Rechercher Annuler

Ces 4 suites et remakes qui ont tout simplement ruiné les films originaux !

De Dan Auteur - Posté le 6 mars 2016 à 16h03 dans Cinéma

On ne compte plus les suites et les remakes de films qui sortent chaque année dans nos salles obscures. Même si les effets spéciaux se sont fortement améliorés et nous offrent des nouvelles scènes époustouflantes par rapport aux films originaux, il se peut que les messages que les réalisateurs ont voulu véhiculer à travers leurs œuvres se soient perdus en chemin lors de la nouvelle adaptation.

La Planète des Singes

Le message caché : La volonté de l’homme à poursuivre sa supériorité militaire condamne la planète

Le film La Planète des Singes qui date de 1968 avec Charlton Heston porte un message assez grave. Et la fin donne à réfléchir. En effet, quand George Taylor incarné par Heston réussi à s’échapper des singes qui le tenaient captif, il est horrifié de ne voir que les restes de la statue de la Liberté lors de son retour sur Terre. Sauf que la planète sur laquelle il se trouvait était en réalité la Terre qui, après des siècles et siècles avait effacé toute forme d’humanité. C’est pour cette raison que les singes gardaient secret le fait que les humains ont été une espèce supérieure. Les singes ne veulent pas connaître le même destin autodestructeur.



Le nouveau message : l’Humanité court à sa perte en s’attardant sur la science et la médecine plutôt que de construire des armes.

On ne compte plus le nombre de suites et adaptations de La Planète des Singes. Nous allons nous intéresser à la dernière adaptation ciné avec James Franco, sortie en 2011 : La Planète des Singes, les Origines. Dans ce premier film, on nous montre de quelle façon notre planète va devenir petit à petit la planète des singes. Pas de guerre nucléaire juste un scientifique qui réalise des expériences sur l’intelligence des singes dans l’unique but de trouver un traitement pour combattre la maladie d’Alzheimer de son père. Et c’est bien à cause des recherches en science et en médecine que le processus de la fin de l’humanité se met en marche. Dans le second épisode, César devient le leader des singes et apprend que la violence peut être utile. Remarquez au passage que le message d’origine est exactement le contraire … César pense que les singes ne peuvent pas s’entretuer. Jusqu’au moment où Koba, un de ses disciplines décide de s’attaquer à l’homme. C’est là que César découvre sa naïveté de croire que les singes sont supérieurs à l’espèce humaine. Et il tue Koba. Dans le troisième volet de La Planète des Singes qui sortira en août 2017, nous allons apprendre que la guerre a été déclenchée par les singes et qu’ils en sont les seuls et uniques responsables. Le seul crime des hommes est de s’être trop occupé d’eux et de ne pas avoir produit assez d’armes pour vaincre les singes.

Jurassic World

Dans le premier Jurassic Park, le message du film est relativement clair : on ne peut pas contrôler la nature par la technologie même si elle est ultra avancée ! Même Laura Dern explique au fondateur du parc qu’il est futile de vouloir la dompter ! Même avec la meilleure technologie du monde, la Nature va un jour ou l’autre se retourner contre nous.

Le nouveau message : la science n’est que de la magie et la nature fait ce que nous lui ordonnons.

Ça y est, le parc a ouvert ses portes ce qui signifie que l’humanité a réussi à anéantir la nature pour engranger des millions sur son cadavre. Bref, ce parc est le symbole de l’orgueil de l’humanité. Dans le premier volet de Jurassic Park, le principal méchant était un T-Rex. On retrouve ce tyrannosaure sur l’affiche du nouveau film comme pour rappeler que la nature peut à tout moment reprendre ses droits et détruire ce que la science a décidé.



Sauf qu’ici, dans Jurassic World, le grand méchant du film est l’Indominus Rex, un dino génétiquement modifié par les hommes. La seule chose capable de détruire le parc est un monstre créé par l’homme lui-même.



Maintenant en s’intéressant à la fin des films, dans Jurassic Park, les personnages échappent de justesse à une attaque de vélociraptors grâce au T-Rex qui passe par là et les tue. Sur ce coup là, la force de la nature est plutôt en la faveur des humains. Maintenant, dans Jurassic World, le vieux T-Rex est libéré pour tenter de battre l’Indominus Rex. Chris Pratt fait appel à ses vélociraptors pour qu’ils rejoignent le combat. Ok, ici l’homme a réussi à dompter les vélociraptors. Mais le message change radicalement : les héros du film utilisent des dinosaures pour tenter d’arrêter un autre dinosaure. En gros, les hommes ordonnent à la nature de faire ce qu’on lui demande pour limiter les dégâts causés d’une créature génétiquement modifiée.

