Profitez de votre bière, son prix va fortement augmenter en raison du réchauffement climatique !

De Dan Auteur - Posté le 16 octobre 2018 à 10h18 dans Science

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

La bière est la boisson alcoolisée la plus consommée à travers la planète, mais il se pourrait bien que d'ici quelques temps, cette boisson devienne un produit de luxe. La raison ? Le réchauffement climatique.

La bière : futur produit de luxe ?

En effet, si vous êtes un amateur de blondes, brunes ou ambrées, profitez de boire de la bière à un prix raisonnable, car ça ne risque pas de durer. Selon une étude publiée dans la revue Nature Plants, les longues périodes de chaleur et de sécheresses provoquées par le changement climatique impacteront la production de l'orge, l'une des céréales qui rentre dans la composition de la bière.

L'étude explique que la boisson alcoolisée la plus populaire dans le monde va se raréfier et devenir plus chère car "une baisse de la production mondiale d'orge générerait une baisse encore plus importante de la production d'orge consacrée à la bière". Car l'orge de la meilleure qualité, qui représente moins de 20% de l'orge mondiale, est uniquement utilisée pour la fabrication de la bière. Selon le professeur Dabo Guan de l'université d'East Anglia, "ces cultures de haute qualité sont encore plus sensibles".

Le prix au litre du simple au double

Ainsi, si les conditions climatiques continuent à suivre leur rythme actuel, à savoir une augmentation de 2 à 3 degrés, cela entraînera une baisse de 16% de la production mondiale de bière. Une quantité qui correspond à la consommation annuelle de bière aux Etats-Unis. Au mieux, si les températures n'augmentent que de 1,4 degré, la production d'orge ne baisserait que de 9%. Par conséquent, le prix de l'orge va devenir plus cher et votre bière aussi !

Effectivement, l'étude explique qu'avec une augmentation de 2 à 3 degrés, le prix au litre des bières belges sera multiplié par deux, passant de 2,46 € à 4,78 €. Pire, en Irlande par exemple, la bière pourrait connaître une augmentation de son prix de 193% ! Et l'étude ne prend pas en compte le prix des énergies qui risque également d'augmenter pour réduire les émissions de CO2. Car dans un monde plus chaud, tout coûte plus cher ! Et la bière n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

Alors amis buveurs de bière, si vous ne voulez pas payer plus cher votre mousse, espérons qu'une prise de conscience et des actions concrètes soient prises pour limiter le réchauffement climatique avant qu'il ne soit trop tard !

Une erreur ?

Mots-Clés : BiereLuxeproductionorgeaugmentationprixrechauffement climatique

Source(s) : e-rse.net

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (37)

Par Savi, il y a 4 semaines :

ça peut être un bon argument pour réveiller certaines consciences !

Répondre à ce commentaire

Par Vash65k, il y a 4 semaines (en réponse à Savi):

C'est pas plutôt l'inverse? Une bonne excuse pour augmenter son prix?

Répondre à ce commentaire

Par Lollalecture, il y a 4 semaines (en réponse à Savi):

Comme d'hab les gens vont faire attention 2min et vont oublier cette news, donc non il n'y aura aucune prise de conscience ;)

Répondre à ce commentaire

Par Tim45, il y a 4 semaines :

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan

Tout mais pas ça putain! Prenez l'essence, l'eau plate et le Malibu Coco mais laissez nous la bière!!!
Sus à l'ennemi, traitre à la rate! Nous nous battrons corps et âme!!! VIVE LA BIÈRE LIBRE!!!

Répondre à ce commentaire

Par Latheorieducomplot, il y a 4 semaines :

Pas grave je ne bois que du pastis, ça passe tout seul le matin

Répondre à ce commentaire

Par Oxymoron, il y a 4 semaines :

Moi qui n'aime presque que la belge, déjà chère.. Je suis dans la m*rde!

Répondre à ce commentaire

Par Thaar, il y a 3 semaines (en réponse à Oxymoron):

Heureusement que la bière est à la mode alors, y'a tellement de petite brasseries qui foisonne de partout qu'il ne sera probablement pas difficile de trouver une bonne bière à un prix respectable.

