Rechercher Annuler

Batman : The Killing Joke, ce qu’on a pensé de l’adaptation du comics culte d’Alan Moore

De Gaetan Desrois - Posté le 1 août 2016 à 12h00 dans Mangas/Comics

Après Batman : Year One, Batman : The Dark Knight Returns et Le Fils de Batman, le DC Universe Animated Original Movies s’attaque à l’adaptation d’un autre comics culte sur le Chevalier Noir de Gotham, et pas n’importe lequel : The Killing Joke, d’Alan Moore et Brian Bolland. On vous dit tout sur ce film ! Attention, si vous n’avez pas lu le comics, sachez que cet article contient quelques spoils.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

Un des plus grands comics de l’histoire adapté

On connait tous le génie d’Alan Moore, qui a révolutionné le monde du comics à de très nombreuses reprises. Que ce soit avec V pour Vendetta, Watchmen, La Ligue des Gentlemen extraordinaires, From Hell, ou plus récemment Providence, le scénariste britannique frappe fort, et tout le monde est unanime : chacune de ses oeuvres frôle la perfection. The Killing Joke ne fait pas exception à la règle (et ce malgré le très mauvais avis que Moore a de cette oeuvre). Dans ce one-shot d’à peine 40 pages publié en 1988, le Joker s’est à nouveau échappé d’Arkham, plus dingue que jamais. Déterminé à prouver au monde que l’on peut devenir fou après une mauvaise journée, il kidnappe le commissaire Gordon, et viole sa fille, Barbara Gordon. Du début à la fin, nous sommes happés par cette aventure de Batman, l’une des plus sombres jamais écrites, et qui a bouleversé à jamais l’univers du Chevalier Noir.

killing joke

Pour adapter The Killing Joke, DC a confié les rênes à des grands habitués de la Distinguée Concurrence. Tout d’abord, la réalisation du film a été confiée à Sam Liu, qui a travaillé sur les adaptations en films d’animations de All-Star Superman et Batman : Year One, pour ne citer qu’eux. Le scénario, quant à lui, a été confié au grand Brian Azzarello, scénariste du superbe comics Joker. Enfin, DC a confié à Bruce Timm les dessins du film. Oui, THE Bruce Timm. Celui qui a créé avec Paul Dini la série Batman des années 90 et qui a co-créé le personnage d’Harley Quinn. Bref, nous étions beaucoup à attendre Batman : The Killing Joke avec impatience !

Une adaptation avec beaucoup de contraintes

Adapter un comics de 40 page pour un film qui doit faire un peu plus d’une heure, ça a dû être un sacré défi pour l’équipe qui a réalisé Batman : The Killing Joke. Très vite, ils ont été obligés de rajouter des scènes, qui ne sont pas dans le comics original. Problème : comment rajouter des scènes dans un comics dont l’écriture, la structure et le rythme sont parfaits ? Afin de sauvegarder le rythme du comics, l’équipe a divisé le film en deux : une première partie centrée sur la relation entre Batman et Batgirl, totalement inédite, et une autre, qui suit les étapes du comics avec une fidélité quasi-névrotique (on va pas s’en plaindre !). Bien sûr, la première partie semble anecdotique à côté de la seconde !

L’autre gros défi auquel Liu, Azzarello et Timm ont dû faire face, ce sont les choix graphiques. Il fallait trouver un juste milieu entre la patte graphique de Bruce Timm et Brian Bolland, le dessinateur surdoué du comics original. Le résultat est plutôt satisfaisant, même si parfois quelques défauts surgissent dans l’animation, peut-être à cause de cette hésitation entre deux pattes graphiques bien distinctes. D’ailleurs, pour bien illustrer cette recherche de mélange entre les deux méthodes de dessins de ces deux auteurs de génies, ont aperçoit à un moment, sur un écran de Batman, le personnage d’Harley Quinn, co-création de Bruce Timm. Autre grande satisfaction de ma part, le Joker est campé par Mark Hamill, qui avait déjà prêté sa voix à la Némésis de Batman dans la série animée des années 90, signant là l’une des meilleures interprétations du Joker.

joke

Le dessin est vraiment bon, le scénario également. Pourtant, les deux parties semblent, au premier abord du moins, fonctionner très difficilement ensemble, et se rejoindre seulement par l’approche plus adulte des personnages. On a plus l’impression de voir deux films différents, l’un à la suite de l’autre.

