Miyazaki, Matrix, Kaamelott... 10 anecdotes sur la Culture Pop pour se la raconter en soirée !

De Gaetan Auteur - Posté le 26 mai 2020 à 10h26 dans Cinéma
733réactions !
5 commentaires

Pirates des Caraïbes est inspiré d'une attraction des parcs Disney ; J.K. Rowling a inventé Harry Potter dans un train ; Dragon Ball a été fortement inspiré de La Pérégrination vers l'Ouest de Wa Cheng'en. Des anecdotes sur la Culture Pop, on en a tous plein nos besaces. Souvent les mêmes d'ailleurs. Dans cet article, on vous propose de renouveler votre stock avec 10 anecdotes passionnantes, pour se la raconter en soirée ! 

1 / Kaamelott : " C'est du chinetoque !" 

Dire qu'Alexandre Astier est un génie, c'est un peu comme dire que l'eau ça mouille, le feu c'est chaud et les moustiques sont un enfer sur Terre : c'est une évidence. Génie de l'écriture, Alexandre Astier sait manier l'humour et la langue française mieux que quiconque, et s'est révélé en merveilleux héritier de Michel Audiard. On a beau avoir regardé Kaamelott une centaine de fois, connaître chaque réplique par coeur, et connaître sur le bout des doigts les règles de "Chante Sloubli", Kaamelott n'a pas fini de livrer tous ses secrets, et ce n'est parfois qu'au cent-et-unième visionnage qu'on remarque que telle citation a plusieurs niveaux de lecture. Dans l'épisode Le Poème, Arthur, que Guenièvre agaçait en tentant d'apprendre un poème, lui récite une strophe poétique absolument ravissante : "Au printemps le sommeil ne cesse dès l'aurore / Partout se font ouïr les gazouilles d'oiseaux / La nuit s'achève enfin dans le souffle des eaux / Qui sait combien de fleurs seront tombées encore ?" Devant l'air béat de Guenièvre, sans doute touchée par la beauté du poème, Arthur lâche un : "Aaaah, ben oui, là bien sûr c'est sûr c'est du chinetoque, hein ? Le mec se gratte un peu la soupière avant de sortir n'importe quelle connerie !" Et là, avec ce "c'est du chinetoque", nous sommes précisément en face d'un trait d'humour à plusieurs niveaux de lecture. Parce qu'il y a certes le comique de situation, déjà assez drôle, mais il faut savoir que le poème que récite Arthur est un poème chinois écrit par Meng Haoran (poète de la Dynastie Tang qui a vécu au VIIème siècle), et dont le titre est Aube de Printemps. On précise, même si c'est sans doute inutile, qu'il s'agit bien évidemment d'une traduction du poème, faite avec les règles de la poésie occidentale, d'où la présence des rimes embrassées (type ABBA), et une césure nette aux hémistiches. Pour ceux qui veulent crâner jusqu'au bout, sachez qu'ici Alexandre Astier utilise une figure de style bien connue des littéraires : la syllepse. 

