Ces photos ont ruiné la vie de ces gens devenus célèbres

De Dan - Posté le 10 mai 2017 à 14h48

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Ces photos, vous les connaissez toutes ! Elles sont partout dans les livres d'histoire et vous les avez déjà vu au moins une fois. Elles sont tout simplement historiques. Mais ce que vous ne savez peut-être pas c'est que les personnes qui y figurent ont vu leur vie ruinée après avoir eu leur moment de célébrité.

Peter Norman

Nous sommes en 1968, lors des JO de Mexico. Cette photo, sur laquelle on voit Tommie Smith et John Carlos arrivés premier et troisième du 200 mètres, levant le poing ganté de noir, les yeux fixés vers le sol, restera célèbre. Avec ce geste, les deux athlètes deviennent les symboles du Black Power pour dénoncer l'injustice que la population noire vit au quotidien aux USA malgré l'abolition de la ségrégation en 1964 par le Civil Rights Act.

Ce geste et notamment leur regard qui se détourne du drapeau américain pendant l'hymne national choquera l'opinion. Les sportifs seront sanctionnés, mais à l'aide d'un simple cliché pris par John Dominis, les deux hommes viennent de revendiquer en silence toute la souffrance et l'injustice dont sont victimes les noirs américains, le tout sous les yeux du monde entier. Ce n'est qu'à la fin des années 80 qu'on reconnaîtra leur action et leur courage.

Si tout le monde s'est concentré sur les deux athlètes afro-américains de la photo, il y a pourtant bien un troisième homme qui reste un acteur à part entière. Il s'appelle Peter Norman, il est Australien et partage le combat des deux afro-américains. Ce combat est aussi celui de l'Australie blanche. Il porte le badge de l'Olympic Project For Humans Rights, arboré par d'autres sportifs noirs. C'est l'Australien qui proposera aux athlètes noirs de se partager la paire de gants alors que l'un des deux avait oublié la sienne. Même s'il ne sera pas exclu du village olympique le lendemain de cette photo, il sera tout de même lié à vie avec ses deux camarades. Il sera privé de JO en 1972 même avec ses excellentes performances. Il retrouve son ancien travail d'enseignant. Travail qu'il perdra un peu plus tard sans forcément de raison claires et précises. Il vivra un vrai cauchemar après avoir soutenu toute une communauté devant des millions de spectateurs à travers le monde. En 2000, les autorités australiennes lui refuseront encore l'accès aux jeux olympiques de Sydney. Il sera même gommé de l'Histoire comme cette statue où Norman n'apparaît même pas !

En 2006, Peter Norman meurt d'une crise cardiaque. Tommie Smith et John Carlos, qui viennent d'être réhabilités, feront le voyage vers Melbourne pour porter le cercueil de leur camarade. Smith et Carlos diront de lui qu'il était le "seul sportif blanc qui eut assez de cran" pour permettre la portée universelle de leur geste.

George Holliday

En mars 1991, Rodney King, un afro-américain est passé à tabac par quatre policiers blancs de Los Angeles après une course poursuite. George Holliday, un vidéaste amateur est témoin de la scène. Il va filmer le passage à tabac. Dans cette vidéo de dix minutes, Rodney King reçoit 56 coups de matraque et met en lumière les violences policières dont sont victimes les Noirs américains. Ces images feront le tour du monde et l'acquittement des quatre policiers déclenchera des émeutes à Los Angeles un an plus tard entraînant 54 morts et plus de 3000 blessés.

Face à ces émeutes sans précédent, tout le monde veut trouver un responsable. Et tout le monde décide de pointer du doigt George Holliday. L'homme a commencé à recevoir des menaces de mort et quand les médias ont réussi à mettre un visage sur ce nom, très vite, il est devenu l'homme qui avait commencé les émeutes. A cause de ce cirque médiatique, Holliday va perdre son travail et divorcer. Et la poisse ira même jusqu'à mal orthographier son nom de famille en "Halliday" sur sa carte de Trivial Poursuit !

Juan Romero

En juin 1968, le sénateur Robert Kennedy se fait assassiner par Sirhan Sirhan. Lors de l'assassinat, un homme prend en photo le sénateur en train de mourir avec un témoin de la scène à ses côtés. Ce témoin est Juan Romero, un jeune immigré mexicain de 17 ans qui travaillait à l'hôtel où avait séjourné Kennedy. Il lui serrait la main au moment où il s'est fait tirer dessus.

Lorsque la photo a commencé à être diffusée dans les médias, les Américains ont commencé à considérer Romero comme étant le coupable. L'hôtel dans lequel il travaillait a commencé à recevoir un nombre important de courrier pour le blâmer d'avoir mis en danger Kennedy en l'arrêtant pour lui serrer la main. Certains iront même jusqu'à lui demander pourquoi ce n'était pas lui qui avait reçu la balle. Face à la pression, Romero dû changer régulièrement de ville. Il rata ses années de lycée, mais finalement, il parvint à fonder une famille. Cependant, il a toujours gardé en tête la culpabilité (infondée) qu'il avait facilité l'assassinat du sénateur…

Le sixième soldat d'Iwo Jima

Là encore il s'agit d'une des plus célèbres photos de l'Histoire : celle des soldats américains qui lèvent le drapeau américain sur l'île japonaise d'Iwo Jima en 1945. Au moment du cliché, le photographe n'a pas pu noter le nom des soldats. Cette photo de Joe Rosenthal, sur laquelle on peut voir six Marines levant à bout de bras un petit mât avec la bannière étoilée a servi à l'administration Roosevelt pour faire des soldats des stars dans le but de vendre un emprunt de guerre.