Si j’ai passé un très bon moment devant l’adaptation d’un de mes comics préférés, je dois néanmoins vous faire part d’une certaine déception : la fin du film n’a pas la même envergure que celle narrée par Alan Moore. Dans le comics original, après la blague du Joker, le Prince Clown du Crime et le Chevalier Noir de Gotham s’esclaffent ; puis petit à petit, Batman semble étrangler le Joker. Cette fin ouverte qui laisse supposer la mort éventuelle du Joker fait prendre tout son sens au titre de ce comics : The Killing Joke, la blague qui tue. Dans le film d’animation, néanmoins, le doute est moins présent : Batman pose ses mains sur les épaules du Joker. Parce que les personnages étaient « à contre-jour » dans la scène du comics, les corps n’étaient presque plus que des silhouettes, et le doute était permis. Ma deuxième réserve quant à la fin du film d’animation, c’est l’absence du phare de la voiture de police. Vous pensez peut-être que je chipote, mais le phare de la voiture, sur le sol mouillé par la pluie, séparait Batman et le Joker. Quand le phare s’éteint, on comprend que c’est un clin d’oeil très significatif à la blague qu’a racontée le Joker juste avant, et qui a causé l’hilarité de Batman : « C ‘est deux mecs dans un asile de fous. Et donc un soir, ils en ont assez de vivre dans un asile. Et ils décident de s’échapper. Alors, ils montent sur le toit, et là, juste en face, il y a la ville qui s’étend sous la lueur de la lune. Le premier type saute sur l’immeuble d’en face, à l’aise ! Mais son copain a la trouille. Il a la trouille de tomber. Alors, le premier type a une idée… Il dit à l’autre :  'Regarde j’ai ma lampe torche. Je vais l’allumer entre les immeubles, et tu n’auras qu’à marcher dessus.' Mais l’autre secoue la tête, et il dit 'Tu me prends pour un fou ou quoi ? Tu vas l’éteindre quand je serai à mi-chemin. » Ces deux mecs, ce sont Batman et le Joker, et le Joker a raison : on a éteint la lumière (du phare), le laissant ainsi tomber métaphoriquement. Avec cette lumière qui s’éteint, Alan Moore donnait raison au Joker, et nous donnait un autre de ces uppercuts dont il a le secret. L’équipe du film aurait dû l’inclure dans l’adaptation…

Une oeuvre déjà polémique 

Lors du Comic Con de San Diego, un extrait du film a été dévoilé, où l’on voyait Batgirl et Batman qui allaient coucher ensemble sur l’un des toits de Gotham. Cette scène a fait polémique, pour trois raisons. Et je voudrais répondre à chacune de ces raisons, avant de conclure. D’abord, il a été reproché au film que Batgirl était une adolescente, et que du coup, la scène de sexe entre les deux héros masqués était illégale. Or, quand Barbara Gordon se fait tirer dessus par le Joker, elle a 19 ans (cf. L’encyclopédie Batman) ; Batman peut donc légalement avoir une relation sexuelle avec Batgirl.

killing joke

D’autres ont reproché à cette scène le fait que Batgirl est censée être en couple avec Dick Grayson. Tout d’abord, il faut reconnaître que les incohérences sont légion dans les comics. Avec une histoire éditoriale de plus de 75 ans, il est tout à fait logique qu’il y ait des contradictions. Ensuite, dans les comics, Barbara Gordon n’est plus Batgirl quand elle se fait agresser par le Joker. Or Dick Grayson sortait avec Batgirl sans savoir qu’elle était Barbara Gordon. Quand Barbara met de coté son identité secrète, elle met aussi un terme à sa relation avec Dick Grayson. Ce n’est qu’une fois que Barbara est en fauteuil roulant que la relation entre les deux jeunes gens évolue. Donc finalement, la scène de sexe entre Batman et Barbara n’est pas totalement illogique… D’autant que Batman est un homme à femme, il a couché avec Catwoman, ainsi qu’avec la fille d’un de ses pires ennemis, Talia al Ghul, fille de Ras al Ghul.

