La réalité des conditions de vie des joueurs pro d’e-sport en Corée du Sud

De Dan Auteur - Posté le 29 septembre 2016 à 17h04 dans Jeux vidéo

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Oui, la Corée du Sud est le berceau de l’e-sport ! Pays phare dans ce domaine, la Corée du Sud est un exemple à suivre pour le reste de la planète e-sportive. Si le pays en est arrivé là, à savoir que l’e-sport est arrivé à son apogée c’est grâce à un travail important pour faire avancer et reconnaître cette discipline. Mais les joueurs d’e-sport professionnels vivent des conditions assez surprenantes que nous vous proposons de découvrir.

Instauration d’un couvre-feu pour les jeunes joueurs

La dépendance au jeu vidéo est un problème récurrent en Corée en Sud. Les enfants, ados et jeunes adultes peuvent passer la majorité de leur journée enfermés dans des PC Bang, de gigantesques cybercafés transformés en salles de jeu en réseau. Alors, pour essayer de protéger sa jeunesse, le gouvernement coréen a mis en place la loi dite de Cendrillon en novembre 2011 qui est en quelque sorte un couvre-feu. Ainsi, tous les joueurs de moins de 16 ans sont automatiquement déconnectés à partir de minuit jusqu’à 6 heures du matin. Tous les jeunes joueurs disparaissent aux douze coups de minuit. Le gouvernement a même envisagé d’étendre cette loi aux jeux sur mobile.

Bien entendu, cette mesure ne fait pas que des heureux. L’industrie du jeu vidéo a contesté la loi et les PC Bangs se sont plaints d’une perte de profits. Certains ont souligné également que cette interdiction était très facilement contournable avec l’aide d’un adulte ou en changeant d’adresse IP.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

Préserver une certaine hygiène de vie

Les meilleurs joueurs d’e-sport ne passent pas la plupart de leur temps à jouer ou à dormir. Il faut savoir qu’ils entretiennent une certaine hygiène de vie en faisant du sport (musculation, course à pied, natation, …) comme de véritables athlètes. Ensuite, comme des équipes sportives professionnelles, ils se consacrent à l’analyse et à l’étude du jeu des équipes adversaires tout en élaborant des stratégies. Certains s’entraînent à des exercices sur le clavier pour répéter des sortes de gammes de combinaisons.



Comme pour un club de football qui a son centre d’entraînement, les joueurs pros d’e-sport disposent d’une structure sponsorisée appelée Gaming House : une maison où les joueurs vivent ensemble 24h/24 pour s’entraîner et suivre le programme de préparation physique. Ils sont donc nourris, logis et blanchis. Les joueurs bénéficient aussi d’entraîneurs pour travailler sur l’ergonomie afin de limiter les risques de blessure. Car elles sont nombreuses ! En fin de carrière, ils peuvent souffrir de blessures chroniques comme le syndrome du canal carpien (engourdissement des mains, fourmillements, perte de force musculaire …). Parfois, le passage en chirurgie est obligatoire comme pour Lee Young-ho, qui considère sa cicatrice comme "une insigne d’honneur".

Les paris illégaux et matchs truqués

Tout comme dans le sport traditionnel, les paris ont trouvé leur place dans l’e-sport. Et forcément, certains en profitent pour tricher afin de remporter des gains. En 2015, un informateur anonyme a indiqué à l’Association coréenne d’eSport (KeSPA) que des joueurs pros avaient délibérément perdu un match pour encaisser les gains des paris. Après enquête, neuf personnes ont été arrêtées et ont purgé des peines de prison et payé de lourdes amendes. Deux joueurs ont été suspendus à vie.

En 2014, un joueur coréen a même tenté de se suicider après avoir avoué publiquement avoir truqué des matchs de League of Legends. Oui, pour certains, le gaming peut être une question de vie ou de mort !

