Black Friday : origines, controverses, records, tout savoir sur ce jour immanquable

De GomeWars - Posté le 24 novembre 2017 à 16h49

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Ce vendredi 24 novembre 2017 marque un jour bien spécifique dans le calendrier américain, puisqu'il s'agit du Black Friday. Il arrive le lendemain du repas de Thanksgiving, aussi populaire chez les anglo-saxons que peut l'être Noël chez nous. Depuis des années, et débutant aux Etats-Unis, le Black Friday se réfère au jour où les revendeurs se décident à mettre en vente tous leurs produits avec d'énormes rabais, permettant aux consommateurs de profiter des meilleures offres possibles. Les images de l'événement diffusées sur les TVs ou sur Internet sont mémorables. Foules en délire, duels pour tel ou tel produit, course contre la montre, le Black Friday marque les esprits, même lorsque l'on n'y participe pas. Et histoire d'en savoir plus sur ce phénomène venu d'outre-Atlantique, découvrez ses origines, ses controverses, mais également ses records et ses dérives.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

Les origines

Bien évidemment, les origines du Black Friday proviennent des Etats-Unis. En cherchant un peu sur la toile, on trouve plusieurs origines au lendemain de Thanksgiving, certaines plus logiques que d'autres. En fonction des décennies, sa provenance a varié, délaissant ses origines à consonances négatives et se forçant à adopter un regard neuf et signe de bonne santé, notamment envers les revendeurs. Selon Ben Zimmer, éditorialiste du Wall Street Journal ayant travaillé pour le New-York Times et le Boston Globe, le Black Friday trouverait ses racines dans les années 50. Dans une étude sur le Black Friday menée par Bonnie Taylor-Blake, la première évocation du "Black Friday" se référant directement au lendemain de Thanksgiving remonte à novembre 1951, dans un article titré "Friday After Thanksgiving". L'article traitait de l'absentéisme des travailleurs dans le milieu industriel à cette date précise. 

1

Il faut avancer jusqu'aux débuts des années 1960 pour lui trouver une signification plus précise. Le terme de "Black Friday" ou vendredi noir en français, se réfère davantage aux trafics routiers de la ville de Philadelphie plutôt qu'à l'économie pure et dure. En 1994, dans un article pour The Philadelphia Inquirer, le journaliste Joseph P. Barrett revient sur la façon dont il a aidé à populariser les termes de Black Friday. Ce serait en 1959, le journal Evening Bulletin l'avait assigné à l'administration de la police pour y couvrir l'actualité du lendemain de Thanksgiving. Avec le reporter Nathan Kleger, ils ont rédigé une Une titrée via des termes utilisés par les policiers : "Black Friday", décrivant l'énorme affluence routière du vendredi, comme Bison Futé peut décrire les trafics via des couleurs par chez nous. 

1

Jusqu'ici, le Black Friday se réfère davantage à des événements négatifs comme l'affluence routière à son paroxysme, qu'à des idées joyeuses dans la tête des consommateurs. Histoire de changer la donne, les revendeurs ont souhaité lui trouver une autre origine, touchant davantage au domaine économique, et plus joyeuse qu'à l'accoutumée. C'est dans les années 1980 que cette nouvelle provenance est trouvée : lorsque les revendeurs commençaient à faire des profits, passant alors du rouge au noir, "back to black" en anglais. Avec des connotations plus positives, les revendeurs ont pu allouer une nouvelle idée autour de cette date, survenant juste après un dîner en famille, Thanksgiving. 

Les controverses

Même si le Black Friday est appréciable vu de l'extérieur, de part ses réductions avenantes et ses offres promotionnelles, dans les coulisses, la fête n'est pas au rendez-vous. Nombre de plaintes ont été déposées à l'encontre des revendeurs, notamment par les employés, à cause des demandes en provenance de leurs employeurs. Pour Thanksgiving et le Black Friday, les employés étaient parfois obligés d'allonger leurs horaires. Dans certains cas, des menaces avaient même été formulées, les forçant à travailler davantage pour éviter le licenciement. 

En 2013, dans un article du Daily Cougar, le journaliste Andrea Pizzolo dénonçait les pratiques abusives des constructeurs de matériel high-tech, fabriquant des produits spécifiquement pour le Black Friday, dotés de caractéristiques moindres. Ainsi, les marges étaient moins en leur défaveur et le profit plus "raisonnable". 

