Pourquoi un pilote allemand a décidé d'escorter un bombardier américain jusqu'à bon port ?

De Antoine Barré - Posté le 30 mai 2016 à 14h11

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

En plein cœur de la Seconde Guerre Mondiale, il serait surprenant d'apprendre une histoire pareille... Et pourtant, elle est réelle ! Un pilote allemand a bravé le peloton d'exécution afin de sauver la vie de l'équipage d'un bombardier allié. Cet épisode de la guerre est connu sous le nom de "L'incident de Charlie Brown et Franz Stigler", et a inspiré une chanson au groupe de metal suédois Sabaton : No Bullet Fly.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

Un conte de Noël 

Tout se déroule le 20 décembre 1943. Charlie Brown (aucun rapport avec Snoopy) et son équipage font partie d'une flotte de bombardiers, volant sur une formation en quinconce afin de couvrir un maximum d'espace et de permettre aux bombardiers de défendre efficacement leurs points faibles. Leur objectif ? Brême et ses usines de fabrication de Focke-Wulf FW 190, un chasseur-bombardier allemand extrêmement polyvalent.

Bien entendu, ce ne sera pas chose aisée, car les usines sont protégées par de nombreux canons anti-aériens, ainsi qu'une flotte de chasseurs allemands, des Messerschmits et des Focke-Wulf. Rapidement, l'attaque tourne au désavantage des américains et le B-17 de Charlie Brown, Ye Olde Pub, est forcé de quitter la formation, pris en chasse par une douzaine de chasseurs.

battle

Une partie de son équipage, quatre hommes sur dix, fut mise hors combat, tués ou blessés par les rafales.
C'est alors que Franz Stigler entra dans la danse. Il s'agissait d'un bavarois, un pilote de guerre vétéran dont le palmarès plafonnait, à l'époque, à 22 victoires et il était pressenti pour la croix de fer des chevaliers de fer lors de sa prochaine victoire. Ce dernier était en plein réapprovisionnement de son Messerschmitt, après avoir abattu deux bombardiers alliés quand il a repéré le B-17 agonisant de Charlie Brown.

old

Il décolla alors, prêt à inscrire sa 23ème victoire, et à recevoir la croix de fer. Pourtant, alors qu'il était sur le point d'abattre ses proies, il changea brusquement d'avis :

"J'ai vu son mitrailleur, allongé sur le dos, saignant abondamment. Donc, je n'ai pas pu tirer. J'ai tenté de le faire atterrir en Allemagne, mais il n'a pas réagi. Alors, j'ai décidé de le faire atterrir en Suède (qui était un pays neutre) car son avion avait été totalement mitraillé, je n'avais jamais vu voler quoi que ce soit qui ait reçu autant de balles."

Il se plaça sur le côté gauche du B-17, afin d'empêcher l'artillerie allemande de descendre le bombardier, et l'escorta jusqu'à la Mer du Nord, où il quitta la "formation" une fois l'espace aérien allemand dépassé. Charlie Brown est, quant à lui, parvenu jusqu'en Angleterre.

Aucun des deux pilotes ne parla de cet incident durant leurs débrief, Franz Stigler parce qu'il risquait la cour martiale, Charlie Brown parce qu'il était inconcevable, à l'époque, qu'on puisse être un être humain et voler à côté un avion allemand, aux yeux de l'opinion publique.

Pourquoi ? 

On peut se demander pourquoi un tel pilote, aussi doué et sur le point de recevoir une haute récompense militaire, refuserait d'abattre sa cible. L'explication, Franz Stigler l'a fourni quelques années plus tard. Il s'était rappelé les paroles de son supérieur quand il était cantonné en Afrique du Nord :

"Vous êtes pilotes de chasse aujourd'hui, demain, toujours. Si jamais j'apprends que l'un d'entre vous a attaqué un pilote en parachute, je le tuerai moi-même"

A cet l'instant, ce qui avait empêché Franz d'abattre l'avion et l'équipage, c'était l'état du bombardier, et celui de l'équipage :

"Pour moi, c'était comme s'ils avaient été sous leur parachute, je ne pouvais pas les abattre"

Et la suite ?

