Rechercher Annuler

Rebel Moon : on a classé les 12 films de Zack Snyder

De Aubin Bouillé - Posté le 21 avril 2024 à 18h13 dans Cinéma

A l’occasion de la sortie de Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse, on a eu envie de revenir sur l’ensemble des films de Zack Snyder. Réalisateur américain influent, qui a su se créer une identité forte grâce à une mise en scène dominée par les ralentis et le slow motion, Zack Snyder a mis en scène 12 films au cours de sa carrière, de 2004 à aujourd’hui. On a eu envie de classer les 12 films de Zack Snyder, du pire au meilleur.

12) Justice League (2017)

Justice League

Sorti en 2017, Justice League avait pour but de réunir tous les plus grands héros du DC Extended Universe (DCEU) dans un film somme. A la manière de Avengers chez la concurrence, Justice League marque la première grande réunion super-héroïque de l’univers DC. Malheureusement, le film est un naufrage. Et ce n’est pas que de la faute de Zack Snyder. En effet, ce dernier, qui avait les rênes du DCEU, abandonne le tournage de Justice League suite au décès de sa fille. Cette dernière se suicide à seulement 20 ans, laissant son père évidemment dans le désarroi. Zack Snyder est alors remplacé en urgence par Joss Whedon, le réalisateur des deux premiers Avengers. Mais les deux hommes ont des visions diamétralement opposées. Si Snyder aime les ralentis esthétiques, des séquences qui prennent leur temps, Whedon est davantage dans une proposition de rythme effréné, de plans sur-cutés, et d’un montage épileptique. Une association qui donne naissance à un monstre de Frankenstein, à un film hybride, à une version malade de Justice League, très loin de la vision de Zack Snyder.

11) Rebel Moon – Partie 1 : L’enfant du feu (2023)

Rebel Moon – Partie 1 : L’enfant du feu

Après en avoir terminé avec le Snyderverse, Zack Snyder se tourne vers Netflix. Le cinéaste laisse l’univers DC derrière lui pour développer ses propres licences. D’un côté Army of the Dead, un univers zombies également composé de Army of Thieves, et de l’autre le dytique Rebel Moon. Sauf que ses deux Rebel Moon sont clairement des ratages stratosphériques. Zack Snyder a l’ambition de créer son propre Star Wars, mais ne fait que souffrir constamment de la comparaison. Rebel Moon est une odyssée spatiale paresseuse, qui reprend les poncifs du genre sans les renouveler, sans les retravailler. Rebel Moon est une fresque spatiale dominée par une bouillie numérique impropre à Zack Snyder. Le récit est redondant au possible, et finalement on s’ennuie ferme devant ce film vendu comme une ambitieuse fable de science-fiction.

10) Rebel Moon – partie 2 : l’entailleuse (2024)

Rebel Moon – partie 2 : l’entailleuse

C’est à peine mieux que l’épisode précédent. Zack Snyder a l’audace de placer son intrigue au même endroit que dans le premier film. C’est avec énormément de lassitude qu’on découvre que Rebel Moon 2 va refaire exactement la même chose que le premier, mais en plus long. Zack Snyder enferme son récit sur la planète des villageois, qui passent une bonne demi-heure à se préparer contre l’invasion de l’Empire. Des séquences réchauffées déjà mises en scène dans le premier volet. L’audience assiste à une redite du premier film de 2h. C’est particulièrement long et répétitif. Reste que, esthétiquement, c’est un peu mieux géré que le précédent chapitre. Si l’esthétique reste agréable (Zack Snyder oblige), l’écriture paresseuse et le découpage bancal, font de ce 2e Rebel Moon une nouvelle fraude. Comme quoi tout mettre dans l’image ça ne suffit pas…

9) Army of the Dead (2021)

Army of the Dead

Décidément, l’ère Netflix ne réussi pas spécialement à Zack Snyder. Globalement, Zack Snyder ne s’est pas foulé. Loin d’être son meilleur film, Army of the Dead est également l’un de ses moins ambitieux. Une parenthèse néanmoins un peu sympa à travers laquelle le réalisateur veut simplement se lâcher, pour offrir une série B à gros budget sympathique et légère. Zack Snyder propose ainsi une œuvre survitaminée qui ne s’embête pas avec une quelconque logique scénaristique. Reste des personnages attachants et quelques envolées visuelles et rythmiques agréables. Mais c’est loin d’être son film le plus ambitieux et le plus abouti.