Mise en place de centres de réadaptation pour les joueurs dépendants

Face au peu de succès du couvre-feu, le gouvernement tente de trouver de nouvelles solutions pour venir en aide aux joueurs dépendants. Ainsi, une nouvelle proposition viserait à classer les jeux vidéo comme des substances addictives tout comme la drogue ou l’alcool. Si cette loi est adoptée, les jeux deviendraient donc réglementés et contrôlés. Clairement, cette mesure pourrait paralyser l’industrie du jeu vidéo coréen !

De nombreux coréens expliquent, d’après une étude, que si des joueurs passent plus de deux heures par jour devant la console ou le PC, ce qui est considéré comme de la dépendance, c’est une façon de s’évader temporairement de la réalité, notamment en raison de leur scolarité exigeante.


Ainsi pour faire face à cette dépendance, le gouvernement a mis en place des centres de réadaptation dans tout le pays. Ces centres forcent les jeunes à abandonner leurs portables et consoles durant le programme qui s’étale sur plusieurs semaines. Les jeunes joueurs dépendants, qui représentent entre 10 et 14% de la population, se mettent à pratiquer la randonnée et à l’escalade pour renouer avec la nature ou participent à des thérapies de groupe où ils échangent et discutent entre eux des conséquences de leur dépendance.

Et du côté des salaires ?

Il est important de noter que les pro-gamers ne sont pas considérés comme des travailleurs. Il faudrait qu’ils signent un vrai contrat de travail avec leurs sponsors. Sauf qu’il y aurait un gros problème : celui du travail des enfants ! En effet, la loi interdit aux mineurs de travailler or, la majorité des pros ont 15 ou 16 ans. Pour les ados, entre 15 et 17 ans, ils peuvent travailler, mais pas de nuit.

Et qui dit contrat de travail dit salaire minimum. Par exemple, pour 44 heures de travail hebdomadaire, le joueur pro devrait toucher 630 € par mois. Mais il faut avoir en tête qu’un pro-gamer s’entraîne au moins 60 heures par semaine dont plus de la moitié pendant la nuit ou le week-end. Cela implique donc un salaire minimum multiplié par 1,5. Si le code du travail était appliqué à cette discipline, un joueur toucherait donc 208 € par semaine, 905 € par mois et 10 869 € par an. Sauf que si tel était le cas, le nombre de joueurs pros diminuerait et les entreprises les laisseraient tomber. Cela impacterait donc la rémunération des pro-gamers. En revanche, leurs conditions de vie se verraient largement améliorées.

Les plus grosses équipes paient leurs joueurs 500 000 Wons par mois (soit 338 €) mais ils ne signent rien. En pro-league, les joueurs signent un contrat civil et non un contrat de travail. En moyenne, ils touchent 10 millions de Wons (6 763 €) par an, mais cela ne dépasse généralement pas les 20 millions de Wons (13 526 €). Seules quelques stars peuvent toucher plus de 200 millions de Wons (135 260 €) annuellement.

Une erreur ?

Mots-Clés : e sportgamingjoueursprospro-gamercorée du sud

Source(s) : dorkly.com

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (20)

Par Un ours avec une mitrailleuse, il y a 2 ans :

C'est une bonne idée mais facile à contourner.
C'est comme le fait qu'on a pas le droit de vendre de l'alcool au mineur.

Répondre à ce commentaire

Par Selkeä, il y a 2 ans :

Vie en Gaming House avec entretien de condition physique, analyse de matches & élaboration de stratégie... Oh, mais attendez, ça existe aussi en Europe, tout ça! Et aux Etats-Unis aussi! Toutes les grosses équipes (Fnatic & G2 en Europe, TSM & CLG aux US, Edward Gaming en Chine, pour n'en citer que quelques-unes) ont des Gaming House, ça permet à l'équipe de resserrer ses liens et donc de développer une bonne synergie.

La Corée du Sud est certes le pays pionnier dans ces aspects de l'eSport aussi, mais ce n'est absolument pas la seule région à le faire...

Répondre à ce commentaire

Par <3, il y a 2 ans (en réponse à Selkeä):

Et alors ..? T'es completement hors sujet mec

Répondre à ce commentaire

Par salocin09, il y a 2 ans :

C'est quoi le salaire moyen en Corée ? Parce que 630€ / mois, c'est pas grand chose...

