On a vu Anna, le dernier film de Luc Besson, on vous dit tout !

De Gaetan Auteur - Posté le 4 juillet 2019 à 9h37 dans Cinéma

Cela fait quelques temps déjà que Luc Besson, sans doute le réalisateur français le plus bankable, traverse une traversée du désert. Cette dernière décennie aura été assez difficile pour le réalisateur, autrefois adulé pour Léon ou Le Grand Bleu. Seul Lucy (qui pourtant est loin d'être un grand film) a marché au box-office. Tous les autres ont été des échecs, tant critiques que publics, et même Valérian et la Cité aux mille planètes, pourtant annoncé comme étant le film le plus cher du cinéma français, n'a pas eu le succès escompté. Alors qu'Europa Corp, la boite de production fondée par Luc Besson est au plus mal, le réalisateur semblait décidé de renouer avec le succès avec son dernier-né, Anna, qui lorgne plus vers ses premières amours. On l'a vu, et quelque chose nous dit que ce film va connaître le même destin que ces derniers. Que se passe-t-il donc avec Luc Besson ? On a essayé de trouver la réponse dans Anna

Résumé sans spoil

Anna (Sacha Luss) est une jeune fille russe, aussi jolie qu'intelligente. Paumée, droguée, elle est approchée par Alex Tchenkov (Luke Evans), et devient une redoutable espionne au service de l'U.R.S.S. Mais très vite, Anna sera amenée à porter plusieurs casquettes, surtout lorsque Lenny Miller (Cillian Murphy), agent de la CIA, s'intéressera à elle. 

Un film maladroit et sans originalité 

La première chose qui nous vient à l'esprit quand on voit Anna, c'est que ce scénario manque d'originalité. Mais cela résulte de deux éléments concomitants. Tout d'abord, Anna ressemble beaucoup trop à Nikita, l'un des premiers films de Luc Besson (et sans doute un de ses meilleurs). Comme Nikita, Anna est droguée ; comme Nikita, Anna va changer soudainement de vie ; comme Nikita, Anna sera entrainée par un mentor, et ce pendant plusieurs années ; comme Nikita, Anna voit sa quête de stabilité menacée par des missions toujours plus dangereuses. Oui, Anna ressemble bien trop à Nikita... Mais en plus, Anna ressemble, par bien des aspects, à Red Sparrow, film d'espionnage avec Jennifer Lawrence, sorti en 2018. Et Red Sparrow surclasse, de loin, Anna... 

Mais là où Anna pèche le plus, c'est par sa maladresse, récurrente. Si les faux-raccords sont récurrents dans la filmographie de Besson, certains posent ici de sérieux problèmes au niveau temporel. Quant, à la fin des années 1980, Anna, pauvre fille droguée sans le sou, utilise un ordinateur portable tel qu'on en trouvait dans les années 2000, cela fait bizarre. Même chose au niveau des téléphones portables, qui semblent plus high-tech que ceux en vente dans les années 90, tels que le bi-bop. Mais là où le film frise avec le ridicule, c'est lorsqu'il tombe dans les travers américanistes de Besson. Une bonne partie de l'intrigue se passe en France. Pour tout vous dire sans vous spoiler, au début du film, avant même que nous sachions qu'Anna est une espionne, elle se fait recruter à Moscou par un chasseur de tête travaillant dans le milieu de la mode parisienne, et emménage à Paris. Le chasseur de tête, français, sait qu'Anna est polyglotte, et qu'elle parle français. Dans les locaux de l'agence de mode parisienne, Anna et ses collègues français, dont son agent, interprétée par l'humoriste Alison Wheeler, parlent... en anglais. On me rétorquera sans doute que je reproche au film de ne jamais faire parler les personnages en français, alors que je ne reprochais pas à Chernobyl d'être uniquement en langue anglaise. Sauf que cet argument ne marche pas dans ce cas précis : en effet, si dans Chernobyl les acteurs anglais et américains ne jouent pas en russe, c'était parce que les acteurs ne le parlaient pas eux-mêmes, et que la production avait sans aucun doute d'autres priorités que de payer des cours de russe à tout un casting, alors que ces mêmes cours pourraient être inefficaces (on n'est pas tous égaux avec les langues étrangères). D'autant que cela aurait amoindri la capacité des acteurs à rentrer dans leur personnage. Il est beaucoup plus facile de contrôler les inflexions de notre voix et de nos tons dans une langue que l'on maîtrise totalement que dans une langue apprise récemment. Dans Anna, cette excuse n'est pas acceptable : l'action se passant en France avec des personnages français, interprétés par des acteurs français, il est dommage que ces passages soient en anglais, car cela ne s'y prêtait pas. 