Rambo

Dans le premier volet des aventures de Rambo, Stallone retourne aux Etats-Unis après la guerre du Viêt Nam. Il décide de rendre visite à ses anciens compagnons d’armes en allant dans la petite ville où le shérif Teasle, qui ne veut pas voir de vagabond dans ses rues, le raccompagne à la sortie de la ville. Rambo tente alors de faire demi-tour mais il est arrêté par la police et jeté en prison où il est maltraité. Il réussi à s’enfuir et une chasse à l’homme commence dans les bois. Traqué comme une bête, l’ex-soldat est contraint de tuer un policier. C’est la seule mort dans le film. Finalement Rambo ne remporte pas cette bataille et se fait arrêter et repart comme il est arrivé avec les menottes aux poignets. Ici, le message du film est clair : on veut nous montrer les ravages de la guerre sur les personnes qui l’ont faite.



Dans le second volet de Rambo, le message est l’inverse. Aucune subtilité : Rambo est de retour au Vietnam après que ses supérieurs lui aient demandé de revenir au pays pour remplir une mission : retrouver des prisonniers et les libérer. Sauf qu’une fois sur place, il est trahi et abandonné à son sort. Rambo est amené dans un camp vietnamien où il est torturé. Il va tout faire pour s’en échapper, venir en aide à d’autres prisonniers et surtout, il va prendre sa revanche sur le Vietnam. Clairement, Stallone tire sur tout le monde ! Et dans les suites côté violence, c’est de pire en pire ! Et le message passé à l’écran se transforme en gros par « la guerre, c’est trop génial ! ». Bref, bien loin du message du film original.

Godzilla

Le message d’origine : Il ne faut pas mettre les armes nucléaires entre les mains de n’importe qui au risque de détruire le monde.

Voici donc le message qu’a voulu faire passer Ishiro Honda dans la première version de Godzilla. Le réalisateur japonais voulait que son film soit un rappel aux spectateurs des ravages que peut provoquer la guerre nucléaire. Dans son film, Godzilla est tiré de son sommeil et sort de sous l’océan à la suite des essais nucléaires. La première chose que le lézard géant fait est de détruire un bateau de pêche. Cette séquence fait référence au naufrage d’un bateau de pêcheurs japonais à la suite d’un essai nucléaire américain. Godzilla poursuit ensuite la destruction du Japon et le gouvernement du pays préfère étudier la créature dans le but de comprendre son pouvoir de tuer plutôt que tenter de l’arrêter. Finalement la bête est tuée par une arme expérimentale très puissante, l’Oxygen Destroyer, mise au point par le scientifique Serizawa. Cette arme est capable d’annihiler toute forme de vie sous-marine. Une amie à lui tente alors de le convaincre de l’utiliser pour vaincre Godzilla ce que refuse Serizawa. Il ne veut pas que son invention soit utilisée à des fins militaires. On est loin d’être pour l’utilisation des armes super puissantes ! Etant donné que le Japon est le seul pays de la planète a avoir souffert de deux bombardements nucléaires, on ne peut pas leur en vouloir. Les souvenirs d’Hiroshima et Nagazaki sont encore dans les esprits de tout le monde.



Puis vient une série de remakes du film de Honda. Dans la version américaine sortie en 1956, il s’agit d’un remontage de la version originale qui se focalise sur un personnage : Steve Martin, un reporter américain incarné par Raymond Burr. Le film véhicule alors un tout autre message : les monstres géants ont l’air vachement cool quand ils se battent entre eux ! D’ailleurs, on remarque que le remontage américain dure moins longtemps que le film original japonais (81 minutes au lieu de 98). En effet, dans cette version, on minimise l’impact des essais nucléaires américains dans la création de Godzilla. Puis viennent ensuite les suites dont quelques uns ont gardé l’esprit de l’original mais dont la majorité sont devenus des films d’action où Godzilla est représenté comme une créature capable de gagner un combat contre un autre monstre avant de disparaître dans les profondeurs et revenir, si nécessaire, pour sauver à nouveau le Japon. Au point que Godzilla devienne une icône de la culture pop japonaise.

La franchise Godzilla a totalement déviée de la version originale réalisée par Honda que dans le reboot américain de 2014, le monstre est devenu un « alpha prédateur », une sorte de force de la nature dont le seul rôle est de chasser les MUTO, pour restaurer l’équilibre. Godzilla porte la casquette de « médiateur », protecteur du monde !

Une erreur ?