Enfin, on a reproché le manque d’utilité de cette scène. Là encore, je ne suis pas d’accord. N’oubliez pas que The Killing Joke analyse la relation entre Batman et le Joker. C’est l’histoire de deux fous dans un asile nous précise le début du comics. La scène de sexe entre Barbara Gordon et Batman, suivie de près par le viol de Barbara par le Joker sert à créer un autre lien entre Batman et le Joker, l’un étant le miroir déformé de l’autre. D’autant que si vous êtes toujours convaincus du fait que la scène d’amour entre Batgirl et Batman n’est pas logique du point de vue des comics, elle est tout à fait logique si l’on considère que la sexualité est omniprésente dans l’oeuvre d’Alan Moore. Que ce soit sur Watchmen, V pour Vendetta, From Hell, La Ligue des Gentlemen extraordinaires, Top 10 ou Lost Girls, le sexe est présent, parfois dans sa forme la plus explicite. 

Une box pour les fans du Joker et de Harley Quinn 

Et si vous êtes un inconditionnel du Joker et de sa fidèle acolyte Harley Quinn, sachez que nous proposons une box thématique réunissant les deux personnages à travers de nombreux objets sélectionnés par nos soins. Combien ça coûte ? Seulement 39,99 euros pour une valeur marchande de 85 euros environ. Et pour commander, c'est par ici. 

box

Une erreur ?

Mots-Clés : Batman : The Killing JokeComicscritiquefilm d'animation

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (15)

Par jeanLucasec, il y a 5 ans :

Faut que je regarde ça ASAP, le comics est tellement culte

Répondre à ce commentaire

Par darkdoudiu, il y a 5 ans :

Un peu court pour une critique

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 5 ans (en réponse à darkdoudiu):

J'ai pas l'impression qu'elle soit si courte que ça, mais je respecte ton avis ! Une fois que tu auras vu le film, n'hésite pas à nous dire comment tu l'as trouvé ! :)

Répondre à ce commentaire

Par darkdoudiu, il y a 5 ans (en réponse à Gaetan):

C'est le problème justement, de voir le film. Le nombre de caractères de l'article n'est pas si petit en soit, c'est le contenu qui me dérange, en ne tournant qu'autour d'une scene de fesse avec batman et une légère variance à la fin. Sachant que j'entends cette polémique depuis les premieres projections, je m'attendais à une critique plus constructive et moins vague que "c'est comme l'original, mais pas pareil". J'ai lu l'original, je ne sais pas si je veux voir celui-ci, cette critique ne m'as pas avancé. Et les commentaires non plus malheureusement. A croire qu'il n'y a que cette histoire de coucherie dans cette animé

Répondre à ce commentaire

Par Hérésie, il y a 5 ans (en réponse à darkdoudiu):

En tant que fan de Batman et particulièrement de cet épisode, je te conseille vivement d'éviter cet animé dont tant la qualité graphique que le scénario (ajouté) sont une réelle déception.

Cet épisode a été produit uniquement pour faire du fric sur une BD qui a cartonné lors de toute ses réédition (2014 pour la plus récente). La première partie du film n'est destinée qu'aux néophytes et la deuxième partie est largement en deçà de la BD (moins violent, moins sombre et graphiquement très bof).

Je ne serais pas aussi critique s'ils avaient au moins changé le titre (on s'attend à une adaptation stricto sensu). Bref tu l'auras compris cet animé n'est qu'un ersatz bon qu'à satisfaire un plus public élargi et moins exigeant que le fan que je suis.

