Dossier : pourquoi Batman fascine-t-il autant ?

De Gaetan Auteur - Posté le 10 décembre 2018 à 17h19 dans Mangas/Comics

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

En 2019, Batman soufflera ses 80 bougies. Comme ses amis Superman, Wonder Woman ou Aquaman (mais on pourrait également citer tous les héros de l’écurie Marvel, et pas se contenter uniquement des personnages DC), Batman a traversé les décennies. Pourtant, contrairement aux autres héros de comics, le Chevalier Noir de Gotham City ne semble jamais poussiéreux. La preuve en est : il reste, après 80 ans d’existence, le super-héros le plus populaire de l’Histoire du comics.

Un héros à échelle humaine

Si Zack Snyder s’est lourdement fait critiquer (à tort ou à raison, libre à chacun d’avoir son avis) pour son Batman v Superman : L’Aube de la Justice, on ne peut dénier au réalisateur de s’être intéressé à la dimension mythologique des super-héros. Depuis Superman, les super-héros, et plus particulièrement ceux de l’écurie DC Comics, sont idéalisés : ils possèdent une puissance surhumaine et défendent irrémédiablement le Bien contre le Mal. Ces surhommes sont directement inspirés des mythologies et religions antiques. L’Amazone Wonder Woman et l’Atlante Aquaman sont deux preuves irrévocables. Même Superman, le plus puissant des super-héros s’il en est, semble à bien des égards une réinterprétation de la figure christique. Sa mort et sa résurrection dans Batman v Superman puis Justice League du même Zack Snyder semble corroborer cette hypothèse. Si toutefois il y a parmi vous quelques sceptiques, qu’ils réfléchissent à la signification du titre de l’essai de Grant Morisson (expert concernant le mythe super-héroïque, auquel il a largement contribué en livrant à la postérité quelques-uns des meilleurs comics de l’Histoire, dont Arkham Asylum ou Multiversity) : Supergods.

Batman, quant à lui, n’est pas un dieu. Il ne possède aucun pouvoir, et combat le crime uniquement armé de sa propre intelligence et de son aptitude au combat. On se souvient de sa réponse édifiante quand Barry Allen / Flash lui demande, dans Justice League, quel est son super-pouvoir : « Je suis riche. » Batman est également un héros qui est véritablement blessé. La mort de ses parents est un véritable traumatisme, et c’est ce traumatisme qui s’avère être l’origine de la lutte contre le crime. On pourra me rétorquer que chaque super-héros possède son traumatisme : Spider-Man a perdu sa Tante May, Wonder Woman a perdu Steve Trevor, Aquaman a perdu son fils dans La Mort du Prince. Ces traumatismes ont bien évidemment des répercussions dans la psyché de nos super-héros favoris. Néanmoins, le traumatisme originel de Bruce Wayne me semble d’un ordre particulier. Car toute la psyché du personnage découle précisément de ce traumatisme originel. Sa lutte forcenée et parfois déraisonnée contre le crime organisé, sa volonté de créer une famille (appelée la Bat-family), son obsession pour l’Héritage des Wayne, tout découle de cet événement fondateur. La lutte de Batman contre le crime n’est que résilience contre sa propre douleur. Autrement dit, quelque chose que chaque lecteur peut comprendre. Superman, Wonder Woman, Aquaman, Flash, Green Lantern, tous sont le fruit de leur propre puissance ; Batman est le fruit de sa propre faiblesse.

Batman est un héros profondément humain à plus d’un titre. S’il lui arrive parfois d’aller dans l’espace (La Tour de Babel) ou de lutter contre des phénomènes issus du Multivers (Batman Metal), c’est avant tout un héros attaché à une ville : Gotham. Batman fait d’ailleurs partie intégrante du paysage de Gotham, et les deux semblent complètement indissociables. Batman est un héros qui court les rues, les égouts et les taudis. Autrement dit, le champ des possibles de Batman ressemble bien plus au nôtre qu’à celui de ses collègues de la Justice League. Bien qu’il arrive que ses aventures l’emmènent loin de Gotham (notamment ses aventures avec la Justice League), les meilleurs récits de Batman sont ceux qui se passent à Gotham : The Killing Joke, The Dark Knight Returns, Un long Halloween.

