Des scientifiques impriment en 3D un cœur à partir de tissus humains

De Mickaël Auteur - Posté le 16 avril 2019 à 10h36 dans Science

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Après la reconstitution de peau humaine, une équipe de scientifiques israélienne de la faculté de sciences de la vie de l'université de Tel-Aviv est arrivée à imprimer en 3D un cœur à partir de tissus humains. Une véritable prouesse qui pourrait aider à lutter contre les maladies cardiovasculaires et diminuer les rejets auprès des patients transplantés.

Pas de rejet

Actuellement, les soucis majeurs avec les patients atteints d'insuffisance cardiaque qui n'ont aucune autre solution que la transplantation sont : le très faible nombre de donneurs et le rejet d'une greffe. Le but de cette expérience est de pouvoir, dans l'avenir, éviter toute peur de rejet immunitaire. C'est pour cela que la création et l'impression d'un cœur en 3D à partir des cellules des personnes malades pourraient être la solution. Pour le moment, l'impression 3D à partir des cellules du patient permet seulement de réparer leur cœur, mais à terme les scientifiques espèrent pouvoir imprimer un cœur entier et aussi complexe que celui de l'Homme.

À l'heure actuelle, l'impression est limitée à la taille d'une cerise, mais en incluant les vaisseaux sanguins, ce qui est tout de même une avancée majeure dans le domaine. Il faut rappeler que les maladies cardiovasculaires sont l'une des causes provoquant le plus de décès dans les pays industrialisés.

L'équipe de scientifiques estime qu'il sera possible d'utiliser cette technologie d'ici une dizaine d'années sur l'être humain et les premiers essais sur les animaux devraient débuter d'ici 2020-2021. On peut imaginer dans plusieurs décennies que tous les hôpitaux seront équipés d'une imprimante 3D pouvant reproduire tout type d'organes humains. Le rejet ne sera plus qu'une histoire ancienne.

Une erreur ?

Mots-Clés : biochimiebiotechnologiecoeur 3DImpression 3D

Source(s) : lexpress.fr

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (12)

Par Fifi, il y a 3 mois :

encore des tests sur les animaux.... pourquoi pas sur les prisonniers...

Répondre à ce commentaire

Par El Chupacabra, il y a 3 mois via l'application Hitek (en réponse à Fifi):

C'est un problème lié a l'éthique.
Certes le faire sur des prisonniers qui ont fait des choses très graves serait une bonne idée mais si on commence a s'aventurer sur ce terrain la le problème c'est que les dérives macabres vont arriver en masse.
Immagine des tribunaux qui condamnerait a outrance mais légalement des prisonniers a être des rats de laboratoires et forcément les expériences irait en empirant.

Répondre à ce commentaire

Par Aedric, il y a 3 mois (en réponse à El Chupacabra):

Tu vas avoirs 50 Mengele surtout

Répondre à ce commentaire

Par akhenath, il y a 3 mois (en réponse à Fifi):

Je suis complètement d'accord sur ce point. Les prisonniers ne servent plus à rien si ce n'est remplir des prisons et potentiellement se voir libérer (On sait tous ce qui s'en suit généralement).

Répondre à ce commentaire

Par Masashi37, il y a 3 mois (en réponse à Fifi):

Commentaire complètement inutile ! Déjà les essais sur les animaux se font sur des animaux malades qui vont mourir de toute façon, il y a de plus en plus de respect et d'encadrement dans ces techniques. De deux, je penses que les nazis ont fait assez d'expérience sur les prisonniers, on ne va pas répéter l'histoire ? (la limite à ne pas franchir, le respect de l'être humain, tout ca tout ca...)

Répondre à ce commentaire

Par akhenath, il y a 3 mois (en réponse à Masashi37):

Si on en suit ce que tu dis, potentiellement ça peut aussi se faire sur des humains malade "qui vont mourir de toute façon" (au passage, nous sommes aussi des animaux).

De plus, le faire sur nos semblables permettrait une expérience beaucoup plus proche de ce que l'on souhaites faire et promets donc de meilleur résultats.

Répondre à ce commentaire

Par Masashi37, il y a 3 mois (en réponse à akhenath):

Et bien c'est justement l'étape suivante. Mais le principe de la science est d'aller pas à pas, les premières greffes ne seront surement pas parfaite, avec des complications difficiles à prévoir. Il est alors plus "acceptable" qu'un animal sur le point de mourir ne soit pas sauver plutôt qu'un humain. Il est aussi plus facile à amener (au patient et aux assurances) dans la médecine humaine si les études sortent un "98% des greffes animales ont prises".

Répondre à ce commentaire

Par akhenath, il y a 3 mois (en réponse à Masashi37):

Pour être tout à fait honnête, je comprends parfaitement ton point de vue, je sais très bien qu'éthiquement c'est la façon de faire mais j'ai du mal avec la notion "d'acceptable". A l'avenir, j'espère qu'il sera tout aussi "acceptable" d'utiliser des cobayes humains au même titre que les autres animaux. De plus, l'humain est tout à fait en mesure de comprendre ce qui lui arrive, l'animal non ce qui est d'autant plus barbare dans cette pratique.

Répondre à ce commentaire

Par Alineo, il y a 3 mois (en réponse à akhenath):

Ca n'arrivera jamais des cobayes humains pour des entreprises/universités ou autres. Déjà il y a pas beaucoup de gens qui accepteraient de faire ça. Avoir la mort d'une personne sur la conscience ou celle d'un animal ça n'a rien à voir, et les entreprises ne courront jamais ce genre de risque, cela réduirait leur image à néant, et donc les couler par la même occasion.

Répondre à ce commentaire

Par Maisouimaisnon, il y a 3 mois (en réponse à Masashi37):

Ce qui est dommage, c'est justement de se dire "il est plus acceptable que ce soit un animal qui meurt d'un problème de greffe qu'un humain"
En quoi on est plus en droit de vivre qu'un animal ? x)
Juste parce qu'on est plus "puissants", c'est ridicule

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 3 mois (en réponse à Maisouimaisnon):

Quand un animal aura conscience de sa condition, et conscience de la condition de l'être humain on pourra en reparler.
En attendant, en Occident, la recherche s'effectue sur des lignées spécifiques de rats et de souris, les autres animaux ont tendance à disparaitre des laboratoires.
Ces souris et rats sont dans 99% des cas extrêmement bien traités, et on utilise bien le terme de "sacrifice" lors des études, preuve que ça n'est pas pris à la légère.
Avant de blamer la recherche sur les animaux, reseignez vous avant.

Répondre à ce commentaire

Par Sogetsu, il y a 3 mois via l'application Hitek (en réponse à Maisouimaisnon):

Mais oui bien sûr faut arrêter l'hypocrisie

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Huawei Mate 20 Pro, un capteur de 40 mégapixels et un grand écran OLED : fiche technique, prix et date de sortie

Huawei Mate 20 Pro

Il y a 2 semaines

Note : 9,4
Test Samsung Galaxy S10+, un processeur plus puissant, une nouvelle interface et 4 capteurs photos : fiche technique, prix et date de sortie.

Samsung Galaxy S10+

Il y a 2 semaines

Note : 8,6
Test OnePlus 7 Pro, le tout nouveau haut de gamme de la marque : fiche technique, prix et date de sortie

OnePlus 7 pro

Il y a 2 semaines

Note : 9