Rechercher Annuler

WhatsApp : ce coup de gueule contre les groupes de famille buzz sur Twitter, les internautes s’en mêlent

De Mélanie - Posté le 24 janvier 2023 à 21h49 dans Insolite

De plus en plus de familles partagent un groupe de messages qui permet d'échanger en simultané avec sa mère, son père, ses frères et soeurs, voire même les oncles, tantes et grand-parents, que ce soit sur WhatsApp ou Messenger. Mais si certains ne publient que du contenu pertinent, et à petite dose, d'autres se lâchent complètement, inondant leurs interlocuteurs de vidéos, photos et anecdotes ! Une situation qu'un père de famille américain a vécu, et contre laquelle il a poussé un coup de gueule qu'on vous partage ici.

les groupes familiaux de messages, un enfer pour les adultes ?

Il y a une semaine, le 17 janvier dernier, une internaute a partagé avec ses followers une capture d'écran d'un message de son père, un américain qui n'en pouvait plus de devoir réagir à chaque message de leur groupe familial. Mais qui est ce monsieur ? D'après nos confrères de France Info, il s'agit de Thomas D’Orazio, un homme d'une cinquantaine d'années, qui vit aux États-Unis. Lui, sa femme et ses deux filles de 23 et 19 ans ont fondé un groupe WhatsApp de famille, qui s'est avéré au bout du compte une expérience épuisante. Il a ainsi annoncé son départ en quelques lignes, qui auraient dû tomber dans l'oubli... C'était sans compter le tweet de sa fille, vu par 14,5 millions de personnes et aimé plus de 400 000 fois : la capture d'écran du message de son père a ainsi trouvé un écho aussi surprenant qu'inattendu sur Internet ! De nombreux commentaires sont venus étoffer ce post, mettant en lumière un véritable ras-le-bol général face à cette connexion omniprésente. 

My dad seriously sent this to our family groupchat im crying pic.twitter.com/em70wVKHti

January 17, 2023

Mon père a vraiment envoyé ça à notre groupe de messages familial je pleure

Je n’en peux plus de cette pression de devoir toujours rigoler ou aimer ou apprécier les pensées, les photos et les plaisirs aléatoires de tout le monde. Pour les prochains messages : je les adore, ils me font rire et je les apprécie sauf si ce n’est pas bien, alors je ne les aime pas. Pour toujours. Je ne peux pas vivre avec cette pression. Je vous quitte.

Thomas D’Orazio n'est pas seul, et ce qu'il expérimente dans ce tweet a un nom. Il s'agit de l’épuisement numérique, une sur-sollicitation vécue par les internautes, qui doivent désormais compter avec les échanges familiaux, en plus des échanges professionnels déjà considérables. Un phénomène accentué par les confinements liés à la crise du Covid, durant lesquels, séparés et isolés les uns des autres, nous avons cédé encore d'avantage aux sirènes du numériques. Une illusion de rapprochement qui se traduit par une hausse du temps d’écran chez les Français. Ceux-ci déclarent les consulter quelques 4h49 par jour, soit 19 minutes de plus qu’il y a deux ans, d'après une étude du site expert du comportement, BVA. Des chiffres qui ne sont pas prêts de baisser, même si la sur-exposition aux réseaux sociaux en rend visiblement plus d'un malade... Même si d'autres adorent le principe des groupes de famille, comme vous pouvez le constater ci-dessous !

Si un homme t’a déjà mis dans le groupe whatsapp de sa famille , c’est que c’est le bon .

January 18, 2023

mon oncle qui nous envoie sans contexte au milieu dr la conversation d’un coup une photo de lui et karine le marchand c’est exactement pour ça que j’ai créé le groupe whatsapp de ma famille

January 17, 2023

Oh putain mon daron vient de créer un groupe WhatsApp famille aidez moi je fais quoi ?

January 18, 2023

C’est toujours dans les groupes whatsapp de famille que tu vas voir les voices de 8-10 min

January 16, 2023

On aurait dit un message whatsapp d'un tonton gênant sur le groupe de famille... https://t.co/KD7sZp8cBm

January 19, 2023

Ma mère dans le groupe Snap familial qui raconte quelques choses avec joie , ça me réchauffe le cœur

January 24, 2023

Une erreur ?

