L'OMS reconnaît l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie

De Dan Auteur - Posté le 19 juin 2018 à 8h33 dans Jeux vidéo

En décembre dernier nous vous parlions du fait que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) allait étudier la question de l'addiction aux jeux vidéo pour la considérer comme une maladie. C'est désormais chose faite.

Une nouvelle pathologie : le trouble aux jeux vidéo

En effet, ce lundi, l'OMS a intégré à sa 11ème version de la Classification internationale des maladies le "trouble du jeu vidéo". Ainsi, l'addiction aux jeux vidéo maintenant considérée comme une maladie au même titre que l'addiction à la cocaïne ou aux jeux d'argent.

Pour le directeur du département de la Santé mentale et des toxicomanies de l'organisation, ce trouble a été ajouté à cette nomenclature après consultation des experts dans le monde entier.

En janvier, l'OMS avait déjà soumis une proposition de définition pour ce trouble. Pour l'organisation, l'addition aux jeux vidéo se caractérise pas "un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables". Un trouble qui peut avoir des conséquences importantes sur la vie personnelle, familiale, sociale et professionnelle des personnes qui en souffrent. Au point que certaines personnes atteintes de cette pathologie vont délaisser peu à peu des activités telles que le sommeil ou les repas. Pour établir un sujet comme étant addict aux jeux vidéo, il faut, d'après l'OMS, que ce comportement extrême "se manifeste sur une période au moins 12 mois".

Si beaucoup de personnes ont les symptôme du joueur compulsif, l'OMS se veut rassurante quant aux statistiques. Il n'existe qu'une minorité de joueurs compulsifs sur les 2,5 milliards de joueurs à travers le monde et l'organisation souligne également que le simple fait de jouer aux jeux vidéo n'est en aucun cas pathologique.

Une erreur ?

Mots-Clés : troubleomspathologiejeux vidéomaladie

Source(s) : lefigaro.fr

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (10)

Par LicorneBadass, il y a 2 ans via l'application Hitek :

C'est bien, ça remet un peu les choses à plats dans cet éternel débat sur les jeux vidéos et leurs effets sur les joueurs. J'ose espérer que certains médias en tiennent compte, mais c'est pas gagné :/

Répondre à ce commentaire

Par Savi, il y a 2 ans :

Si ça peut aider certaines personnes c'est une bonne chose !

Répondre à ce commentaire

Par X, il y a 2 ans :

Y'a pas l'autre connard qui se plaint de la box ?

Répondre à ce commentaire

Par Ginteloph, il y a 2 ans :

Malheureusement, je suis sûr que les médias en général vont s'empresser de dire que "Le jeu vidéo peut rendre malade vos enfants". Alors que ce sont une minorité des joueurs. Ceux qui jouent sans manger, ni dormir.

Mais je suis bien content que le sujet de l'addiction au jeu vidéo avance dans un cadre professionnel et sérieux.
Sur internet, on en voit pas mal des cas d'addiction qui entraîne des morts.
Je ne sais pas si cette nouvelle va les aider à surmonter ce problème mais j'espère que oui.

Répondre à ce commentaire

Par RTS_Gamer, il y a 2 ans :

L'addiction aux JV n'a rien d'une maladie, c'est juste une dépendance psychologique qui, associant plaisir et JV, pousse certains utilisateurs à faire de cette activité la plus importante de leur vie au détriment du reste.

Je reste estomaqué de voir que l'OMS fasse ce choix de vocabulaire, car même si les conséquences peuvent porter atteinte à la santé de la personne, on ne peut pas décemment mettre sur le même plan une addiction quelle qu'elle soit (signifiant une perte de contrôle, de maîtrise de son comportement) et des maladies graves comme le cancer, des maladies orphelines. Non, les mots ont un sens, et vouloir absolument mettre le mot "maladie" sur une addiction est finalement une tentative d'enlever à la personne toute responsabilité personnelle et d'en faire une victime dépossédée de son libre-arbitre.

Ca me fait penser à cet épisode de South Park dans lequel Randy Marsh fait un pèlerinage auprès de cette statue de la Vierge pour être guéri de son alcoolisme au milieu d'handicapés et de personnes atteintes de maladies graves.....

Répondre à ce commentaire

Par Wakizashi, il y a 2 ans (en réponse à RTS_Gamer):

Oui les mots ont un sens, mais pas celui que tu donnes. Une maladie peut être mentale, et l'addiction en est clairement une. C'en est une qui justement altère ton libre arbitre car elle te pousse à ne plus considérer les autres choix qui s'offrent à toi. Tout comme l'anorexie par exemple, qui fait que certaines personnes n'arrivent pas à se résoudre à prendre d'autres choix que ceux qui font maigrir. Quelqu'un qui connait mal le sujet dirait "c'est bête comme problème, il suffit de manger et de reprendre du poids et tout ira mieux". De la même manière que tu pourrais dire "l'addiction aux jeu c'est bête quand même, il suffit d'arrêter de jouer et de se resociabiliser". Dans un cas comme dans l'autre ça n'est jamais aussi simple.