Si Batman donne des coups, il en reçoit également beaucoup. Plusieurs scènes des films de la trilogie de Nolan montre un Bruce Wayne blessé (mordu par un chien dans The Dark Knight ou fracassé par Bane dans The Dark Knight Rises). Une autre scène de Justice League nous montre le torse tuméfié de Bruce Wayne, qu’aperçoit Wonder Woman, sensiblement choquée. D’ailleurs, Frank Miller utilise l’imagerie d’un Batman vieillissant, souvent sanguinolent, dans son chef d’oeuvre The Dark Knight Returns et ses deux suites, The Dark Knight Strikes Again et The Dark Knight : The Master Race. Batman est également un héros qui fait des erreurs. Bien qu’il soit armé d’une intelligence hors du commun et d’un code moral rigoureux, il lui arrive parfois de plonger. Ainsi Batman tue-t-il le Joker à plusieurs reprises (dont dans The Dark Knight Returns de Frank Miller). Par son incapacité à faire confiance, il lui arrive d’être la cause de bien des maux de la Justice League (comme dans La Tour de Babel de Mark Waid). Enfin, il met en danger ses apprentis, comme dans la trilogie The Dark Knight de Miller.

Il en découle que Batman est un héros qui combat contre lui-même autant que contre les criminels. Et ça participe à en faire un personnage profondément fascinant.

Des comics inspirés

L’une des forces des comics Batman tient sans doute à l’inspiration de leurs auteurs. Si Gotham apparaît au premier abord comme un microcosme, ce microcosme est très complexe. L’univers de Batman, ce petit univers (Gotham) au sein d’un univers plus large (DC Comics) est le fruit de plusieurs inspirations qui s’entrecroisent et se complètent.

Tout d’abord, il est évident que Batman tient en partie du personnage de Sherlock Holmes, créé par Arthur Conan Doyle. Leur intelligence exceptionnelle, leur obsession pour les enquêtes, leur relation avec leur acolyte, leur relation avec leur Némésis, tous ces éléments sont hérités du mythe de Sherlock Holmes. Ensuite, il est également évident que l’univers de Batman est imprégné d’iconographie gothique. Batman est une chauve-souris (réminiscence du Dracula de Bram Stoker), le Joker n’est pas sans rappeler le Gwynplaine dans L’Homme qui rit de Victor Hugo, et même l’architecture de certains bâtiments rappellent l’architecture gothique (cela est particulièrement visible dans la série de jeux vidéos Batman Arkham). Ce n'est pas pour rien que Tim Burton a mis autant de lui-même dans son adaptation des aventures de l'Homme-Chauve-Souris. Le tout saupoudré des grands mythes de la Science-Fiction.

Il en ressort que plus que toute autre univers de comics, le Batverse est un melting-pot d’inspirations diverses. Les meilleurs comics Batman tiennent autant du roman policier que du roman gothique, le tout dans un univers profondément ancré dans l’iconographie SF, avec un héros profondément humain. Rien d’étonnant donc si parmi les quatre œuvres qui ont révolutionné l’écriture des comics à la fin des années 80 (The Dark Knight Returns et Batman : Année Un de Frank Miller ; Watchmen et Batman : The Killing Joke d’Alan Moore), trois d’entre elles sont des aventures de Batman. C’est d’ailleurs le constat du dessinateur Tim Sale (Un long Halloween, Amère victoire) dans sa préface au Killing Joke d’Alan Moore.

L’importance de Gotham

Comme dit précédemment, bien que Batman ait déjà quitté Gotham à de nombreuses reprises pour ses missions, sa ville fait indéniablement partie de son ADN.

Gotham est une ville profondément paradoxale. Bien qu’elle soit décrite comme une ville corrompue, où la pègre semble être l’unique maître à bord ; bien que cette ville semble changer son visage à la nuit tombée pour offrir à ses habitants un théâtre de sang et de drogue ; bien qu’elle ait donné naissance à quelques-uns des méchants les plus emblématiques de la Bande-Dessinée, du Joker au Pingouin, en passant par le Sphinx et Poison Ivy, Gotham fascine.

Les différents auteurs de Batman semblent s’amuser à nous décrire Gotham comme une jungle, où se joue sans cesse une guerre entre des super-prédateurs, qui se disputent leurs territoires. Et le lecteur voyage, au fur et à mesure des cases, d’un territoire à un autre. Cette impression se ressent particulièrement bien dans les jeux de la saga Arkham. Mais cela peut également se voir dans des comics emblématiques, tels qu’Un long halloween de Jeph Loeb.

