Rechercher Annuler

Indiana Jones 5 : le réalisateur dézingue le quatrième film de la saga

De Mélanie - Posté le 24 juin 2023 à 9h27 dans Cinéma

Il y a la trilogie originale des Indiana Jones sortie dans les années 80, et puis il y a les suites, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008) et Indiana Jones et le Cadran de la Destinée, en salles dès le 28 juin. Harrison Ford, l'interprète du célèbre aventurier, ne rajeunissant pas, chaque opus de la saga se déroule à une époque différente. D'après le réalisateur du cinquième volet, qui succède à Steven Spielberg, ce changement de temporalité explique pourquoi le précédent film a moins bien fonctionné que les autres. Découvrez ci-dessous les propos de James Mangold.

Indiana jones, un héros anachronique ?

James Mangold, le réalisateur d'Indiana Jones et le Cadran de la Destinée, le cinquième volet de la saga consacrée au célèbre aventurier, a sa petite idée sur la raison pour laquelle Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal est un échec. De manière générale, le film a reçu un accueil plutôt mitigé, et les spectateurs le considèrent comme l'opus le moins réussi de la franchise. Entre autres, il a été reproché au film sa quantité d'effets spéciaux numériques, son scénario médiocre, son humour grossier et son manque de passion. 

indiana jones 4

Un tableau plutôt sombre, auquel le successeur de Steven Spielberg ajoute encore une ombre : selon lui, le film a également et surtout échoué à adapter le personnage d'Harrison Ford à une autre époque, les 50's. Lors d'une interview accordée à io9 (Gizmodo), il explique que l'un des principaux problèmes du Royaume du crâne de cristal est que le saut dans le temps avec les années 40 n'a pas été bien abordé du point de vue du héros.

Il y a toujours eu une sorte de défi inné que nous avons vu dans Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, c'est-à-dire que dans les trois premiers films, vous avez cette synthèse parfaite des objectifs du film, qui est autant une aventure qu'un hommage au cinéma lui-même, au cinéma de l'âge d'or pour être plus précis. La musique de John Williams, de style [Erich Wolfgang] Korngold, est une sorte d'hommage au cinéma. La cinématographie est noire et extravagante. Et le héros porte un fedora et sort de l'ombre. D'accord, ces trois images fonctionnent dans ce contexte. Mais soudain, alors que nous changeons d'époque, que se passe-t-il ?

indiana jones

Le monde traverse une période de modernisme et, soudain, Indiana Jones - cette musique, ce look - n'est plus ce qu'il était. [Le monde] écoute Elvis Presley au moment du Crâne de cristal et les Beatles [et] les Stones au moment de nôtre [film]. Alors, comment s'adapter ? C'est à ces questions que j'ai réfléchi lorsque j'ai commencé à travailler sur le film : comment faire un film qui conserve ce que nous aimons dans Indy, tout en étant conscient qu'il n'est peut-être pas parfaitement adapté à cette autre époque ? Et c'est peut-être ce qui leur a posé problème dans le dernier film - c'est un peu comme si quelqu'un s'était présenté pour un film des années 40, mais que le film se déroulait dans les années 50. Il y a une sorte de dissonance et je me suis dit qu'il fallait faire de cette dissonance un personnage du film.

Indiana Jones 5

Nous devrions raconter le chant du cygne d'un héros septuagénaire au coucher du soleil, dans un monde qui n'est plus nécessairement tourné vers le passé, mais qui est entièrement tourné vers l'avenir. Dans un monde où les héros sont des rock stars ou des astronautes, et non des archéologues. Dans un monde où la division entre le bien et le mal n'est pas si évidente.

En omettant d'inscrire son héros dans une époque qui n'est pas la sienne, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal fait de son personnage principal un anachronisme. Bien qu'elle soit temporairement inscrite dans les années 40, au moment de la Seconde Guerre Mondiale, la trilogie originale est comme hors du temps. Mais la magie n'opère plus dans le quatrième film, faisant du célèbre aventurier un héros dépassé. Une leçon que James Mangold semble avoir pris très au sérieux pour le cinquième opus de la saga... 

Une erreur ?

Source(s) : gizmodo

Mots-Clés : indiana jonesharrison fordIndiana Jones et le Cadran de la Destinéesteven spielbergJames Mangold

Par Mélanie

Hello, c’est Mélanie. J’écris des articles chez Hitek depuis août 2022. Diplômée d’un Master en Cinéma (dont il me reste un mémoire sur Pirates des Caraïbes), je suis passionnée de films et de comics (les X-Men des 90’s, Jim Starlin, Crisis on Infinite Earths).

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (6)

Par Sophie, il y a 10 mois :

La saga aurait dû s'arrêter dans les 80's et basta. Il aurait fallu en faire d'avantage dans ces années là. Aujourd'hui ça ne veut plus rien dire

Répondre à ce commentaire

Par Beniben95, il y a 10 mois via l'application Hitek :

Ce n'est pas le principal problème du 4 et de loin. Après une première partie de qualité, Spielberg a littéralement raté son film à travers une semi-comédie familiale, de la CGI à outrance, un pastiche de Tarzan et surtout un virage de genre qui rend le propos totalement hors-sujet. L'anachronisme est double puisqu'il concerne à la fois le personnage et l'époque de l'univers Indiana Jones qui se définit par son propre genre. Au vu de ce que dit Mangold je commence sérieusement à m'inquiéter...

Répondre à ce commentaire

Par 8787, il y a 10 mois :

Heu... Il devrait plutôt fermer sa gueule, parceque au vu de la BA de son film, je me ferait discret...

Répondre à ce commentaire

Par Bibi8, il y a 10 mois :

C'est dingue qu'à chaque fois qu'il y a une promo d'une suite, l'équipe crache systématiquement sur le film précédent pour dire que le leur est le meilleur jamais fait ou quasiment. Surtout si à l'arrivée, cette suite est pire. Comme Terminator Genisys, Dark Fate et tant d'autres.

Répondre à ce commentaire

Par zoxotoboxo, il y a 10 mois :

Le 4 était une grosse merde.

Répondre à ce commentaire

Par Faroth, il y a 10 mois :

James Mangold ou le culot de critiquer le monstre du cinéma Steven Spielberg, qui était tout de même aux commandes du Crâne (même si le résultat est en effet une aberration)

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.