Rechercher Annuler

Shining : pourquoi cette scène a nécessité 148 prises de vues ?

De Aubin Bouillé - Posté le 2 avril 2024 à 17h39 dans Cinéma

Sorti en 1980, Shining est sans doute le film le plus célèbre de la carrière de Stanley Kubrick. Mais ce fut un tournage difficile pour ses interprètes. La preuve, avec cette séquence qui a nécessité 148 essais.

Shining : immense classique

Sorti au tout début des années 1980, Shining est sans doute le film le plus réputé de Stanley Kubrick, en tout cas le plus populaire. Chef d’œuvre du septième art, adaptation libre du roman de Stephen King, Jack Nicholson dans le rôle principal, il y a tant de bonnes raisons d’aimer Shining. Ce film d’horreur pas comme les autres se déroule dans un hôtel abandonné alors que le personnage de Nicholson et sa famille doivent garder les lieux pendant un long hiver. Hiver durant lequel, tout le monde va doucement entrer dans la folie.

Jack Nicholson dans Shining

Outre la présence de Jack Nicholson, le reste du casting se compose notamment de Shelley Duvall, Danny Lloyd et de Scatman Crothers. Malgré sa renommée actuelle, à l’époque de sa sortie, Shining a été boudé par les différentes cérémonies de remise de prix, et n’a rapporté que 47 millions de dollars de recette au box-office.

L’exigence de Kubrick

Outre son statut de film culte, Shining est également connu pour avoir été un tournage très difficile, surtout pour Shelley Duvall. Cette dernière a souvent remis en cause les techniques trop extrêmes de Kubrick, et la manière dont Jack Nicholson était terrorisant sur le tournage, trop porche de son personnage. Les tournages de Kubrick étaient donc considérés comme très peu commodes à cause de son perfectionnisme à outrance.

Par exemple, Scatman Crothers a joué la même séquence plus de 60 fois. Une scène pourtant très simple dans laquelle Kubrick effectue un zoom avant sur le visage du comédien lorsqu’il sent que le petit Danny est menacé.

Shelley Duvall dans Shining

Autre séquence, traumatisante pour Shelley Duvall, la fameuse scène des escaliers où elle monte à reculons avec sa batte de baseball, harcelée par le personnage de Nicholson. Une scène culte du film, qui a été répétée plus de 127 fois. L’actrice est souvent revenue sur cette séquence compliquée, notamment en 2021 au micro de The Hollywood Reporter :

C’était une scène difficile, mais elle s’est avérée être l’une des meilleures scènes du film. J’aimerais revoir le film. Je ne l’ai pas vu depuis longtemps. Kubrick n’arrête rien avant au moins la 35ème prise. Trente-cinq prises, courir, pleurer et porter un petit garçon, ça devient dur. Et une prestation complète dès la première répétition. C’est difficile.

Le tournage de Shining a néanmoins eu de lourdes conséquences sur le mental de la jeune femme. Elle a passé des journées entières à pleurer à cause du traitement agressif de Kubrick et de Nicholson. Elle est également passée très près du burn out à cause du rythme éreintant du tournage du film, qui nécessitait jusqu’à 16h de travail par jour, six jours sur sept. Une volonté de Stanley Kubrick de fatiguer ses acteurs pour les plonger dans un état émotionnel très proche de celui de leur personnage.

Un record du monde

Mais ce n’est même pas cette scène qui a nécessité le plus d’essais. En effet, une autre scène de Shining a été tournée 148 fois. Un record inscrit au Guinness. Il s’agit de la scène où Dick Hallorann (Scatman Crothers) explique au petit Danny le fonctionnement du shining, son don télépathique. Une scène de dialogues de 5 minutes en apparence plutôt simple, où les deux personnages discutent de leur pouvoir respectif, du fonctionnement de l’Overlook Hotel, de la chambre 237 et des dangers qui planent autour de Danny.

Scatman Crothers et Danny Lloyd

C’est une scène importante du film car elle permet d’expliquer le fonctionnement du Shining à Danny, mais aussi aux spectateurs. Simple mais cruciale, c’est logique que cette scène ait besoin d’un certain nombre de prises, surtout lorsqu’un enfant est dans l’équation. Mais 148, tout de même, c’est quand même un chiffre très élevé.

Un record pour le film Shining, mais qui reste cependant inférieur à cette scène de Spider-Man 1 de Sam Raimi. En effet, la scène où Peter Parker récupère MJ qui glisse et son plateau dans la cafétéria a nécessité 156 prises, puisqu'elle a été réalisée sans aucun trucage...

Une erreur ?

Mots-Clés : shiningjack nicholson

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Salut, moi c'est Aubin, mais mes amis m'appellent Binbin. Je suis un énorme fan de comics, de cinéma américain et asiatique, et surtout du genre super-héroïque. Marvel, DC et autres maisons d'édition me suivent depuis ma tendre enfance. Mon adolescence a été marquée par le cinéma de Quentin Tarantino, des frères Coen, de David Fincher ou encore de Ridley Scott. Énorme amateur de Alien et Blade Runner, la science-fiction est, encore aujourd'hui, un genre que j'apprécie particulièrement. Tout comme le cinéma d'horreur qui me procure toujours un frisson inégalé.

Commentaires (1)

Par regis22, il y a 3 semaines :

le cauchemar

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.