Réduire Fermer

Micro-trottoir : Japan Expo 2016, quel est le Pokémon préféré des visiteurs ? Et celui qu'ils détestent ?

Pour honorer les 20 ans de la license, Hitek a rendu hommage à la franchise en organisant une élection du Pokémon préféré de la Japan Expo 2016.

Voir ce contenu

Ouverture dans une nouvelle fenêtre.

Focus sur Disney : des débuts de Mickey au mythique Livre de Jungle (partie 1)

De Gaetan Padawan - Posté le 29 février 2016 à 17h32 dans Dessins animés

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

De Blanche-Neige et les sept nains à Zootopie, Disney a conquis lamour de tout le monde. Tous, nous avons au moins un classique danimation des studios Disney qui nous a bercé tout au long de notre vie. Pour moi, ce fut Le Bossu de Notre-Dame. Tant et si bien quen dépit de tout ce que je peux reprocher au studio aux longues oreilles (son emprise sur le monde du cinéma qui nest pas en adéquation avec les valeurs quil distille dans ses longs-métrages), je ne le fais qu’à demi-mot, tant ce studio a une valeur mythique à mes yeux et dans mon coeur. Alors, rien d’étonnant à ce que je vous propose un focus sur Disney. Ce focus sera divisé en deux parties.

disney

1- Les débuts de Walt Disney 

Cest le 5 décembre 1901 que nait Walt Disney, à Chicago. Quatrième fils dun homme daffaires médiocre et violent, il a dès son plus jeune âge fait divers boulots, avec son frère Roy. Passionné de dessin et de théâtre, il joue dans quelques pièces damateurs, et suit des cours de dessin le samedi matin. Une vie bien remplie pour un jeune homme au cerveau bien fait. Tout le reste de la vie de Disney semble appartenir à lun des personnages de ses films légendaire. Ne serait-ce que sa vie de jeune garçon travailleur subissant la violence de son père rappelle le destin de Cendrillon, maltraitée par sa marâtre. Il intègre avant ses dix-huit ans (en trafiquant son âge) les rangs de la Croix Rouge pour suivre son frère Roy en Europe, où la Première Guerre Mondiale fait rage (ça me rappelle Mulan), et intègre à son retour aux États-Unis une agence publicitaire en 1919, spécialisée dans les spots danimation. Son expérience dans la publicité est déplaisante : il ne peut utiliser tout son talent de manière satisfaisante. Mais cette expérience lui a permis de rencontrer Ub Iwerks, qui aura une importance primordiale dans la vie de Walt Disney. Après plusieurs essais pour percer dans lanimation, dont le plus audacieux fut la création de Laugh-O-Gram (société de production de films danimation adaptant des contes de fées), Disney créera à Hollywood avec son frère Roy les studios Disney, avant dacheter un terrain de 400m², au 2719 Hyperion Avenue. Cest dans ces locaux que Walt Disney créera avec Ub Iwerks Oswald, le Lapin Chanceux. Un premier grand succès pour Disney. Mais malheureusement, lhistoire dOswald, cette drôle de série de courts-métrages en noir et blanc, sera entachée par lacquisition malhonnête de Mintz, un riche homme daffaires avec qui Disney collabore depuis des années. 

disney

La légende voudrait que ce soit dans le train qui le ramène de cette si déplaisante réunion avec Mintz, qui lui a valu la perte dOswald, que Walt Disney a créé Mickey. Un dessin très simple (songez qu’à l’époque Mickey n’était ni ganté ni chaussé), mais efficace, qui a su très tôt ravir petits et grands. Demblée, Mickey est un succèénorme. Tant et si bien que les studios Disney furent une des seules entreprises à ne pas subir la crise économique de 1929. Des millions de produits dérivéétaient vendus chaque mois, comme des montres-Mickey. Comment expliquer ce succès phénoménal ? Deux explications : la première, les courts-métrages Mickey étaient très drôles ; la seconde, Walt Disney a créé le premier personnage danimation a avoir une vraie personnalité ! Cest là un tour de force incroyable, une vraie révolution dans lanimation. Farceur, malin, parfois cruel, Mickey nest devenu sage qu’à cause de son très large public (dont plusieurs millions denfants à travers le monde), mais même sage, il nen demeure pas moins facétieux. Je vous conseille très vivement de regarder le premier court-métrage important de Mickey : Steamboat Willie.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

