Rechercher Annuler

Le boson de Higgs observé en pleine désintégration

De Guillaume Chagot - Posté le 29 août 2018 à 11h25 dans Science

Six années après la confirmation de son existence, le boson de Higgs a permis aux chercheurs du CERN d'observer sa désintégration. Une observation surprise puisque les scientifiques sur place avaient des doutes sur leurs capacités à enregistrer ce phénomène. Une confirmation du Modèle standard, qui sera abordé plus bas, qui a ravi les chercheurs. 

Une observation qui vient vérifier le modèle standard

Pour faire simple, le boson de Higgs est désigné comme la particule ayant donné sa masse aux autres particules. Sa désintégration mène à la prise de masse d'autres particules, qui interagissent avec elle. Le photon par exemple, généralement appelée la particule de la lumière, possède une masse quasiment nulle, d'où sa non-intéraction avec le boson de Higgs. Même si l'existence même du boson de Higgs remonte aux origines de l'univers, cette particule a pu être recréée artificiellement via le LHC du CERN, le Grand collisionneur de hadrons, le plus puissant accélérateur de particules du monde. Un phénomène recréé en reproduisant une énergie identique à celle du Big Bang. 

L'un des premiers objectifs du LHC était de vérifier le Modèle standard, une théorie qui propose que toute matière est constituée de particules élémentaires, telles que les quarks ou les bosons (les particules qui servent à lier la matière). Une théorie désormais confirmée par le CERN.

"Ce résultat est indubitablement une confirmation du Modèle standard et un triomphe pour nos équipes d’analystes. Mais au départ, nous avions des doutes sur notre capacité à observer cette désintégration" admet Karl Jakobs, porte-parole de l’expérience ATLAS.

En se désintégrant, le boson de Higgs permet à d'autres particules d'obtenir une masse. Dans 60% des cas de désintégration, le boson de Higgs se décomposerait en une paire de quarks bottom, une des six particules de quarks existantes. Une théorie confirmée par l'observation de cette désintégration puisque ce phénomène s'est terminé avec une paire de quark bottom, la particule qui possède la seconde plus grosse masse chez les quark. Le LHC a encore une longue liste d'objectifs à cocher, avec une meilleure compréhension de la matière noire ou la supersymétrie. 

Une erreur ?

Source(s) : Sciences et Avenir 20 Minutes

Mots-Clés : CERN

Après un Master en Journalisme à l'IEJ, j'intègre définitivement la rédaction d'Hitek en 2017. Passionné de jeux vidéo, de nouvelles technologies, de science-fiction et de pancakes, je me complais à partager mes centres d'intérêts avec le plus grand nombre. Toujours partant pour un Jägerbomb en terrasse.

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (23)

Par Billy, il y a 5 ans :

Je sens bien le CERN être à l'origine d'un bon petit trou noir moi..

Répondre à ce commentaire

Par SLayex, il y a 5 ans (en réponse à Billy):

ils l'on déja fait il en 2008,

D'ailleurs, je croyais que les travaux d'amélioration du LHC avait déjà commencé, mais apparemment ça prends du retard

Répondre à ce commentaire

Par Joesevens, il y a 5 ans (en réponse à SLayex):

https://angelsanddemons.web.cern.ch/fr/…

Le CERN crée-t-il des trous noirs ?


L'apparition de trous noirs au Grand collisionneur de hadrons (LHC) est très peu probable. Cependant, selon certaines théories, la formation de minuscules trous noirs « quantiques » est possible. L'observation d'un tel phénomène serait un événement, car cela nous permettrait de mieux comprendre l'Univers ; le phénomène ne présenterait d'ailleurs aucun danger.
Deux sortes de trous noirs

Les trous noirs se forment dans l'espace lorsque certaines étoiles, plus grandes que notre Soleil, s'effondrent sur elles-mêmes à la fin de leur vie. Les trous noirs concentrent une très grande quantité de matière dans un espace très réduit. Leur densité est si élevée que la gravité qu'ils exercent empêchent même la lumière de les traverser.

Les spéculations relatives à l'éventuelle formation de trous noirs aux LHC concernent les particules produites lors de la collision entre des paires de protons. Il s'agit dans ce cas de trous noirs microscopiques ou quantiques. Les scientifiques ne sont pas du tout sûrs de l'existence des trous noirs quantiques.

Répondre à ce commentaire

Par Bibiche, il y a 5 ans (en réponse à Billy):

Qui se désintégrerai en une fraction de seconde car il n'aurait pas assez d'énergie

Répondre à ce commentaire

Par narf narf, il y a 5 ans (en réponse à Billy):

maure 2 rire !!!!

Répondre à ce commentaire

Par VicePrime, il y a 5 ans (en réponse à narf narf):

Meme pas un "y" dans rire ? Tu me déçois.

