Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Test Detroit Become Human : une nouvelle expérience narrative à la hauteur de Quantic Dream

De GomeWars - 25 mai 2018 à 14:57 dans Jeux vidéo

Après 5 années d'attente, les amateurs des travaux des studios parisiens de Quantic Dream vont pouvoir se repaitre de Detroit Become Human, le dernier titre estampillé David Cage. Expérience narrative dans un monde futuriste, mais plausible où les androïdes s'éveillent, Detroit Become Human est l'apogée de 4 années de travail et surtout, d'un…

Lire le test Detroit Become Human

Points positifs et négatifs Detroit Become Human

  • La multitude de choix disponibles

  • L'univers

  • La BO qui prend aux tripes

  • Des scènes tantôt épiques, tantôt touchantes

  • Un univers riche et travaillé

  • Les personnages qui prennent vie à l'écran...

  • ... même si Markus est un peu en deçà des deux autres

  • La présence de quelques clichés

  • Quelques QTE trop rapides pour bien apprécier la scène en mode expert

8,8

/10

  • Graphismes : 9/10
  • Gameplay : 7/10
  • Bande son : 10/10
  • Durée de vie : 9/10
Photos et Vidéos (10)
Présentation Detroit Become Human

Après Heavy Rain et Beyond Two Souls, les studios Quantic Dream sous la coupe de David Cage sont de retour en 2018 avec Detroit Become Human. C'est en 2015, au cours de la Paris Games Week, qu'est dévoilée l'exclusivité PS4. Dans la ville de Détroit, aux Etats-Unis, androïdes et humains vivent en harmonie. Jusqu'au jour où des comportements étranges de la part des machines vont être enregistrés. L'intrigue suit l'histoire de trois androïdes : Kara, Markus et Connor.

Une expérience narrative signée Quantic Dream

Trois personnages, trois histoires différentes et surtout, une narration travaillée, intrigante et prenante, là sont les points clés de ce que devrait être ce Detroit Become Human. La particularité des titres Quantic Dream réside dans son arborescence, exprimée par les choix multiples et les changements opérants, alors inscrits dans l'intrigue. Vos décisions auront un impact direct sur le déroulement de l'histoire et le destin des personnages. La rejouabilité y est présente et Detroit Become Human compte bien s'atteler à devenir le fer de lance des studios dans ce domaine. 

Comme à son habitude, David Cage a fait appel à de vrais acteurs pour donner vie à l'écran. Detro…

» lire la suite

Après Heavy Rain et Beyond Two Souls, les studios Quantic Dream sous la coupe de David Cage sont de retour en 2018 avec Detroit Become Human. C'est en 2015, au cours de la Paris Games Week, qu'est dévoilée l'exclusivité PS4. Dans la ville de Détroit, aux Etats-Unis, androïdes et humains vivent en harmonie. Jusqu'au jour où des comportements étranges de la part des machines vont être enregistrés. L'intrigue suit l'histoire de trois androïdes : Kara, Markus et Connor.

Une expérience narrative signée Quantic Dream

Trois personnages, trois histoires différentes et surtout, une narration travaillée, intrigante et prenante, là sont les points clés de ce que devrait être ce Detroit Become Human. La particularité des titres Quantic Dream réside dans son arborescence, exprimée par les choix multiples et les changements opérants, alors inscrits dans l'intrigue. Vos décisions auront un impact direct sur le déroulement de l'histoire et le destin des personnages. La rejouabilité y est présente et Detroit Become Human compte bien s'atteler à devenir le fer de lance des studios dans ce domaine. 

Comme à son habitude, David Cage a fait appel à de vrais acteurs pour donner vie à l'écran. Detroit Become Human tient à s'éloigner de l'image de film interactif, en rappelant qu'il est avant tout un jeu vidéo. Néanmoins, vous pourrez profiter des nombreuses cinématiques, qui vous offriront une expérience narrative façon Quantic Dream. 

Avec un scénario annoncé comme 20 fois plus complexe que les précédents titres, Detroit Become Human ne manque pas de panache. D'autant plus que le studio a un historique de haute voltige. Pour rappel, le titre sort exclusivement sur PS4 le 25 mai 2018.  

« refermer
Caractéristiques

Éditeur : Sony

Genre : action-aventure

Disponible sur : PS4

Développeur : Quantic Dream

De GomeWars - 25 mai 2018 à 14:57 dans Jeux vidéo

Après 5 années d'attente, les amateurs des travaux des studios parisiens de Quantic Dream vont pouvoir se repaitre de Detroit Become Human, le dernier titre estampillé David Cage. Expérience narrative dans un monde futuriste, mais plausible où les androïdes s'éveillent, Detroit Become Human est l'apogée de 4 années de travail et surtout, d'un script ayant nécessité deux années de mobilisation. Vos choix impacteront le déroulement de l'intrigue, aussi bien à court qu'à long terme. Exclusivité PS4, Detroit Become Human est-il un incontournable de la console ? Peut-être bien. En tous cas, nous allons tenté d'y répondre.  