steam

En parallèle aux productions Mickey, Walt Disney crée une nouvelle série, extrêmement ambitieuse, avec son partenaire compositeur Carl W. Stalling. Avec cette série de courts-métrage, les deux compères cherchent à démontrer le rapport étroit entre lhistoire racontée et la musique qui laccompagne. Cette série sappelle les Silly Symphonies ! Ici, narration et musique sont mis au même niveau. Pas de personnages récurrents (hormis quelques épisodes avec Pluto, le chien simplet de Mickey, dans le très drôle Mother Pluto), mais plutôt des épisodes indépendants, adaptations de contes populaires (comme les deux courts-métrages (mais sublimes) Le Vilain Petit Canard, adaptés du conte de Hans Christian Andersen). On trouve dans ces Silly Symphonies des pépites cinématographiques, dans lequel le studio sexerce. Alors que Mickey naura droit pendant très longtemps quau Noir et Blanc, les Silly Symphonies seront très tôt dessinées avec des couleurs. On aurait tort de sous-estimer limportance de cette série dans la carrière future de Disney. Car les Silly Symphonies offrent un petit aperçu de ce que deviendra plus tard lArt de Walt Disney. Un épisode comme Old Mill annonce de façon magistrale des moments danthologie tels que La Chanson de la pluie dans Bambi. Les Silly Symphonies sont un gigantesque laboratoire, où les animateurs du studio sexercent, saméliorent, et deviennent les plus grands artistes de leur génération. Les Silly Symphonies trouveront leur quintessence dans le chef doeuvre de Walt Disney Fantasia, où la musique devient motrice de limage : il en résulte de sublimes délires visuels (quoique inégaux), sous fond de musique classique, où lOrchestre Symphonique de Philadelphie interprète Bach, Tchaïkovski, Dukas, Stravinski, Beethoven, Ponchielli, Moussorgski et Schubert. Cest aux Silly Symphonies que lon doit les Looney Tunes et les Merry Melodies de Warner Bros. À noter également que si le maître de lanimation japonaise Hayao Miyazaki napprécie guère les productions du studio Disney, il avoue néanmoins que les Silly Symphonies furent des chefs doeuvre qui lont profondément inspiré. La production des Silly Symphonies na pas empêché à Disney de se montrer très créatif : on lui doit à cette période les personnages de Pat Hibulaire, de Dingo et de Donald (qui deviendra la nouvelle coqueluche du studio). Vous pouvez vous procurez (presque) tous les courts-métrages du studio dans une formidable collection intitulé"Les Trésors de Walt Disneyou "Les Trésors de Disney: des coffrets double-DVD, très riches, et classés par séries. Il y a le coffret Oswald, le lapin chanceux, deux coffrets Mickey  Les Années Noir et Blanc, deux coffrets Mickey  Les Années couleur, trois coffrets Donald — Lintégrale de A à Z, un coffret Pluto - Lintégrale, un coffret Dingo — Lintégrale et un coffret Silly Symphonies — Les Contes musicaux. Chaque coffret offre à peu près cinq heures de rêves, de rires et d’émotions. Je vous conseille, si vous désirez les acquérir, de les acheter chez Cultura, où ils sont (en ce moment en tout cas) à 9,99 euros pièce, contre 13 euros chez FNAC et 15 euros chez Amazon. 

disney

2- Les premiers grands classiques danimation Disney 

Dans les années 30, Walt Disney est devenu si légendaire que de nombreux penseurs, théoriciens du cinéma, philosophes et autres intellectuels de cette époque, voient en lui le seul cinéaste pouvant rivaliser à la fois en talent et en postérité avec Charlie Chaplin. Mais quand on est le plus grand, on ne peut se reposer sur ses acquis. Il faut avoir de lambition. Et fort heureusement, de lambition, Disney en avait à revendre ! Figurez-vous qu’à l’époque, imaginer un long-métrage danimation était impensable. Un film de gags ça va cinq minutes (huit en loccurence !), mais une heure, voire une heure et vingt minutes ? Impossible de tenir, disait-on à cette époque. En 1937, Walt Disney change la donne avec Blanche-Neige et les sept nains. Mais quand Disney innove, il ne fait pas les choses à moitié. Blanche-Neige et les sept nains est le premier 1) long-métrage danimation 2) avec pour personnages principaux des humains (ce qui ne fut pas une mince affaire !), 3) à faire un parfait mélange entre film danimation et chansons, sans faire une parodie de comédie musicale. Disney fait des chansons du film ce que les dramaturges grecs faisaient des choeurs : linterrogation des sentiments des personnages. Cette mise en avant très littéraire de la musique atteindra son aboutissement artistique et musical dans les productions des années 90, comme Le Roi LionLe Bossu de Notre-DameHerculePocahontas ou Mulan. Autrement dit, chez Disney, les personnages ne chantent pas pour rien. Blanche-Neige fut un tel uppercut dans les habitudes cinématographiques quil obtînt lOscar dHonneur mention "Innovation indiscutable dans le domaine de la cinématographie ayant charmé des millions de spectateurs et ayant ouvert au cinéma de vastes perspectives", représenté par huit statuettes (une grande, accompagnée de sept petites).

