Etudiante, elle découvre 17 exoplanètes dont une dans la zone habitable

De GomeWars Auteur - Posté le 3 mars 2020 à 15h27 dans Science

Bien que sa mission se soit achevée en octobre 2018, le télescope spatial Kepler ne cesse de nous aider à débusquer de nouvelles exoplanètes. Son amas de données récupéré continue d'être analysé et révèle parfois de belles surprises. C'est le cas de ces 17 exoplanètes découvertes par une étudiante, dont une se situe dans la zone habitable de son étoile. 

17 exoplanètes débusquées via la mission Kepler

Michelle Kunimoto, étudiante, réalise son doctorat en astronomie à l'Université de Colombie-Britannique, au Canada. En trifouillant dans les données recueillies par Kepler, et publiques de surcroît, la jeune femme pourrait bien avoir posé le doigt sur 17 exoplanètes. Une découverte qui doit encore être confirmée par ses pairs. Parmi ses 17 exoplanètes, une est particulièrement intéressante, puisqu'elle se situe dans la zone habitable de son étoile, c'est à dire ni trop proche, ni trop éloignée, idéalement située pour que l'eau sous forme liquide puisse y être trouvée.

KIC-7340288 b, ici tout de vert vêtue © Michelle Kunimoto, Université de Colombie britannique 

Cette planète si particulière a été baptisée KIC-7340288 b et ferait une fois et demie la taille de la Terre. Une hypothétique planète rocheuse, à en juger par sa petite taille, qui vient rejoindre les 15 autres planètes de petite taille situées dans la zone habitable de leurs étoiles respectives et découvertes par Kepler. Située à 1000 années-lumière de la planète bleue, elle tourne autour de son étoile en 42 jours et demi. 

Parmi les 17 exoplanètes découvertes par l'étudiante, une autre a attiré l'attention de la communauté scientifique, du fait de sa petite taille. Cette dernière ne ferait que les deux tiers de la taille de la Terre, faisant d'elle la plus petite planète jamais découverte grâce à la mission Kepler. La mission de la NASA ne cesse de nous surprendre, alors même que sa mission s'est achevée en 2018. Pour sa découverte, Kunimoto a opté pour la méthode dite des transits, qui consiste à observer une étoile avant de noter les creux de luminosité qui apparaissent quand un objet céleste lui passe devant. 

Une erreur ?

Mots-Clés : kepleretudianteSatelliteMichelle KunimotoNASA

Source(s) : Futura-Sciences

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (5)

Par Billy, il y a 3 mois :

J'attends encore que l'on découvre de la vie ailleurs perso

Répondre à ce commentaire

Par Percolator33, il y a 3 mois (en réponse à Billy):

J'ai découvert de la vie dans mon frigo.

Répondre à ce commentaire

Par Interstellar en 4 leçons, le King des incels., il y a 3 mois (en réponse à Billy):

Ça sera déjà bien si on te découvre une vie tout court.

Répondre à ce commentaire

Par baxxt, il y a 3 mois (en réponse à Interstellar en 4 leçons, le King des incels.):

rooh la violence !!!
tirs a balle réelle comme en Grèce !

Répondre à ce commentaire

Par Cenlikin, il y a 3 mois :

Du coup en quoi ça pourrais changer les choses ? (titre de l'article) Au mon dieu! Une planète ! Nous reste plus qu'a trouver un moyen de voyager plus vite que la lumière... Voilà, voilà...

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test : l'Asus ROG Zephyrus G14, un PC portable Gaming compact avec une RTX 2060 : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ROG Zephyrus G14

Il y a 2 semaines

OnePlus 8 Pro, le nouveau smartphone 5G avec écran 120 Hz : fiche technique, prix et date de sortie.

OnePlus 8 Pro

Il y a 3 semaines

Test Samsung Galaxy Fold, le premier smartphone pliable du constructeur : fiche technique, prix et date de sortie

Samsung Galaxy Fold

Il y a 3 mois