Rechercher Annuler

The Sandman : son créateur doit tout à cette grosse erreur de George R.R. Martin

De Gaetan Desrois - Posté le 10 août 2022 à 15h46 dans Séries TV

Alors que vient de paraître la première saison de The Sandman, l'adaptation du chef d'oeuvre de Neil Gaiman, et que l'on attend la série House of the Dragon, adaptée du roman Feu et Sang de George R.R. Martin, on apprend que l'on doit la genèse du comics de Gaiman à cette énorme bourde de l'écrivain de Game of Thrones

Merci George !

Quel fantastique mois d'août pour les fans de Fantasy ! En effet, alors que la série House of the Dragon, premier spin-off de Game of Thrones produit par HBO, sortira le 22 août prochain (les premières critiques dithyrambiques sont déjà tombées), nous avons déjà pu découvrir la première saison de The Sandman, sortie en intégralité sur Netflix le 5 août dernier. Adaptée des comics cultes de l'auteur britannique Neil Gaiman, la série est un joli succès, qui trône à la première place des séries du moment sur Netflix. 

Mais, du fait de ce hasard du calendrier qui veut que The Sandman et House of the Dragon sortent à quelques semaines d'intervalles, Neil Gaiman et George R.R. Martin sont en pleine promotion en même temps. Ce qui a donné l'idée à Netflix d'organiser une rencontre entre ces deux monstres sacrés de la Culture Pop. Une rencontre filmée d'une demi-heure, qui ravira les fans. 

Au gré de leurs échanges, Neil Gaiman confie qu'il a eu l'opportunité d'écrire les comics de Sandman pour DC Comics grâce à une énorme erreur de l'écrivain de Game of Thrones. En effet, celui qui fut un élève du légendaire Alan Moore (WatchmenV pour Vendetta) avait envoyé un pitch à George R.R. Martin pour sa série littéraire d'anthologie sur les super-héros Wild Cards, dont on attend une adaptation en comics par Marvel

Le futur auteur d'American GodsNeverwhere et L'Étrange Vie de Nobody Owens (dont une adaptation par Disney a récemment été annoncée) s'est vu essuyer un refus de son homologue étasunien. Déçu, il a ensuite contacté DC Comics. Et c'est ainsi que, de manière très schématique, est né The Sandman. En tout cas, Neil Gaiman est formel : il doit The Sandman au refus de l'écrivain américain. Ce dernier a d'ailleurs répondu à l'anecdote : 

Ce n'est certainement pas la meilleure décision que j'ai prise dans ma carrière d'éditeur. Mais regardez : vous m'avez envoyé ce pitch Sandman pour ma série Wild Cards. J'ai refusé. Vous avez donc contacté DC Comics, et voyez où vous êtes : ces séries télévisées, ces comics, ces romans graphiques, et toutes ces récompenses. 

En retour, avec tout l'humour qu'on lui connaît, Neil Gaiman surenchérit et ironise

J'aurais pu gagner 4 000 dollars !

Si véritablement nous devons à cette mauvaise décision de George R.R. Martin la création de l'un des meilleurs comics de l'Histoire, alors nous ne pouvons qu'espérer que l'auteur de A Song of Ice and Fire continuera d'en commettre. Qui sait quels artistes talentueux se cachent derrière des nouvelles Wild Cards refusées !

Si cet article vous a plu, vous serez sans doute heureux d'apprendre que Neil Gaiman est très optimiste pour la création de ce spin-off de The Sandman centré sur l'un des personnages les plus iconiques de la série

Une erreur ?

Mots-Clés : The Sandmansandmannetflixneil gaimanGeorge R.R. MartinfantasyComicsWild Cards

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (3)

Par Le Comédien, il y a 2 mois :

Elle est ouf cette anecdote ahah

Répondre à ce commentaire

Par Tazeo, il y a 2 mois :

Voilà ce qui fait le succès de ces daubes hollywoodiennes.le cul.le cul.le cul.ma parole ce monde mérite la destruction!!

Répondre à ce commentaire

Par Tazeo, il y a 1 mois :

GOT .RAISONS DU SUCCÈS? LES NOMBREUSES SCENES DE Q. Moi je mate pas cette merde.dsl

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.