Rechercher Annuler

PlayStation : après Blizzard, Sony est à son tour ciblé pour discrimination sexuelle

De Alix Odorico - Posté le 24 novembre 2021 à 11h27 dans Jeux vidéo

Nouvelle affaire de discrimination au cœur du monde du jeu vidéo. Après Activision Blizzard, c'est Sony Interactive Entertainment qui est ciblé par une plainte déposée.

Nintendo, Microsoft et Sony contre Blizzard

Rappelez-vous, il y a plusieurs jours, une enquête éclaboussait Blizzard, l'un des plus gros studios de développement de jeux vidéo et son PDG Robert Kotick. Culture d'entreprise toxique, discrimination sexuelle, agressions et harcèlements sexuels, le studio est actuellement dans la tourmente, et nombreux demandent alors le départ de Kotick. Ce dernier s'est alors exprimé en évoquant sa démission "si les problèmes venaient à persister". Cela malgré le fait que le conseil d’administration demandait au CEO de quitter ses fonctions pour le bien-être moral des employés du studio.

Une affaire dans laquelle Nintendo a pris position récemment, puisque le président de la branche américaine de Nintendo, Doug Bowser, a déclaré : "Comme vous tous, j’ai suivi les dernières actualités concernant Activision Blizzard et les rapports continus de harcèlement sexuel et de toxicité au sein de l’entreprise. Je trouve ces témoignages affligeants et troublants, ils vont à l’encontre de mes valeurs ainsi que des croyances, valeurs et politiques de Nintendo".

Avant Nintendo, Microsoft et Sony ont également élevé la voix contre Activision Blizzard. En effet, le patron de PlayStation, Jim Ryan, aurait expliqué à ses employés dans un mail interne avoir : “contacté Activision immédiatement après la publication de l’article pour exprimer notre profonde préoccupation et lui demander comment ils envisagent de répondre aux affirmations formulées dans l’article”.

Mauvaise foi ?

Pourtant, il semblerait que Sony ne soit pas irréprochable en interne, puisqu'une plainte déposée le 22 novembre par Emma Majo, une ancienne analyste en sécurité informatique, accuse PlayStation de discriminer les femmes employées. Cette plainte déposée accuse le groupe de "discriminer les femmes employées, que ce soit des personnes nées de sexe féminin ou de personne qui s’identifient au genre féminin". Cette discrimination prendrait effet au niveau de l'égalité salariale et des promotions proposées. Ce à quoi le boss de Sony Jim Ryan n'a pas manqué de réagir, avec ses mots : "Je suis écœuré et abasourdi".

Emma Majo explique avoir été ignoré par son manager concernant la demande d'une promotion pendant six ans, parce qu'elle est une femme. Aussi, elle estime avoir été licenciée parce que l’entreprise a mis fin à son contrat sans motif fondé, si ce n'est par la justification de la fermeture d’un département interne. Mais selon elle, elle n'a jamais travaillé dans ledit service, et c'est en raison de cette plainte déposée que son contrat a été rompu, soit un licenciement abusif.

recours collectif au nom des femmes qui ont travaillé pour PlayStation

En conséquence, Emma Lee Majo estime avoir droit à des "dommages et intérêts compensatoires", dont le tribunal décidera du montant en cas de procès. Elle demande l'autorisation du tribunal pour étendre son action à un recours collectif au nom des femmes qui ont travaillé pour PlayStation au cours des dernières années et qui voudraient également dénoncer ce qu'elles ont vécu.

Sony pratique une discrimination à l'encontre de ses employées, y compris celles qui sont de sexe féminin et celles qui s'identifient comme telles, en matière de rémunération et de promotion, et les soumet à une culture de travail dominée par les hommes" a-t-elle déclaré.

Voici un nouveau coup dur pour le secteur du jeu vidéo et l'égalité homme-femme, où, au fur et à mesure que les voix s'élèvent, de plus en plus de studios sont touchés (Riot Games, Ubisoft, Activision Blizzard). Et il semblerait que les masques n'aient pas fini de tomber.

Une erreur ?

Mots-Clés : Emma MajoActivision BlizzardnintendoSonyjeux vidéoharcèlement sexueldiscrimination sexuelleplaystationplainte

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (6)

Par mattics, il y a 2 mois :

A qui le tour ? Nintendo ? Microsoft ?

Répondre à ce commentaire

Par netsuko, il y a 2 mois :

C'est une évidence.
Il se passait des choses nauséabondes chez Blizzard, mais cela devait aussi exister ailleurs...
Il risque d'y avoir des retours de baton prochainement...

Répondre à ce commentaire

Par Feminazi, il y a 2 mois :

trop facile, quand t'es une femme tu joues la carte de la discrimination et t'empoches le pactole en dommage et interet, plus besoin de travailler dur et de montrer ses compétences pour gagner de l'argent suffit de faire un procès

Répondre à ce commentaire

Par Lynus, il y a 2 mois (en réponse à Feminazi):

Vous venez de tenir un propos sexiste, félicitations.

Répondre à ce commentaire

Par Tu te tais le nouveau, il y a 2 mois :

Je connais plein d'hommes compétents auxquels on refuse une augmentation ou une promotion malgré des années de bons et loyaux services. Je pense que c'est plus une question d'économie et de contrôle des employés que de sexisme. Dans la plupart des boîtes où j'ai bossé dès qu'un poste se libérait ils allaient chercher quelqu'un en externe (on va quand même pas donner du pouvoir à quelqu'un qui fait des apéros avec ses subalternes il serait capable de les traiter humainement). Après je ne remet pas en cause la différence de traitement envers les femmes mais bon mes supérieurs hiérarchiques masculins étaient toujours plus sympas avec la jolie commerciale ou chargée d'affaires (parfois totalement incompétentes ) qu'avec les chefs de chantiers ou autre... C'est le jeu de la vie... J'ajoute quand même au passage que mes supérieures féminines étaient souvent beaucoup moins sympas et avec leurs subalternes et entre elles, d'où ce fameux discours que j'ai entendu moultes fois venant de collègues femmes "je préfère squatter avec vous (les ouvriers) qu'avec elles". Bref c'est plus une lutte de hiérarchie que de sexe à mon humble avis

Répondre à ce commentaire

Par Lola, il y a 2 mois :

Toujours difficile dans ce genre d'accusation de savoir si il s'agit vraiment de discrimination envers les femmes, ou juste d'une arriviste aigri qui rejette la faute de son manque de compétences sur le sexisme.
Il y a aussi le problème qu'une personne compétente dans son domaine ne fait pas forcément un bon chef une fois promu.
Il y a plein de personnes, hommes ou femmes, qui restent à leur poste toutes leurs carrière sans jamais être promu ou augmenter au delà de l'augmentation classique lié à l'ancienneté.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.