Rechercher Annuler

Seigneur des Anneaux : existe-t-il des elfes du côté de Sauron

De Youri Gone - Posté le 29 juin 2023 à 16h01 dans Cinéma

Et si tous les elfes du Milieu n'étaient pas des phares éclatants de bonté au teint éclatant et au langage châtié ?

Dans de nombreux récits d'aventures classiques, en particulier dans le genre de la fantasy, il existe une ligne assez claire entre le bien et le mal. Le genre étant l'un des héritiers directs des contes de fées ou de la chanson de geste médiévale et de ses récits héroïques, le manichéisme est souvent la norme. Il y a les méchants qui cherchent la corruption, le pouvoir ou tout simplement la domination du monde, et puis il y a les héros qui se battent pour sauver l'humanité de leurs maléfiques desseins.

elfe gouffre de Elm

Habituellement, la frontière entre les gentils et les méchants est assez évidente, et les récits consacrés à des personnages aux motivations plus ambiguës sont moins courants (bien que leur popularité augmente récemment). Il est souvent plus facile pour le public de suivre l'histoire s'il existe des repères clairs indiquant pour qui ils sont censés être en faveur ou contre. Il est difficile de nier que la plupart des grands récits littéraires, cinématographiques ou même vidéoludiques répondent à un schéma qui se répète depuis les premières fictions antiques et jusqu'à aujourd'hui. Un schéma narratif qui a d'ailleurs largement été mis en lumière par des auteurs comme Joseph Campbell, Christopher Vogler, mais aussi d'une certaine manière par J.R.R. Tolkien, l'auteur du Seigneur des Anneaux.

lord of the ring

En effet, Le Seigneur des Anneaux suit en grande partie cette structure. Il y a des héros et il y a des méchants, et il y a peu de chevauchements entre les deux. Même certaines races sont divisées en catégories, soit totalement bonnes, soit totalement mauvaises, et il n'y a pas beaucoup de déviations par rapport à cela, à l'exception des humains parfois, ou des retournements de situations qui permettent de faire avancer l'histoire comme la trahison du sorcier Saroumane qui s'est laissé corrompre par l'influence de Sauron. Au pire, les personnages ayant franchi le pas vers le mal sont montrés comme de terribles leçons et servent d'avertissement comme le Hobbit Sméagol devenu la répugnante créature Gollum lorsqu'il a cédé à la tentation de l'anneau unique.

Le reste du temps, les lignes sont relativement claires, les Orcs sont mauvais, mais les Elfes sont bons, et ils représentent une forme d'idéal de sagesse et de droiture dans l'univers de la Terre du Milieu. Mais en était-il toujours ainsi ? Le monde de Tolkien ne laisserait-il pas plus de place aux nuances que ce qu'on a coutume de croire ? Y aurait-il des Elfes, par exemple, qui ne correspondraient pas à cette image de pureté si répandue ?

Les Elfes sont-ils toujours bons dans Le Seigneur des Anneaux ?

Ok, ne tournons pas autour du pot : oui, les Elfes sont capables du mal, de la même manière que n'importe quel autre être. Le Seigneur des Anneaux n'est pas considéré comme le père de la fantasy moderne pour rien. Même s'il respecte énormément le fil des récits classiques, il porte aussi en germe mille et une nuances qui en font le gigantesque monument littéraire qu'il est devenu. Ainsi, bien que, dans l'ensemble, les Elfes soient généralement du bon côté de l'histoire; il en existe encore quelques-uns dans la mythologie de Tolkien qui présentent un sens de la moralité plus trouble.

roi des elfes

Il existe plusieurs cas d'Elfes commettant des actes que l'on pourrait qualifier de maléfiques à bien des égards, mais la plupart d'entre eux se situent en réalité dans le Premier Âge de la longue histoire de la Terre du Milieu. Les Elfes qui sont présents à l'époque du Troisième Âge (qui est l'époque où se déroulent Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit) sont les plus sages et les plus forts de leur espèce, ce qui explique probablement pourquoi ils sont capables d'éviter de nombreuses tentations maléfiques et pourquoi aucun Elfe maléfique n'est réellement visible dans Le Seigneur des Anneaux.