A bon entendeur.

Répondre à ce commentaire

Par LeBonSamaritain, il y a 5 ans :

Je reste absolument en désaccord avec cette scène de Batman et Batgirl, elle n'a rien à foutre dans cette histoire. D'autres part tous vos arguments sont réfutables 50 fois chacun. On croirait que vous avez cherché des arguments tirés par les cheveux pour justifier un point de vue scénaristique inacceptable.

Puisque je ne suis pas du genre à dire "Moi j'ai raison et pas toi" sans argumenter je vais faire pareil que vous et démontez chacun de vos arguments en faveur de cette relation illégitime :

- Argument 1 : "L'âge"

Bon sans même parler de la majorité de Barbara Gordon, Batman/Bruce n'a jamais était intéressés par les petites filles. Quelques soit les Comics, les seuls relations officiels qu'il a pu avoir sont avec des femmes d'affaires liés à son côté BruceWayne ou Catwoman et Talia côté Batman. Il est clair que les auteurs n'ont jamais voulu faire passer Bruce pour un saint, mais il ne l'ont jamais fait passer pour un baiseur de pucelle. Et faire cette scène, complétement inutile même niveau scénario (j'y reviendrais), est une insulte à toutes ces années du Justicier masqué bourré de principes, encore pire quand c'est dans The Killing Joke qui est ni plus ni moins la SEULE histoire à peu près officiel des origines du Joker et un pilier dans l'histoire le liant à Batman.
Enfin dans le comic Batman n'est plus tout jeune et doit approcher la 40ène, ce qui accable encore plus ce genre de folie des scénaristes, Même si DC est connu pour son côté plus trash que Marvel, c'est pas dans ce côté là qu'on attend le "trash".

- Argument 2 : "Dick Grayson"

Là je suis d'accord, les divergences faites au fur et à mesure des années dans les comics n'impose rien aux auteurs pour les relations entre protagonistes. A aucun moment dans The Killing Joke on peut voir Barbara Gordon en Batgirl (j'ai le comic à la maison!), donc en effet l'argument qu'elle sortait avec Dick Grayson quand elle était Batgirl est acceptable, mais aucunement le fait qu'une fois qu'elle est en fauteuil elle ne soit plus avec lui. Car dans mes souvenirs (lointains je l'admet sur ce point), Dick Grayson apprends que Barbara était Batgirl et qu'ensuite elle devient l'Oracle, rien ne nous dit que leur relation est arrêté à ce moment là.

- Argument 3 : "L'utilité de la scène"

Alors c'est là que j'ai envie d'étrangler l'auteur de l'article. Cette scène est en tout point inutile. Aucune utilité ni à l'intrigue ni à la relation Batman/Joker. Dans The Killing Joke on essaye de trouver une origine au mal qu'est le Joker, et on essaye de nous faire appréhender l'influence qu'il peut avoir sur le Batman. On n'a aucunement besoin ici de nous faire croire que le viol de la "nouvelle petite amie", ancienne apprentie, et fille de son collaborateur le plus précieux (Gordon) après Alfred (of course), va rendre le Batman encore plus fou ou plus furieux. Et c'est là que les scénaristes se sont plantés, tout le travail de TKJ est de montrer que "tout le monde peut devenir fou après une sale journée", mais le Joker ne vise pas BATMAN, mais bien Jim Gordon dans tout le comic ! Accentuer cette relation au delà de la, déjà forte, complicité entre associés Batman/Batgirl est complétement déplacé et une fois de plus inapproprié. Dans le comic original Batman veut sauver Jim Gordon physiquement et mentalement en arrêtant le Joker et prouver au Joker qu'il ne peut pas rendre les gens comme lui, il met de côté sa fureur contre ce dernier de s'en être prit à Barbara, et c'est tout là la grandeur du Batman.