Source(s) : cracked.com

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Mots-Clés : remakesuitefilmCinemaadaptationruine

Commentaires (24)

Par ornariece, il y a 5 ans :

Le premier remake de la planète des singes (pas de 2011) véhiculait certes un autre message, mais ce message bien que différent était intéressant. D'autant plus que l'histoire de paradoxe temporel était bien pensée ...
Très bon article sinon!

Répondre à ce commentaire

Par Lt. Col. John Sheppard, il y a 5 ans :

"Le message caché : La volonté de l’homme à poursuivre sa supériorité militaire condamne la planète".

Oui, c'est sans doute un des thèmes du film (d’ailleurs c'est important de dire que le film est une adaptation du livre de Pierre Boule, donc qu'il n'est peut être pas l'étalon de mesure le plus parfait), mais pas le seul.

Le thème du traitement envers les animaux, de l'esclavage et des expérimentations scientifiques semblent être aussi tout autant présents et le sont aussi dans le remake de 2014, donc votre analyse est un peu simpliste et réductrice.

Je trouve d'ailleurs qu'il faudrait toujours prendre avec des pincettes les analyses d'oeuvre (ex. le message caché est ceci et pas cela...), car elles ne se reposent, pour la plupart, que sur des suppositions et du ressenti. Ce ne sont que des théories qui se contredisent et qui doivent être confirmés par l'auteur en personnes pour être considérées comme correctes, sinon elles devraient rester à l'état de conjecture. Car combien de ces analyses ont été réfutées par les auteurs ? Combien parmi elles ne sont pas écrites par des personnes qui restent impartial et tiennent compte de l'intégralité de l'oeuvre et du contexte pour affirmer quelque chose ? Combien véhicule les idées, convictions et goûts de la personnes qui les écrits ?

C'est pour cela qu'il convient de toujours préciser que les analyses sont seulement des POSSIBILITES plus ou moins probables et pas (pour la plupart du temps) des faits confirmés par les auteurs.

Donc pour l'amour du ciel, nuancés vos propos, ça rendre le monde moins con !

Répondre à ce commentaire

Par Jigoku, il y a 5 ans :

whaaaaaaat ? ... autant pour Rambo et Godzilla, je suis d'accord.
mais pour La planète des singes et JW ... vous êtes sérieux ? surtout pour la planète des singes -___-'

Répondre à ce commentaire

Par Bleuarg, il y a 5 ans (en réponse à Jigoku):

Le dernier jurassic world est à chier

Répondre à ce commentaire

Par Alphinel, il y a 5 ans :

Et dragon ball revolution ? .................. ah merde, ça existe pas .

Répondre à ce commentaire

Par DoctorFright, il y a 5 ans :

Attendez, dans jurassic world, le message c'est pas que la nature finit par dominer l'homme ? Alors dans ce cas pourquoi (attention spoil olalala) dans la toute dernière séquence on voit le T-rex rugir sur les ruines du parc, ce qui montre CLAIREMENT le message de nature > homme ? Je trouve les arguments de l'article pas très poussés et pas très clairs..

Répondre à ce commentaire

Par Le_Graoully, il y a 5 ans :

Mon dieu comment peut-on tirer une telle conclusion de La Planète Des Singes ?! La personne qui a rédigé cet article a-t-elle au moins vue le film ?

Répondre à ce commentaire

Par Slavic Warrior, il y a 5 ans (en réponse à Le_Graoully):

Oui mais elle l'ai vu les 4 en même temps

<<C'était pas mon raptor mon Colonel Cornélius! Ghniiiiiiiii*>>

*Crie de Godzilla au cas vous avez pas reconnue même si je l'imite assez bien

Répondre à ce commentaire

Par Modkaas , il y a 5 ans via l'application Hitek :

je trouve que cet article n'est pas rédigé objectivement. Trop minimaliste...

Répondre à ce commentaire

Par Jibé, il y a 5 ans :

Et total recall les amis ...

Répondre à ce commentaire

Par Parbox, il y a 5 ans :

Je trouve que le titre est un peu trop violant . Je ne trouve pas que la planète des singes de 2011 est ruine le film de 1968... De même pour J.W

Répondre à ce commentaire

Par Louis, il y a 5 ans (en réponse à Parbox):

Là on voit bien que c'est juste un titre de merde par rapport à celui de l'article source en anglais.

Répondre à ce commentaire

Par Louis, il y a 5 ans :

Pourquoi ne pas avoir pompé l'article en entier ? :D Oh wait...

Répondre à ce commentaire

Par Lockhy, il y a 5 ans :

Le Godzilla de 2014 est certes loin du concept de l'ancien mais il surf sur la hype des dizaines de films qui ont suivi en se focalisant sur le kaiju, j'ai ******* mon pantalons quand Godzilla a utilisé le Nuclear breath.