8) Le Royaume de Ga’Hoole – la légende des gardiens (2010)

Le Royaume de Ga’Hoole – la légende des gardiens

Seul film animé de Zack Snyder, Le Royaume de Ga’Hoole est un point logique dans sa carrière. A force de développer une esthétique très proche de l’animation et des jeux vidéo, c’est en toute logique que Zack Snyder s’affère à ce type de film. Zack Snyder peut se lâcher à fond, offrir des slow motions dans tous les sens, sans qu’il soit critiqué pour ce procédé, animation oblige. Son style graphique et sa mise en scène siéent parfaitement au médium proposé ici. Dommage que le récit de Le Royaume de Ga’Hoole soit trop enfantin pour séduire le public le plus adulte. Une chose est sûre, Zack Snyder doit réitérer l’expérience de l’animation.

7) Man of steel (2013)

Man of steel

Premier film du DCEU, Man of Steel est donc chargé de lancer l’univers connecté DC au cinéma. Premier volet d’un univers qui durera 10 ans, Man of Steel est une version modernisée du kryptonien. Zack Snyder parvient à dépoussiérer le mythe dans une approche très visuelle, assez violente, et très impressionnante du récit culte de Superman. Le metteur en scène parvient parfaitement à créer une sensation de gigantisme, de puissance absolue au sein de ses combats, très réalistes, et parfaitement maîtrisés. C’est la grande force de Man of Steel, son découpage et sa réalisation des combats. Dommage que le blockbuster souffre d’un récit cousu de fil blanc, parfois même incohérent (cf la mort de Kevin Costner qui n’a aucun sens). Si Zack Snyder est à l’aise avec le genre super-héroïque, ce n’est pas dans Man of Steel qu’il brille le plus.

6) Sucker Punch (2011)

Sucker Punch

On a toujours reproché à Zack Snyder d’avoir une approche visuelle trop superficielle trop proche de celle des jeux vidéo. Le cinéaste a retourné cette critique à son avantage en proposant une œuvre qui parodie le schéma classique d’un jeu vidéo. Avec Sucker Punch, il offre un film presque méta qui se base sur le concept de niveaux à débloquer jusqu’à un gros boss final. C’est très ludique, esthétiquement c’est souvent renversant, et en termes de mythologie c’est très généreux. Snyder touche à tout, du film de samouraïs au film de guerre en passant par le film paranoïaque d’enfermement. Esthétiquement, c’est toujours très impressionnant. Snyder a une idée à la seconde. Quant à l’écriture, à la fois féministe et mystérieuse, elle offre un twist final inattendu.

5) L’armée des morts (2004)

 L’armée des morts

Remake du Zombie de Romero, L’Armée des morts est le premier long-métrage de Zack Snyder. Le cinéaste dépoussière le classique de Romero, en proposant une approche beaucoup plus musclée du propos initial. Film violent, rythmé, sous cocaïne, il est à des années-lumière du style de Zack Snyder. Les slows motion ne sont pas encore sa marque de fabrique, il signe ici une mise en scène nerveuse qui sied parfaitement au genre du zombie. Et comment oublier cette scène d’ouverture dantesque ? Une séquence ultra violente, terrifiante, premier pas d’un grand cinéaste en devenir !

4) Zack Snyder’s Justice League (2021)

Zack Snyder’s Justice League

Face à l’insistance des fans déçus par Justice League, Zack Snyder a eu l’opportunité de proposer une nouvelle version de son film DC. C’est de là qu’est né Zack Snyder’s Justice League. 4h de pur spectacle, d’une générosité de tous les instants, mais aussi d’un égo-trip à peine dissimulé. C'est à la fois un trip narcissique, un excès artistique, mais aussi une vision plus aboutie, plus personnelle et plus passionnante. Les séquences ajoutées par Zack Snyder sont totalement dingues (mention spéciale à la séquence du Knightmare). Et même si le film a des défauts, une chose est sure : Snyder comprend beaucoup mieux ses personnages que Whedon.

3) Batman v Superman : l’aube de justice (2016)

Batman v Superman : l’aube de justice

Le mal aimé Batman v Superman mérite largement d’être rehaussé. Une confrontation iconique entre deux géants des comics. Zack Snyder, en plus d'offrir des images impressionnantes, dresse toute une mythologie savoureuse. Encore une fois, il comprend l’identité de ses personnages. Symboliquement, le film fonctionne à chaque instant, et propose un affrontement idéologique passionnant entre l’homme et le Dieu, la nuit et le jour, le peuple et le puissant, la religion et l’athéisme. Une dualité parfaitement maîtrisée, nerf du film. Esthétiquement c’est sublime, et ce dès la scène d’ouverture qui propose une relecture extrêmement maligne du combat final de Man of Steel. Et puis, un Batman aussi violent, ça fait quand même sacrément plaisir.

2) 300 (2006)

300

Tout est parti de là en réalité. Lorsque Zack Snyder adapte le chef d’œuvre de Frank Miller, il se fait instantanément un nom à Hollywood. Une œuvre emblématique, à l'esthétique hallucinante, qui marquait le style de Zack Snyder : des ralentis impressionnants et une superbe vision de l'espace et des chorégraphies. Et puis c'est un immense hommage aux comics book et à l'œuvre de Frank Miller dans son ensemble. C’est beau, violent, parfaitement rythmé, et d’un impact visuel sans précédent. L’une des plus grandes adaptations de comic-book de l’époque (avec Sin City).