Enfin je comprends parfaitement que 40 pages ne suffisent pas à faire un film et qu'ils ont dû rajouter des scènes, mais quitte à rajouter des scènes, ils auraient vraiment dû mettre de côté Batgirl pour se concentrer sur des faits antérieurs entre Batman et le Joker afin d'affiner encore plus cette relation entre fous. Pour la plupart des gens qui ont lu le comic la dernière blague du Joker et le fou rire de Batman reste un mystère, mais un bon mystère. Dans le film les gens ne vont surement même pas y prêter attention tant ils se seront laisser embobiner par le sort de Barbara Gordon.

#FinPavé

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 5 ans (en réponse à LeBonSamaritain):

Alors pour répondre à ton commentaire plutôt acerbe, contente-toi de réfréner tes pulsions : de là à avoir envie d'étrangler l'auteur de l'article, il y a une marge, tu ne crois pas ? Ensuite, tous tes arguments peuvent également être démontés un par un. À 20 ans, on est plus une petite fille ou un petit garçon. Ça ne fait pas donc pas de Batman un pédophile ou quelqu'un de moralement répréhensible. Si tu as un doute, regarde la loi. Ensuite, il faut bien comprendre qu'il y a un sous-texte dans The Killing Joke, des choses qui ne sont que sous-entendue. La clé de ce chef d'oeuvre, c'est la blague que raconte le Joker, et qui donne le titre au comics. Et dans cette blague, nous comprenons que Batman et le Joker sont les deux fous de l'Histoire (avec la lumière du phare qui s'éteint, comme dans la blague du joker). Donc au lieu de te montrer aussi véhément, calme tes nerfs, prends une bière, et relis ce comics avec un esprit un peu plus ouvert. Ceci dit, tu as le droit de ne pas être d'accord avec moi : ceci dit, tu dois rester correct.

Répondre à ce commentaire

Par LeBonSamaritain, il y a 5 ans (en réponse à Gaetan):

Tu m'as trouvé à ce point "véhément", d'accord. Pour quelqu'un qui se dit capable de lire les "sous-textes" je trouve que tu prends mes mots vraiment trop au premier degré.

Je m'en fou de qui écrit cet article, je ne vais pas aller l'étrangler ne t’inquiète pas repose le téléphone sur la table, je n'ai pas envie d'être victime d'un Swapping après tout. C'est une chose qui s'appelle communément "une façon de parler", et plus littéralement du "second degré". Après je ne t'en veux pas de ne pas tout comprendre du premier coup.

Secondo merci de me rappeler certaines pages mais le comic je l'ai lu plus d'une fois ne t'en fais donc pas, et quand je parle de mystère sur la blague du Joker je ne dis pas qu'on ne la comprends pas, mais que pour un néophyte ou même pour quelqu'un connaissant avec ferveur l'univers de Batman il est impossible de la comprendre du premier coup, mais seulement après plusieurs relecture du bouquin. Et c'est ce qui est caché dans le film avec la mauvaise accentuation de la trame, pas sur le bon personnage.

Pour l'argument de l'âge, visiblement on ne sera jamais d'accord, donc que chacun garde son image qu'il se fait du Batman, c'est en effet tout l'art du Comic, que tu préfères le voir comme un homme de 40 ans intéressé sexuellement par une fille de 19 ans qu'il a prit sous son aile est ton choix.. Je préfère le voir comme le héros sans pouvoirs avec ses failles mais surtout avec ses principes moraux. (Petite pique par contre : Pour ce qui est de la loi ça devrait aller, titulaire d'un Master en droit des affaires je ne pense pas avoir besoin d'ouvrir un code pour savoir que c'est légal, mais entre légal et moral il y a un monde camarade.)

Enfin ne me crois pas énerver, après tout je ne me surnomme pas "LeBonSamaritain" pour rien ;).

Répondre à ce commentaire

Par Hérésie, il y a 5 ans (en réponse à LeBonSamaritain):

Un mot: Merci !