Ex machina all over again

Saut dans le temps jusqu'en 2038 où les androïdes sont des produits du quotidien. Dans la ville nord-américaine de Détroit, les androïdes font partie intégrante de la société. Domestiques, employées de bureau, membres des forces de l'ordre et même soldats dans l'armée, ces machines épaulent et remplacent peu à peu les humains. Leur présence divise et pour cause, le taux de chômage a grimpé en flèche.

À la manière des rednecks de la série South Park, le slogan "Ils nous volent notre travail" est visible et cette avancée technologique sur pattes est mal vue par une partie de la société. Dans ce monde, acquérir un androïde équivaut à changer de voiture. Des événements à priori isolés vont venir briser cette harmonie déguisée. L'intrigue orbite autour de Kara, Markus et Connor, trois androïdes bien différents dont les destins s'entremêlent. Mais de quelle manière ? À vous de le découvrir. 

1

Kara est une androïde domestique, créée pour entretenir un domicile et venir en aide aux propriétaires des lieux. Aux mains d'un père un tantinet colérique, elle devra s'occuper de la petite Alice. Markus est une aide à domicile, chargée de s'occuper d'un riche peintre dont la santé vacille. Quant à Connor, froid et déterminé, il est envoyé par CyberLife, la société à l'origine de la démocratisation des androïdes, pour enquêter sur les événements particuliers enregistrés dans la ville de Détroit. Chaque androïde a ses prétentions, sa vision de la société actuelle, ses propres "envies", mais également son thème musical.

Trois androïdes, trois thèmes, trois compositeurs. La bande-son est LE point fort de Detroit Become Human. Point subjectif, il va de soi. Cette dernière retranscrit à merveille ce que tient à communiquer le jeu. Tantôt épique, tantôt dramatique, elle parvient à prendre aux tripes et à donner vie à ce que l'on a sous les yeux. Davantage que le jeu des acteurs qui brille sans pareil. Sur ce point, Kara et Connor sont un poil au dessus de Markus, ralenti éventuellement par le poids de son intrigue.

Une aventure narrative unique en son genre

Detroit Become Human n'est pas un jeu pour tout le monde. David Cage a beau répéter que ses jeux ne sont pas des films, certains peuvent le voir différemment, et leur raisonnement est compréhensible. La majorité du gameplay de Detroit Become Human se dessine sous la forme de QTE. On aime ou on n'aime pas... Le reste du temps de jeu est détenu par les cinématiques et des séquences de déplacements et d'exploration en demi-teinte, plus nombreuses qu'il n'y parait. Detroit Become Human n'est pas un jeu vidéo classique. C'est une expérience narrative avant tout. Même si nos mains ne sont pas constamment crispées sur les gâchettes de la manette, le titre de Quantic Dream vient faire travailler d'autres parties de votre corps et plus particulièrement, votre cerveau. Analyse, compréhension, réflexion, anticipation, le premier run de Detroit Become Human est une claque. 

À chaque fin de chapitre, Detroit en dévoile l'arborescence. Et c'est à ce moment là que cet opus frappe fort. Les possibilités sont extrêmement nombreuses. Des milliers de choix disponibles, perchés ou non sur la voie de votre intrigue par la seule pression d'un bouton de votre manette. En termes de temps de jeu, comptez une dizaine d'heures pour le run initial, puis le reste varie en fonction de vos envies. Bien évidemment, il est possible de recommencer l'aventure de zéro. Toutefois, il est impossible de passer les cinématiques et revivre une aventure connue en partie peut s'avérer ennuyant. Pour pallier en partie ce problème, le jeu propose de reprendre l'aventure à des moments-clés. Une manière de compléter l'arborescence et en découvrir les différentes fins. Car oui, les fins sont nombreuses.

1

Différent, parfois troublant, Detroit Become Human va au delà du film en vous procurant de l'intéractivité. Pour ce côté là, le titre de Quantic Dream a un petit côté "livre dont vous êtes le héros". Au fur et à mesure de vos premiers choix, vous vous transposez dans cette aventure pour y prendre part, en quelques sens. La première apogée est toujours la plus poignante. Recommencez Detroit pour en découvrir les fins alternatives revient à visionner les fins alternatives d'un film dès la sortie de la salle de cinéma. 

Là où le jeu surprend, c'est sur le travail d'écriture. Il est tout bonnement dantesque. Deux années de travail qui semblent avoir oublié les jours fériés tant les possibilités sont immenses. Le fil rouge du titre est accompagné d'une question : "Les androïdes peuvent-ils être considérés comme une forme de vie à part entière ?". Plutôt que de vous demander de prendre une feuille et un stylo, Quantic Dream fait le choix de vous mettre une manette en main. Un devoir plutôt ludique qui ne manque pas de faire réfléchir. Des questions sont posées et vous devrez faire des choix, rapides, puisque vous n'avez que quelques secondes pour y répondre à chaque fois. La question, précédemment posée, peut obtenir une réponse sous "Oui" ou "Non". Seulement, la force de Detroit Become Human, c'est d'apporter des éléments de réflexion, tout au long de l'aventure, pour vous accompagner dans ce raisonnement ou vous en dérouter. 