blanche

En 1940, cest non pas un long-métrage produit par les studios Disney qui sortira en salles, mais deux, réalisés simultanément. Deux films et pas des moindres : Pinocchio et Fantasia. Extrêmement ambitieux, un dessin aussi subtil que magnifique, avec ce quil faut de délirant et dhumour (la danse des champignons dans Fantasia ma fait rire aux éclats), qui met tout le monde daccord. Malheureusement, le début de la Seconde Guerre Mondiale modérera le succès de ces deux longs-métrages, la population étant plus occupée par le désastre européen que par les envolées merveilleuses de Walt Disney. Malheureusement, Pinocchio et Fantasia furent deux pompes à fric pour le studio, et ils durent faire un long-métrage moins ambitieux en 1942, mais néanmoins magnifique : Dumbo, une sorte dadaptation pachydermique du Vilain petit canard (déjà adapté dans les Silly Symphonies). Fort heureusement, le film est un succès (modéré par la guerre, il est vrai), et les pertes causées par les deux films précédents sont un tant soit peu atténuées. Mais les États-Unis connaissent par-ci par-là des mouvements contestataires, menés par des syndicats. Le monde du cinéma et de lanimation nen sont pas exemptés. Grève des animateurs, démission de quelques collaborateurs de Disney, le studio a connu de meilleurs jours. En 1942, Disney sort lun de ses films les plus tristes : BambiBambi, ou la fin (trop rapide, trop brutale) de linnocence, symbolisée par le meurtre sans concession de la mère du jeune faon. Bien que plusieurs fois retardé à cause des productions simultanées (et très coûteuses) de Pinocchio et de Fantasia, ce film très naturaliste et bucolique, adapté dun roman de Felix Salten, sera un grand succèà linternational. Walt Disney dira à son propos que de tous les films du Studio, Bambi est son film préféré

bambi

3- De laprès-guerre au Livre de la Jungle

Bien que vainqueur, les États-Unis connaissent une crise économique qui ne rend pas propice la production cinématographique. Malheureusement, le studio Disney en subit les conséquences. Mais comme il est absolument impensable de ne pas produire de films, le studio — qui a fait quelques légers profits avec des films danimation de propagande, comme Victory Trough Air Power ou encore Der Feuhrers Face— entame la réalisation de packages, surfant sur lintérêt (diplomatique) que représente lAmérique du Sud. Il est important de souligner que lintérêt du package (compilation de films danimation) était davoir une durée suffisamment longue pour être exploitée au cinéma. Six packages en tout : Saludos AmigosLes Trois CaballerosMélodie du Sud (tous trois sortis avant la fin de la guerre), La Boite à musiqueDanny le petit mouton noirLe Crapaud et le maître d’école. De qualité variable, il nen demeure pas moins que chacune de ces compilations montre que même en temps de crise, Disney sait retomber sur ses pattes. Mon préféré reste aujourdhui encore Le Crapaud et le maître d’école, dont le titre anglais se veut plus éloquent sur ses inspirations : The Adventures of Ichabod and Mr. Toad. Vous laurez deviné, lun des courts-métrages du package est ladaptation de La Légende de Sleepy Hollow de Washington Irving, dont le héros sappelle Ichabod Crane. Il faudra attendre Cendrillon pour que la bande à Disney fasse enfin un long-métrage. Enfin Disney est de retour ! En adaptant le conte de Charles Perrault, les studios Disney font un magnifique pont entre deux époques : leur premier âge dor, entamé avec Blanche-Neige et les sept-nains et ce premier grand succès de laprès-guerre.

