Débat : les films du MCU sont-ils du cinéma ?

De Gaetan Auteur - Posté le 15 octobre 2019 à 12h04 dans Cinéma

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Depuis un peu plus d'une semaine, un débat a lieu sur internet. Le gigantesque réalisateur Martin Scorsese a tenu des propos qui ont fait polémique, concernant les films du Marvel Cinematic Universe. A un journaliste du Hollywood Reporter, le réalisateur des Affranchis et de Casino explique que les films du MCU, "ce n'est pas du cinéma, c'est autre chose". Après cette diatribe, de nombreux acteurs et artistes se sont jetés dans la mêlée. Samuel L. Jackson (Nick Fury), Robert Downey Jr. (Iron Man) et James Gunn (Les Gardiens de la Galaxie) ont ainsi défendu l'univers cinématographique développé par Disney / Marvel. Jennifer Anniston (Friends), quant à elle, a défendu le point de vue de Scorsese. Mais Martin Scorsese a-t-il fondamentalement tort ? Le Marvel Cinematic Universe est-il véritablement du cinéma ? Et peut-on adorer le Marvel Cinematic Universe tout en défendant le point de vue de Scorsese ? C'est à ces questions que je vais tenter de répondre, de la manière la plus claire et concise possible. 

Attention : cet article ne reflète pas le point de vue de l'ensemble de la rédaction, seulement celui de son auteur. Aussi serais-je ravi de discuter avec vous dans l'espace commentaires si vous êtes en désaccord avec mes propos, à condition bien évidemment que les règles élémentaires de politesse et de cordialité, essentielles à la tenue d'un débat, soient respectées. 

Remise en perspective

Pour bien comprendre le point de vue de Martin Scorsese, il est important de remettre ses propos en perspective. Lorsqu'il a tenu ces propos polémiques, Martin Scorsese était en pleine promotion de son nouveau film, The Irishman, un film de gangsters de 3h30, avec Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci et Harvey Keitel. Ce véritable rendez-vous des légendes du Septième Art, appelé à devenir un film instantanément culte, sera diffusé de manière exclusive par Netflix fin novembre 2019. Un film que Scorsese a mis dix ans à développer. Dans une interview accordée au magazine Première, Martin Scorsese fait état des difficultés qu'il a dû affronter pour faire ce film : 

On avait pu réunir l'argent nécessaire - je parle de l'argent pour faire le film sans effets spéciaux, sans rajeunissement CGI, etc. - mais je me retrouvais dans la situation de devoir utiliser d'autres acteurs pour jouer Bob [De Niro], Joe [Pesci] et Al [Pacino] jeunes pendant plus de la moitié du film... Vu mon approche du sujet, ce sujet qui parle du temps lui-même, du temps qu'on a plus, ça ne collait pas. Des années plus tard, sur les tout premiers jours du tournage de Silence, à Taïwan, Pablo Helman, le superviseur des effets spéciaux, me dit que le procédé de rajeunissement digital lui semble désormais suffisamment au point pour qu'on relance The Irishman. J'ai d'abord rejeté l'idée, parce que ça me semblait trop technique, impliquant tout un attirail de casques ou de marques sur le visage des comédiens. Et ça, ce n'était pas le film que je voulais faire. Comment voulez-vous que ces gars-là se parlent sérieusement avec des marques partout sur le visage ? Des jours ont passé, des semaines, et il revenu me voir avec une idée qui permettait de masquer les marques et de ne pas entraver le jeu des acteurs. [Mais] personne n'était prêt à mettre ce dont on avait besoin pour faire le film à l'échelle nécessaire, en termes de jours de tournage ou de dimension de production. On est passé de mode, vous savez, on n'intéresse plus grand monde à Hollywood. A la fin de Silence, Brad Grey, l'ancien PDG de Paramount, qui n'est malheureusement plus parmi nous aujourd'hui, a proposé d'entrer dans le financement. Mais ça ne suffisait toujours pas pour mener à bien l'extraordinaire expérience technologique que représentait ce film. C'est là que mon manager m'a appris que Netflix était prêt à mettre l'argent nécessaire.

Cette confidence de Martin Scorsese est profondément édifiante, et elle est essentielle pour la suite du débat. Pour Scorsese, il est évident que le cinéma de divertissement que représente les films du Marvel Cinematic Universe signe la fin d'un certain type de cinéma, ce cinéma qui a permis que des films tels que Taxi DriverLe Parrain ou encore Il était une fois dans l'Ouest sortent en salles. 

