Voici l'animal ayant probablement l'espérance de vie la plus longue qui soit

De Antoine Barré Auteur - Posté le 12 août 2016 à 14h08 dans Science
15réactions !
15 commentaires

Pour un geek, une vie extrêmement longue, ça tient à deux-trois choses : être Yoda, être un Elfe (Galadriel vivait bien avant que le Soleil ne frappe la Terre du Milieu de ses rayons ardents !), être un Phénix, être Captain America ou bien Wolverine. Ou une Carcasse perdue dans Lordran. Sauf que, avouons-le, ces méthodes sont difficilement réalisables. Et pourtant, comme le disait Aragorn à un jeune Rohirrim : "Il y a toujours de l'espoir". En effet, des scientifiques ont découvert que le requin du Groenland est tout à fait capable de vivre au moins 400 ans.

Une espèce longtemps ignorée

Sur la Liste Rouge de Norvège (une liste détaillant quelles sont les espèces susceptibles de disparaître en Norvège), la laimargue du Groenland (l'autre nom du requin du Groenland) est décrite avec seulement deux lettres : "DD", ou "Data Deficient" (Données Insuffisantes)... C'est dire. En raison le fait que ces poissons n'avaient, jusque-là, aucun intérêt scientifique. Si l'on ajoute le fait qu'il est nécessaire de faire bouillir à plusieurs reprises leur chair pour en éliminer toute trace de toxine, on comprend que même culinairement, l'intérêt était assez minime pour laisser l'animal en-dehors de toute activité de pêche, sinon accidentelle.

laimargue

C'était, jusqu'à il y a cinq ans, le statut du requin du Groenland, jusqu'à ce que l'un d'entre eux fut accidentellement remorqué par un navire de recherche scientifique où se trouvait un étudiant en doctorat : Julius Nielsen.

"C'était une expérience incroyable que de se retrouver face à un tel animal. [...] J'ai commencer à chercher ce que l'on savait sur ces requins, et fut surpris de découvrir le peu d'informations à leur sujet."

Une datation effectuée sur la paupière

Durant les années qui suivirent cette prise, Julius Nielsen a effectué ses recherches sur une trentaines de requins, remontés à la surface dans des prises accidentelles. Tout est parti de la paupière des laimargues : cette dernière est constituée d'une myriade de cellules transparentes emplies de protéines cristallisées. En somme, il s'agit d'un tissu mort, qui s'accumule au fur et à mesure de la vie du requin. En ce cas, peler les différentes couches jusqu'à parvenir aux plus vieux tissus, et les dater au carbone 14 permet de déterminer l'âge réel de l'animal, avec une certaine marge d'erreur.

shark

Et là, surprise ! Ils ont découvert que nombre d'entre eux ne montraient aucun signe au carbone 14 des marques des tests nucléaires effectués dans les années 1960, ce qui signifie qu'aucun de ces requins analysés avait moins de 50 ans. Déjà, dans la première moitié du XXème siècle, une laimargue avait été pêchée accidentellement à deux reprises, avec environ 16 ans d'écart... Sauf que les requins analysés par Julius Nielsen et son équipe étaient nés entre le XIXème et le XXème siècle. Mais les deux spécimens les plus vieux ont au moins 300 ans, ou plus exactement 335 ans (marge d'erreur : 75 ans) et 392 ans (avec une marge d'erreur de 120 ans). Seulement 3 des laimargues étudiées étaient nés durant les 50 dernières années.

"Le fait qu'un requin du Groenland puisse avoir au moins 272 ans en fait le plus vieux vertébré au monde. [...] Je pense que c'est la première fois dans l'histoire humaine que quelqu'un effectue une détermination de l'âge s'achevant sur au moins 240 ans et l'appelle un succès."
- Julius Nielsen

De plus, l'équipe de chercheurs est parvenue à établir que la maturité sexuelle de laimargues s'effectue à partir de 150 ans, en raison d'une très large fenêtre de procréation, mais surtout du peu de prédation dont font l'objet les requins du Groenland. 

Une découverte problématique

Toutefois, cette découverte scientifique concernant les requins pose un problème majeur : le fait qu'on connaisse si peu certaines espèces animales ou végétales, au nom du peu d'intérêt scientifique que ces dernières sont supposées offrir :

"Cela montre à quel point la science en sait peu sur la vie de bien des créatures. [...] Mais cela montre aussi aussi à quel point il serait facile de rester ignorant à ce sujet, en raison du réchauffement climatique et des dommages environnementaux."

Toutefois, il ne faut pas crier "Victoire !" trop tôt : si cette découverte est fort intéressante, il semble difficile de la mettre en application sur l'être humain en raison des nombreuses différences entre les deux espèces :

"Il faut se souvenir que les espèces à sang-froid, surtout quand elles vivent dans des environnements froids, ont bien moins de problèmes avec le stress oxydant que les mammifères, puisque la principale source de radicaux libres dans notre corps vient du métabolisme de l'oxygène que nous nous devons de faire pour garder nos corps chauds. [...] Toutefois, ces requins n'ont sans doute aucune nouveauté que nous pouvons appliquer à nous-même. [...] Mais ils le peuvent tout autant ! Donc nous devrions les étudier plus."
- Aubrey de Grey

Une erreur ?