Besson l'américain

Anna souffre ainsi du même problème que Valérian et la cité des mille planètes, qui adaptait une bande-dessinée française culte avec des acteurs américains. Peut-être me diriez-vous que c'est normal, que les films sont dans la langue de ceux qui le paient. Sauf que Valérian et la cité des mille planètes est un film français, son réalisateur et sa production le sont. Seulement, Besson, La Cité du Cinéma et les autres producteurs veulent toucher le public américain, et non pas le public français, qui pourtant était le public-cible de base, étant donné l'impact qu'a eu dans notre culture cette bande-dessinée. Outre le fait que cela démontre à quel point les grandes boites de production françaises sous-estiment le public français, cela pose également un problème que les producteurs français n'ont pas encore compris. Faites un film de genre en langue anglaise, il sera  aussitôt comparé aux autres films de genre en langue anglaise. Ainsi Valérian souffrait de la comparaison avec les space-opera américains, comme Star Wars. Et il en sera de même avec Anna

Un faux retour aux sources ? 

Si en apparence Anna semble être un retour aux sources pour Luc Besson, quelque chose manque pour retrouver la magie des premiers films. Et on n'a pas eu à chercher longtemps pour en trouver la raison : il manque à Anna ce brin de folie poétique et discrète qui faisait la magie de Léon comme de Subway et Nikita. Ici, pas de méchant de la trempe de Norman Stansfield, le psychopathe mélomane de Léon, magistralement interprété par Gary Oldman. Pas de petite fille avec une plante verte qui suit un Jean Réno inséparable de son bonnet. Pas de Nettoyeur, mot doux pour tueur à gage, utilisé dans Nikita et Léon. Luc Besson se prend beaucoup trop au sérieux, et son film souffre de ce fait d'un manque de saveur. J'aime beaucoup le Luc Besson des années 90.

Un film qui veut avoir des choses à dire, mais qui ne dit rien 

On dit souvent de Luc Besson que c'est un bon réalisateur et un mauvais scénariste. Je ne suis pas nécessairement de cet avis : il fut un temps où Besson était capable d'offrir un film bien réalisé et assez bien ficelé. Posons-nous la question : pourquoi Léon et Nikita étaient aussi bons ? Parce qu'ils ne se prenaient pas au sérieux. Parce que Besson acceptait l'idée qu'un bon film se doit avant tout d'être divertissant. Mais dans Anna, le réalisateur ne semble plus d'accord avec son ancien crédo. Il alourdit son film avec un discours sur la libération des femmes, proposé avec beaucoup de maladresse. Et ce discours brouillon et maladroit tend à être ridiculisé par le style Besson, celui des gros films d'action à gros budget, avec des flingues et des explosions partout. 

Bref, Anna n'est pas ce qu'on peut appeler un bon film. Et c'est dommage. Maladroit tant dans sa forme que dans son fond, le film nous rappelle sans cesse ce qu'il aurait pu devenir si Luc Besson n'essayait pas avant tout d'être bankable, quitte à perdre l'ADN de ses premiers films. 

Une erreur ?

Mots-Clés : luc bessonannacinéma français

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (16)

Par jeanLucasec, il y a 11 mois :

pas du tout envie d'y aller

Répondre à ce commentaire

Par Z4ng3tsu, il y a 11 mois :

Un film du Luc Besson actuel quoi. Il a fait des films excellents il y a quelques années, c'est indiscutable, mais je pense que là doucement il ne fait plus que des films qui sont, au mieux, moyens.