Faisons une expérience de pensée, et imaginons que nous sommes des producteurs de cinéma appartenant à un grand groupe cinématographique comme Disney ou Warner Bros. On nous propose deux films, avec un budget plus ou moins équivalent : The Irishman, film de gangsters qui ravira avant tout les nostalgiques du cinéma des années 70 à 90, ceux qui ont vibré avec les gars du Nouvel Hollywood, et qui se reportent aujourd'hui massivement sur leur écran d'ordinateur pour regarder des séries TV HBO ou BBC, qui leur permettent de retrouver leurs émotions d'antan, ou Avengers : Endgame, climax survitaminé d'une saga transgénérationnelle, dont on est certain qu'elle frôlera, ou dépassera les 3 000 000 000 de dollars au box-office. Quel film allez-vous, avec votre esprit d'entreprise nécessaire à un tel métier, produire ? 

Il est là, le problème. C'est qu'avec cette explosion du cinéma de divertissement, les producteurs deviennent plus frileux dès lors où il est question de produire un film plus artisanal. Le but d'un studio n'est plus de gagner un Oscar du Cinéma ou une Palme d'Or, mais de dépasser le milliard de dollars au box-office. C'est pour cela que Scorsese, dans son interview au Hollywood Reporter, explique qu'on "ne devrait pas être envahi par ça", ce qui en d'autres termes signifie que le cinéma de divertissement prend trop de place. Le cinéma à la sauce Marvel étouffe le cinéma d'auteur. Et c'est dommage. Voulons-nous d'un cinéma aseptisé et homogène ? Non. Quand je vais au cinéma, je veux être surpris, je veux être bousculé. Or les studios prennent le moins de risques possibles. 

Deux cinémas qui s'opposent

Une question demeure, la principale question d'ailleurs. Le cinéma de divertissement est-ce vraiment du cinéma ? Avant de répondre, je tiens à préciser une chose : j'adore le cinéma de divertissement. Marvel, DC, Star Wars, Harry Potter, j'ai grandi et je vieillis avec ces licences. Mais il est important de faire une distinction entre deux types de cinéma. Si tous les films sont des produits cinématographiques, tous les produits cinématographiques ne sont pas des oeuvres d'art. On me rétorquera sans doute que l'art, c'est subjectif, mais je pense que dans ce cas précis, l'argument est fallacieux, pour la simple et bonne raison qu'on oublie un paramètre important : l'ambition préalable dirigeante. Quelle est l'ambition du réalisateur quand il fait son film ? Quand un Martin Scorsese (Mean Streets) réalise un film, quand un Quentin Tarantino (The Hateful Eight, Once Upon a Time... in Hollywood) ou un Alejandro Gonzalez Inarritu (BabelBirdmanThe Revenant) réalise un film, ce que l'on voit au cinéma, c'est l'objet cinématographique désiré par le réalisateur. Quand un film de divertissement sort, malgré toute la passion que le réalisateur peut avoir pour son film, pour l'univers qu'il déploie, il réalise bien souvent l'ambition du producteur. Pour bien vous faire comprendre ma pensée, je vais prendre un exemple tiré d'un autre art que le cinéma. Les amateurs de musique classique savent apprécier tout un tas d'interprétation d'une seule pièce classique. Quand un amateur de musique classique écoute les Carmina Burana de Carl Orff dirigés par Herbert von Karajan ou par Seiji Ozawa, ils savent pertinemment que l'oeuvre qu'ils écoutent est autant une oeuvre de Carl Orff qu'une oeuvre de Karajan ou de Ozawa. Parce que l'ambition artistique du chef d'orchestre aura une grande incidence sur le produit final, lui conférant parfois une toute autre identité que le produit initial. 