2 / Belmondo a inspiré Indiana Jones

On ne dira jamais suffisamment à quel point Les Aventuriers de l'Arche Perdue de Steven Spielberg est un grand film. Le film, écrit par George Lucas, sorti en 1981, a popularisé le genre de la comédie d'aventures. Tout semble avoir été dit sur ce chef d'oeuvre du Grand Ecran. Mais peu de gens savent que Lucas et Spielberg se sont inspirés de L'Homme de Rio, un film de Philippe de Broca, dans lequel joue notre Jean-Paul Belmondo national. Dans ce film sorti en 1964, Belmondo y interprète Adrien, un soldat de deuxième classe, qui, après avoir assisté à l'enlèvement de sa fiancée par deux inconnus, se lance à la poursuite de ses ravisseurs, et monte à bord d'un avion pour Rio de Janeiro. Le film eut un tel succès qu'il sera nominé à l'Oscar du Meilleur Scénario Original. Steven Spielberg a été fortement impressionné par L'Homme de Rio, et a revu le film plusieurs fois pendant le tournage des Aventuriers de l'Arche Perdue. Il a même écrit une lettre à Philippe de Broca pour lui faire part de sa reconnaissance. Autre anecdote intéressante sur le lien entre Steven Spielberg et L'Homme de Rio : le film de Philippe de Broca est profondément inspiré des Aventures de Tintin de Hergé. En effet, le réalisateur avait été approché pour réaliser Tintin et le Mystère de la Toison d'Or, sorti en 1961 et réalisé par Jean-Jacques Vierne. L'Homme de Rio est une manière pour de Broca de réaliser le film qu'il n'avait pas pu faire, et il s'inspire pour L'Homme de Rio de huit albums des Aventures de Tintin Tintin au CongoL'oreille casséeTintin en AmériqueLe Temple du SoleilLe Crabe aux Pinces d'OrLe Secret de la LicorneLes Sept Boules de Cristal et Les Cigares du Pharaon. Steven Spielberg n'a connu Les Aventures de Tintin qu'en 1981, pendant la promotion européenne des Aventuriers de l'Arche Perdue. Et il réalisera en 2011 le film d'animation Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne. La boucle est bouclée.

3 / Les Muppets dans une galaxie très lointaine

Ce mois-ci, nous avons "fêté" le trentième anniversaire de la mort du très regretté Jim Henson, le papa des Muppets, de 1, rue Sésame et de Dark Crystal, mort le 16 mai 1990. L'occasion pour nous de clamer tout l'amour que nous avons pour cet artiste formidable. Peut-être ne le saviez-vous pas, mais son fidèle acolyte, Frank Oz, marionnettiste de grand talent, co-réalisateur de Dark Crystal et de plusieurs films des Muppets, a prêté sa voix au personnage de Yoda à chacune de ses apparitions au cinéma, de L'Empire contre-attaque (1980) à L'Ascension de Skywalker (2019). C'est d'ailleurs lui qui est à l'origine de la construction inversée des phrases de Yoda. On trouve assez fou que Yoda a été doublé par celui qui a prêté sa voix à Miss Piggy, Fozzie, Animal, Sam the Eagle et Marvin Suggs. 

4 / Neil Gaiman a travaillé sur Princesse Mononoké 

Peut-être êtes-vous comme nous, et regardez-vous les films en VOSTFR. Cependant, il n'est pas impossible que vous soyez tenté de revoir Princesse Mononoké, le plus grand film du légendaire Hayao Miyazaki en... anglais. C'est quelque chose qu'on sait peu, mais lorsque Disney a acquis les droits de distribution exclusifs à l'international de Princesse Mononoké (et des films suivants du studio Ghibli), le studio aux grandes oreilles a très vite compris la manne qu'il avait entre les mains. Pour rendre les dialogues de ce chef d'oeuvre plus fluides, la direction de Miramax (filiale de Disney, dirigée par les tristement célèbres frères Weinstein...) a donc fait appel à Neil Gaiman, romancier et scénariste de comics britanniques dont le talent n'est plus à prouver. Rappelons qu'on doit à cet élève d'Alan Moore la série de comics Sandman, les romans CoralineAmerican Gods ou encore De bons présages (qu'il a co-écrit avec Terry Pratchett, l'auteur des Annales du Disque-Monde, avant de l'adapter en série pour la BBC). Que Neil Gaiman adapte les dialogues de Princesse Mononoké tombe sous le sens, au regard de son impeccable carrière artistique. En effet, que ce soit dans De bons présagesAmerican GodsSandman ou plus récemment le livre La Mythologie Viking, Gaiman a toujours fait montre d'un vif intérêt pour les mythologie et le panthéisme. Or, c'est précisément l'un des sujets principaux de Princesse Mononoké. Autre anecdote croustillante sur le sujet : le nom de Neil Gaiman a été soufflé à l'oreille des dirigeants de Miramax par un certain... Quentin Tarantino !

