We. The Revolution : juge, Révolution française et guillotine, le triptyque qui fait mouche

De GomeWars Auteur - Posté le 2 avril 2019 à 16h26 dans Jeux vidéo

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Durant notre parcours scolaire, l'Education Nationale nous dépeint la Révolution française comme la période de l'Histoire de France ayant mis fin à la monarchie, laissant place à une Première République. Mais le studio Polyslash a souhaité rendre l'appréhension de cette période plus ludique en permettant aux joueurs d'y incarner un juge, dans We. The Revolution. Faut-il y plonger la tête la première et risquer la guillotine ? C'est ce que nous allons voir. 

La guillotine comme seul recours, ou presque

Dans We. The Revolution, les joueurs incarnent Alexis Fidèle, juge au tribunal de Paris. Qui dit juge, dit procès. Il conviendra de les étudier avec soin avant de donner son verdict. Seulement, pour vous compliquer la tâche, trois factions se satisferont, ou non, de vos décisions : le peuple, les révolutionnaires et l'aristocratie. Si votre cœur penche trop pour l'une des trois factions, vous risquez tout simplement la mort. Il convient donc d'équilibrer le contentement général des partis pour rester à son poste le plus longtemps possible. 

Pour corser un peu la chose, Polyslash vous propose également de vivre la vie de Fidèle, y compris lorsque les portes du tribunal sont closes. Ainsi, vous participerez à la vie de famille menée par cet homme accro au jeu et à l'alcool, dont les décisions, que vous prendrez, affecteront le quotidien. Via un procédé similaire à celui des factions, vos choix impacteront le quotidien de votre famille et viendront modifier le cours de l'histoire. Un chemin alternatif qui ajoute une part de réalisme et de tendresse, dans un jeu où, rappelons-le, la Terreur et son tribunal se sont permis de guillotiner plus de 1400 personnes. 

Chaque procès se déroule de la même manière. Une multitude de documents sont mis à votre disposition et les premiers concernés ne manqueront pas d'apporter des précisions aux événements pour lesquels ils sont présents. Pour parvenir à connaître la vérité, de manière à donner un verdict sans appel, le jeu utilise un système de questions, débloqué une fois les événements recontextualisés. Témoins, mode opératoire, mobile, il ne vaut mieux pas se tromper, une once d'information en moins et la vérité pourrait vous échapper. Même si, au départ, la prise de décision est aisée, elle se complique à mesure que le jeu avance. 

Alors que vos premières séances concerneront des délits mineurs, les suivantes se centrent rapidement sur la politique de la ville de Paris et plus globalement, l'Histoire de France. Même s'il faut jongler entre les trois factions pour ne pas se retrouver la tête dans le seau, il est plaisant de pouvoir se permettre de condamner aussi bien les coupables que les innocents, y compris en connaissance de causes. Guillotiner des innocents sera parfois nécessaire, afin de satisfaire les grands pontes. 

Perdre la tête ? Oui ! Mais toujours sur les épaules !

Et pour cause, Fidèle n'est rien d'autre qu'un petit juge perdu au beau milieu d'un échiquier politique dont il fait partie malgré lui. Néanmoins, à mesure que les pièces de ce même échiquier tombent les unes après les autres, Fidèle grimpera les échelons. Son nouveau statut lui conférera pouvoir, renommée et surtout, une voix écoutée. Ecoutée oui, aussi bien par votre famille, le peuple, mais également des figures historiques célèbres, de Robespierre à Danton, par le malheureux Louis XVI. 

Son influence sera également retrouvée sous la forme de points. Récupérés à droite et à gauche, au détour d'un lancer de dés ou d'une discussion hasardeuse, ils permettent à Fidèle de réaliser des actions d'influence, via une imprimerie par exemple, grâce à une carte stratégique. Cette même carte se transformera par la suite en carte militaire et laissera le soin à Fidèle de disposer ses troupes, des unités militaires, comme il le souhaite. 

Même s'il semble occuper la place la plus importante de We. The Revolution, le tribunal de Paris est finalement mélangé avec d'autres fonctionnalités, toute aussi plaisante. Chacune de vos décisions aura un impact sur votre vie de famille, vos projets de complots ou encore votre place au sein de la Révolution. Jongler avec toutes ces jauges peut laisser perplexe au départ, la faute à une interface un peu fouillie. 

Néanmoins, il est plaisant de découvrir tous les aspects de cette Révolution française romancée, que vos choix affecteront de nombreuses manières. Votre famille doit-elle passer après la ville de Paris ? Robespierre ou Danton ? Là encore, c'est au joueur de prendre ces décisions et parfois, l'arrivée d'une toute petite information viendra faire basculer votre raisonnement d'un côté ou de l'autre. On regrettera tout de même que certains jugements ne profitent pas d'une liberté d'action totale, à l'instar de Louis XVI, dont la tête sera vite séparée de son cou.

Terriblement addictif et intéressant dans sa globalité, We. The Revolution vient tout de même buter en fin de parcours. La dernière partie du jeu est une accumulation des différentes phases de gameplay proposées jusque-là et il est plus difficile de comprendre l'impact qu'auront nos prochains choix. Tel un jeu d'échec, le titre de Polyslash permet de déplacer nos troupes tels des pions pour étendre notre influence sur l'échiquier qu'est Paris. Les séquences de combat, arrivées tard dans la partie, ajoutent davantage de tactique à un titre qui n'en a pas forcément besoin. Malgré tout, le jeu est plaisant de A à Z et surprend, de par son scénario riche et intéressant, ses graphismes type polygonal rappelant une BD de papier mâché ainsi que ses choix moraux, aux conséquences tantôt évitables, tantôt non. We. The Revolution est un excellent jeu indé qui ravira aussi bien les férus d'Histoire, que les amateurs de jeux de stratégie et de gestion. 

Une erreur ?

Mots-Clés : We. The RevolutionPolyslashAlexis FidèlejugeRévolution françaisetribunalparis

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (3)

Par Billy, il y a 10 mois :

Bientôt dans toutes les écoles ?

Répondre à ce commentaire

Par Kiieron, il y a 10 mois :

"et le support ?
-PC mac
-merci !"

Répondre à ce commentaire

Par gnome, il y a 10 mois (en réponse à Kiieron):

abandonne le support mac, passez linux :D

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.