C'est pareil avec le cinéma de divertissement. Le réalisateur, aussi passionné soit-il, doit faire selon le bon vouloir du producteur. C'est d'autant plus vrai avec le Marvel Cinematic Universe, dans la mesure où tout cet échafaudage cinématographique est dirigé par un producteur, Kevin Feige, qui réalise son ambition, et non l'ambition des réalisateurs qu'il embauche. Il veille à ce que l'ensemble ait non seulement une correspondance scénaristique (ce qui est essentiel au bon maintien de l'ensemble), mais également une correspondance du point de vue de la réalisation, de la photographie, de l'humour, etc. Ce n'est pas une critique, et je respecte personnellement cette ambition à la fois osée et démesurée. Kevin Feige a réussi quelque chose de grandiose, mais qui n'est plus du cinéma tel que Scorsese l'a connu. C'est un cinéma qu'on a confisqué aux réalisateurs pour le confier presque exclusivement aux producteurs. On me rétorquera sans doute que James Gunn, à qui l'on doit les deux volets des Gardiens de la Galaxie, a su imposer sa patte, son humour. Certes. Mais il a pu le faire uniquement parce que cela n'allait pas à l'encontre de l'ambition initiale de Kevin Feige. Dire qu'il était complètement libre serait faux : il était libre jusqu'à un certain point. Il est fort à parier qu'il n'aurait pas pu mettre des scènes de sexe dans ses films Marvel, par exemple. Bien évidemment, ce n'était pas nécessaire, mais s'il l'avait voulu, il n'aurait très certainement pas pu le faire. Un exemple me semble d'ailleurs assez éloquent : souvenez-vous des déboires concernant la production du film Solo - a Star Wars story. Les réalisateurs Phil Lord et Chris Miller ont été remerciés par LucasFilm parce que leur travail allait à l'encontre de l'ambition du studio, et ils ont été remplacés par Ron Howard. 

Il serait donc erroné de voir en Scorsese un réalisateur aigri parce que le cinéma qu'il propose n'a pas autant de succès que le cinéma de divertissement représenté par le MCU. Non, il s'agit seulement d'un cri d'alerte d'un réalisateur légendaire, qui fait état d'un changement de paradigme dans le système hollywoodien. Ce n'est plus la loi du meilleur qui règne à Hollywood, mais la loi du marché, et cela est dommageable. D'autant plus que le récent film Joker de Todd Philipps, véritable chef d'oeuvre à mon sens, qui compte parmi mes films de l'année avec Parasite de Bong Joon-ho, a su démontrer qu'il pouvait exister un cinéma de divertissement qui pouvait également être un cinéma d'auteur. A condition de prendre les risques nécessaires. Joker était un film très risqué : faire une adaptation de comics DC qui ne soit pas à proprement parler un film d'action, et encore moins un film de super-héros, mais plutôt un drame psychologique doublé d'un drame social, voilà qui était terriblement ambitieux. Joker tendait plus vers un cinéma scorsesien (à qui il rend d'ailleurs hommage, avec de multiples références implicites à Taxi Driver et à King of Comedy) qu'au cinéma disneyen. 

Cette polémique qui entoure la petite pique de Scorsese n'est donc pas à mettre sur le même plan qu'une querelle entre classiques et modernes, telle qu'on a pu l'avoir avec le scandale de Hernani au XIXème siècle. Il ne s'agit pas plus d'une marque d'élitisme venant de Scorsese. Rappelons à ce sujet que Scorsese faisait partie du Nouvel Hollywood, qu'il a fondé avec ses amis Francis Ford Coppola, George Lucas et Steven Spielberg. 

Une erreur ?

Mots-Clés : martin scorsesemarvel cinematic universeDisneyJames GunnThe Irishmannetflixjoker

Source(s) : Premiere

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (25)

Par jeanLucasec, il y a 1 mois :

Très sympa comme article

Répondre à ce commentaire

Par wam, il y a 1 mois (en réponse à jeanLucasec):

Et surtout très putaclic.
Chacun sa définition.

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 1 mois (en réponse à wam):

Bonjour, je voudrais savoir ce qu'il y a de putaclic dans cet article. Le titre est on ne peut plus éloquent relativement au contenu de l'article, il n'y a rien de trompeur. D'autant plus que j'ai essayé de donner un avis constructif concernant une polémique que de nombreux journaux ont relayé, dont Premiere, The Hollywood Reporter et Ecran Large. C'est un article qui a demandé réflexion et organisation. Qu'on me reproche un article putaclic parce que cet article ne répond pas à la question posée, fait deux paragraphes à tout casser, avec trois images, je peux le comprendre, mais là ce n'est pas le cas. Après que vous ne l'appréciez pas, d'accord, que vous êtes en désaccord avec mon propos, ok, mais si vous pouviez prendre le temps de m'expliquer en quoi il est putaclic, je suis preneur. Merci d'avance.

Répondre à ce commentaire

Par iinconnu, il y a 1 mois (en réponse à Gaetan):

Bonjour, personnellement je ne pense pas que ce titre soit putaclick mais l'article en somme s'en rapproche (après, c'est retomber sur un autre article qui je pense à bien marché donc en soit cela ne me dérange pas).