Répondre à ce commentaire

Par KikiPop, il y a 11 mois (en réponse à Z4ng3tsu):

Totalement d'accord. Je suis pourtant un grand fan de ses débuts (Jusqu'au Cinquième Élément, que j'inclus).

Rien qu'en voyant l'affiche en bas de chez moi j'ai su que c'était de lui. D'une insipidité totale.

Répondre à ce commentaire

Par manu quenneville, il y a 11 mois :

je ne suis pas d accord ,l 'important ce n est pas de savoir si oui ou non les objets font parti d une époque ou non ,,l important c est du plaisirs et là ces géant ,ce n est pas du grand besson mais ces woihouuu comme meme,,,et au fait ds les années 80 90 j avais un pc portable ,,,,,

Répondre à ce commentaire

Par jofuri, il y a 11 mois via l'application Hitek :

Avant Luc Besson faisait des bon films, mais ça c’était avant.

Répondre à ce commentaire

Par Nono, il y a 11 mois via l'application Hitek :

J'ai adoré valerian personnellement! Je trouve ça dommage que le film n'est pas marché et surtout les critiques assez dur à son encontre... injustifiées à mes yeux.

Répondre à ce commentaire

Par Dessel, il y a 11 mois (en réponse à Nono):

En soit, j'ai aimé aussi, mais le problème principal vient du choix des acteurs principaux.

Répondre à ce commentaire

Par Arnaud 27, il y a 11 mois :

Bonjour. Toujours au top de c'est films Luc besson et un grand et il restera dans cinéma en première ligne.

Répondre à ce commentaire

Par Miss-Fraise, il y a 11 mois :

Quand est ce qu'il va en prison ce prédateur sexuel pedophile ?

Répondre à ce commentaire

Par pilipe, il y a 11 mois (en réponse à Miss-Fraise):

Vous savez que vous pouvez aller en prison pour ce genre de propos diffamatoire ? Faite gaffe à vous

Répondre à ce commentaire

Par Miss-Fraise, il y a 11 mois (en réponse à pilipe):

Sauf que c'est un fait avéré, mettre une enfant de 15 ans enceinte et se marier avec , si il n'avais pas été célèbre , déjà on l'aurait pas laisser faire , mais il serait en prison .

Répondre à ce commentaire

Par Lucky, il y a 11 mois (en réponse à Miss-Fraise):

Bon. Et on fait quoi pour les femmes de 40 ans qui couchent avec des garçons de 15 ans ?

Répondre à ce commentaire

Par Miss-Fraise, il y a 11 mois (en réponse à Lucky):

tu agite juste les clés pour détourner l'attention du vrais problème la .
Tu sais très bien que la grande majorité des viols sont causé par des hommes .
Ce que tu ne sais peu être pas c'est qu'aussi la majorité des viols sur jeunes garçon sont aussi causé par des hommes .

Répondre à ce commentaire

Par Nondenon, il y a 11 mois :

Miss-Fraise, '' Vous êtes une crétine avec heureusement des éclairs d’imbécillité '' cette phrase de Michel Audiard a été écrite pour vous

Répondre à ce commentaire

Par Miss-Fraise, il y a 11 mois (en réponse à Nondenon):

Poussez l'argumentaire très chère , car j'ai bien peur que niveau argument se soit un tantinet faible ^^

Répondre à ce commentaire

Par Psedo, il y a 11 mois :

En effet Nondenon, cette phrase du génial Audiard a été écrite pour Miss Fraise !!

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test : l'Asus ROG Zephyrus G14, un PC portable Gaming compact avec une RTX 2060 : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ROG Zephyrus G14

Il y a 2 semaines

OnePlus 8 Pro, le nouveau smartphone 5G avec écran 120 Hz : fiche technique, prix et date de sortie.

OnePlus 8 Pro

Il y a 3 semaines

Test Samsung Galaxy Fold, le premier smartphone pliable du constructeur : fiche technique, prix et date de sortie

Samsung Galaxy Fold

Il y a 4 mois