5 / Les suites de Westworld 

On le sait tous, avant de devenir une des séries-phare de HBO, dont la troisième saison s'est bouclée en beauté le 4 mai dernier, qui rendait un hommage impeccable autant à toute la culture cyberpunk qu'à Un bonheur insoutenable d'Ira Levin, Westworld était à l'origine un film de SF écrit et réalisé en 1973 par Michael Crichton, romancier de formation, à qui l'on doit notamment le livre Jurassic Park, adapté au cinéma par Steven Spielberg en 1993. Ce que l'on sait moins, en revanche, c'est que Westworld (plus connu dans nos contrées sous son titre français, Mondwest) a eu une suite en 1976, réalisée par Richard T. Heffron, sous le titre Les Rescapés du Futur (ou Futureworld en anglais). Le film traite du remplacement de l'espèce humaine par des robots (thème ensuite utilisé dans la série Westworld de Jonathan Nolan et Lisa Joy pour HBO). Autre fait important à faire remarquer : c'est dans Les Rescapés du Futur qu'apparaissent les toutes premières images de synthèse de l'Histoire du cinéma. Pour finir, le film Mondwest a également eu une suite en série, intitulée Beyond Westworld. Diffusée en cinq épisodes sur CBS en 1980, la série, quasi-oubliée aujourd'hui, ignore volontairement les événements survenus dans Les Rescapés du Futur

6 / Un jeu Matrix par Hideo Kojima ?

Sans aucun doute l'un des plus gros rendez-vous manqués de la Culture Pop. Beaucoup l'ignorent, mais Hideo Kojima, le papa de Metal Gear Solid et de Death Stranding a été approché par les frères (/soeurs) Wachowski pour le développement du jeu Enter The Matrix, préparé en parallèle de Matrix Reloaded. En effet, les Wachowski étaient de grands fans de Metal Gear Solid, et lors d'une interview commune pour le magazine Famitsu publiée en 1999, Hideo Kojima avait confessé avoir vu le film Matrix quatre fois. Un vrai alignement des planètes, jusqu'à ce que Warner apprenne aux Wachowski que le studio était tenu par un contrat d'exclusivité de confier ses licences à Atari Games. Dommage ! On aurait bien voulu jouer à un Enter the Matrix développé par Hideo Kojima. Sans doute que le jeu n'aurait pas fait l'objet d'une vidéo (excellente) du Joueur du Grenier. 

7 / Il n'est pas nécessaire d'être anglais pour interpréter James Bond 

Alors qu'on attend avec impatience la sortie de No Time To Die, la vingt-cinquième aventure cinématographique de James Bond, il est temps de débunker une idée reçue. Non, l'interprète de James Bond ne doit pas être nécessairement anglais. Il doit par contre impérativement être natif d'un des pays du Commonwealth, cette organisation intergouvernementale regroupant 54 pays formant l'Ancien Empire Britannique. Ce n'est pas nous qui le disons, mais la productrice Barbara Broccoli, productrice et architecte des dernières aventures de James Bond, de Tuer n'est pas jouer (1987) à No Time To Die (2020), succédant à son père Albert R. Broccoli qui avait produit les seize premières apparitions du plus célèbre des Agents Secrets au cinéma. D'ailleurs, parmi les six acteurs ayant interprété l'agent 007, seuls Roger Moore et Daniel Craig sont anglais. Sean Connery est écossais, George Lazenby est australien, Pierce Brosnan est irlandais et Timothy Dalton est gallois. Pour les réalisateurs, c'est encore plus libre. En effet, il n'est pas nécessaire de faire partie du Commonwealth pour réaliser un James Bond : on compte à ce jour, parmi les 12 réalisateurs ayant contribué à cette gigantesque aventure cinématographique, un réalisateur suisse (Marc Forster, à qui l'on doit Quantum of Solace) et un américain (Cary Joji Fukunaga, réalisateur de No Time To Die). Bon, l'avantage avec cette "règle du Commonwealth", c'est qu'il y a peu de chances que Kev Adams interprète un jour l'Agent Secret au service de Sa Majesté !