Ce qui me gène c'est que cela est présenté comme un débat mais la forme de la question / proposition de débat est une question orientée donc cela n'est plus un débat car les deux parties ne sont pas présentées de manière égales au moment de faire le choix.

Je te donne l'exemple le plus flagrant: dans le paragraphe où on nous demande de faire un choix entre les deux films on compare une catégorie de personne / un public cible (nostaligue année 70 etc etc) et une recette. Clairement cela s'appelle une question orientée. On aurait put remplacé la recette par un nombre d'entrées (encore mieux, le public visé) pour être sur un même pied d'égalité.

Pour moi l'article putaclick est illustré comme ci dessus, on met en avant l'opinion majoritaire tout en sachant que cela va faire réagir. Dans tout les cas l'article est bien rédigé donc je ne le dénigre pas dans sa totalité mais il serait amusant de faire une analogie entre le sujet et l'article: est ce que c'est vraiment un article ou c'est autre chose (qui ne dit pas forcément moins bon)

Répondre à ce commentaire

Par wam, il y a 1 mois (en réponse à Gaetan):

Gaëtan.
Je m'excuse : ton article n'est pas putaclic.
Mais j'ai voulu faire court, et je n'ai pas trouvé un autre substantif pour qualifier ton article.
Ce qui me gêne, ce n'est pas vraiment ton article, mais les réactions qui en résultent : une polémique inutile sur un sujet débile.
Je n'empêche pas les débats, mais un débat à chaque petite phrase finit par détourner du but du cinéma : entrer librement dans un salle sombre, déconnecté du monde et de ses polémiques. Avec du pop-corn sucré et pas salé (faut pas déconner).

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 1 mois (en réponse à wam):

Wam, merci beaucoup pour ton message. Je comprends ce que tu veux dire : je trouve aussi dommage que le cinéma soit constamment entouré de polémiques plus débiles les unes que les autres (on voit ce que ça peut donner avec "Joker" et sa prétendue responsabilité dans les violences à venir, ce qui est absurde). Mais en fait mon objectif, dans cet article, c'était de montrer que depuis le début, la polémique concernant Scorsese est en fait le détournement d'un autre débat : il n'était pas question ici d'élitisme, de cinéma de classe, de l'avis d'un vieux con qui s'oppose à la modernité, mais plutôt d'un véritable changement de paradigme dans le système hollywoodien qu'il est important de noter, je pense. Le fait par exemple que Scorsese soit obligé de sortir son film uniquement sur Netflix alors qu'il régnait en maître dans les salles hollywoodiennes pendant trente ans me semble assez intéressant pour être noté, à condition d'expliquer pourquoi. En tout cas, je réitère ce que j'ai dit au début : merci pour ton message qui m'a rassuré. Je prends toujours le temps de discuter avec les lecteurs de Hitek, parce que je prends mon travail très au sérieux, et je ne veux pas paraître pour ce que je ne suis pas : si j'écris un article, c'est parce que j'ai des choses à dire. Merci encore !

Répondre à ce commentaire

Par wam, il y a 1 mois (en réponse à Gaetan):

NO problemo.
Et ça sera toujours un plaisir à découvrir certains articles de Hitek, dont les tiens.
Petite correction : le film de Scorsese sort sur netflix ET dans quelques salles de ciné (pour une histoire de droit ou de possibles récompenses).

Même d'autres s'y mettent : Sofia Coppola, Spielberg, Shyamalan pour Apple TV+.
Comme certains acteurs se tournent (ou retournent) vers la télé.

Effectivement, le cinéma change et ça ne plaît pas. Comme il a toujours changé (passage du muet au parlant, le nu, les blockbusters, les sagas, la violence,...).

Je prédis même pour demain : avec les logiciels de retouche type deepfake, on pourra faire "renaître" des acteurs(trices), voir faire un film avec en même temps Belmondo, Chaplin et Marilyn ;-). Il y a bien des concerts de Elvis Presley en hologramme.

Répondre à ce commentaire

Par alonzo777, il y a 1 mois (en réponse à wam):

J'ai posté avant cette réponse à Gaëtan et la pour le coup je suis a 200% d'accord avec toi.

Le cinéma est un lieu de divertissement pur (film parc d’attraction Marvel ou film d'auteur). Sortie entre amis, pop corn, glaces, enfoncé dans un bon fauteuil et te laisser emporter par le film... ou dormir si c'est naze :D

Répondre à ce commentaire

Par wam, il y a 1 mois (en réponse à alonzo777):

No problemo.
C'est pourquoi je m'en veux de mon message court et insultant.