Répondre à ce commentaire

Par Hey Toi là, il y a 5 ans via l'application Hitek :

J'ai adoré cet adaptation. Le réalisateur a réussie à nous montrer que deriere la folie du Joker, se cache un homme plein de remord, de tristesse. Le Joker n'a trouvé que cet folie pour oublier tout ceci.

Par rapport à la première partie (avec Batman, Batgirl et tout), je ne trouve pas que ça ruine le film. Mais ce qui est dommage c'est que cette partie dure la moitié du film, voir un peu plus. Mais je pense que le réalisateur a choisi de faire cela car comme la bande dessiné ne fait que 40p, cela ferait de cet animé un court métrage.

Par rapport à la derniere scène (la plus importante pour moi), on éprouve de la pitié envers le joker (comme tout au long du film). Dans la bande dessiné ON NE SAIT PAS SI BATMAN ÉTRANGLE LE JOKER. QUADN BATMAN ET LE JOKER RIENT ENSEMBLE, ON ENTRNT ENSUITE PLUS PLUS CELUI DU JOKER. On a pas dit qu'il est mort. Dans l'animé, on entent aussi plus le rire du joker. Mais le rire de Batman était tellement fort qu'il fallait replayer pour bien écouter.

1⭐️ pour l'histoire
0,5⭐️ pour les personnage (ceux de la 1 partie, et par rapport aux doubleurs choisi)
0,5⭐️ pour l'adaptation par rapport à la BD (à cause de la première partie)
1⭐️ pour les sentiment
1⭐️ pour mon impression général
Ce film mérite pour moi ⭐️⭐️⭐️⭐️

Répondre à ce commentaire

Par ReapingTsi, il y a 5 ans via l'application Hitek :

Merci pour cette critique! Bon travail ça ne doit pas être tous les jours facile de lire certains commentaires qui ne sont pas toujours polis..j ai souvent envie de m excuser quand je me dis que des personnes font leur travail et se font insulter ou autre. Continuez comme ça Hitek car moi vos articles me permettent de decouvrir pleins de trucs sympa!^^

Répondre à ce commentaire

Par Saitama, il y a 5 ans :

Moi je ne suis pas un pro de DC mais j'ai adoré le film et puis c'est tout C’était poignant

Répondre à ce commentaire

Par Monkey3, il y a 5 ans :

Très bonne critique. Je me suis quand même un peu ennuyé pendant la première 1/2 heure ... Sinon, pour une adaptation (qui ne vaudra de toute façon jamais l'original), ils s'en sont bien sortis !

Répondre à ce commentaire

Par Monkey3, il y a 5 ans (en réponse à Monkey3):

Je m'attendais aussi à un truc un peu plus ... .... Rated-R

Répondre à ce commentaire

Par Moyocoyani, il y a 5 ans :

Il est agréable de lire l'apologie du film écrite par un amateur et connaisseur de comics, même si je suis tout à fait en désaccord, Sam Liu et Azzarello s'étant fourvoyés je trouve dans ce que Moore et Bolland tentaient de faire, tant thématiquement qu'esthétiquement (ce ppoint de vue est mieux défendu ici : http://cleek.fr/2016/07/…). Etonnamment, alors que même dans la deuxième partie du film je lui reproche son infidélité au comics, j'étais plutôt satisfait de la fidélité à l'ambiguïté finale, rendue cette fois dans le son plutôt que dans l'image (le rire de Batman se poursuit tandis que celui du Joker s'éteint), le jeu sur les phares étant évidemment plus percutant mais impossible à intégrer avec le même intérêt dans un film d'animation faisant aussi peu d'efforts sur les jeux d'ombres et de lumières.
Par contre, je n’avais pas trouvé l’information concernant Bruce Timm, bien crédité comme producteur et producteur exécutif, son influence sur les dessins étant évidente comme elle l’est globalement sur les films d’animation DC, mais je n’ai pas vu qu’il avait participé en personne aux dessins, pourrais-tu me donner ta source ?

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.