Même si le manque de personnel dû à l'affluence record de clients se faisait ressentir chez certains revendeurs, aucune main d'oeuvre supplémentaire n'était recruté pour l'occasion, laissant les employés sur place faire face à des vagues de clients parfois en colère, pouvant amener à des problèmes de sécurité et de santé. 

1

Chaque année, les foules affluent dans les magasins à l'occasion du Black Friday. Les consommateurs peuvent y devenir violent, en quête de la meilleure offre. L'inattention prime et avec, les accidents arrivent. Depuis 2006, 10 morts et 105 blessés ont été recensés. En 2016, dans la ville de San Antonio, Isidro Zarate, 39 ans, est décédé d'une balle dans le cou après avoir tenté d'empêcher un homme de battre une femme sur le parking d'un Walmart, rapporte le Washington Post. Après s'être confronté à lui, l'agresseur s'est saisi de son pistolet et a commencé à tirer sur lui. Une balle l'atteint au cou, il décède sur le parking.

Dérivés et records

Vous l'avez vu, mais le Black Friday ne prend plus place seulement aux Etats-Unis maintenant. Les revendeurs high-tech comme la FNAC ou Darty ont été les premiers dans l'Hexagone à proposer des offres, en ligne au départ. D'autres ont alors suivi, poussés par le succès de l'opération. Depuis, le Black Friday ne se déroule plus sur un seul jour, voire un week-end, mais plutôt sur une semaine. La semaine dernière, des offres étaient déjà publiées sur certains sites, permettant à certains internautes d'en profiter en avance.

D'autres dates ont alors suivi celle du Black Friday. Parmi elles, on retrouve le Cyber Monday, qui débute ce lundi 27 novembre et qui concerne principalement les ventes sur Internet en France. Outre-Atlantique, cette date a été créée pour permettre aux employés trop occupés durant le week-end ou n'ayant pas encore trouvé leur bonheur de bénéficier de davantage de temps avant de faire leur choix définitif. 

1

Kim Bhasin / Business Insider

Les deux dates ont également été associées à une autre, la Cyber Week. Dans un édito du Huffington Post datant du 20 novembre 2013, Peter Greenberg décrit cette semaine comme celle de la Cyber Week. Un moyen d'éviter la foule du vendredi et du week-end, et de pouvoir profiter d'offres intéressantes sans avoir à se faire la guerre entre clients. 

Aux Etats-Unis, c'est la National Retail Federation qui s'occupe de recueillir les chiffres de ventes ainsi que l'affluence pour le Black Friday. Les chiffres concernent le jeudi de Thanksgiving, le Black Friday, le samedi ainsi que les dépenses présumées du dimanche. Le record d'affluence remonte à 2013 où 249 millions de consommateurs s'étaient donnés rendez-vous dans les allées. Concernant la dépense moyenne la plus élevée ainsi que le total dépensé, c'est en 2012 qu'il faut se rendre, avec 423.66$ de moyenne pour un total de 59.1 milliards de dollars. 

Une erreur ?

Mots-Clés : Black FridayOriginescontroversesrecorddérive

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (23)

Par theliss, il y a 2 semaines :

Marrant, je viens d'avoir une crise d'agoraphobie.

Répondre à ce commentaire

Par Arsenic, il y a 2 semaines via l'application Hitek :

C’est moi ou cette année (en France) ils mettent le paquet durant ce Black Friday?
L’an dernier aussi bcp d’enseignes y participaient mais cette année c’est genre TOUT le monde même le Leclerc s’y est mis O-O

Répondre à ce commentaire

Par Pearox, il y a 2 semaines (en réponse à Arsenic):

Ca commence à se développer en France, néanmoins on est encore loin des prix proposés aux États-Unis, cette année c'était encore un peu timide pour que les différences de prix soient réellement intéressantes.

Répondre à ce commentaire

Par Bene, il y a 2 semaines (en réponse à Pearox):

La différence vient du fait qu’au states on peut vendre à perte alors qu’en c’est interdit. Je trouve qu’on le dis pas assez et c’est très bien comme ça. Ça permet au gros groupe plein de trésorerie de pas manger le petit commerçant avec des prix que lui ne peut pas se permettre

Répondre à ce commentaire

Par Pearox, il y a 2 semaines (en réponse à Bene):

Je suis d'accord, mais prenons le domaine de l'informatique, qui est un secteur très concerné par le black friday, les "petits commercants" (comme Infomax, Topachat, et autres petits magasins) sont en général plus intéressants que les grands groupes comme Darty.
Idem pour les jeux vidéos, si on prend l'exemple d'Instant Gaming, qui a pour habitude d'avoir des prix plus intéressants que les grands groupes, le black friday n'a clairement pas été intéressants, certains jeux étaient même plus chers !
Si une tradition du black friday devait avoir lieu en France, autant "jouer avec les bonnes règles" si je peux dire ça comme ça !