Sinon, même dormir dans une salle de ciné, ce n'est pas pareil. ;-)

Répondre à ce commentaire

Par alonzo777, il y a 1 mois (en réponse à wam):

Bah le cinoche a eu sa période de crise il y a quelques années avec le boom des Divx pirates (alala les screeners) pour au final se porter plutôt bien aujourd'hui. Et à cette époque j'ai vu mon cinéma favori fermer ses portes dans le centre de Marseille et j'ai été inquiet de ne plus pouvoir faire ces sorties la pensant que ce serait le début de la fin des salles obscures.

Au final la sortie ciné reste l'une de ces activités de divertissement qui traversent les ages et générations et qui est toujours autant appréciée face justement aux streaming, piratage, SVod etc...

Répondre à ce commentaire

Par alonzo777, il y a 1 mois (en réponse à wam):

Oula Wam, pas du tout d'accord avec toi.
Article putaclic, non juste pour le titre qui commence par "débat".
Débat car comme tu le dis il y a interprétation de chacun de ce qu'est le cinéma.

La première déclaration de Scorcese ayant fait couler beaucoup d'encre cet article est donc pertinent.
D'autant plus que nous faisons face à l'envahissement de films type Marvel et que le box office est régulièrement explosé face à ces films.
Ne pas oublier également la polémique Oscars vs Netflix qui posait la meme question concernant le cinéma.

Un changement s'amorce dans l'industrie du film et chacun y va de son avis.
Est ce que le cinéma doit forcement être un film avec une histoire travaillée? est ce qu'on peut appeler cinéma le seul fait d’être dans une grande salle de projection comme nous les connaissons?

Personnellement je n'ai pas encore d'avis définitif. Il y a eu des moments ou je me suis dis "waouh, black panther a franchi le milliard!" et d’autres ou c’était plutôt "mouais le milliard pour un film générique Marvel je vois pas trop pourquoi".
En parallèle de très bons films à "histoire" qui n'ont pas fait de flop mais n'ont pas non plus explosé le box office car films dit "classiques" me font me dire que les standards du cinéma sont perturbés. Un film faisant 400M de recettes est limite vu comme un semi échec car loin du milliard made in Marvel. (d'ailleurs un film Marvel atteignant le milliard devient presque normal).
Ce sont des exemples parmi bien d’autres qui légitiment ce débat là.

Répondre à ce commentaire

Par AtiLoik, il y a 1 mois :

Le MCU passe au cinéma, donc c'est du cinéma.
Peut être de mauvaise qualité, selon les goûts, mais ça reste du cinéma

Répondre à ce commentaire

Par grunge, il y a 1 mois (en réponse à AtiLoik):

Si j' enregistre une suite de pets et de dhiarrées, avec des super micro hauts de gammes, que je les arrangent et que je file le tout a un super producteur pour les effets et le mixage, du coup c'est de la musique?

"C'est au cinéma donc c'est du cinéma"

Si je passe une video de Zemmour en pleine scéance de masturbation sur un portrait de marion maréchal, je dois pouvoir réclamer un oscar.

Répondre à ce commentaire

Par Tom AS, il y a 1 mois :

Pour moi Scorsese se fourvoie et fait son caliméro. Le cinéma a assez de place pour des films d'auteurs avec une réalisation à l'ancienne et avoir à côté des films pour grand publique qui sont "normalisés". La preuve avec le dernier Tarantino. J'aime bien les films de Scorsese mais ne pas évoluer avec son temps et sa technologie, ne pas remettre en question sa mise en scènes, la narration, etc..., c'est faire le vieux con borné.
Dire que des points sur leur figure peuvent empêcher des acteurs d'être dans le personnage c'est très très gros. Comme si les vieux déguisement du milieu du siecle dernier permettait une immersion total aux acteurs...