Répondre à ce commentaire

Par Laurane, il y a 4 semaines :

Un peu grave qu'on doive menacer la bibine pour que les gens commencent à s’inquiéter du réchauffement climatique. Les générations futures condamnées, les espèces animales qui disparaissent, la pollution croissante et la déforestation bats les couilles, mais si Robert n'a plus sa bière ça devient un drame international.

Mais bon, de toute façon le réchauffement est un complot orchestré par les chinois, c'est Donald Trump le roi des beaufs qui l'a dit alors ça doit être vrai.

Répondre à ce commentaire

Par Oxymoron, il y a 4 semaines (en réponse à Laurane):

Est ce que les générations futures valent le coup d'être sauvées? Ils trouveront quand même un moyen de s'entre-tuer (oui concernant l'espèce humaine je suis très pessimiste). La planète survivra à l'homme c'est juste dommage qu'on emporte des espèces animales avec nous...!

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 4 semaines (en réponse à Oxymoron):

Donc je suppose que tu trouves ta vie très désagréable ? Tu es mécontent d'être en vie ? Car bon, si ton père avait raisonné comme toi, tu ne serais même pas là.

Ça m'agace toujours ce genre de raisonnement. Si tu veux pas de gosse, tu le dis cash et tu assumes ton égocentrisme, te planque pas derrière des pseudos arguments de merde "oui mais ils vont continuer de niquer la planète".

Répondre à ce commentaire

Par Greaks, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

Merci pour ton message. Marre de toutes ses personnes qui se condamnent elles-mêmes.
Vous voulez pas d'enfants ? N'en faites pas.
On n'arrivera pas à réduire nos empruntes, avec tous les efforts du monde. On devrait consacrer nos ressources dans des recherches pour soigner plutôt que de vouloir restreindre des personnes à qui on a appris à être égocentrique.
Bref, blâme le monde entier si tu veux, mais en faisant ça, tu ne consacres pas ton énergie à trouver de nouvelles solutions au contraire, tu perds du temps, et au final rien ne change.

Répondre à ce commentaire

Par Oxymoron, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

C'est ta vie qui ne doit pas être si agréable si tu es toujours aussi tendu :) Oui j'ai 35 ans, je ne veux pas de gosse et j'en ai jamais voulu car pour moi c'est justement égoïste de faire un gosse lorsque tous les signaux sont au rouge. Si tu trouves que les choses vont dans le bon sens et qu'on peut changer la mentalité de milliards de gens, je te trouve bien naïf mais soit... t'as le droit de penser ce que tu veux. Perso je me fais pas d'illusions. Si tu trouves que ça correspond à de l'égocentrisme, grand bien t'en fasse, ça va pas m'empêcher de dormir

Répondre à ce commentaire

Par Laurane, il y a 4 semaines (en réponse à Oxymoron):

Oxymoron, mais à 35 ans mon pauvre ami, tu auras bien le temps de voir le navire couler. J'ai 28 ans et je me considère dans le même bateau que les gamins qui naissent en 2018.

Répondre à ce commentaire

Par Oxymoron, il y a 4 semaines (en réponse à Laurane):

Ha et bien de toute façon on est déjà en plein dedans! Mais je considère que les gosses de 2018 sont bien moins chanceux. Et les suivants le seront encore moins. Mais bon là j'avoue que je parle de manière générale et pas uniquement de l'environnement (ce qui était déjà le cas dans mon premier message d'ailleurs, Kirishikey n'a pas compris). Sinon, si j'ai précisé mon âge c'est pour qu'on me sorte pas que le fait de ne pas vouloir d'enfant et une lubie d'ado mais on est d'accord, je passerai surement pas entre les goûtes

Répondre à ce commentaire

Par jerome, il y a 4 semaines :

Aucune inquiétude à avoir : les pires scénarios prévoient une augmentation entre 0,6 et 1,3 degré (appréciez le manque de précision des prévisions qui montre qu'on ne sait pas grand chose et qu'on raconte souvent n'importe quoi à ce sujet) mais pas avant 2050. Même si cette augmentation était avérée (ce qui n'est pas du tout certain), elle se ferait progressivement et la végétation aurait le temps de s'adapter à ces nouvelles conditions qui ne sont quand même pas si différentes des conditions actuelles. D'ici là, le mode de fabrication de la bière peut aussi évoluer.