crapaud

Ressuscité sur le plan commercial par Cendrillon (1950), le studio Disney continue la production de longs-métrages. Mais là où lon sattendait à un Nouvel Âge dOr, on trouve une alternance entre succèénormes et succès relatifs. Par exemple, en 1951, Walt Disney et sa bande adaptent le chef doeuvre de Lewis Carroll, Alice au Pays des Merveilles. Mais Walt Disney himself désavouera ce film, expliquant quelle difficulté ils avaient eu à adapter loeuvre de Carroll étant donné "le manque de coeurdu personnage principal, Alice. Si personnellement jai beaucoup aimé ce film danimation (au même titre que 95% des classiques danimation Disney), cela nempêche pas quobjectivement, le film comporte certaines failles. La plus importante dentre elles, cest que lesprit du livre de Lewis Carroll ny est pas assez bien retranscrit. Il nen demeure pas moins que ce fut pour moi une porte ouverte, dès mon plus jeune âge, à un gigantesque pan de la littérature (et à fortiori de lart) que je naurais très certainement pas apprécié si Disney navait pas fait ce film. Bien que passablement déçu par ce semi-échec (ou cette semi-réussite, cest selon), les animateurs du studio ont sorti une autre de leurs perles, Peter Pan. Cette adaptation de la pièce de théâtre de James M. Barrie en 1953 nest pas (me semble-t-il) à prendre à la légère. Tout dabord parce quil sagit dun petit bijou dhumour et daudace. Mais également parce quavec ce film, Disney soffre une image quil mérite de porter depuis ses Silly Symphonies : en adaptant coup sur coup, et ce depuis 1937, des grands classiques de la littérature enfantine, merveilleuse, fantastique, voyageant en lespace de deux films du Pays des Merveilles au Pays Imaginaire, le studio devient un passage obligé vers nos rêves denfants, vers notre imagination fertile, vers luniversalité de nos mondes intérieurs.  

pan

Avec La Belle et le Clochard, Disney innove à nouveau (et marque dailleurs une loooonnnngue liste dinnovations et de trouvailles en tout genre, quon ne porte pas suffisamment assez à leur crédit). En effet, ce 15ème Classique dAnimation des studios Disney est leur premier film tourné en CinemaScope. Cest à dire que pour la première fois depuis Blanche-Neige, Disney change de format. Souvenez-vous de ce format bizarre, carré, qui personnellement m’étonnait enfant et qui, inexplicablement aujourdhui, m’émeut dune certaine façon… Eh bien avec lutilisation du CinemaScope, Disney utilise un format plus large. Ce format, néanmoins, peut savérer difficile. En effet, il fallait aux animateurs éviter de dessiner des personnages trop serrés, car cela aurait créé des vides dans limageLa Belle et le Clochard est un film magnifique, un gros succès au box-office. Mais, comme souvent dans cette période, ce succès sera contre-balancé par un échec : La Belle au Bois Dormant. Attention ! Jadore ce film. Jadore Maléfique. Je lai tant regardé enfant que je ne peux pas ne pas laimer. Cependant, le film a deux très gros défauts : dabord, les personnages principaux (la Belle et le Prince) sont nuls ; ensuite, les graphismes ne sont pas équilibrés : les décors sont dessinés avec un soin remarquable, alors que la plastique des personnages semblent simplement ébauchée, si lon compare les différents plans des images. 

belle

L’échec tant critique que commercial de La Belle au Bois Dormant sera contre-balancé par le succès (ô combien mérité) des 101 Dalmatiens. Avec ce film, lapproche graphique change. Si La Belle au Bois Dormant avait des dessins pas assez détaillés, Les 101 Dalmatiens est un bijou de précision. Il sagit aussi du premier film de Walt Disney engagé (hormis les films de propagande) depuis Bambi (qui l’était dans une moindre mesure) : Cruella et ses habits de fourrure n’était-elle pas la caricature dun système superficiel, où la vie na que peu de valeur face à lapparence ? Pour lanecdote, lorsque les chiots regardent la télé, il sagit dune des Silly Symphonies datant de 1932, Flowers and Trees, symbole de lambition et des révolutions picturales et cinématographiques "disneyennes". Le film suivant, Merlin lEnchanteur, sil est très riche une fois encore au niveau du dessin (témoignant ainsi le tournant majeur que nous avons mentionné plus haut), nest finalement quun pâle hommage aux romans arthuriens, Merlin apparaissant comme un vieux barbu grincheux et maladroit, tandis quArthur nest finalement quun loustic faiblard dont le rôle nest jamais véritablement abouti. Il nen demeure pas moins que le film regorge de trouvailles humoristiques, qui fait quon pardonne très facilement à ce film danimation.

