Rechercher Annuler

Kaamelott : on fait le point sur les projets complètement fous d'Alexandre Astier

De Gaetan Auteur - Posté le 25 janvier 2021 à 22h22 dans Cinéma

Alors que l'on attend toujours impatiemment la sortie de Kaamelott : Premier Volet, décalé à une date inconnue du fait du contexte sanitaire et de la fermeture des salles de cinéma, on fait sur le point sur les prochains projets d'Alexandre Astier, en nous basant sur les nombreuses interviews que le réalisateur, scénariste, producteur, humoriste et musicien a données ces dernières années. 

Kaamelott Résistance 

Alexandre Astier est loin d'en avoir terminé avec Kaamelott. Annoncé en 2012, Kaamelott Résistance est une période charnière de l'univers de Kaamelott, puisqu'elle correspond aux dix années qui séparent la tentative de suicide d'Arthur et sa fuite à Rome, du début de la trilogie à venir, et qui débutera avec Kaamelott : Premier Volet. D'abord annoncé comme une série de nouvelles, Kaamelott Résistance pourrait toutefois prendre une autre forme. 

A l'occasion d'une interview accordée au vidéaste Captain Popcorn, parue sur YouTube en juin 2020 dans le cadre de la promotion de la bande-dessinée Kaamelott : Les Renforts Magiques, Alexandre Astier s'est confié :

Moi, j'ai une période Kaamelott à raconter encore, qui s'appelle Kaamelott Résistance, et qui sont les dix ans qui séparent la fin de la saison 6, et notamment son dernier épisode Dies Irae, avec le film qui va sortir. Cette période-là, j'ai toujours voulu la raconter, parce qu'elle est très particulière dans le monde de Kaamelott. Premièrement parce qu'Arthur n'est pas là, donc ça déséquilibre un peu les forces ; qu'on est sous un système d'occupation tyrannique de Lancelot ; et qu'il y a dans la population, et dans les gens qu'on connait, ceux qui ont choisi le camp de la Collaboration et ceux, de la Résistance. [...] 

Dans les façons de le développer, j'avais pensé à l'animation. Pas en long-métrage, plutôt en série. Je veux que ça change de la série. Je veux que ce soit un format à part. J'avais pensé à une série de nouvelles, ou à quelque chose de graphique qui tranche complètement avec le franco-belge de la série que tu as lue, un manga, j'en sais rien. La série animée, bien qu'elle tranche complètement, elle offre quand même les voix des acteurs. Je ne m'imagine pas embaucher d'autres gens, donc on les retrouve à moitié, un peu mais pas tout à fait. Je ne suis pas sûr. Je me demande si c'est ça qu'il faut faire, ou s'il faut proposer quelque chose de plus calme, comme la lecture, plus au rythme des gens... S'ils ont envie de mettre un bouquin dans leur sac... Un truc très chapitré. Je me pose encore la question. [...] Je m'en occuperai, c'est sûr.

 

Voilà une nouvelle qui devrait ravir les fans de Kaamelott, qui craignaient que le projet Kaamelott Résistance soit tombé à l'eau. 

Vinzia

Annoncé en 2008, Vinzia est un projet cher au coeur d'Alexandre Astier. Développé en partenariat avec Canal+, le projet est, selon les mots d'Alexandre Astier accordés à nos confrères de Première en 2015 "une série sur la Mafia lyonnaise". Alexandre Astier avait également confié que  la série "parlera de la communauté italienne de Lyon, dans les environs de Gerland", où il a grandi

On comprend bien évidemment pourquoi le projet Vinzia tient à coeur au réalisateur de Kaamelott. Originaire de Lyon, qu'il n'a jamais quittée, Alexandre Astier est d'origine italienne par sa mère, Joëlle Sevilla, qui joue le rôle de Dame Seli dans Kaamelott. A noter par ailleurs qu'Alexandre Astier n'a jamais caché son admiration pour de grands films de mafia, dont Heat, le chef d'oeuvre de Michael Mann, avec Robert De Niro (Les AffranchisCasino) et Al Pacino (Le ParrainScarface). Astier avait d'ailleurs rendu un vibrant hommage au dialogue entre De Niro et Al Pacino, lors de la rencontre secrète entre Arthur et Lancelot, en reprenant mot pour mot certains dialogues du film. On rappelle également qu'Astier a déjà confié que sa série préférée est le chef d'oeuvre de HBO, Les Soprano