Mots-Clés : twitterWhatsappfamillereseaux sociaux

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (13)

Par Nina, il y a 4 jours :

Moi j'adore perso

Répondre à ce commentaire

Par zoxotoboxo, il y a 4 jours :

Foutez toute cette merde de réseaux, de WhatsApp et de smartphones à la poubelle, et reprenez une vie normale.

Répondre à ce commentaire

Par seiyaken, il y a 4 jours (en réponse à zoxotoboxo):

Et c'est quoi une vie normale ?

Répondre à ce commentaire

Par zoxotoboxo, il y a 3 jours (en réponse à seiyaken):

Une vie dans laquelle on passe pas toute sa journée à mater un smartphone à la con.

Répondre à ce commentaire

Par Jijilm, il y a 3 jours (en réponse à zoxotoboxo):

On peut avoir les 2.
J'ai un compte Facebook et twitter que je n'utilise pas.

J'ai un compte whatsapp avec un groupe famille que j'utilise pour communiquer rapidement et à tous.

Pas de pression, pas de partage de vie pourrie, pas de faux like.
Bref, une vie normale.

Répondre à ce commentaire

Par zoxotoboxo, il y a 3 jours (en réponse à Jijilm):

Oui, on peut avoir les deux.
Le problème n'est pas d'utiliser tous ces trucs, mais d'en devenir addict comme bien trop de gens.

Répondre à ce commentaire

Par Quarto©, il y a 3 jours (en réponse à zoxotoboxo):

Pleurnicher contre les réseaux sociaux et donner de grande leçons de morales aux méchant "bien trop nombreux" c'est un truc de beauf réactionnaire.

Répondre à ce commentaire

Par zoxotoboxo, il y a 3 jours (en réponse à Quarto©):

Hop ! Encore des propos déformés. Ta grande spécialité. :)

Répondre à ce commentaire

Par Obvious ¯⁠\⁠_⁠(⁠ツ⁠)⁠_⁠/⁠¯, il y a 3 jours (en réponse à zoxotoboxo):

Alors que fait tu ici?

Répondre à ce commentaire

Par zoxotoboxo, il y a 3 jours (en réponse à Obvious ¯⁠\⁠_⁠(⁠ツ⁠)⁠_⁠/⁠¯):

Ici, je ne suis pas sur un réseau social ou sur Whatsfuck, je suis sur un site Internet, et je ne passe pas ma vie sur Internet, et encore moins sur un smartphone.

Répondre à ce commentaire

Par sk4hrr, il y a 4 jours :

Sinon il peut aussi apprendre à utiliser WhatsApp en mettant la conversation en silencieux ou même la mettre en archive puis en cochant "Maintenir les discussions archivées". Comme ça il va dans le groupe que quand il a envie ou quelque chose à dire lui. Il pourrait même utiliser l'obtient empêchant des gens de l'ajouter dans des groupes.
Enfin, comme je l'ai dit, apprendre à utiliser WhatsApp.

Oui je fais ça sur tout les groupes parce qu'en réalité, y a très peu d'échange qui concerne tout le groupe.

Répondre à ce commentaire

Par KK, il y a 4 jours (en réponse à sk4hrr):

Tu met en silencieux, ta famille te reproche de ne pas être présent car tu ne commente jamais ou autre..

C'est surement ce qui est arrivé à cet homme, au bout d'un moment stop de toujours répondre quand tu n'a pas envie et mettre en silencieux n'arrange pas les choses...

Tout dépend du groupe que tu as et les échanges de groupe diverge d'un individu à un autre...

Répondre à ce commentaire

Par Heh, il y a 2 jours :

J'adore les gens qui veulent donner des leçons puis qui se cachent derrière "c'est pas un réseau social ici". Par définition, si. Tout site internet permettant des échanges est un réseau social.
Cette incohérence mise à part, il est parfaitement possible de combiner réseaux sociaux et "vraie vie" (les réseaux font aussi partie de la vrai vie hein, vous entrez juste dans une caricature). Les groupes WhatsApp famille c'est aussi ce qui vous permet de discuter avec des membres de votre famille qui habitent loin ou ne vivent pas dans le même pays que vous, alors à moins que vous soyez toutes et tous prêt à changer de pays pour une journée, je pense qu'on peut s'accorder à dire que les groupes WhatsApp ne vont pas spécialement nous couper des autres ou de la vie. Suffit d'utiliser les réseaux sociaux en ayant conscience de ce qu'ils peuvent impliquer.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.