Rechercher Annuler

Ramenés à la vie, ces virus zombies vieux de 48 500 ans inquiètent les scientifiques

De Alix Odorico - Posté le 29 novembre 2022 à 12h00 dans Science

D'anciens virus pris au piège dans la glace depuis plusieurs milliers d'années viennent d'être ramenés à la vie, ce qui soulève l'inquiétude de nombreux scientifiques.

Les virus, de plus en plus nombreux et dangereux

L'émergence d'un nouveau virus inconnu a toujours soulevé l'inquiétude du corps scientifique et de la population, lorsque celui-ci représente une menace pour la planète. Le long et douloureux épisode du Coronavirus débuté en 2020 est une preuve de plus que la nature est capable de produire rapidement de dangereux virus meurtriers pour l'homme.

Le réchauffement climatique est une conséquence majeure à l'émergence de ces micro-organismes. Chercheurs et scientifiques s'attardent à les étudier afin de développer le plus rapidement les meilleurs vaccins possibles.

Un virus vieux de 48 500 réveillé des glaces

C'est dans ce contexte qu'une équipe de chercheurs de l’université d’Aix-Marseille a "ramené à la vie" plusieurs virus enfermés dans le permafrost sibérien et potentiellement dangereux pour l'homme.

Au nombre de 13, ces virus, appelés "virus zombies" en raison de leur ancienneté, viennent d'être ressuscités et vont être soumis à des études profondes. L'un d'entre eux, prélevé à une quinzaine de mètres sous le fond d’un lac de Yakoutie, est même vieux de 48.500 ans (une première), et 3 autres datent de 27.000 ans. Ces derniers ont été découverts dans de la laine et des excréments de mammouth.

Il existe un risque, amplifié par le changement climatique

Alors pourquoi les ramener à la vie s'ils peuvent présenter un risque majeur pour l'humanité ? Dans le cadre de travaux prépubliés sur le serveur bioRxiv, les chercheurs ont ainsi "réveillés" ces virus afin de les traquer et de les étudier pour développer le plus rapidement possible des vaccins et des antibiotiques.

Car oui, le réchauffement climatique risque, à terme, de réveiller naturellement ces virus  potentiellement dangereux : "Il existe un risque, amplifié par le changement climatique, qu’ils puissent infecter des plantes ou des animaux, y compris des personnes, s’ils dégèlent", explique l'un des scientifiques.

En 2016, un enfant est mort en Sibérie de la maladie du charbon (anthrax), jusque-là conservée dans le permafrost et disparue depuis 75 ans dans cette région.

Si le risque de pandémie est réel, les chercheurs français ont indiqué que le virus vieux de 50 000 ans ne représenterait pas une menace pour l’homme. On peut néanmoins s'interroger sur l'intérêt d'une telle démarche à terme. Car si les travaux présentés par les chercheurs de l’université d’Aix-Marseille semblent sans danger, une équipe de scientifiques russe prévoit de faire revivre des virus ayant infecté des mammouths. Plus généralement, la chasse à ces "virus zombies" pourrait représenter à l'avenir, une menace réelle.

Une erreur ?

Mots-Clés : sciencesScienceVirusbactérieSibériepandémiecoronavirusscientifiqueschercheurszombie

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (3)

Par xmattks, il y a 2 mois :

Le lobbysime scientifique et la rivalité entre les différents pays rend cette "chasse" bien flippante

Répondre à ce commentaire

Par Bartabac, il y a 2 mois :

Le terme ZOMBI est pas du tout adapté à la situation.

Ou cela signifie que paracerque le virus est redécouvert après de longue années, est di "Zombi". Hors un virus n'est pas considéré comme venant du vivant, donc ZOMBI impossible. De plus ce type de virus devient de moins en moins rare.

Ou cela signifie que le virus est Zombifiant donc qu'il contamine un hôte et en prend le contrôle Ce qui n'existe pas, seul les bactéries ont cette capacité comme "Leucochloridium paradoxum" pour les escargot.

Une preuve flagrante de titre racoleur, alors que l'article indique juste une découverte scientifique intéressante.

Répondre à ce commentaire

Par Papy Mougeot, il y a 2 mois (en réponse à Bartabac):

Le virus pas vivant, ça dépend à qui tu parles, la communauté scientifique est très partagée sur la question.

Et oui c'est racoleur car comme dit "le virus vieux de 50 000 ans ne représenterait pas une menace pour l’homme".

Pour recontextualiser, va chopper un virus sur un chien dans la rue, et après tu dis "j'ai un virus dangereux pour l'homme". Peut être bien que oui, mais y a de fortes chances que non.

Mais c'est le principe de la recherche, vous testez et vous voyez si cela amène à des débouchés.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.