8 / Hayao Miyazaki, le francophile

Tout semble avoir été dit sur Hayao Miyazaki. Pourtant, certains ignorent la profonde francophilie du maître incontesté de l'animation japonaise. Si Hayao Miyazaki s'est souvent montré lapidaire avec la culture américaine, il a toutefois toujours affirmé sa passion pour la culture européenne, et plus particulièrement la culture française. Tout d'abord, lui et son ami (le très regretté) Isao Takahata, avec qui il a fondé le studio Ghibli, ont toujours affirmé que leur volonté de faire du cinéma d'animation n'était pas dû pas aux productions de Walt Disney, mais à un film d'animation français, Le Berger et le Ramoneur, de Paul Grimault, sur un scénario de Jacques Prévert, adaptant un conte d'Andersen. Ce film, sorti en 1953 et renié par ses auteurs (qui le retravailleront pour donner Le Roi et l'Oiseau en 1980), eût un fort effet sur Hayao Miyazaki et Isao Takahata. (Pour l'anecdote, le réalisateur Isao Takahata a traduit en japonais de nombreux auteurs français, dont Jacques Prévert, dont il récitait parfois les poèmes.) La culture française est par ailleurs très présente dans l'oeuvre de Hayao Miyazaki. Son premier long-métrage d'animation, en tant que réalisateur, Le Château de Cagliostro (1979), spin-off de la série d'animation japonaise Lupin III diffusée par la Toei, est à la fois un hommage aux aventures d'Arsène Lupin de Maurice Leblanc (le personnage du film étant le petit-fils du gentleman cambrioleur) et un hommage criant au Berger et le Ramoneur de Paul Grimault, dont le château a fortement inspiré celui du Château de Cagliostro. Pour les vaisseaux et le moeve (le planeur) de Nausicaä sont, quant à eux, inspirés de l'oeuvre de Moebius (de son vrai nom Jean Giraud), légendaire dessinateur de BD français, et plus particulièrement d'Arzach, sorti en 1975 dans Métal Hurlant. Pour l'anecdote, Moebius rendra la pareille à Hayao Miyazaki, avec qui il partagera une admiration et une amitié mutuelles, allant jusqu'à nommer sa plus jeune fille Nausicaä, née en 1995, en hommage au personnage créé par Hayao Miyazaki. Dans Porco Rosso, dont l'action se passe dans l'Adriatique, on entend à deux reprises la chanson Le Temps des Cerises, chanson communarde (qui vient témoigner des idées révolutionnaires et marxistes de Miyazaki), chantée pour l'occasion par la japonaise Tokiko Kato. Enfin, Le Vent se lève, sorti en 2013, fait référence à un vers du poète français Paul Valéry : "Le Vent se lève, il faut tenter de vivre", prononcé plusieurs fois en français par les personnages du film. Si ça, ce n'est pas de la francophilie, on ne sait pas ce que c'est !

9 / Alan Moore (Watchmen, V pour Vendetta) est aussi chanteur

On ne présente plus Alan Moore : sans aucun doute le scénariste de comics le plus adulé de la planète. Surtout connu pour avoir révolutionné le mythe du super-héros avec Watchmen, le scénariste britannique est un personnage à lui tout seul : scénariste, magicien, anarchiste, vénérant la divinité-serpent romaine Glycon. Ce que l'on sait moins, par contre, c'est qu'Alan Moore est également un chanteur.  Et il même plutôt bon dans le domaine ! Jugez plutôt avec ce single (The March of The Sinister Ducks) de The Sinister Ducks, groupe punk britannique qu'il a fondé avec David J, du légendaire groupe de rock gothique britannique Bauhaus. Pour l'anecdote, David J enregistra une chanson pour V pour VendettaThis Vicious Cabaret, présente dans le comics, que le personnage de V interprète en s'accompagnant au piano. The Sinister Ducks n'est pas la seule expérience d'Alan Moore en tant que chanteur. Nous vous conseillons, par exemple, d'écouter Madame October, chanson écrite et enregistrée en 1994. 