Des choix qui ont de l'importance

Les personnages, à la programmation diamétralement opposée, viendront vérifier si vos choix ont évolué. Bien évidemment, vous pouvez vous conforter dans l'idée qu'untel est borné et froid ou aimant et altruiste. Quoique vous choisissiez, vos choix auront un impact. Non pas sur la fin, mais sur l'instant présent. Malgré la qualité de l'écriture, Detroit Become Human ne parvient pas totalement à sortir des sentiers du cliché. Certains passages tiennent un peu trop à faire passer une idée précise, tâchant à moitié l'idée du tout possible. Les thèmes abordés sont en accord avec la classification du titre et certaines facilités scénaristiques sont entrevues à plusieurs moments, vers la fin notamment. Toutefois, les fins sont nombreuses et diverses et même si deux aventures ne peuvent s'empêcher de garder le même fil conducteur, elles restent différentes et chaque fin peut se vanter de posséder une identité propre. 

D'un point de vue visuel, Detroit est très beau. Sur PS4 Pro, le titre embrasse à merveille les possibilités de la console, sans toutefois les pousser à leur paroxysme. Detroit est à la hauteur actuel mais n'a pas la prétention de les dépasser, là n'est pas son but. Joli travail toutefois au niveau des animations, où la technologie liée au motion capture rend vraiment bien à l'écran. Les personnages principaux ont tout bonnement l'air vivants, peaufinés comme il se doit. Quelques défauts d'animation ont été remarqués ici et là, mais rien de contraignant. Le regard a encore une fois été revu à la hausse, donnant une véritable profondeur à l'expression faciale de certains personnages. 

1

Si Detroit n'est qu'une aventure intéractive ponctuée de QTE, y a-t-il une réelle difficulté ? Dans un sens, oui et non. Réponse classique n'est-ce pas ? Deux difficultés s'offrent à vous, normale ou expérimentée. Si vous tenez à ce que votre aventure soit régulée par vos seules décisions, partez en direction de la difficulté la plus basse. Les séquences de QTE sont rapides et il peut arriver que votre coordination cerveau/doigt soit un tantinet rouillée. L'intrigue ne pardonne pas et une touche manquée peut se terminer sur la mort d'un personnage. À vous de voir si vous souhaitez recommencer la scène ou continuer sur cette voie. 

Chaque erreur peut vous coûter votre intrigue et lors de certains passages, votre esprit se concentrera davantage sur l'apparition des touches à l'écran que sur la scène elle-même. Qui plus est, certaines combinaisons de touches alambiquées ne manqueront pas de vous frustrer dans le cadre d'un échec. Certains passages, dotés d'un timer, vous obligeront à scruter chaque recoin de votre écran pour maximiser vos chances (cacher des preuves, pirater une caméra,...). Une certaine forme de paranoïa s'empare de vous et il faudra parfois attendre la fin du chapitre pour parvenir à faire baisser votre tension. 

Conclusion 

Les années passent et à la manière d'un bon vin, Quantic Dream ne cesse de prendre de la saveur, leurs créations également. Detroit Become Human représente l'apogée d'un travail et d'un savoir-faire propre aux studios français. Cette expérience narrative ne manque pas de faire ressortir quelque chose aux joueurs. Là est l'objectif même d'un jeu vidéo. Divertir, faire vivre, Detroit le réussi à merveille. Même si quelques clichés sont présents ici et là, le travail d'écriture y est titanesque et les personnages que sont Kara, Markus et Connor sont plus qu'attachants, ils sont vrais. Chacun d'entre eux véhicule une idée, un sentiment qui lui est propre et qui est retranscrit à merveille par le biais du jeu d'acteur. Mention spéciale à la bande-originale qui couvre à merveille les nombreuses scènes du titre. Les tons distinctifs y sont mémorables et tranchent avec certaines teintes classiques. Detroit est une expérience à la fois unique et rejouable tellement de fois grâce à son arborescence qui n'en finit pas. Si les cinématiques et les QTE ne sont pas pour vous, passez votre chemin. Pour les autres, foncez. 

Points positifs et négatifs Detroit Become Human

  • La multitude de choix disponibles

  • L'univers

  • La BO qui prend aux tripes

  • Des scènes tantôt épiques, tantôt touchantes

  • Un univers riche et travaillé

  • Les personnages qui prennent vie à l'écran...

  • ... même si Markus est un peu en deçà des deux autres

  • La présence de quelques clichés

  • Quelques QTE trop rapides pour bien apprécier la scène en mode expert

8,8

/10

  • Graphismes : 9/10
  • Gameplay : 7/10
  • Bande son : 10/10
  • Durée de vie : 9/10
avis des internautes (0)
pic

Dernier avis positif

Aucun avis positif.

Laisse un avis !

VS
pic

Dernier avis négatif

Aucun avis négatif.

Laisse un avis !


Tu as joué à Detroit Become Human ? Laisse un avis !

Aucun avis n'a été laissé pour l'instant.

Commentaires (1)

Par Baguetto, il y a 3 semaines :

Ahhhh ça valait le coup d'exploiter ses employés ! Chouette !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.