Mots-Clés :

Source(s) : Gizmodo

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (15)

Par Tatu, il y a 4 ans :

Après, de là à extrapoler qu'il est possible de mettre au point quelque chose affectant l'être humain de la même façon...

Répondre à ce commentaire

Par Lenof, il y a 4 ans (en réponse à Tatu):

C'est une bonne idée... cependant, à presque 9 milliards d'humains et le fait que si on vit plus longtemps ça nous rendra pas stérile pour autant j'ai peur que si on peut vivre 200 ans de plus grâce à ces requins ne soit pas si cool que ça sur le long terme ^^"...
Et autant te dire que si c'est possible de rallonger autant l'espérance de vie humaine, ce n'est pas l'individu lambda qui en bénéficia... (on rappelle le prix juste pour se faire congeler ? >_>").

Après en tant que curieuse scientifique, je serais ravie de savoir si c'est possible.

Répondre à ce commentaire

Par 4zuryth, il y a 4 ans (en réponse à Lenof):

Heureusement que ça coute une blinde de se faire congeler !
T'imagines si c'était à la portée de tout le monde, tu les stocke où tes 57 millions de corps par an? (stats de wikipedia, j'ai pas compté)

Répondre à ce commentaire

Par Lenof, il y a 4 ans (en réponse à 4zuryth):

C'était juste un exemple pour dire que si on trouve un moyen de rallonger la vie c'est pas nous, humain aux revenues simple, qui pourront nous l'offrir ^^".

Répondre à ce commentaire

Par Misternico, il y a 4 ans :

J entend des méduses et des cafards rirent depuis où ils sont.

Répondre à ce commentaire

Par Inquisiteur Robespierre, il y a 4 ans (en réponse à Misternico):

Des bactéries polaires plus anciennes que l'Ere Glaciaire rigolent au fond de la banquise.

Répondre à ce commentaire

Par Tatu, il y a 4 ans (en réponse à Inquisiteur Robespierre):

Heureusement qu'il est précisé dans l'article qu'on parle des vertébrés...

Répondre à ce commentaire

Par Piox, il y a 4 ans (en réponse à Tatu):

oui mais pas dans le titre, ce qui fait que je le qualifierai sans remord de titre putaclic, comme la plupart sur hitek de nos jours :(

Répondre à ce commentaire

Par NoXlight, il y a 4 ans (en réponse à Piox):

vrai :^)

Répondre à ce commentaire

Par Jamjam, il y a 4 ans :

De toute façon, on s'en fout de savoir si on peut en tirer profit. L'amour de la science, ce n'est pas tirer profit des choses qu'on étudie, c'est les étudier par amour de la science et par curiosité. Ce requin doit être mieux connu, par simple amour pour la recherche, pour mieux le protéger pas pour lui trouver une utilité curative.

Répondre à ce commentaire

Par petit coyote, il y a 4 ans (en réponse à Jamjam):

c'est pas avec l'amour de la recherche que tu vas obtenir des fonds pour les études malheureusement

Répondre à ce commentaire

Par Inkaku, il y a 4 ans :

Et ce qui doit arriver arrivera... De nouveaux mythes et legendes sur les bienfaits de la chair de ce requin pouvant allonger la durée de vie vont se propager et impliquer la surpeche... Puis disparition de l'espece... Et moi qui croyait que l'espece humaine évoluait... J'appellerai plutot cela une régression... :'(

Répondre à ce commentaire

Par Freal, il y a 4 ans (en réponse à Inkaku):

"il est nécessaire de faire bouillir à plusieurs reprises leur chair pour en éliminer toute trace de toxine"
Avec un peu de chance, la séléction naturelle fera son boulot sur ceux qui pensent augmenter leur durée de vie en mangeant ce requin ^^ ça passera l'envie aux autres

Répondre à ce commentaire

Par Altiel, il y a 4 ans :

"Semble difficile de la mettre en application sur l'être humain". J'ai envie de dire encore heureux. On est deja trop nombreux alors manquerais plus qu'on vive 400 ans

Répondre à ce commentaire

Par NoXlight, il y a 4 ans (en réponse à Altiel):

lol...

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test realme X50 Pro, un smartphone 5G qui veut faire bouger le haut de gamme : fiche technique, prix et date de sortie

Realme X50 Pro

Il y a 1 mois

Test : l'Asus ROG Zephyrus G14, un PC portable Gaming compact avec une RTX 2060 : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ROG Zephyrus G14

Il y a 2 mois

OnePlus 8 Pro, le nouveau smartphone 5G avec écran 120 Hz : fiche technique, prix et date de sortie.

OnePlus 8 Pro

Il y a 3 mois