Répondre à ce commentaire

Par RTS_Gamer, il y a 2 ans (en réponse à Wakizashi):

Je suis assez d'accord avec toi, mais le problème reste l'emploi générique de "maladie" qui mettrait sur le même plan les problèmes de santé (au sens biologique), et les troubles du comportement. Il n'y a rien de commun entre un gamin subissant une sclérose en plaque et un autre qui n'aime que jouer aux JV parce que ses parents n'ont pas été fichus de l'éduquer correctement et lui apprendre la modération.

Et je n'ai jamais dit que c'était simple d'en sortir et qu'il suffisait de faire le contraire pour arriver à surmonter ce problème, je dis juste qu'il s'agit de savoir se contrôler. Il y a un grand problème de nos jours à constamment chercher à déresponsabiliser les individus en mettant la responsabilité sur X (la société, les jeux vidéos tiens), à transformer cela en "maladie", au lieu de combattre en amont ce qui provoque ces situations et chercher à se maîtriser, comme si finalement l'individu ne pouvait fatalement que sombrer dans une triste situation. Et non, encore une fois, ce n'est pas facile de sortir d'une addiction. Mais désolé, les joueurs compulsifs ne sont pas malades. Personne n'oblige un type par exemple à hypothéquer sa maison pour jouer au casino, mettant ainsi en danger sa famille.

A force de mettre sur le même plan tout et n'importe quoi, on en arrive à par exemple à diagnostiquer des troubles aigus de l'attention à des gamins agités et à les foutre sous sédatifs, et ils finissent tous fans de Phil Collins....

Répondre à ce commentaire

Par Bloub, il y a 2 ans (en réponse à RTS_Gamer):

C'est le problème des maladies mentales, et si elles existent réellement c'est bien que c'est des maladies, et certaines addictions sont des maladies mentales (et certaines fois physiques, puisque pour certaines addictions, le corps en manque de quelque chose produit des réactions physiques qui peuvent être douloureuses et très handicapantes pour la personne)
Pour moi un trouble du comportement doit être considéré comme une maladie, parce que peut être un véritable enfer pour la personne qui la subit. Quelqu'un qui se sent obligé de se laver les mains plusieurs centaines de fois dans la journée est handicapé dans sa vie de tous les jours et pourtant ce n'est pas une maladie vraiment "biologique" (si j'ai bien compris la manière dont tu voulais employer ce mot) comme un cancer ou autre.
Je suis pas sûre de très bien m'exprimer et de choisir les bons exemples mais voilà, c'est pas parce que quelque chose n'est pas physique et ne peut pas s'observer par des éléments biologiques (comme une tumeur ou une tétraplégie) qu'elle n'existe pas (j'aurais pu aussi citer toutes les maladies mentales comme la skizophrénie ou autre)..
P.S: Je suis quand même d'accord pour dire que certains abusent de cette facilité pour être assistés, mais comme pour tout, partout

Répondre à ce commentaire

Par Nyriane, il y a 2 ans (en réponse à RTS_Gamer):

J'ai l'impression que tu différencies les troubles mentaux et les maladies mentales, mais en réalité les deux sont synonymes.
L'addiction comportementale (jeu, sexe, achat compulsif) est une maladie au même titre que l'addiction par absorption de substance psychoactive (drogue, alcool), la schizophrénie ou la dépression.

Ce qu'il faut retenir, c'est que dans tous ces troubles le malade n'a plus aucun contrôle sur ce qu'il fait, il est très loin de "savoir se contrôler", comme tu dis, car il n'a déjà pas conscience d'avoir un comportement problématique: tu dis que rien n'oblige une personne à hypothéquer sa maison pour jouer au casino, mais en réalité si, le mec s'oblige lui-même à le faire, et ce, sans en calculer les conséquences parce que son libre-arbitre est altéré par la maladie.

Répondre à ce commentaire

Par Herotique, il y a 2 ans via l'application Hitek :

Maladie ou pas sa va pas changer grand chose on va encore de fais insultée par les médias lambdas et les non-joueurs.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test : l'Asus ROG Zephyrus G14, un PC portable Gaming compact avec une RTX 2060 : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ROG Zephyrus G14

Il y a 1 semaine

OnePlus 8 Pro, le nouveau smartphone 5G avec écran 120 Hz : fiche technique, prix et date de sortie.

OnePlus 8 Pro

Il y a 2 semaines

Test Samsung Galaxy Fold, le premier smartphone pliable du constructeur : fiche technique, prix et date de sortie

Samsung Galaxy Fold

Il y a 3 mois