Gotham participe également à installer cette atmosphère profondément gothique de l’univers Batman. Son nom, déjà, est lourd de sens : alors que Gotham est un des noms de New York, les scénaristes de Batman ont délibérément voulu l’appeler ainsi, sous cette nouvelle nomenclature officielle. Gotham, dont la racine est goth. Comme gothique. Ensuite, Gotham semble vivre surtout la nuit. Comme les chauve-souris.

Gotham est une ville passionnante qui explique grandement le succès de Batman. D’ailleurs, on peut penser (à juste raison) que Frank Miller, qui livré deux des plus grandes œuvres de Batman, s’est inspiré de sa fascination pour Gotham pour décrire le Hell’s Kitchen de Daredevil, puis Sin City.

Les méchants, piliers du Batverse et de DC Comics

Difficile d’imaginer un super-héros sans méchants qu’il doit affronter. À n’en pas douter, les super-vilains de l’univers Batman sont sans contestation possible les méchants les plus emblématiques du monde des comics-books (avec, peut-être, Magneto et Thanos pour Marvel, et Lex Luthor pour Superman).

Comme dit dans la partie précédente, les méchants de l’univers Batman apparaissent comme des prédateurs qui se disputent leurs territoires. Cette guerre sans merci, parfois entrecoupée d’alliances (comme dans Batman : Silence) est absolument passionnante, et participe à rendre cet univers si attrayant. Mais qu’est-ce qui rend les méchants du Batverse si exceptionnels ? Tout d’abord : leur folie profonde. Ensuite : parce qu’ils sont eux aussi, désespérément humains. Autrement dit, ils sont à la même échelle que Batman. Alors que Superman, Aquaman et Wonder Woman parviennent le plus généralement à éclater sans trop de difficulté apparente leurs ennemis, Batman est au même niveau que les siens. De ce fait, pour le lecteur, la lutte de Batman contre les criminels m’apparaît plus intéressante, et me semble présenter plus d’enjeux scénaristiques. D’ailleurs, il arrive souvent à Batman de perdre.

Plus passionnantes encore sont les relations qu'entretiennent les méchants avec Batman. On pourrait disserter des heures sur la relation entre Batman et le Joker. Même chose entre Batman et Catwoman. Leurs relations sont extrêmement complexes, et ont donné naissances à quelques chefs d'oeuvre, dont The Killing Joke d'Alan Moore et White Knight de Sean Murphy (pour le Joker) ou A la vie à la mort de Tom King (pour Catwoman).

Les méchants de l’univers Batman sont tellement iconiques, qu’ils ont pour la plupart droit à leur propre série : le Joker (par Brian Azzarello), Harley Quinn (par Paul Dini), Deadshot, etc.

Une erreur ?

Mots-Clés : batmanComicsalan moorefrank miller

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (27)

Par jeanLucasec, il y a 7 mois :

Best perso ever !

Répondre à ce commentaire

Par Ray Fléchi, il y a 7 mois :

Parce qu’il a trop la Classe ;D

Répondre à ce commentaire

Par Trax, il y a 7 mois :

"Spider-Man a perdu sa Tante May" ?

Même si Tante May a bien disparu dans un univers de Spider-man, il serait plus judicieux de parler d'Oncle Ben

Répondre à ce commentaire

Par Murphy, il y a 7 mois (en réponse à Trax):

Tout juste. N'oublions pas Gwen Stacy également.

Répondre à ce commentaire

Par Alfred, il y a 6 mois (en réponse à Trax):

Du coup on pourra plus manger de riz sans l'oncle ben ?

Répondre à ce commentaire

Par PapaGeek, il y a 6 mois (en réponse à Alfred):

J'ai riz !

Répondre à ce commentaire

Par UnBelge, il y a 6 mois (en réponse à Alfred):

Il y a pas une loi qui interdit cette blague ?

Répondre à ce commentaire

Par alala, il y a 6 mois :

hmmm je sais pas si l'auteur de cette article lit beaucoup de comics sur batman mais on dirait pas ><

il est un peu trop idéaliser sur c'qu'est vraiment batman à la lecture

Répondre à ce commentaire

Par Michmich, il y a 6 mois (en réponse à alala):

J'ai lu, et je lis encore, de très nombreux comics Batman, qui est mon super-héros préféré. Ceci dit, je suis désolé de vous avoir donné cette impression. D'autant que j'ai cité de nombreuses oeuvres, que j'ai mis en relation avec mes arguments. Du coup, j'ai du mal à comprendre votre sentiment. D'autant que vous dites ça comme ça, sans argumenter.