Répondre à ce commentaire

Par DenisM, il y a 5 ans (en réponse à VicePrime):

Même pas un "ê" dans même? Tu me déçois...

Répondre à ce commentaire

Par Pr Roubidou, il y a 5 ans (en réponse à DenisM):

Même pas d'espace avant le "?", tu me déçois...

Répondre à ce commentaire

Par Joesevens, il y a 5 ans :

@Billy je pense que tu ne comprend pas vraiment comment marche un trou noir.

Répondre à ce commentaire

Par Billy, il y a 5 ans (en réponse à Joesevens):

C'est un vortex qui absorbe tout, telle une aspirateur mais de l'espace

Répondre à ce commentaire

Par Trax, il y a 5 ans (en réponse à Billy):

Répondre à ce commentaire

Par Joesevens, il y a 5 ans (en réponse à Billy):

je t'invite a lire "une brève histoire du temps" de Stephen Hawking

Wikipédia :
En astrophysique, un trou noir1 est un objet céleste si compact que l'intensité de son champ gravitationnel empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper2. De tels objets ne peuvent ni émettre, ni diffuser la lumière et sont donc noirs, ce qui en astronomie revient à dire qu'ils sont invisibles. Toutefois, plusieurs techniques d’observation indirecte dans différentes longueurs d'ondes ont été mises au point et permettent d’étudier les phénomènes qu’ils induisent. En particulier, la matière happée par un trou noir est chauffée à des températures considérables avant d’être « engloutie » et émet une quantité importante de rayons X. Envisagée dès le XVIIIe siècle, dans le cadre de la mécanique classique, leur existence — prédite par la relativité générale — est une certitude pour la quasi-totalité des astrophysiciens et des physiciens théoriciens. La gravitation étant le seul effet pouvant sortir d'un trou noir, une observation quasi-directe de trous noirs a pu être détaillée en février 2016 par le biais de la première observation directe des ondes gravitationnelles.

Répondre à ce commentaire

Par hoche, il y a 5 ans (en réponse à Billy):

@ Billy :
Non, ça c'est la version Hollywood. Dans la réalité, si les chercheurs prennaient 1 tonne d'hydrogène et qu'ils le faisait s'effondrer sur lui même pour créer un trou noir, l'objet ne ferait toujours qu'une tonne et aurait toujours le champ gravitationnel d'un objet d'une tonne. Sauf qu'il tiendrait facilement dans le volume d'une tête d'épingle…
Mais la réalité est vachement moins excitante que la fiction… En plus elle nécessite de se renseigner.

Répondre à ce commentaire

Par Yeric Hofbrok, il y a 5 ans (en réponse à Billy):

C'est pas un aspirateur c'est juste un objet incroyablement dense, et incroyablement lourd, et qui à donc une forte attraction gravitationnelle. Tellement forte que passé une certaine distance, même la lumière ne s'en échappe pas, et cette absence de lumière créé donc une bulle noire autour du trou noir (qui est juste un phénomène visuel, pas le trou noir en soit) et le bord de cette bulle est appelé horizon du trou noir. Mais la singularité en soit est minuscule (bien plus petite que le cercle noir), si minuscule qu'elle a une surface nulle (d'où le nom de singularité)

Répondre à ce commentaire

Par lkjl, il y a 5 ans :

Lisez aussi "La Plénitude du vide" de Trinh Xuan Thuan.

c'est limpide et ça traite aussi du sujet
(en plus d'un peu de philo, de math et d'histoire)

bcp de culture
pour à peine 10balles

Répondre à ce commentaire

Par Princesse Jonsnow, il y a 5 ans :

Je vous invite aussi à lire la bd "Urban".
çà n'a rien a voir mais c'est vachement bien!

Répondre à ce commentaire

Par Stgm1, il y a 5 ans :

Il serait bien de préciser que la paire est une paire Quark - anti-quark bottom et non Quark-Quark (impossible d’ailleurs)

Répondre à ce commentaire

Par Yeric Hofbrok, il y a 5 ans :

https://youtu.be/87tqmwJOX7w la vidéo d'astronogeek sur ce sujet

Répondre à ce commentaire

Par Moff, il y a 5 ans :

"Un phénomène recréé en reproduisant une énergie identique à celle du Big Bang. " ah carrement !!

Répondre à ce commentaire

Par keko, il y a 5 ans (en réponse à Moff):

ca m'a fais sauter sur ma chaise aussi, on aurais donc deux univers a présent ?

Répondre à ce commentaire

Par Geneviève, il y a 5 ans :

Pas pu lire l'article. 3/4 de l'écran du mobile masqué par une publicité de merde pour des croque-monsieur...

Allé ciao.

Répondre à ce commentaire

Par Cha, il y a 5 ans :

J'ai pas compris la moitié des mots de l'article mais l'"anneau" passé juste en dessous de ma ville et je vis à 25 mn du CERN donc ça m'intéresse.Bref.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.