Répondre à ce commentaire

Par Bene, il y a 2 semaines (en réponse à Pearox):

Je ne connais les pratiques des vendeurs dans l’informatique (remise/ristourne en cas de grosses commandes chez les fournisseurs etc) car je n’ai pas ce genre de clients dans mon portefeuille mais top achats est dans le groupe rue du commerce qui a généré en 2016 244 millions de CA, c’est pas ce que j’appelle petit commerçant. La différence peut venir aussi du fait que top achat n’a pas ou en tout cas moins de magasin que Darty, donc la marge à réaliser pour être en bénéfice et moins forte (moins de loyer, électricité etc et surtout de salaire qui est la partie la plus cher pour une société), de plus top achat me paraît plus spécialisé que Darty donc j’en reviens au début de mon com concernant les remises/rabais/ristourne accordées par les fournisseurs. Tout ça pour dire que derrière des prix et des soldes il y a une logique économique à prendre en compte (et la je donne 1% de ce qu’il faut prendre en compte)

Répondre à ce commentaire

Par Pearox, il y a 2 semaines (en réponse à Bene):

J'trouve ton commentaire super intéressant et construit donc déjà je te remercie ! Je savais pas que top achat était dans la branche de rue du commerce ni même les chiffres, assez impressionnants d'ailleurs !

Top achat de côté, il reste quand même Infomax dont je t'ai parlé (et autres petits commerce de la Rue Montgallet dans le 12e, (que je recommande pour ceux qui par hasard voient ce commentaire et voudraient se faire une config dans un magasin) qui proposent des prix intéressants et plus attirants que les grosses boites, bien que ça peut rejoindre ton argument, c'est des boutiques plus spécialisées, donc je ne saurais trop argumenter la dessus, mais je comprends que toutes les variables de cet événement sont à prendre en compte

Néanmoins, le but du black friday, si à l'avenir il devait être instauré, c'est d'acheter avec des prix au rabais, et pas juste acheter.

Répondre à ce commentaire

Par Bene, il y a 2 semaines (en réponse à Pearox):

D’accord avec toi pour le but du Black Friday, j’ai volontairement zappé ton deuxième nom car je n’ai trouvé aucune info et j’ai pas forcément le temps de chercher profondément.
A la base je voulais juste écrire que ces soldes ne sont pas un bon model à suivre, en tout cas pas comme elle se passe aux states. Mais je peux comprendre qu’en tant que consommateur on ne se pose pas forcément la question de ce qu’il y a derrière, de la difficulté a mettre au point un modèle économique viable tout en répondant à l’exigence des actionnaires/associés et à la réglementation française.

Répondre à ce commentaire

Par Gwilym49, il y a 2 semaines (en réponse à Arsenic):

Même constat en Belgique, on en avait jamais entendu parler, sauf dans les JT avec les images des ruees sur les magasins anglo saxons. Et puis ici d'un coup, c'est comme si ça avait toujours existé... Ce qui fait peur, vu qu'au travers d'Internet et des médias, on a réussi à "imposer" en un ou deux ans une pratique commerciale et "tradition" inexistante chez nous.

Répondre à ce commentaire

Par Over, il y a 2 semaines (en réponse à Arsenic):

Sauf qu'ils étalent sur une semaine et font des reductions ridicules (Ils sont loin de vendre à perte, ils s'en mettent toujours autant dans les poches au final)

Répondre à ce commentaire

Par LicorneBadass, il y a 2 semaines :

*le patron a la fenetre de son bureau, regardant la foule*
Allez bande de consommateurs, donnez moi votre argent, votre argent est a moi, A MOI, A MOIIIIIIIIIIII !!!!

Répondre à ce commentaire

Par Gaderffii, il y a 2 semaines (en réponse à LicorneBadass):

Pognon = Argent ; Argent = Pognon

Répondre à ce commentaire

Par baazul, il y a 2 semaines :

Quel plaisir de voir ces animaux se battre pour des produits.
Je ne sais pas si ça vaut le coup aux Etats unis mais en France c'est bidon les réductions.

