Rechercher Annuler

Marvel : la mort de cet ennemi de Spider-Man est la plus affreuse que l'on ait jamais vue

De Tiphaine Elsener - Posté le 20 janvier 2021 à 10h57 dans Mangas/Comics

Spider-Man a de nombreux ennemis, qu'il s'agisse du Bouffon Vert, de Venom, ou encore du Docteur Octopus. Leur traitement dans les comics sont réguliers, et ont parfois même inspiré les productions du MCU. Nous revenons aujourd'hui sur la mort particulièrement atroce d'un d'entre eux, qui a souffert sur la durée.

le traitement de Venom dans les comics

Attention : cette partie comporte des spoils liés à la série de comics King in Black. Ne continuez pas votre lecture si vous voulez les éviter.

Venom est un personnage régulièrement traité dans les comics. Nous avions, auparavant, évoqué son traitement dans la série de comics King in Black, créée par Donny Cates et Ryan Stegman, publiée depuis 2020 par Marvel Comics. Il s'agissait d'un crossover Venom dans lequel Eddie Brock trouvait la mort, malgré tous les espoirs des lecteurs de le voir survivre. Dans les premières pages du deuxième numéro, Spider-Man tente en effet de rejoindre Eddie, mais il n'arrive pas à temps.

Eddie est ensuite ramené à la cachette des quelques héros restants qui n'ont pas encore été transformés en créatures symbiotiques de Knull (le groupe comprend alors Red Richards, T'Challa et Tony Stark). Malheureusement, malgré les différentes tentatives mises en place pour le sauver, le personnage décède peu de temps après. Un choc pour les lecteurs ! Attendez cependant, il y a bien pire dans la catégorie "Venom".

Venom dans #the end 1

Attention : cette partie comporte des spoils liés à la série de comics The End. Ne continuez pas votre lecture si vous voulez les éviter.

Venom est peut-être un symbiote intemporel, mais Eddie Brock ne l'est pas, lui. Dans le dernier Venom one-shot de Marvel, nommé Venom : The End #1, Eddie rencontre une fin tout à fait tragique et affreuse. Dans ce comics d'Adam Warren, de nombreuses thématiques sont traitées, dont la disparition de l'humanité. Warren fait en sorte de nous montrer que les Symbiotes sont des machines à tuer, mais que Venom, lui, est un peu différent. Ce dernier s'intéressait en effet aux formes de vie biologiques, et tout particulièrement à Eddie Brock, qu'il aimait sincèrement.

Ce faisant, Venom a toujours soigné les blessures de Eddie, mais n'a pas pu l'empêcher de vieillir, le temps faisant son oeuvre. Venom est tout simplement terrifié à l'idée de perdre Eddie, et tentera de prolonger sa vie au maximum, pour ne pas perdre l'être avec lequel il est lié depuis tant d'années. Le calvaire de Eddie commence alors. Lorsque ses organes se détériorent, Venom les remplacent. Eddie finira pas être composé principalement de cellules de Venom. 

Après avoir atteint l'âge (déjà honorable) de 200 ans, le cerveau de Eddie commence à se décomposer. Ses neurones se meurent. Le Symbiote, désespéré, remplace alors minutieusement les informations qu'ils contenaient. Venom n'a cependant pas le choix que d'insuffler ses propres souvenirs. Eddie s'efface lentement et douloureusement au profit de Venom, qui ne veut pas le laisser mourir. Après avoir dépassé l'âge de 500 ans, Eddie Brock est totalement seul, dans un état pitoyable. Toute l'humanité a été décimée, puisque l'ère des super-héros est terminée. Eddie Brock souffre désormais en silence, seul, abandonné de tous, sauf de Venom. Il est à l'agonie, similaire à un puzzle que Venom s'efforce d'assembler chaque jour. Totalement décharné, cadavérique, réduit à l'ombre de lui-même, Eddie Brock n'a déjà que trop souffert.

Le symbiote finira quand même par se rendre compte qu'il est temps de le laisser partir, et il quittera son corps, qui s'effritera en poussière dans les bras de Venom. La mort d'Eddie Brock est affreuse, longue, déshumanisée, alors qu'elle est l'objet d'un amour désespéré, d'un acte héroïque raté de la part de Venom. L'histoire prend aux tripes puisque l'on ne peut s'empêcher d'être empatique envers le symbiote, malgré son acte de cruauté extrême. 

Une erreur ?

Source(s) : CBR

Mots-Clés : venomComicsMortEddie BrockSymbioteennemispider-man

Salut moi c'est Tiphaine, grande passionnée de littérature et de culture geek. Je suis passée par un Master en Lettres Modernes parcours "Médias" à Paris III, et me voici rédactrice pour Hitek ! Je suis incollable sur le rétrogaming, sur les animes, et j'ai toujours un jeu de mots bien pourri en stock. Autant vous dire que mes collègues m'adorent le lundi matin de bonne heure.

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (2)

Par Dispasrount, il y a 3 ans :

Je m'imaginais tout le long être Eddie Brock ... c'est un véritable enfer ! Un grand, Adam Warren.

Répondre à ce commentaire

Par Yso, il y a 3 ans :

Dans : The End. Oui, à la fin de sa vie, Eddie meurt sénile. Tragique mais c'est loin d'être une mort affreuse où déshumanisée. C'est même tout l'inverse ! Car à mesure qu'Eddie dépérit, il donne naissance à un Venom bienveillant. Ce processus de deuil, fait comprendre au symbiote, qu'il aime Eddie et par extension, qu’il aime les êtres vivants. Mais Brock aura toujours une place à part pour Venom.

L'histoire du symbiote est triste mais sa quête sera dès plus belle ! Il traverse le temps de manière inoxydable. A la fin du récit, on parle même de, mille milliards d'années ! Il s'attache à chaque fois, émotionnellement, à ses hôtes. Et il en a eu des milliards ! C'est dire sa peine. Et pendant toutes ces années, Venom est sur le front d'une guerre d'usure contre des machines qui veulent anéantir toute trace de vie organique. Lui, dont le destin est d'être à l'origine, l’arme ultime. Par amour pour le vivant, il devient le champion de la lutte contre les machines.

La fin est magnifique ! Par contre ? Ce numéro est dessiné avec le boule. C'est niveau webtoon Chinois.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.