10 - Robin Williams a enregistré 16 heures d'improvisation pour Aladdin 

Si on sait tous aujourd'hui que le Génie d'Aladdin (31ème classique d'animation du studio Disney, sorti en 1992) a été doublé par l'immense (et très regretté) Robin Williams, on sait moins cependant l'étendue du travail qu'il a fourni pour son interprétation. En effet, John Musker et Ron Clements ne se sont pas trompés en choisissant Robin Williams comme modèle pour le génie (le personnage a été créé pour lui), l'acteur du Cercle des Poètes disparus et de Madame Doubtfire a élevé le doublage au rang d'art. Particulièrement impliqué, Robin Williams a enregistré pas moins de seize heures d'improvisation et de gags pour un film de 90 minutes. Il est d'ailleurs possible de découvrir, dans les bonus du Blu-Ray, certaines de ces prises jamais utilisées, enregistrées par Robin Williams. John Musker et Ron Clements ont par ailleurs confié que les séances d'enregistrement de Williams pouvaient durer quatre heures, et que "l'acteur donnait tout, il était en sueur à la fin". Malheureusement, l'acteur et le studio ont eu par la suite une relation conflictuelle, Williams ayant accepté le rôle à condition que le studio n'utilise son nom comme outil de merchandising - une volonté que Disney n'a pas respectée. C'est pour cette raison que Robin Williams ne reprendra pas son rôle du Génie dans Le Retour de Jafar (1994). Ce n'est qu'après des excuses publiques du Président du studio que Robin Williams acceptera de prêter sa voix à Aladdin et le Roi des Voleurs (1996). En tout cas, cette anecdote vient nous rappeler quel acteur talentueux était Robin Williams, le maître absolu de l'improvisation. Aussi hilarant que touchant. 

Une erreur ?

Mots-Clés : Matrixindiana jonesStar Warsneil gaimanHayao Miyazakiwestworldalan moorekaamelottjames bondaladdinDisneyrobin williams

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (5)

Par pierrepierre, il y a 3 mois :

J'adore ce genre d'anecdotes

Répondre à ce commentaire

Par Beniben95, il y a 3 mois via l'application Hitek :

Très bon article. Bon pour Kaamelott je suis désolé mais je passe totalement à côté de cet humour dont je ne comprend rien. Puis pour Miyazaki oui il est fasciné par la France d'ailleurs dans le docu disponible sur le site de la NHK on le voit conduire une 2CV, voiture mythique française.

Répondre à ce commentaire

Par LaPetitePeste, il y a 3 mois :

Bravo Hitek pour cet article. Faites en d’autres des comme ça !

Répondre à ce commentaire

Par Leobeam, il y a 3 mois :

Hitek , c'est pas plutôt "LA BERGÈRE et le Ramoneur" ????


Le Berger et le Ramoneur : çà c'est plutôt le titre de films de bagarre à l'épée qui passent trad dans la nuit .

Répondre à ce commentaire

Par aln, il y a 3 mois (en réponse à Leobeam):

Ou j’ai cru que j’étais le seul à l’avoir vu !
Dans le roi et l’oiseau en plus, il y a une histoire avec ces deux là !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test realme X50 Pro, un smartphone 5G qui veut faire bouger le haut de gamme : fiche technique, prix et date de sortie

Realme X50 Pro

Il y a 1 mois

Test : l'Asus ROG Zephyrus G14, un PC portable Gaming compact avec une RTX 2060 : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ROG Zephyrus G14

Il y a 3 mois

OnePlus 8 Pro, le nouveau smartphone 5G avec écran 120 Hz : fiche technique, prix et date de sortie.

OnePlus 8 Pro

Il y a 3 mois