Et vive la société de con...sommation.

Répondre à ce commentaire

Par Max, il y a 2 semaines via l'application Hitek (en réponse à baazul):

Oh tu sais, je suis allé à micromania (au soir c’etait calme) pour profiter des promos, sauf que, aucun rabais mise en avant, tout au prix plein, tu devais annoncer au vendeur qu’une promo était en cours pour qu’il te la fasse, deux jeunes ont payés 50€ de plus pour le même produit...

Répondre à ce commentaire

Par Over, il y a 2 semaines (en réponse à Max):

En même temps... Micromafia, il n'y a rien a attendre. Mais la Fnac, Auchan et Cdiscount font de belles offres (même si ce n'est pas des prix "choc" )
Amazon est juste un foutage de gueule, juste les même promo que d'habitude .

Répondre à ce commentaire

Par NOT_LESS_OR_EQUAL, il y a 2 semaines :

BLACK FRIDAY. Ce jour où des gens sont capables de s'entretuer pour une machine à laver, ce jour où les gens renoncent à leur dignité au profit de la consommation, ce jour où l'être humain retourne à l'état primitif et à sa vraie nature.

Répondre à ce commentaire

Par Over, il y a 2 semaines (en réponse à NOT_LESS_OR_EQUAL):

Ce jour ou aux USA ils ont un lave linge a 100$ au lieu de 500$ ...mais qu'il y en a que 10.. et il y a 200 acheteurs... Normal que tu perds ta dignité quand t'as pas envie de galerer 6 mois en mangeant des patates pour te la payer.

Répondre à ce commentaire

Par Tyë, il y a 2 semaines via l'application Hitek :

Black Friday en France c'est un saucisson acheté un saucisson offert

Répondre à ce commentaire

Par Morty_Mocfly, il y a 2 semaines :

Le Black Friday n'existe pas à proprement parler en France, c'est juste une période de soldes comme on commence à en voir trop souvent; on est dans un climat de soldes constante, les prix paraissent gonflé le reste du temps.

Aux USA ils peuvent vendre à perte, on peut trouver des -70%,-80% sur des produits comme des TV. (Ce qui explique cette frénésie et ce chaos lors de l'ouverture).

En France on ne peut pas vendre à perte, du coup les remises sont à -20%,-30%,-40%. Bien loin de ce qui est annoncé et attendu lors d'un Black Friday. L'engouement est moindre à raison.
Faites nous des -80% sur des télés qualitative avec stock limité et je peux vous assurer que les gens se marcheront dessus.

Répondre à ce commentaire

Par Over, il y a 2 semaines (en réponse à Morty_Mocfly):

Pourtant , ca n'a pas empecher les sites de vente en ligne d'avoir des produits épuisé en quelques heures... C'est dommage quand même de ne pas avoir des grosses remises sur un stock limité. Quand je vois un prduit a 80 euros au lieu de 90 euros sur amazon (en temps de Black Friday) je laisse tomber. Un mois apres, il est a 80 euros comme prix normal chez amazon..

Répondre à ce commentaire

Par NOT_LESS_OR_EQUAL, il y a 2 semaines (en réponse à Morty_Mocfly):

Ben... non. Je préfère rester sans télé ou aller à la laverie pour mon linge que m'infliger ça.

On dirait les convois humanitaires qui distribuent des ressources et les gens qui s'entre-tuent pour récupérer un sac de patates. Sauf qu'ici il n'est pas question de denrées vitales mais de produits de confort.

Tout ceci prouve bien que la limite entre l'humain et l'animal primitif est toujours ténue et le moyen âge pas si lointain.

Répondre à ce commentaire

Par Over, il y a 2 semaines :

"En 2016, dans la ville de San Antonio, Isidro Zarate, 39 ans, est décédé d'une balle dans le cou après avoir tenté d'empêcher un homme de battre une femme sur le parking d'un Walmart, rapporte le Washington Post. Après s'être confronté à lui, l'agresseur s'est saisi de son pistolet et a commencé à tirer sur lui. Une balle l'atteint au cou, il décède sur le parking."
Quel rapport avec le Black Friday ?
Comme si en dehors de ce jour la, ca n'aurait pu arriver ....

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.