Répondre à ce commentaire

Par trooperH1N1, il y a 2 ans (en réponse à salocin09):

Le salaire moyen depend des pays, c'est con mais ils auraient du preciser le salaire moyen coreen hors jeux video pour nous donner un vrai appercus de ce qu'ils gagnent ^^

Répondre à ce commentaire

Par asle, il y a 2 ans (en réponse à salocin09):

c'est déjà pas mal pour des mineurs

Répondre à ce commentaire

Par Light_storm, il y a 2 ans (en réponse à asle):

Des mineurs qui, bien que le jeu vidéo soit un noble art, ne passent pas ce temps sur leurs études, donc un diplôme. Et vu le jeune âge de l

Répondre à ce commentaire

Par Light_storm, il y a 2 ans (en réponse à Light_storm):

la retraite pour un e-sportif, une reconversion sans diplôme peut être handicapent. C'est à double tranchant.

Répondre à ce commentaire

Par oOAlasterOo, il y a 2 ans :

put*n mais c'est Marineking ! beaucoup de souvenirs SC2 qui remontent la...

Répondre à ce commentaire

Par Maginn, il y a 2 ans :

Je crois qu'on a pas vu les mêmes reportages ^^
En effet cela s'applique peut être aux joueurs semi-professionnels et à ceux qui tentent de devenir pros mais les pros "accomplis" c'est à dire accompagnés par une structure sont très bien payés et ont de très bonnes conditions de vie, même si ils s'entraînent 12h/jour

Répondre à ce commentaire

Par ano0, il y a 2 ans :

le pays veut "protéger" ses jeunes de - 16 ans, et l'industrie du jv se plaint qu'ils ont une perte de profit, encore une fois on voit bien que l'argent prime avant tout de l'humain .

Répondre à ce commentaire

Par Charonne, il y a 2 ans :

Beaucoup de conneries dans cet article (salaire notamment) mais ce qui m'a le plus choqué c'est l'étonnement de l'auteur quand à la présence de coach ; entraînement ; gaming house ; hygiène de vie ; etc
C'est comme ça partout dans le monde dans l'e-sport, que ça soit en Europe (Fnatic ; G2 ; UOL ; etc), aux US, en Chine, etc
Alors oui la corée domine League of Legends mais ce ne sont pas du tout les seuls à fonctionner de la sorte ;)

Répondre à ce commentaire

Par Un ours avec une mitrailleuse, il y a 2 ans :

Mitrailleuse Salut !
Je cherche un partenaire pour la baston virtuelle.
http://oursmitrailleuse.com/mitrailleuse
Mon pseudo - Un ours avec une mitrailleuse

Répondre à ce commentaire

Par Un ours avec une mitrailleuse, il y a 2 ans (en réponse à Un ours avec une mitrailleuse):

OK pour ceux qui se demandent pourquoi, je parodiait des post fait par des robots pour attirer des gens sur des sites peu recommandables.

Répondre à ce commentaire

Par Un ours avec une mitrailleuse, il y a 2 ans (en réponse à Un ours avec une mitrailleuse):

Posts qui ont été supprimés

Répondre à ce commentaire

Par Tenchirok, il y a 2 ans via l'application Hitek :

parait que c est beau la corée en Sud ouai...

Répondre à ce commentaire

Par WolverClean, il y a 2 ans :

Apparemment "nourris LOGIS blanchis" ça choque que moi

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Asus TUF765, un ordinateur portable pour les gamers avec un grand écran 144 Hz : fiche technique, prix et date de sortie

Asus TUF765

Il y a 3 semaines

Note : 8,2
Test Huawei P20 Pro, un smartphone haut de gamme au top pour la photo : fiche technique, prix et date de sortie

Huawei P20 Pro

Il y a 3 semaines

Note : 9,2
Test Oneplus 6T, lecteur d'empreintes sous l'écran et partie photo améliorée  : fiche technique, prix et date de sortie

OnePlus 6T

Il y a 3 semaines

Note : 9,4