Répondre à ce commentaire

Par 42sf, il y a 4 semaines (en réponse à jerome):

Euh, en 40 ans, 50% des espèces animales ont disparus, ce chiffre te semble t'il assez précis. As- tu besoin que je t'en explique les conséquences ?

Répondre à ce commentaire

Par jerome, il y a 4 semaines (en réponse à 42sf):

La disparition des espèces animales n'a rien a voir avec le réchauffement climatique mais plutôt avec la chasse, le braconnage, la déforestation, la pollution etc ..

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 4 semaines (en réponse à jerome):

Tu dis des conneries et des remarques pertinentes en même temps.
Il est possible que le réchauffement climatique actuel soit mal compris et que les prévisions soient inexactes.
Mais les mers se réchauffent, c'est un fait mesurable et concret. Ce qui entraîne directement la disparition de coraux et d'un tas d'espèces aussi.
Le climat se dérègle, c'est aussi un fait mesurable... même pas besoin de données météo pour se rendre compte que depuis 10-15 ans, on a régulièrement des étés ou des hivers wtf, trop chauds ou trop froids.

Et pour l'adaptation de la végétation, oui, admettons, mais... encore faut-il que la nouvelle végétation soit exploitable pour l'homme !

Répondre à ce commentaire

Par jerome, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

Pour l'instant, on n'a pas encore prouvé que des espèces aient disparu du fait du réchauffement climatique. Si tu consultes les multitudes de rapport sur le sujet (publiés par des scientifiques qui aiment bien d'ailleurs prendre l'avion pour se réunir chaque année lors de conférences internationales, comme s'ils ne croyaient pas eux-mêmes au réchauffement climatique!), on en est seulement au stade des conjectures : "il se pourraient que entre 15 et 40 % des espèces disparaissent d'ici 2100, etc..."
Quant à la perception d'un réchauffement par les humains, elle est surtout le fait d'un matraquage médiatique sans précédent depuis une quinzaine d'années, depuis qu'Al Gore, l'homme qui vit dans un manoir et qui dépense en énergie 50 fois ce que dépense un américain moyen, a fait campagne en ce sens. L'année dernière l'été avait été particulièrement froid et humide en France et cette année il a été plutôt chaud et sec. Mais c'était déjà vrai il y a cinquante ans.

Répondre à ce commentaire

Par Nokih, il y a 4 semaines (en réponse à jerome):

Trop gros le troll, ça va se voir on t'a dit.

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 4 semaines :

Et comme d'hab, quand le coût de production augmente... le prix flambe.
Pendant ce temps, que deviennent les dividendes des actionnaires ? Ils gardent une santé olympienne.

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

Je suis peut-être stupide, mais j'ai du mal à comprendre comment une baisse de 16% de la production peut doubler un prix de vente.
Dans le pire des cas, le prix devrait augmenter de 16%... et encore même pas, car dans ce prix, il n'y a pas que le coût d'achat de l'orge pour le brasseur.
Exemple concret : le brasseur achète 1€ d'orge pour brasser 1 litre de bière, et avec le salaire, les impôts, toussa, le litre de bière sera vendu en magasin à 3€. Mettons que le prix augmente de 16%, l'orge passe donc à 1.16€. Du coup, le litre de bière devrait être à 3.16€, nan ?
Le réchauffement climatique n'affectera qu'une partie de la production... le brasseur doit-il être forcément mieux payé ?
Réponse : oui. Je viens de m'en rendre compte en y réfléchissant en direct live.
Si le brasseur achète son orge 1€ et qu'elle passe à 1.16€, s'il veut garder sa marge, il doit revendre plus cher qu'avant au distributeur par exemple. Et donc par effet domino, on peut arriver à un doublement du prix de vente final !

