tandis que l'autre est 31 fois supérieur à la masse de notre étoile. Après l'impact et la fusion entre les deux trous noirs, le corps céleste qui s'en échappe dispose alors d'une masse de 53 fois celle du Soleil ! Sauf que 25 + 31 doit faire 56 et non 53... Et ce sont ces 3 masses solaires qui manquent qui ont été transformées en ondes gravitationnelles, se propageant dans l'espace depuis 1,8 milliard d'années avant d'arriver jusqu'à nous.

Si les détecteurs LIGO ont déjà pu repérer ce genre d'ondes gravitationnelles à trois reprises (septembre et décembre 2015 et en janvier 2017), c'est la première fois que trois instruments ont pu observer ce phénomène quasiment simultanément. C'est le détecteur Advanced LIGO (aux Etats-Unis) qui l'a vu en premier, puis, 8 millièmes de seconde après c'était au tour de celui basé dans l'Etat de Washington et enfin, 6 millièmes de seconde plus tard le signal a été observé par l'interféromètre Advanced Virgo (à Pise en Italie).

Cette détection permet de confirmer le bon fonctionnement des instruments d'observation et offre la possibilité de mieux localiser les origines des ondes gravitationnelles. Il ne reste plus qu'aux scientifiques de voir si le phénomène offre un signal optique comme un éjectat de matière chaude qui serait utile pour l'identifier au télescope. 

Une erreur ?

Mots-Clés : VirgoLIGOobservatoireonde gravitationnelleTrous noirs

Source(s) : sciencesetavenir.fr

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (7)

Par Esperadoce, il y a 4 mois :

Merci pour l'information hitek et vive la science

Répondre à ce commentaire

Par la science², il y a 4 mois (en réponse à Esperadoce):

W0W....
Mais C drôlement interressant 1o Donc !!!!
J'vais en parler a mon PATR0N, jeu suis sur que ça va lui trouer le Q !!!

Répondre à ce commentaire

Par Gnarkgnark76, il y a 4 mois (en réponse à la science²):

Tu t'es trompé : t'as écris "1o" alors qu'il fallait mettre "10" pour que ça reste logique. Dommage :/

Répondre à ce commentaire

Par invité, il y a 4 mois (en réponse à la science²):

Tu ne serais pas une grosse merde par hasard ?

Répondre à ce commentaire

Par Axok, il y a 4 mois (en réponse à invité):

Si ça fait des mois qu'ils polluent l'espace commentaire avec ses "pseudo troll" de mauvaise qualité.

Répondre à ce commentaire

Par Djusan, il y a 4 mois (en réponse à la science²):

Ça serait bien de faire comme pour asdf peut être alors, même si ce con manque un peu avec ses trolls x)

Répondre à ce commentaire

Par un mec chelou de l'internet, il y a 4 mois :

alors premièrement, je tiens à dire que j'ai aucune base en physique a part des trucs lu dans des articles de vulgarisation, donc je risque de dire pas mal de conneries.
Amis physiciens, rectifiez moi si je dis une grosse connerie, hein.

Il me semble qu'une des conséquence de la relativité, c'est que la masse et l'énergie sont reliés et se cofondent (avec E=mc2 notamment, tmtc), et du coup, si il y a émission d'énergie, alors il y a perte de masse. C'est visible au niveau des noyaux atomiques, où on a un "défault de masse", càd que quand on additionne les masses des protons et des neutrons , on tombe sur un résultat supérieur à la réelle masse du noyau, parce que les nucléons mettent en commun une énergie (interaction faible je crois) et que du coup on a une "perte" d'énergie et donc de masse.
De même quand une particule rencontre sont antiparticule (genre l'éléctron et le position) , on observe la perte de ses deux entités (annihilation) et l'émission de l'énergie sous forme de photon(d'ailleurs ce sont ses photons qui sont repérés en photographie TEP). Donc voilà

Du coup je pense que la "perte de masse" est logique. Si on observe une onde, on peut penser qu'il y a eu émission d'énergie, et donc perte de masse si on suit la relativité.

Encore une fois, si j'ai fais une erreur, j'en suis désolé ^^

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Plantronics RIG 800HD, un casque gaming Dolby Atmos avec 24 heures d'autonomie : fiche technique, prix et date de sortie

Plantronics RIG 800HD

Il y a 4 jours

Note : 9
Test LG V30, un concurrent de taille pour le Galaxy Note 8 : fiche technique et date de sortie

LG V30

Il y a 6 jours

Note : 8,2
Creative Omni, la première enceinte multiroom du constructeur : fiche technique, prix et date de sortie

Creative Omni

Il y a 6 jours

Note : 8