Donc, oui, bien que les Elfes soient capables du mal, il semble que, dans l'ensemble, ils savent résister à leurs instincts les plus vils. Contrairement à des êtres comme les Orcs, qui semblent avoir une certaine quantité de mal en eux, la moralité est un choix pour les Elfes, de la même manière que pour les humains et de nombreuses autres races dans le Milieu. Par exemple, on sait à quel point l'Anneau Unique et le pouvoir qu'il offre sont une tentation gigantesque pour les Elfes, une tentation que l'on comprend mieux à travers le personnage de Galadriel.

galadriel sombre reine

Toutefois, à l'image de la célèbre Elfe, ils contrôlent tout cela et font en sorte de soutenir la quête de la Communauté de l'Anneau et ses héros. Cette balance entre le bien et le mal se joue souvent, donc, sur des tentations qui imprègnent les Elfes malgré eux.

La tentation de la mortalité

Cela peut sembler contre-intuitif pour les humains, mais il existe un sentiment parmi les Elfes les plus anciens de la Terre du Milieu, ceux qui ont vécu les guerres et les montées et chutes du mal, qu'une vie courte mais bien vécue et profondément épanouissante sur terre pourrait en réalité être bien meilleure que l'existence éternelle à laquelle ils sont habitués. Encore une fois, le récit grandement manichéen de Tolkien laisse souvent la place au sacrifice héroïque et rédempteur (un choix qui pique encore un peu quand on repense à Boromir), mais jamais au suicide.

À ce titre, l'immortalité traitée comme un fardeau revient de temps à autre et de manière diffuse lorsqu'on évoque le destin des Elfes. Cela a d'ailleurs été représenté de nombreuses et brillantes manières dans les adaptations cinématographiques de la saga par Peter Jackson, notamment lorsque le personnage d'Arwen lance à Aragorn : "Je préférerais vivre une vie avec toi plutôt que faire face à tous les âges de ce monde seule".

arwen & aragorn

Évidemment, si l'envie et la jalousie sont traitées et appliquées aux personnages des Elfes, d'autres ressentiments bien plus durs sont également liés aux destins d'autres Elfes de l'œuvre de Tolkien. Et bien loin de ce tableau idyllique, il y a bien eu des Elfes qui ont causé des problèmes et pourraient être qualifiés de maléfiques dans le passé du Milieu.

Le cas de Fëanor

Parmi les Elfes dont on ne se souvient pas bien dans l'histoire, Fëanor, ainsi que ses sept fils, sont probablement ceux qui ont la pire réputation. Fëanor a utilisé l'essence des Deux Arbres de Valinor (qui sont très importants pour les Elfes) pour créer des gemmes appelées les Silmarils, et lui et ses fils ont fait savoir qu'ils ne donneraient pas les Silmarils à quiconque.

En fait, quiconque, bon ou mauvais, essayait de les prendre devenait un ennemi de la famille de Fëanor, et ils commenceraient essentiellement une guerre contre eux pour récupérer les gemmes. Les Valar ont essayé de persuader Fëanor de leur donner les Silmarils pour les tenir éloignés de Morgoth, mais il a refusé. Morgoth a ensuite volé les Silmarils, et Fëanor et ses fils l'ont poursuivi pour les récupérer, allant même jusqu'à voler des navires aux Elfes Teleri et à tuer ceux qui se mettaient en travers de leur chemin.

elfes

Lorsqu'ils sont arrivés au Milieu, ils ont brûlé les navires, laissant ainsi ceux qui avaient suivi les demi-frères de Fëanor piégés au Milieu. Beren et Lúthien ont eu l'un des Silmarils à un moment donné, et les fils de Fëanor ont commis deux fratricides distincts pour essayer de le récupérer. En général, toute cette famille s'est clairement rangée du côté de l'immoralité, voire du mal à part entière. Il y a également un certain nombre d'autres Elfes qui ont commis des actes odieux. Eöl a ainsi essayé de tuer son propre fils, mais a fini par tuer sa femme qu'il avait pratiquement piégée dans un mariage. Maeglin a trahi les Elfes et s'est rangé du côté de Morgoth, bien que Morgoth l'ait torturé pour l'amener à ce point.

