Le cannibalisme : vous reprendrez bien un bout d'humain ?

De Justin Auteur - Posté le 28 avril 2017 à 15h56 dans Insolite

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

"Le cannibalisme est une des manifestations les plus évidentes de la tendresse" déclarait Salvador Dali. En effet, et même s’ils sont moins nombreux qu’à l’époque du célèbre peintre espagnol, les cannibales représentent, encore aujourd’hui, trois millions de la population mondiale. Très éloignée des coutumes occidentales, l’anthropophagie fait, ainsi, la une de nombreux faits divers et cristallise même une inquiétude particulière dans certaines régions du monde. Les raisons sont nombreuses, s’étendant des simples mœurs traditionnelles à une expression sentimentale extrême. Il s’agit de retracer les origines du cannibalisme, avant de comprendre comment il est devenu le tabou d’une société civilisée. Un tabou qui inspire toutefois le cinéma comme le prouve le film Grave

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

Des origines anciennes, mais une problématique contemporaine

On définit le cannibalisme comme une pratique qui consiste pour l’homme, à manger un autre homme. Scientifiquement, on le nomme l’"anthropophagie" et sa découverte remonte aux explorateurs européens et à leur rencontre avec les peuples d’Amérique Latine jugés "primitifs". Du moins, ce sont ses origines les plus sûres. En vérité, le cannibalisme semble aussi vieux que l’humanité : des traces de dépeçage étaient déjà retrouvées sur des ossements humains à la préhistoire. Mais comment les hommes en sont venus à se manger entre eux ? L’histoire ne le dit pas, même si quelques réponses peuvent se trouver dans les civilisations primitives. Le cannibalisme est, traditionnellement, issu de rites. C’est la haine qui anime l’homme principalement, ou parfois la volonté d’humilier un adversaire défaitiste. Dans tous les cas, certaines parties du corps sont plus appréciées que d’autres, c’est le cas des fesses et des cuisses, jugées plus tendres. 

C’est ainsi qu’on peut définir de nombreux types d’anthropophagie. La rituelle tout d’abord, qui répond à des convictions religieuses ou culturelles. Par exemple, les Tupi-Guarini d’Amazonie établissent un ordre soigneux selon leurs coutumes. On distingue tout d’abord la capture, marquée par une danse et un habillement particulier des prisonniers. Viennent ensuite les préparatifs qui invitent les habitants de village voisins à se joindre à la fête. Enfin, après l’exécution à la massue se trouve le final, où l’on ouvre le dos du prisonnier avant de se partager les morceaux du corps. Dans un registre complètement différent, on retrouve le cannibalisme criminel, marqué par une frénésie amoureuse particulière, développé notamment dans les sociétés contemporaines. C’est, comme l’explique Freud, "la fascination et la répulsion" qui animent le cannibale. Enfin, il existe une dernière forme : l’anthropophagie "alimentaire", liée à une pénurie. Il s’agit d’un cas rarissime où des catastrophes naturelles viennent exclure des occidentaux de toute vivre. Dans ces cas précis, ils n’auront d’autres choix que de se tourner vers le cannibalisme.

tupi

Malgré le déclin du cannibalisme en dépit d’une société civilisée qui l’interdit fermement, des civilisations se prêtent encore à la coutume. La République Démocratique du Congo, par exemple, est largement secouée par des abominations récurrentes malgré le combat du gouvernement. Ce seraient les Pygmées de la forêt de l’Ituri qui y seraient confrontés régulièrement, des atrocités intimement liées aux actes de guerre. De nombreuses enquêtes relatent les mêmes inquiétudes : à Ituri, le cannibalisme serait, en effet, une banalité quotidienne. Et si, à l’échelle nationale, le Président de la RDC semble s’agiter, la communauté internationale se montre plus indulgente, jusqu’à parfois tolérer certaines actions statuées comme des coutumes de tribu.

Pourtant, au-delà de frontières plus ou moins locales, les Etats condamnent avec conviction les actes anthropophages, jusqu’à les muer en tabou contemporain.

Du rite au crime

De nombreux psychanalystes et ethnologues se sont appliqués à comprendre l’anthropophagie. Ils ont ainsi jugé le cannibalisme "primitif" jusqu’à construire un véritable tabou moderne, au même titre que l’inceste. Ces études suivent les découvertes des différents explorateurs, heurtés par les pratiques "barbares" des peuples amérindiens. Ils scindent alors, une nouvelle fois, deux types de comportements différents. Le premier, ce serait cette idée que le cannibalisme serait le stade premier du développement d’une civilisation. Pour la seconde forme, il s’agit de comprendre comment un individu parfaitement civilisé en viendrait à manger un autre humain. Les sociologues trouveraient leurs réponses dans un refoulement de la vie sociale et publique.

cannibalisme

Ainsi, d’une tradition banale, le cannibalisme est devenu un crime. Régulièrement, les faits divers relatent des condamnations d’actes anthropophagie, le plus notoire restant celui d’Issei Sagawa. Cet étudiant japonais a, en effet, dévoré sa petite amie néerlandaise en 1981 à Paris. Face à l’acte barbare et très peu commun, le Japonais a fait l’actualité pendant plusieurs jours, pourtant, il n’avait aucunement conscience de la gravité de son geste. Pour lui, une nouvelle fois, tout semblait "banal". C’est le même sentiment que dégage le "cannibale de Rotenbourg", condamné à perpétuité en 2004 après avoir tué et mangé un homme rencontré sur Internet. Pourtant, Armin Meiwes, le jeune allemand, défendait la thèse d’un "meurtre par consentement" puisque la victime en question, était parfaitement consciente de ce qu’elle allait subir. Ces différents faits divers caractérisent avec persistante la théorie d’un refoulement social.