Ce qui est dégueulasse. Le prix de la matière doit être verrouillé, c'est la seule façon (à part encadrer les prix de vente et donc impacter les bénéfices de l'industrie) pour préserver le consommateur. Il y a 16% de production en moins ? Eh bien le rayon bière sera 16% plus petit, c'est tout.

Même si bon, au final, il y a des bières qui n'utilisent pas l'orge... l'autre jour encore j'ai goûté une bière faite à partir de quinoa... c'est moins bon que la plupart des bières certes, mais l'industrie est encore balbutiante. Attendez un peu que les industriels se penchent sérieusement dessus, et vous verrez vite que l'orge peut-être remplacée par d'autres plantes peut-être moins impactées par le réchauffement climatique.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

Sans vouloir être méchant, tu as besoin de cours d'économie.

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 4 semaines (en réponse à Murge):

Ah, Murge, ça rime décidément avec "purge". Mais bon, on va m'accuser d'attaques ad hominem donc passons.
Puisque je suis digne de ton attention au point que tu lâches un condescendant message du haut de ta tour d'ivoire, ne peux-tu expliciter un peu ?
Tu sais ce que c'est : dans un débat, si on critique, on apporte un minimum d'arguments derrière, sinon on passe pour un imbécile ;)

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

Ton raisonnement de base est farfelus (baisse de 16% de la production de matière 1ère = 16% d'augmentation à la vente au détail du produit finis ... wtf ??? comment ? pourquoi ?) et ton approche du problème est trop concrète pour le peu de données dont tu disposes.

La seule certitude qu'on peut avoir ici c'est que lorsque l'offre diminue alors que la demande reste identique, les prix augmentent.

Répondre à ce commentaire

Par pochorletuor, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

pour vulgariser davantage ce que dit Murge.

Prenons 5 personnes. Bill (gagne 1200 K par mois), Bob (2500 K), Jack (5000K par mois), Monsieur Amazon (2500000 k Par mois) et Dieu (Beaucoup trop de K par mois).

Ces 5 gars surkiffent la bière. Ils en achètent couramment.

Néanmoins, il n'y a que 4 bières disponibles pour les 5 (grosso modo les 16%). Or chacun en achète une sauf Dieu, car il est arrivé trop tard : il gueule, car il est ultra riche et qu'il aurait pu se la paye plus cher. Voyant ça, le fabriquant de bière se dit que si Dieu est prêt à mettre plus pour se la payer il va le faire : jusqu'à ce que Bill ne puisse plus s'en acheter mais avant qie Bob ne puisse plus s'en acheter : le fabriquant en vend alors le même nombre, mais plus cher. (J'ai vraiment fait le plus light possible, mes collègues économistes se suicideraient, mais bon ; en version simple, voilà pourquoi le prix de la bière n'augmentera pas de 16 % mais de plus : c'est lié non pas au coût de production, mais à la demande)

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 4 semaines (en réponse à pochorletuor):

Mais merci les gars, je n'étais absolument pas au courant du concept d'offre/demande...!

=> "Ce qui est dégueulasse. Le prix de la matière doit être verrouillé, c'est la seule façon (à part encadrer les prix de vente et donc impacter les bénéfices de l'industrie) pour préserver le consommateur. Il y a 16% de production en moins ? Eh bien le rayon bière sera 16% plus petit, c'est tout."

Tout est là, dans ce passage. Je sais très bien. C'est le même principe que pour l'immobilier à Bordeaux qui a flambé sec en quelques mois dès que la LGV tout neuve a permis l'invasion parisienne, les Parisiens ayant un pouvoir d'achat nettement supérieur.
Ou a contrario : sur Leboncoin je veux vendre un livre, je constate que des gens le vendent déjà, à mettons 50-60€. Je décide de le mettre direct à 35€. Je viens de bousiller le marché. Parce que les prochains vendeurs qui arriveront derrière moi voudront vendre en priorité, et s'ils sont pas trop gourmands, ils vont taper 30€, puis 25, et de fil en aiguille, les prix s'effondrent.