101

1966 et 1967 sont deux années très importantes pour le studio Disney. Le Studio sort lun de ses meilleurs films : Le Livre de la Jungle (1967). Profitant de lexcellence graphique acquise depuis Les 101 Dalmatiens, cette adaptation du livre de Rudyard Kipling innove également dans le doublage des voix. En effet, dans ce long-métrage, des acteurs de renom prêteront leur voix aux personnages, notamment Phil Harris (pour Baloo) ou Louis Prima (qui doublera le Roi Louie). On peut également citer lexemple des Beatles, qui prêtent tous les quatre leurs voix aux quatre vautours inspirés de leurs physionomies respectives. Cest dire avec quel sérieux le cinéma juge lanimation ! Je vois dans Le Livre de la Jungle le reflet inverse de Bambi. Dans les aventures du jeune faon, lHomme faisait irruption de manière brutale dans le monde animal (le meurtre de la mère de Bambi, chassé par un homme quon ne voit pas). Le Livre de la Jungle cest le moment où lhomme doit le quitter, et rentrer dans le sien. Enfin, plus important encore, si 1966 est une année cruciale pour le studio Disney, cest à cause de la mort — traumatisante — de Walt Disney, ce Dieu quon croyait immortel, mais qui fumait trop, et quun cancer du poumon a emporté au loin, là où sommeillent ses personnages disparus comme lui.

jungle

Cet article a été rédigé par
un lecteur d'Hitek : Gaetan

Hitek donne la parole à ses lecteurs Tu veux participer ?

Une erreur ?

Mots-Clés : Disneyhistoiredessins animes

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (16)

Par jeanLucasec, il y a 6 mois :

Très complet ! Trop ?

Répondre à ce commentaire

Par dragonfly, il y a 6 mois :

Wow très bel article! Bravo! :)

Répondre à ce commentaire

Par Hyeronimus, il y a 6 mois :

Excellent ! Félicitation a l'auteur, c'était vraiment plaisant a lire.
Mon esprit été trop pollué par la vision que j'ai de Disney aujourd'hui, et en lisant cet article je me suis a mon grand étonnement reelement rendu compte de la force et de la pureté qui se dégageaient des premières productions de la maison Disney !
Je ne connais pas l'histoire de ce monsieur mais de la façon dont tu le decrivait, peut être que je me trompe, ça avais l'air de quelqu'un de sympa, désintéressé et vraiment passionné par ce qu'il faisait, c'est beau :']
Je n'ai pas eu la chance étant petit de voir ces films cultes,vu qu'a l'époque on avait pas de magnétoscope a la maison mais je comprends maintenant pourquoi les gens les hissent au rang de légendes intemporelles !
Sorry for the long post.

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 6 mois (en réponse à Hyeronimus):

Non par contre niveau caractère Disney était pas le "gentils patron" qu'on essaye de montrer de lui
Raciste, Homophobe, Anti-communiste, Machiste, Un peu chauvin (il disait que si on le regardait droit dans ces yeux, c'est un drapeau américain qu'on y verrait) anti-syndicaliste et stricte (il ne laissait rien passer sans son accord, pour l’anecdote ces dessinateur avait cacher une image subliminale olé olé dans un des films avant sa sortie pour voir si il verrait , ET IL LA VUE) les gens qui ont travailliez avec lui le décrivait un peu comme tyrannique MAIS excellent homme d'affaire il avait un talent pour ça d'ailleurs il savait rebondir sur un échec pour remonter la pente
c'est grâce ça que Disney et la firme qu'elle est aujourdhui d'ailleurs le studio a vécu une période assez sombres financièrement après sa mort

Répondre à ce commentaire

Par Hyeronimus, il y a 6 mois (en réponse à Slavic Warrior):

Ah d'accord XD la grosse désillusion !
Merci pour l'info Slavic, ça me rappelle quand j'étais petit et que je lisais les Aventures de Picsou signé Carl BARKS ( la crème de la crème ) et que j'ai appris qu'il était raciste --> source : Picsou magasine :)
Ça m'a fait tout drôle, mais de la façon dont il caricaturé les africains dans ses dessins a la mode sauvage, cannibale c'est vrai que ça sauter au yeux après coup ! ( comprend moi, j'étais qu'un gosse ) mais malgré ça, je suis toujours fan de ces oeuvres !

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 6 mois (en réponse à Hyeronimus):

CARL BARKS ETAIT RACISTE!!!
putain maintenant que tu le dit c'est vrais que les Africain prenait chère
même avec Don Rosa par moment

Répondre à ce commentaire

Par Hyeronimus, il y a 6 mois :

Mais la j'vais m'tapper des Silly Symphonies !
Ça au moins, ça passer a la télé ! Ah la bonne époque...