Répondre à ce commentaire

Par Lalogie, il y a 1 mois :

Il se rend intéressant parce qu'il a peur de ne pas avoir de succès avec ses films car les gens évoluent et leurs attentes aussi
Il est dég de pas faire autant d'argent, ni plus ni moins
Du coup il critique ce qui est plus fort que lui pour se rassurer en se disant que d'autres suivront son avis, et c'est le cas, Jennifer l'a suivi, elle non plus elle fou rien dans ce "non-cinéma", elle est pas dans le MCU du coup elle fait son intéressante

Répondre à ce commentaire

Par GLADU, il y a 1 mois (en réponse à Lalogie):

a) Si il voulait faire un maximum de fric , SCORSESE n'aurait pas pris le risque de signer avec netflix en sachant que cette dernière est en conflit permanent avec les salles de projection et certains réalisateur renommé comme SPIELBERG .
b) Martin SCORSESE est surnommé la maitre par certains réalisateur de MCU donc son avenir , sa réputation n'est plus à faire .Il peut dormir tranquille .
c) Je suis comme SCORSESE et considère les mcu comme des manèges disney avant tout .Payer pour ça ne me fait pas plaisir mais m'ennuie plutôt car je sais d'avance qu'il n' y a aucune originalité scénaristique( d'un film à l'autre , d'un épisode à l'autre c'est tout le temps les mêmes trames ).
Je préfère attendre de les avoir gratis sur la plateforme ou chaine de télé .

Répondre à ce commentaire

Par BROP, il y a 1 mois (en réponse à GLADU):

Bon j'admets avoir beaucoup aimé la série " LEGION " surtout la saison 1 &3 pour la performance vocale des acteurs ( la 2 est foirée à cause du manque de cette particularité ) . Celle là était originale comme série .

Répondre à ce commentaire

Par Mat, il y a 1 mois :

Non

Répondre à ce commentaire

Par George Abitbol, il y a 1 mois via l'application Hitek :

Ça passe au cinéma : c'est du cinéma. J'm'en ramasse une ou pas ?

Répondre à ce commentaire

Par darkman, il y a 1 mois :

oui définitivement!!c'est même un des derniers vestiges du bon cinéma

que vous aimiez pas et bien soit mais comprenez qu'ya pire

Répondre à ce commentaire

Par Yozora, il y a 1 mois :

Cinéma ? oui certainement, de bon films ? lol non pas du tout

Mais je comprend que ça plais au plus grand nombre, moi même je les ai tous vue.

Pour moi le problème de ces films MCU c'est qu'ils ne racontent rien, aucune créativité ou alors le peu qu'y en a est bâclé et trop aseptisé.

Déjà je trouve que le principe super héro contre super vilain ennuyeux à mourir et d'un manque d'originalité énorme.
C'est exactement pourquoi la série The Boys est si rafraichissante et intéressante, ou encore death note ! (un personnage doté de super pouvoir contre d'autre qui en ont pas)
La le raport de force est pas le même, les enjeu bien plus important.

Répondre à ce commentaire

Par Spawn, il y a 1 mois :

Le mcu est du cinéma de divertissement précisément, le problème avec ceux qui le critique c est que la plus pzrs d entre eux n ont aucunne connaisance dur les super héros et ne peuvent pas pensez au fait que certains sont très bien écris avec une réel profondeur

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 1 mois :

Le père Martin dit ici que le financement de son dernier bébé a été compliqué a boucler à cause du coût du rajeunissement numérique.

Et la meilleure boite pour ce genre de prestation, qui n'a pas bossé sur le film de Scorcese, est Lola VFX.

Lola VFX qui a pour principale client ... Marvel ! C'est fou comme le monde est petit ...

Heureusement qu'on sait tous que Scorcèse n'est pas un fielleux avide de petite revanche mesquine parce que c'est l'impression que ça pourrait donner.


Cela dit c'est dommage que The Irichman ne soit pas diffusé dans les salle fr; (je crois) parce que j'aurais bien été le voir sur grand écran.

Répondre à ce commentaire

Par Araquiel, il y a 1 mois :

Le MCU m'a fait retourner dans une salle de ciné, donc oui pour moi c'est du cinéma. Et je préfère largement regarder 5 fois l’intégralité des films du MCU que de revoir une seule fois the revenant.

Répondre à ce commentaire

Par Martin0, il y a 1 mois (en réponse à Araquiel):

C'est le principe du cinéma de divertissement tu peux le regarder plein de fois la main dans le slip, des films un poil plus profond non.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Asus ZenFone 6, le nouveau mobile haut de gamme avec caméra rotative : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ZenFone 6

Il y a 2 mois

Test Borderlands 3 : trop d'humour tue l'amour

Borderlands 3

Il y a 2 mois

Test Asus TUF Gaming H7, un casque sans fil surround virtuel 7.1 multiplateforme : fiche technique, prix et date de sortie

Asus Tuf Gaming H7 Wireless

Il y a 2 mois