La Bête du Gévaudan 

Parmi les projets les plus ambitieux d'Alexandre Astier, il y a un film centré sur la Bête du Gévaudan. En 2015, toujours à Première, le scénariste s'était confié sur l'avancement du projet : 

L’histoire de la bête du Gévaudan, c’est un fait divers français incroyable. Ça appartient à tout le monde, mais j’aimerais le traiter de façon très personnelle. Je suis assez avancé dans ce projet, j’ai fait des études à Versailles, bossé sur des questions de zoologie… Depuis tout petit, je suis fasciné par la mythologie du loup.

En 2018, Alexandre Astier avait de nouveau évoqué son projet de film autour de la Bête du Gévaudan, dans une interview accordée à OCS Max

La fabrique, s'il y en a une, c'est de comprendre, comprendre, comprendre, comprendre, et écrire tard, tard, tard, presque la veille où il faut le montrer. Parce que plus on attend, plus ça sera éclairé en fait. J'ai été bercé par la Bête du Gévaudan. J'ai la moitié de ma famille qui vient du Gévaudan, j'ai une arrière-grand-mère bergère qui avait peur des loups. C'est un truc qui est mystérieux. La Bête du Gévaudan, la nature de la Bête du Gévaudan, reste mystérieuse aujourd'hui. Il y a des théories, des trucs, des machins. La recherche sur la Bête du Gévaudan, c'est ça l'écriture pour moi. Mais je n'ai rien écrit. Et je n'écrirai rien jusqu'à la fin. 

Un spectacle sur la Mort

On aurait tort de résumer Alexandre Astier à sa seule carrière de cinéaste. Hyperactif, Astier est aussi un excellent humoriste. Après avoir interprété Jean-Sébastien Bach dans le magnifique Que ma joie demeure ! et réglé définitivement la question de la vie extra-terrestre dans le passionnant L'exoconférence, Alexandre Astier n'a pour l'instant pas de projet immédiat de spectacle.

Cependant, dans un questions-réponses sur SensCritique, Alexandre Astier a confié que s'il devait écrire un spectacle, son sujet serait très certainement la Mort. Un sujet éminemment complexe. D'autant qu'il est très difficile de faire rire avec un sujet aussi grave et anxiogène que la Mort. Pourtant, ce sujet hante l'oeuvre d'Alexandre Astier. On se souvient bien évidemment de l'épisode sur L'Ankou dans Kaamelott. La Mort est également très présente dans Que ma joie demeure !, Bach étant un père endeuillé terrifié par la santé de ses enfants. 

Une erreur ?

Source(s) : Première

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Mots-Clés : alexandre astierkaamelottKaamelott : premier voletBête du GévaudanCanal+

Commentaires (5)

Par Old Yoda, il y a 1 mois :

Bon bah entre ces quatre projets tous hyper ambitieux, ces deux spectacles extraordinaires, Kaamelott, ses deux Astérix qui comptent parmi les plus réussis jamais réalisés et l'émouvant David et Madame Hansen, on pourra dire que sire Astier aura eu une carrière exemplaire ! ^^

Répondre à ce commentaire

Par L'ami Du Raisin, il y a 1 mois via l'application Hitek :

En tout cas, il sait se faire attendre notre souverain !

Répondre à ce commentaire

Par Voxam, il y a 1 mois (en réponse à L'ami Du Raisin):

Notre souverain ... rain ... rain !

Répondre à ce commentaire

Par Mrgoodgift, il y a 1 mois :

Un grand monsieur.

Répondre à ce commentaire

Par RubybBloom, il y a 1 mois :

Monsieur sir , en chair et en personne ... Lol

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.