Nintendo Switch : une faille hardware qui ne peut pas être corrigée par Nintendo

De Mickaël Auteur - Posté le 26 avril 2018 à 10h58 dans Jeux vidéo

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

En début d’année, un groupe de hackers, fail0verflow, était parvenu à installer sur la Nintendo Switch une version de Linux sur la console. Il ne s’agissait pas d’une simple fenêtre de commande, mais bien d’un mode graphique prenant en charge l’accélération matérielle de la console et l’écran tactile. Dans cette même vidéo, on pouvait y découvrir un navigateur Web pleinement fonctionnel ainsi que l’interface Plasma KDE. Cette faille de sécurité réside dans le SoC de la console, le Nvidia Tegra X1 Custom et il n’est pas possible pour Nintendo de corriger cette dernière avec un simple patch.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

Une faille hardware

Baptisée Fusée Gelée par celle qui l’a trouvé, Kate Temkin, elle concerne directement le processeur de la console, le Nvidia Tegra X1 et la ROM de démarrage en mode récupération (Boot ROM). Il est possible d’exécuter n’importe quel code à son démarrage et Nintendo ne peut pas la corriger avec un patch puisqu’elle apparait avant le lancement du système d’exploitation de la console. La seule solution serait de changer de processeur, donc de sortir un nouveau modèle...

Alors que le secret était encore bien gardé par les hackers fail0verflow, mais que le fondeur Nvidia et les constructeurs utilisant ce type de SoC ont été prévenus, ils ont décidé de publier leur méthode ShofEL2, car la concurrence avance à grands pas.

Cette dernière permet d’y faire tourner Linux sur le console de BigN, mais pas de ROM de jeux. Cependant, on peut espérer y faire tourner des émulateurs et autres logiciels.

L’équipe annonce par la même occasion qu’un petit accessoire permettant cette modification sans avoir besoin de démonter la console arrivera prochainement.

Pour ceux qui ont une imprimante 3D, le fichier d’impression de cet accessoire est disponible par ICI.

En attendant, pour court-circuiter la console, il faut utiliser un petit bout de fil et le mettre en contact avec la PIN 10 se trouvant à droite de la console et la vis juste au-dessus. Après, le mode RCM (Reliability-centered maintenance) se lance. De là, il n’y a plus qu’à injecter le code, mais pour y arriver, il faut avoir un PC sous Linux, un port USB XHCI ou EHCI et ensuite exécuter quelques commandes.

Sur le blog fail0verflow, la méthode décrite n’est pas des plus simples et n’est pas à la portée du premier venu. De plus, on apprend que cet exploit est basé sur le boot de la tablette Google Pixel X qui elle aussi utilise un processeur Nvidia très similaire à celui de la Switch.

Une erreur ?

Mots-Clés : fail0verflownintendo switchhackCrackmethodeLinuxNvidia Tegra X1Google Pixel C

Source(s) : fail0verflow.com

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (4)

Par Damilou, il y a 2 ans :

les premières versions de la Switch vont bien se vendre avec une faille comme celle-ci :p

Répondre à ce commentaire

Par andialus, il y a 2 ans :

Je suis sur que nintendo va vendre plus de Switch maintenant parce que je crois qu'il y a du monde qui va l'essayer et si ils ne sont pas doués, ils vont brisés leur switch.

Répondre à ce commentaire

Par Arthropode, il y a 2 ans :

Si je salue la performance en tant que de telle je ne vois pas bien l’intérêt. Le principe d'avoir une switch c'est quand même de jouer avec et si on fait la manip on peut plus jouer aux jeux de la console.

Répondre à ce commentaire

Par Rey, il y a 1 an :

Le truc super inutile.
Je vais pas dépenser 300€ pour flinguer sciemment une SWITCH.
Tu injectes linux, tu perds la SWITCH.
Autant acheter un raspberry3, un écran, se bricoler une console portable avec en installant n'importe quelle distribution de retrogaming.
ça coûtera au moins 3 fois moins cher.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Google Pixel 4 XL : le smartphone référence sous Android

Google Pixel 4 XL

Il y a 3 semaines

Test Xiaomi Mi 9T Pro, un smartphone haut de gamme sans concession : fiche technique, prix et date de sortie

Xiaomi Mi 9T Pro

Il y a 3 semaines

Test Asus ZenFone 6, le nouveau mobile haut de gamme avec caméra rotative : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ZenFone 6

Il y a 3 mois