Ainsi, tandis que les traditions cannibales se démystifient sous la pression civilisée, les coutumes viennent dans les mains des médias et de la culture. Aujourd’hui, chaque acte cannibale fait la une des journaux télévisés, comme en témoigne Issei Sagawa. On leur octroie même des surnoms peu flatteurs, déshumanisant le meurtrier : le "Boucher", le "Cannibal" etc. De plus, c’est désormais la culture qui s’empare du phénomène. Si les zombies sont particulièrement à la mode, ils sont, en effet, une métaphore des actes barbares cannibales.

Se fondant sur des origines traditionnelles, l’anthropophagie est devenue, suite aux analyses sociologiques et ethnologiques, un prohibé de la société contemporaine. Si les médias et les gouvernements tentent d’incriminer cet acte barbare, il n’a, pour autant, pas totalement disparu des sociétés. Pourtant, certains soulignent avec un certain sarcasme (et pas toujours forcément d’ailleurs), que le cannibalisme pourrait résoudre le problème persistant de la faim dans le monde.  

Une erreur ?

Mots-Clés : dossiercannibalisme

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (15)

Par jeanLucasec, il y a 7 mois :

Ca donne faim !

Répondre à ce commentaire

Par Jéjé, il y a 7 mois via l'application Hitek :

Et tout ça accompagné d'un excellent Chianti !

Répondre à ce commentaire

Par pizza, il y a 7 mois via l'application Hitek :

la seul chose qui rends le cannibalisme degeulasse c'est le rapport qu'on a avec le fait de manger de l'humain. Objectivement ca n'a rien de degeulasse.

Répondre à ce commentaire

Par Mlksnk, il y a 7 mois via l'application Hitek :

La derniere phrase... C'est pas completement bete.

Répondre à ce commentaire

Par Audif0, il y a 7 mois :

Ça tombe bien je suis entrain de manger...je vous laisse deviner quoi.

Répondre à ce commentaire

Par Le E D'amour, il y a 7 mois via l'application Hitek :

une salade de carotte tofu en bon vegan je suppose. _-_

Répondre à ce commentaire

Par Vaqui, il y a 7 mois :

Et d'après certains, le cannibalisme va bien plus loin que de manger simplement des humains, c'est également l'utilisation d'un morceau de corps étranger pour son propre corps.

Ce qui inclus donc les transfusions sanguines, ainsi que les greffes d'organes.

Donc, d'après ce raisonnement, nous sommes dans une société en partie cannibale. (Et pas anthropophage, sauf pour le gosse que vous auriez bouffé vivant, mais ça, c'était pour le travail.)

Répondre à ce commentaire

Par Guermantes., il y a 7 mois :

Hey ! C'est plutot chouette ce genre d'articles, surtout quand c'est bien renseigné. Mais il y a quand même de grosses bêtises sur les pratiques amérindiennes :o
Est ce que vous pourriez mettre vos sources en fin d'article pour ceux que ça intéresse ? :)

Répondre à ce commentaire

Par DarkMutsumi, il y a 7 mois (en réponse à Guermantes.):

Voire même mettre vos sources pour chacun de vos articles? ^^

Répondre à ce commentaire

Par Hater, il y a 7 mois :

A savoir que le cannibalisme n'a rien à voir avec une question de morale, ou de bon sens. Nombre d'animaux ne pratiquent pas le cannibalisme même en pénurie de nourriture. Quand d'autres oui...

Répondre à ce commentaire

Par Diazzo , il y a 7 mois :

Franchement c'est degueu et inhumaine

Répondre à ce commentaire

Par Isidor, il y a 7 mois :

Ya des gen qui croient a ces bétises encore.

Répondre à ce commentaire

Par sir staw, il y a 7 mois via l'application Hitek :

Le cannibalisme ou le fait de manger un autre humain est "normal", nous mangeons de la viande quotidiennement alors pourquoi s offusquer pour un morceau de viande autre qu animal ... car c est un dilemme moral pour nous autres élevés dans nos sociétés actuelles mais bon comme le montre le film 'soleil vert' , le fait de manger un etre humain est devenu la norme du fait qu il a ete changé en gateau, rendant cela plus acceptable et présentable.
Avis personnel je pense comme tout a chacun que si on nous sert de l humain au diner bien présenté style a la Hannibal nous dégusterions tous allegrement le plat sans en laisser la moindre miette. ^^

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Star Wars Battlefront II : un multijoueurs réussi gâché par un solo insipide

Star Wars Battlefront 2

Il y a 3 jours

Note : 7,6666666666667
Test L.A. Noire : menez l'enquête à Los Angeles avec l'agent de police Cole Phelps

L.A. Noire

Il y a 4 jours

Note : 8,25
Test Huawei Y6 Pro, un beau smartphone d'entrée de gamme : fiche technique, prix et date de sortie

Huawei Y6 Pro

Il y a 6 jours

Note : 7,2