Bref, ce que je critique, c'est que le prix de vente soit surtout dépendant du pouvoir d'achat, et non du coût réel. Donc, pour reprendre ton exemple, le prix de la bière devrait être basé sur le coût de culture de l'orge, brassage de la bière et transport de la bouteille jusqu'à mon Auchan. Et non sur le fait que Dieu est capable de payer sa bouteille 100€.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 4 semaines (en réponse à Kirishikey):

Ouai l'économie de marché c'est difficile à appréhender, si seulement il existait des cours qui en parle...

Répondre à ce commentaire

Par Jamjam, il y a 4 semaines :

Il faut lutter contre le réchauffement climatique, sinon on ne pourra plus boire de bières.

ET n'oubliez pas d'acheter la HITEK BOX™ remplie de conneries en plastique fabriquées en Chine par des enfants esclaves !
Pour seulement 39,99 euros par mois recevez du plastique à vous en fourrer le cul jusqu'à l’œsophage ! Comme les baleines, les tortues, les poissons et les oiseaux de mer, étranglez-vous avec du plastique !

HITEK BOX™ ! Seulement chez HITEK™ !

Répondre à ce commentaire

Par Wasteak, il y a 4 semaines :

Ou sinon de nouveaux producteurs vont apparaitre dans des nouvelles zones propices a l'orge.

Non mais je sais pas, c'est vrai qu'une flambée des prix d'une des boissons les plmus consommées dans le monde est bien plus logique, non ? Non.

Répondre à ce commentaire

Par zaito, il y a 4 semaines :

c'est la fin du Hellfest ...

Répondre à ce commentaire

Par Bruno, il y a 4 semaines :

Et l'augmentation du carburant de nos chères voitures c'est aussi le réchauffement climatique ?

Répondre à ce commentaire

Par saumon, il y a 4 semaines :

Bonjour
je pense qu'une fois de plus, on se moque de nous. Le rechauffement climatique a bon dos ! Les matières premières représentent environ 10 % du prix de la bière :
https://journaldunet.com/economie/…
ou sur : http://grenaille.blogspot.com/2017/01/… (11.1 % du prix en matière première)
Comment peut on justifier comme dans votre article un doublement du prix de la bière avec une augmentation sur 10 %, meme avec un doublement du prix de base soit 20 % en tout pour la matière première ?
Merci pour vos explications chiffrées
Salutations
Saumon

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 4 semaines (en réponse à saumon):

Tu sais que tu lis un article "selon une étude", donc tu dois savoir que les explications chiffrées sont disponibles au sein de ladite étude.

Répondre à ce commentaire

Par saumon, il y a 4 semaines (en réponse à Murge):

Bonsoir
Pour le"selon une étude", je suis complètement d'accord, pas de souci. Il n'y a dans cette étude (dans la partie accessible en ligne) aucun élément pouvant répondre à ma question : Comment l'augmentation du prix des matières premières entrant dans la fabrication de la bière peut doubler à terme le prix de la bière. L'ensemble de ces matières premières representent environ 11 % du prix total (http://grenaille.blogspot.com/2017/01/… : Matières premières 11,1 % : Malt, houblon, levure, sucre). Meme en doublant ce prix, l'augmentation ne devrait pas exceder environ 11 % du prix total ? Mystere et boule de gomme !
J'attends comme explication une réponse chiffrée.
Merci d'avance
Saumon

Répondre à ce commentaire

Par Dise Nore, il y a 4 semaines :

Rah, méchant réchauffement, plus c'est con, plus ça passe $$$

Répondre à ce commentaire

Par Laura, il y a 3 semaines :

Les meilleures filles qu'on se tape c'est bourré à la bière !!!!
C'est comme sa que j'ai rencontrer ma femme :)

http://sasagite.com/annonce/…

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.