1) Watchmen : les gardiens (2009)

Watchmen : les gardiens

C’est tout simplement le plus grand film de super-héros de tous les temps ! Des chorégraphies superbes, une BO géniale, une photographie magnifique, une mise en scène sobre, profonde et sombre, quelques passages introspectifs uniques dans le genre, et un personnage principal super charismatique. Zack Snyder brise les codes du genre super-héroïque en proposant presque un film anti-héroïque. Ici, les super-héros ne sont pas des héros, mais des épaves abîmées par le temps, le ressentiment, la colère, la tristesse, la haine et les erreurs. Un The Boys philosophique avant l’heure, où les puissants se posent des questions quant à l’avenir d’une humanité en berne. C’est brillant à chaque instant, et on n’a jamais revu ça depuis sur grand écran…

Une erreur ?

Mots-Clés : watchmen300justice leagueZack Snyder's Justice Leaguezack snyderrebel moonArmy of the Deadbatman v supermanman of steel

Salut, moi c'est Aubin, mais mes amis m'appellent Binbin. Je suis un énorme fan de comics, de cinéma américain et asiatique, et surtout du genre super-héroïque. Marvel, DC et autres maisons d'édition me suivent depuis ma tendre enfance. Mon adolescence a été marquée par le cinéma de Quentin Tarantino, des frères Coen, de David Fincher ou encore de Ridley Scott. Énorme amateur de Alien et Blade Runner, la science-fiction est, encore aujourd'hui, un genre que j'apprécie particulièrement. Tout comme le cinéma d'horreur qui me procure toujours un frisson inégalé.

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (8)

Par Cinéphile94, il y a 1 mois :

Tellement d'accord, Watchmen meilleur film de super-héros de tous les temps !

Répondre à ce commentaire

Par Elstar, il y a 1 mois :

C'est mauvais que ça Rebel Moon ?

Répondre à ce commentaire

Par Elstar, il y a 1 mois (en réponse à Elstar):

C'est si mauvais que ça Rebel Moon ?

Répondre à ce commentaire

Par Tatsu71, il y a 3 semaines (en réponse à Elstar):

Non il est cool, c'est pas oufissime, mais c'est sympa, il y a bien pire, j'ai passé un meilleur moment devant rebel moon que devant shtar wars rogue one par exemple

Répondre à ce commentaire

Par Bronq, il y a 1 mois (en réponse à Elstar):

Franchement ? Oui. Amateur de Space opera et plutôt content des quelques films de Zack Snyder que j'avais vu jusque là, c'est confiant que je me suis lancé dans le visionage de Rebel Moon partie 1. La chute fut haute. Je n'exagère pas en disant que le scénario m'a donné l'impression d'avoir été écrit par un adolescent de 13 ans bien décidé à mettre tout ce qu'il apprécie des films de sciences fiction et de fantasy dans son propre film. Les 2h et quelques que sont le premier film Rebel Moon est juste un ensemble de clichés qui défilent les uns après les autres, qqu'on aurait essayé tant bien que mal de lié par un semblant de scénario. Et les dialogues... Encore une fois, ils donnent l'impression d'avoir été écrits par un adolescent "ça c'est tellement profond". Ce film est à voir entouré de potes avec une grille de bingo avec les pires clichés du cinéma dans les cases, et une bouteille de vodka offerte au premier qui remplie une grille (ça devrait aller vite).

Répondre à ce commentaire

Par jean, il y a 1 mois :

Zack Snyder : une odyssé dans l'espace à la Star Wars;..

Rebel Moon 1 : se passe sur une planète de fermier pour les combattres afin de récup une meuf qui a buter un empereur

Rebel Moon 2. : se passe sur la même planète pour combattre les même fermiers.. afin de capturer la fameuse meuf qui a buter l'empereur

Dialogue, acteur(trice), écriture, effets visuels, réalisation, photographie........... nul, il y a rien, absolument rien c'est navrant !!

Répondre à ce commentaire

Par Trivone, il y a 1 mois (en réponse à jean):

Tes bon toi, tu parle d'une information révélé dans la seconde partie. Pour définir la première.

Que tu veuilles détruire le film c'est d'une chose. Mais fait le avec les bon détails.

D'ailleurs seul la seconde partie se déroule entièrement sur la fameuse planète des fermiers.

Répondre à ce commentaire

Par Tatsu71, il y a 3 semaines :

Faut apprendre à faire des titres bande de branleurs, avec votre titre, on croirait qu'il y a 12 rebel moon...

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.