Puis il y a Celegorm, qui a comploté pour agresser Lúthien, et son objectif était clairement décrit comme "dessein plus sombre que tout ce qui était encore passé dans son (celui de Morgoth) cœur depuis qu'il a fui de Valinor". Donc, assez mauvais. Contrairement à quelqu'un comme Maeglin, il n'a pas été entraîné sur une voie sombre par des forces extérieures, mais il a fait ce choix et a planifié ces intentions maléfiques de sa propre initiative. Donc, oui, même s'il y en a peu, il y a encore quelques Elfes dans le Milieu qui ne sont pas du côté des gentils.

Lorsqu'Amazon s'en mêle

Enfin, il semble intéressant de revenir sur le cas de Adar. Adar n'est pas à proprement parler une création de Tolkien. C'est un personnage d'elfe corrompu apparu dans la série Les Anneaux du pouvoir, un nouveau personnage créé pour la série sur Prime Vidéo.

Dans cette réinterprétation de certains événements de l'histoire de la Terre du Milieu, des Elfes qui devaient protéger les Terres du Sud ont été réduits en esclavage par les Orques. Contraints de creuser des tranchées et des tunnels, l'Elfe Arondir apprend alors l'existence d'un chef des Orques, Adar, pour qui les peaux vertes semblent prêtes à tout. L'obsession qu'ils lui vouent , a meme laissé penser un temps qu'Adar aurait pu être Sauron lui-même.

Lorsqu'Adar fait enfin son apparition, il semble clairement être un elfe, mais un elfe qui semble avoir évolué d'une étrange manière. Et son nom a un sens dans la langue elfe : cela veut dire "père". Est-il à l'origine de tous ces orques ?

Adar et les Orques

Adar est un Elfe Avari. Les Avaris sont (et pour faire court) un groupe d'Elfes qui a préféré rester en Terre du Milieu plutôt que de faire voile vers Valinor. Or, on sait que Morgoth, le maître de Sauron, a enlevé des Elfes au sein des Avari pour les corrompre et les soumettre à toutes sortes d'expérimentations. Ces Avari qui ont été manipulés sont appelés Moriondor. Adar est l'un d'eux.

Ces Moriondor seraient donc considérés comme les toutes premières formes d'Orques. Même si dans les films de Peter Jackson, les Orques sont définis par Saroumane comme des Elfes ayant été corrompus; dans l'œuvre de Tolkien toutefois, les possibilités de l'origine des Orques sont plus vastes, bien que la question elfique ne soit pas totalement écartée.

Adar est bien un Elfe, et manifestement l'un des plus anciens de la Terre du Milieu. Lors d'un échange avec Galadriel, on comprend que l'intéressé existait déjà du temps du Premier âge (la série se déroule dans le Deuxième). Il a très vraisemblablement vu Sauron à l'œuvre et sans doute aussi Morgoth, lors de nombreuses guerres passées. Ici, la lassitude de la vie évoquée plus haut est certainement l'une des raisons de la corruption du personnage et, comme souvent dans l'œuvre de Tolkien, le mal change l'apparence de ceux qu'il affecte. Ainsi, comme le hobbit Sméagol devenu la créature Gollum, Adar semble être devenu un proto-orque.

adar

Une erreur ?

Mots-Clés : seigneur des anneauxsauronLes Anneaux du PouvoirAmazonelfesOrquesaragornGaladrielhobbitgandalfsarouman

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Cinéphage, sérivore , passionné par tout ce qui fait et tout ceux qui font la pop culture. Je soigne ma curiosité maladive et compulsive en faisant des articles chez Hitek.

Commentaires (2)

Par Jake Sully, il y a 5 mois :

Adar était plutôt cool au milieu de toutes les inventions "passables" des anneaux de pouvoirs.

Répondre à ce commentaire

Par Keith, il y a 4 mois :

Et le terme "Moriondor" est une invention d'Amazon. Ce n'est pas du Tolkien. Il serait utile de le préciser.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.