Pour la planète des singe le film de 68 est loin du livre (j'me la pête parce que jl'ai lu au quand j'étais au lycée) et est très très très américanisé et en plus (spoil) le black crève dès le début, perso celui de 2011 était intéressant comme préquel en restant fidèle à l'esprit du film, mais la suite de 2014 était de la surenchère à mon goût.

Répondre à ce commentaire

Par Jamjam, il y a 5 ans :

Euh... L'article serait un peu plus pertinent s'il était moins catégorique, moins subjectif et surtout pas bourré de fautes. Seigneur... Et le coup de la planète des singes, j'ai jamais vu une critique aussi basse, dénuée de sens et d'arguments.

Répondre à ce commentaire

Par Commandant Ramius, il y a 5 ans :

heu ouai c'est pas super objectif... et cela dépend du "message à faire passer qui peut être différend pour tout le monde"

Moi pour jurrasic park c'était : L'homme est capable de tout, ramener à la vie des créatures mais du pire, un gros geek qui va tout défoncer pour quelques dollars... Sans ce geek, le park "existerai toujours" On se comprend.

Pour jurrasic world : Les talonts haut, ca peut pas marcher... :-)
Non plus sérieusement c'est : plus on en veut et plus on risque de se casser la gueule à toujours vouloir aller plus haut, plus vite dans un but qui n'est pas "solide".
Les dino qui sont "domestiqués" et qui éprouvent des sentiments de loyauté etc... ca m'a soulé... Ils y en a qui se plaignent du 3 car les vélociraptors étaient trop bizarre mais ici c'est juste 1000 fois pire...
Un dino camouflé, super intelligent (ben tiens) etc... c'est une surenchère de trop... là ou le scénario du premier était bien, le jurrasic world c'est vautré niveau scénario (pour moi).

Pour la planète des singes c'est pour moi l'évolution qui continue et dont l'humain s'est retrouvé esclave des animaux, les rôles sont inversée et c'est la lutte pour la liberté.

Rambo 1, oui, rambo 2 j'ai pas aimer, rambo 3 j'ai bien aimer ;-) Sans y voir autre chose qu'un film d'action/guerre.

et enfin godzilla, les conséquences de nos actions qui nous reviennent sous la forme d'une créature qui détruit tout sur son passage et qu'on doit buter à tout prix.
et oui, j'ai pas aimer le nouveau... :-)

Voila pour mon opinion et le message à faire passer/ressenti.

Répondre à ce commentaire

Par The track knight, il y a 5 ans via l'application Hitek :

Je suis plutôt enjoyé par la majorité des articles du site mais sincèrement j'ai jamais lu autant d'âneries ici.On est sur un blog ou un site sérieux . Comment peut on critiquer aussi négativement ces films ?? Une grosse blague !

Répondre à ce commentaire

Par tristesse , il y a 5 ans (en réponse à The track knight):

C'est toi la blague

Répondre à ce commentaire

Par The trackknight , il y a 5 ans (en réponse à tristesse ):

Wow super la réponse du commentaire .
Aussi inutile que l'article.

Répondre à ce commentaire

Par CaporalMugiwara, il y a 5 ans :

Bon, déja dans le roman à l'origine du film, Rambo tue tout le monde. C'est juste le film qui a atténué la violence. Ensuite, tous les Rambo montre les ravages causés par la guerre. Enfin, le principal intérêt de Rambo est de voir le personnage évolué. Donc si les 4 avaient la même histoire, ça aurait été très ennuyant. Donc pour l'analyse de rambo, vous avez tout faux.

Répondre à ce commentaire

Par pasdepseudo, il y a 5 ans via l'application Hitek :

Pas forcément D accord avec cet article , pourquoi chercher des sens et des messages partout ... Quand je lis cet article je lis un "c étais mieux avant, aujourd'hui les films ont tous des mauvais messages" mais je pense que les films que vous citez n ont à aucun moment un message, ils sont juste là pour etre divertissant , bientôt on recherchera un message et une morale dans fast and furious

Répondre à ce commentaire

Par tristesse , il y a 5 ans :

Et oui les blockbuster moderne sont financés par de grosses entreprise de ce fait les films doivent suivre les idéologies de ceux qui la finance

Répondre à ce commentaire

Par Dyrits, il y a 5 ans :

Pourquoi prendre ces 4 remakes (ou suites) de films potables alors qu'il y en a clairement qui aurait vraiment mérité un article... ?

Répondre à ce commentaire

Par Modestov, il y a 5 ans (en réponse à Dyrits):

grave, article inutil au possible

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.