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 6 mois (en réponse à Hyeronimus):

si tu veux sur T411 tu peut télécharger "Sylli symphonie les conte musicaux" compilation d'environ deux heure de Sylli symphonie
ainsi que les aventure d'Oswald le Lapin Chanceux (d'ailleurs la firme la racheter y'a quelque année du coup on peut le voir parader dans certains parc, et il apparaît même dans pas mal de jeu récent)

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 6 mois :

Pour compléter l'article sur la partie sur Blanche Neige (qui est très bien au passage) Je vous invite vraiment a vous regarder ce Film de plus près
On s'en rend pas compte aujourd’hui mais ce film mérite vraiment ces récompense, parce que ce film aussi a pomper du fric car Walt a pas lessiver sur les moyens pour qu'il soit parfait, je pourrait en parler pendant des heures mais le mieux c'est que vous partez vous renseigner par vous même

Répondre à ce commentaire

Par Khyne, il y a 6 mois :

"salu g volé dé conte pr fer du pognon" Préface de l'autobiographie.

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 6 mois (en réponse à Khyne):

Voler des contes sous-entendrait que les conte appartiennent à quelqu'un. Or non seulement ils appartiennent à tout le monde, mais en plus il y a belle lurette que les livres de Perrault, Andersen et des frères Grimm (pour ne citer qu'eux) ne rapportent plus rien ni à eux (puisqu'ils sont raides), ni à leurs héritiers. Quant à ce qui est de se faire du pognon avec des histoires, c'est presqu'entièrement sur ça que repose l'industrie cinématographique. Si vous interdisez l'adaptation, alors oubliez Stanley Kubrick (qui n'a fait que des adaptations), oubliez Coppola (et son Dracula), oubliez Tim Burton (et son Sleepy Hollow, son Big Fish, son Batman, son Alice au Pays des Merveilles, son Charlie et la Chocolaterie, son Sweeney Todd), mais aussi Ridley Scott, Martin Scorsese, Peter Jackson, etc etc.

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 6 mois (en réponse à Gaetan):

au passage mec, super article

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 6 mois (en réponse à Khyne):

tu fait sans doute plus réf au scandale sur l'adaptation du "Bossue de Notre-dame"?
Sinon tu connait le mot "adaptation"? Je ne vois pas en quoi c'est du vol
il faut que tu nous explique sur ce point la, de plus si on par de ce principe alors Perrault, Andersen et les frères Grimm eux même sont des voleur
(question pour toi: combien de version existe te t'il de La Belle au Bois dormant selon toi?)
et surtout les film Disney et les conte "d'origine" ne sont pas du tout similaire
donc arrêtez de voir le mal partout

Répondre à ce commentaire

Par Khyne, il y a 6 mois (en réponse à Slavic Warrior):

C'est justement ce que j'ai pas expliqué dans ma poussée de haine envers cet homme, je suis conscient qu'il faut que ça reste un minimum bankable pour les mioches mais quand tu regardes les versions d'origine et les adaptations, c'est fou de niaiserie et ça donne une image biaisée de la morale de l'histoire.

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 6 mois (en réponse à Khyne):

Que tu n'aime pas Walt Disney est une chose, et c'est ton droit
Que tu trouve que Disney rend les Histoire niais est une chose, et c'est ton droit

mais que tu lui reproche d'avoir "voler" les œuvres originaux dans le seul but de se faire du fric la c'est toi qui est dans le faux

Répondre à ce commentaire

Par Commandant Ramius, il y a 6 mois :

Très bon article ! J'ai des avis très différent sur les films cité cependant, mais cela n'enlève rien à la qualité de l'article. Les détails, les anecdote disséminé dans l'article montre que l'auteur connait son sujet et ca c'est très bien. C'est devenu rare aujourd'hui, donc une mention spécial à l'auteur : bravo. ;-)

J'espère que la suite de l'article sortira bientôt.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test de Deus Ex: Mankind Divided, la version augmentée de Human Revolution est-elle une réussite ?

Deus Ex: Mankind Divided

Il y a 2 jours

Note : 8,5
Test Urban MCM4 ou Gotway MCM3, une gyroroue pouvant atteindre les 30 km/h : fiche technique et prix.

Urban MCM4

Il y a 1 semaine

Note : 7,75
Test de No Man's Sky : un jeu qui ne plaira pas à tout le monde !

No Man's Sky

Il y a 2 semaines

Note : 7,4