Rechercher Annuler

TikTok : la gendarmerie met en garde contre le Silhouette Challenge

De Dan Auteur - Posté le 19 février 2021 à 11h10 dans Insolite

On ne présente plus le réseau social TikTok fort de ses 800 000 utilisateurs à travers le monde et de ses près de 2 milliards de téléchargements. TikTok est une source inépuisable de courtes vidéos, mais le réseau est connu aussi pour mettre en avant des challenges que les utilisateurs s'empressent de reproduire. Certains challenges sont fort heureusement sans risque, mais il en existe qui peuvent être dangereux, notamment pour les plus jeunes. La dernière mode sur la plateforme c'est le Silhouette Challenge. Un défi qui semble inoffensif, mais la gendarmerie a préféré lancé un message d'alerte pour vous prévenir des risques que vous encourez. On vous explique.

Le Silhouette Challenge, qu'est-ce que c'est ?

C'est un nouveau défi qui a débarqué sur TikTok au début de l'année. Le principe est de se montrer au premier plan puis de s'arrêter dans une position de son choix. Le plan suivant ne laisse voir que la silhouette de l'utilisateur avec un filtre rouge le tout sur la musique Put Your Head on my shoulder.

Rien n'oblige l'utilisateur à se dévêtir ou à poser en petite tenue sur le deuxième plan avec le filtre "vin rouge" mais de nombreux utilisateurs le font car c'est ce qui attire les vues ! Un challenge qui, présenté de la sorte, peut vous sembler artistique et sans risque puisque la nudité est cachée grâce au filtre. Sauf que ce n'est pas vraiment le cas !

Un défi artistique qui peut prendre une tournure bien différente

Le problème c'est que des petits malins sont parvenus à retirer facilement ce filtre et révèle ainsi la nudité de celui ou celle qui a posté la vidéo. Majoritairement réalisé par de jeunes filles, ce challenge peut donc représenter un danger. C'est ce qui a poussé les forces de l'ordre à communiquer sur les réseaux sociaux pour avertir les personnes qui seraient tentées de s'essayer au Silhouette Challenge.

La gendarmerie souligne qu'elle a réussi avec l'aide d'application ou logiciels à retirer ou atténuer l'effet du filtre rouge et ainsi obtenir la vidéo "non censurée". Il existe aussi sur Internet des tutoriels pour expliquer la marche à suivre.

Fort de son succès, ce challenge, comme le WAP Challenge dans lequel il faillait danser en sous-vêtement de façon très suggestive, attire donc de nombreuses jeunes femmes à suivre la tendance. Et forcément, ce type de vidéo qui est en libre accès sur TikTok et avec la facilité déroutante pour retirer l'effet, cela représente un repère pour les prédateurs sexuels.

C'est pour ces raisons que la gendarmerie a préféré mettre en garde contre ce nouveau challenge. Et le mieux à faire, avant de publier quoi que ce soit sur les réseaux sociaux, c'est de réfléchir. Car comme le rappelle les forces de l'ordre : "Votre nudité vous appartient, ne la partagez pas".

Une erreur ?

Source(s) : 20minutes.fr

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Mots-Clés : TikTokchallengedéfisilhouette challengenuditéfiltregendarmeriealerterisqueDanger

Commentaires (11)

Par jeanLucaseco, il y a 2 mois :

Arrêter tik tok me semble la meilleure solution

Répondre à ce commentaire

Par Zeffir, il y a 2 mois :

Le futur s'annonce bien

Répondre à ce commentaire

Par Plop, il y a 2 mois :

"La gendarmerie souligne qu'elle a réussi avec l'aide d'application ou logiciels à retirer ou atténuer l'effet du filtre rouge et ainsi obtenir la vidéo "non censurée".

Répondre à ce commentaire

Par Provencal le Tourangeau, il y a 2 mois :

Mais déjà quel intérêt de se foutre a poil sur internet ? avec ou sans filtre ... un peu de pudeur ! (homme ou femme, même combat)

Répondre à ce commentaire

Par Akhenath, il y a 2 mois :

Je n'ai jamais compris ces défis d'autant que ceux-ci semblent clairement orientés pour un type "d'artiste" bien précis.

Je ne vois ici que des femmes aux morphologies bien spécifiques qui ne nous le cachons pas, feront plus de vues que d'autres...

Les réseaux sociaux ne sont vraiment pas mon truc...

Répondre à ce commentaire

Par H0mer001, il y a 2 mois :

Mais ils sont chiants les gendarmes aussi !

Répondre à ce commentaire

Par obyoneone, il y a 2 mois :

black mirror est une réalité...:::(

Répondre à ce commentaire

Par Oxymoron, il y a 2 mois :

On peut pas se servir de tiktok d'une bonne manière? Par exemple en chopant tous ses utilisateurs et en les isolant sur une île loin de tout?

Répondre à ce commentaire

Par MUrfe, il y a 2 mois :

Arretez de reduire les femmes à de simples objets erotiques . Elles y arrivent très bien toutes seules .

Répondre à ce commentaire

Par Lululu, il y a 2 mois :

Pour moi le silhouette challenge est un beau challenge pour les gens qui veulent assumer leur morphologie et peut être aussi artistique est jolie. Chacun a son propre corps et fait ce qu'il veut avec. Moi même j'ai voulu faire mais ne l'a pas encore réalisé. Pour moi mon seule avis et de pluôt mettre ces vidéos en privé pour se protéger des malade mentaux.

Répondre à ce commentaire

Par Jack, il y a 2 mois (en réponse à Lululu):

Sauf que ce genre d'erreur de la part des jeunes filles qui le font à poil sera puni pénalement et automatiquement (pornographie enfantile) (en Suisse c'est depuis l'âge de 10ans que l'on peut se retrouver devant les tribunaux pour mineur).

Ci-dessous, extrait de la legislation Française en vigueur pour les adultes, pour les mineurs je ne connais pas les peines fixée dans la loi

Tout acte d’enregistrement, de fixation, de transmission ou de diffusion d’une telle image constitue un délit pénal au sens de l’article L. 227-23 al. 1 et 2 du Code pénal. Pour être pénalement responsable, il suffit de commettre intentionnellement l’un quelconque de ces faits.

Le caractère gratuit ou payant des enregistrements est indifférent. De même, tous les moyens de communication sont visés.
Les peines encourues

L’enregistrement, la fixation, la transmission ou la simple détention de telles images sont punies de trois ans d’emprisonnement et de 45 000,00 € d’amendes (articles L. 227-23 al. 1, 2 et 4).
L’utilisation du réseau Internet peut être considérée comme une circonstance aggravante, si la diffusion est réalisée vers un public indéterminé (article L. 227-23 al. 3). En pratique, cette aggravation peut s’appliquer aux sites Internet et aux mailing lists. Les peines sont alors de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000,00 € d’amende.

Fin de l'Extrait.



Le problème au final est toujours le même :

L'absence ou le jmenfoutissme total des parents pour l'éducation de leur enfants vis à vis des réseaux (quels qu'ils soient) et des conséquences légales de leurs actes qui les impacteront tout au long de leur vie dans les pires des cas.



PS.

TikTok c'est 13ans minimum mais bon comme la majoritée triche et falsifie, c'est un acte à charge en plus envers l'enfant devant un tribunal....

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.