Le problème c'est que cette photo ne représente pas la fin des combats. Les batailles continuèrent et trois des six soldats sur la photo se firent tuer. Craignant que la campagne de pub tourne au bad buzz, l'armée américaine décida de rapatrier les survivants. Parmi eux John Bradley et Rene Gagnon. Le troisième soldat fut identifié comme étant Ira Hayes. Sauf que ce dernier ne voulait pas abandonner ses camarades au combat juste parce que quelqu'un avait pris une photo qui deviendra historique quelques années plus tard. Finalement, face aux pressions de ses supérieurs, Hayes est de retour au pays et devient un héros national.

Malheureusement pour lui, quand il apprend que tous ses camarades se sont fait tuer sur le champ de bataille, la culpabilité de les avoir abandonné va lui ruiner sa vie. Il va sombrer dans l'alcoolisme et finira par mourir…

Le photographe du pompier lors de l'attentat d'Oklahoma City

En 1995, après l'attentat qui touche la ville d'Oklahoma City, un employé d'une entreprise de gaz, Lester LaRue arrive sur les lieux du drame et capture une photo qui deviendra célèbre : celle d'un pompier portant un nourrisson mort dans ses bras. La photo fera le tour du monde sur toutes les couvertures des journaux.

Après avoir été contacté par Newsweek, LaRue autorise la publication de la photo en affirmant qu'il possède les droits sur le cliché. Sauf que l'entreprise de LaRue revendique la propriété de la photographie étant donné que le photographe amateur était sur son lieu de travail, pendant ses heures de bureau et avait utilisé un appareil photo appartenant à la société. La justice tranche : la photo appartient bien à la société qui emploie Lester LaRue. Ce dernier se fait licencier après une longue bataille juridique contre son entreprise. Cette dernière reversera l'intégralité des droits d'auteur de cette photo à une œuvre de charité.

Pour l'anecdote, la photo en question que vous avez vu n'est peut être pas celle prise par LaRue. Car au même moment, quasiment au même endroit et avec le même angle de vue, un certain Charles Porter prend presque le même cliché. La photo de Porter remportera le prix Pulitzer tandis que celle prise par LaRue aura ruiné sa réputation et l'aura mené au chômage

Une erreur ?

Mots-Clés : photohistoirehistoriquedrameVieruine

Source(s) : cracked.com

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (15)

Par boopette, il y a 7 mois :

ça m'attriste de voir qu'encore aujourd'hui ces injustices ne sont pas réparé

Répondre à ce commentaire

Par Aqrave, il y a 7 mois :

la légende dit que Tommie Smith et John Carlos sont encore à l'heure actuelle en train de regarder le bucket de KFC au pied du podium

PS: un jour je vais me faire Ban

Répondre à ce commentaire

Par Mononoke, il y a 7 mois (en réponse à Aqrave):

A priori c'est juste pas très drôle, et je sais pas qui est ce "Ban" mais persévère et un jour tkt po, tu te feras Ban :)

Répondre à ce commentaire

Par Sussmahbitt, il y a 7 mois (en réponse à Aqrave):

Vu que ce style "d'humour"(si on peut appeler cela comme ça) plaît apparemment à certaines personnes, je dirais que ce sont 15 lepenistes!

Répondre à ce commentaire

Par Mononoke, il y a 7 mois (en réponse à Sussmahbitt):

même à Mario Kart y'en a pas des raccourcis comme celui que tu viens de faire!

Répondre à ce commentaire

Par Sussmahbitt, il y a 7 mois (en réponse à Mononoke):

Lol c'est vrai que c'est un peu fort, mais ça n'exclue pas le fait que le post d'Agrave était de mauvais goût et même si ça me visait pas personnellement(je suis d'origine asiatique) j'en ai un peu marre des clichés (qui sont parfois drôles) mais qui très souvent revêt un caractère xénophobe . Bon j'arrête!!!

Répondre à ce commentaire

Par Sussmahbitt, il y a 7 mois (en réponse à Aqrave):

C pas drôle!
Thierry... tu sors!

Répondre à ce commentaire

Par Korben, il y a 7 mois via l'application Hitek :

Pour la dernière ce qui est réconfortant, c'est que l entreprise n as pas profiter des sous qu elle aurait pu se faire, et ça c'est beau.

Répondre à ce commentaire

Par Idrii, il y a 7 mois via l'application Hitek :

J'suis content que Potter ai remporté le prix Pulitzer ;)

Répondre à ce commentaire

Par Bescherelle, il y a 7 mois :

Potter ou Porter, dans la dernière phrase?

Répondre à ce commentaire

Par NoOnesCares, il y a 7 mois :

l

Répondre à ce commentaire

Par Starkss, il y a 7 mois :

Pour la photo du drapeau, ils en ont fait un film si mes souvenirs sont bons "A la mémoire de nos père" encore une fois selon ma mémoire :)

Répondre à ce commentaire

Par Narbrion, il y a 7 mois (en réponse à Starkss):

Effectivement, c'est un film de Clint Eastwood sorti un peu avant "Lettres d'Iwo Jima" (toujours de Clint) qui traite la guerre du point de vu japonais. Deux beau film d'un grand Homme du cinéma.

Répondre à ce commentaire

Par john, il y a 7 mois :

Peter Norman n'a pas été gommé de l'histoire sur la statue. S'il n'y est pas, c'est justement pour signifier que n'importe qui peut prendre sa place et se battre pour les droits de l'homme.

Après, c'est clair qu'il est oublié par ailleurs.

Répondre à ce commentaire

Par Betamax, il y a 7 mois :

Des flics qui tabassent un gars à terre ... C'est dégueulasse. Et pourtant dieu sait que ça arrive souvent partout dans le monde

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.