Charlie Brown a recherché le pilote lui ayant sauvé la vie, à lui et à son équipage, après avoir raconté cette histoire lors d'un rassemblement de pilotes militaire, en 1986. Ce n'est que quatre ans plus tard qu'il retrouva Franz Stigler, à la suite d'un échange de lettres, puis d'une conversation téléphonique, durant laquelle l'ancien pilote allemand décrivit Ye Olde Pub pour prouver à Charlie Brown qu'il était bien celui lui ayant sauvé la vie.

charlie

Ils devinrent de très proches amis suite à cela, jusqu'à leur décès en 2008, à quelques mois d'intervalles l'un de l'autre.

 

Une adaptation cinématographique ?

Cette anecdote de la Seconde Guerre Mondiale a été adapté en livre par Adam Makos, sous le nom de "A Higher Call: An Incredible True Story of Combat and Chivalry in the War-Torn Skies of World War II". En 2013, il a été annoncé que les droits du livre furent rachetés par Tom Stoppard et Solipsist films, dans le but d'en faire une adaptation cinématographique. John Marckesano, à la fois auteur et pilote de lignes commerciales, aurait été chargé d'en écrire le scénario. Le budget serait de 85 millions de dollars. Aucune date de sortie n'a été annoncée pour le moment.

Une erreur ?

Mots-Clés : avions2nde guerre mondialecompassionpilotes

Source(s) : Jalopnik

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (17)

Par Keith, il y a 2 ans :

Comme quoi; même dans la guerre on peut trouver une part d'humanité.
Cela laisse à réfléchir concernant la haine qui pousse les gens à se monter les uns contre les autres.
Heureusement il y aura toujours des personnes ayant un "sens moral" (si l'on peut appeler ça comme ça), une fierté ou tout simplement de l'honneur.

Répondre à ce commentaire

Par Murthan, il y a 2 ans (en réponse à Keith):

Je doute quand même un peu que les Français et les Allemands avaient vraiment envie de s'entre tuer ^^', ils avaient pas trop le choix.

Répondre à ce commentaire

Par Paeh, il y a 2 ans :

Je connaissais cette histoire, elle est remarquable.

Merci à Hitek de la partager.

Répondre à ce commentaire

Par Bengt, il y a 2 ans :

He was a true hero !

Répondre à ce commentaire

Par Tatu, il y a 2 ans (en réponse à Bengt):

He was a true... Patriot.

Répondre à ce commentaire

Par Gatz'Og, il y a 2 ans (en réponse à Tatu):

Un patriote ce bat pour sont pays, or cet Allemand c'est battu contre.

Répondre à ce commentaire

Par Commandant Ramius, il y a 2 ans :

Cette histoire n’a pas servit de base dans un épisode de NCIS ?
Un histoire comme on les aime.

Répondre à ce commentaire

Par Tatu, il y a 2 ans (en réponse à Commandant Ramius):

Oui, cela a servi de base à un épisode de NCIS, bien vu !

Répondre à ce commentaire

Par kikoulol, il y a 2 ans :

Le meilleur et le pire, c'est ce qui défini notre humanité, que l'on le veuille ou non.

Répondre à ce commentaire

Par sandfr, il y a 2 ans :

ont parle de la commémoration d'hier ?

Répondre à ce commentaire

Par Ginger, il y a 2 ans via l'application Hitek :

C'est une très belle histoire dans tout les cas !

Répondre à ce commentaire

Par Poirette, il y a 2 ans :

ça m'a donné des frissons

Répondre à ce commentaire

Par Seb, il y a 2 ans :

une référence à Snoopy en 2016, audacieux

Répondre à ce commentaire

Par Sigerbjorn, il y a 2 ans :

Je me sent très infâme.

Je suis un grand fan de Sabaton, et j'ai jamais fait gaffe aux paroles de No Bullets Fly. Pas faute de l'avoir écouté pourtant :(

Répondre à ce commentaire

Par jak, il y a 2 ans :

C'est beau putain :o

Répondre à ce commentaire

Par Nafnaf, il y a 2 ans :

Erreur dans l'article. ;)

"Charlie Brown parce qu'il était inconcevable, à l'époque, qu'on puisse être un être humain et voler à côté un avion allemand" il un manque un D' avant un avion allemand.

Répondre à ce commentaire

Par Barjo, il y a 2 ans :

Ayant lu le livre, je vous encourage à le parcourir car il est vraiment bien foutu, émouvant à souhaits et remplis de renseignements sur la vie des pilotes à cette époque !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.