Répondre à ce commentaire

Par Letal duck, il y a 6 mois (en réponse à Michmich):

Vous êtes bien sympa de prendre le temps de répondre à ça, c'est une attaque gratuite sans grand intérêt. C'est un très bon article, qui donne envie d'en lire plus sur cet univers.

Répondre à ce commentaire

Par Araquiel, il y a 6 mois :

Because, i'm batman !

Répondre à ce commentaire

Par Arsenic, il y a 6 mois via l'application Hitek :

Parce-qu’il a une grosse quequette !
CF un précédent article sur son attribut révélé ! :x

Répondre à ce commentaire

Par Naruto, il y a 6 mois :

Vous parlez d’échelles humaines pour Batman , mais on parle tout de même d’un milliardaire.. donnez moi son héritage je ferrais sûrement bien plus de bien dans ce monde que ce qu’il fait.

Mais il est classe et humble et dark sans’tomber Dans le kikoololesque.

Répondre à ce commentaire

Par pastek, il y a 6 mois :

Désolé de cracher dans la soupe mais je trouve cet article d'une platitude hors norme. Tout ce qui est dit est soit totalement évident soit très aproximatif.

Répondre à ce commentaire

Par Salut, il y a 6 mois (en réponse à pastek):

Argumente je t'en prie, non je dit sa parce que je trouve cet article très intéressant de plus il apporte des choses que je n'avais encore jamais vu comme les oeuvres cité. Ensuite je trouve que Gaetan (l'auteur de l'article) à fait un énorme travail donc tu peux t'excuser mais souligne au moins l'effort au lieu de critiquer sans argument.
Tu peux cracher sur son article mais argumente, tu dit qu'il est approximatif mais apporte tes éléments pour le rendre meilleur.

Bref désoler de cracher sur ton commentaire mais je le trouve très approximatif et totalement inutile.

Répondre à ce commentaire

Par pastek, il y a 6 mois (en réponse à Salut):

Premierement l'aspect "homme face aux dieux" c'est extremement caricatural. Alors oui si tu te base sur les quelques films et les comics les plus connus d'accord mais n'importe qui ayant lu d'autres comics que les deux/trois classiques cités sait que Batman n'est pas un homme comme les autres. Il est milliardaire, c'est l'homme le plus intelligent de l'univers DC, il fricote avec toutes les entités mystiques qui traînent, il est l'élu d'un bon pacquet de prophétie façon Dovahkin, il passe la moitié de son temps dans les puits de Lazarre ou dans l'éspace à sauver l'univers, il s'est pris des milliers de balles dans le corps, affronte des monstres surpuissants à mains nue, ects... C'est un peu plus que juste orphelin ninja friqué qui pousse de la fonte (ce qui est déjà loin du commun des mortels cela dit). Et quand bien même ce serait le cas, c'est aussi celui de la moitié des héros/vilains DC ! Ha c'est sur que si on ne le compare à qu'à Superman ou Wonder Woman ça change la donne ! Et puis si l'abscence de pouvoir fascine autant, pourquoi les shonen nekketsu sont les BDs les plus lues au monde ?

Expliquer la fascination autour de batman avec pour seuls exemples quelques classiques et films c'est rejeter l'immense majorité des oeuvres qui lui sont consacrées. D'ailleurs les BDs les plus anciennes citées dans cet article datent des années 70. Si on avait attendu Moore et Miller pour que Batman fascine il aurait peut-être pas tenu en tête des ventes pendant près de 40 ans.

Pourquoi Batman fascine ? C'est simple, c'est parce qu'il est le plus mit en avant ! Il est l'un des tout premier super héros. Il est donc connu du public depuis plus longtemps que tous les autres, excepté Superman. Et le problème de superman c'est pas qu'il a des super pouvoirs, c'est qu'il en a trop, qu'il est trop bon et surtout qu'il fait beaucoup trop propagande américaine (ce qui lui coupe les marchés de pas mal de pays). Prenons l'exemple de Wolverine, il est surpuissant mais les gens l'aprécient davantage parce qu'il n'a pas tout ces problèmes. Batman, lui, est beaucoup moins clivant donc il ne souffre pas de la rivalité avec Superman.
Donc, pour résumé, de par son statut de premier, d'ancetre des autres super héros, il a pu bénéficier dés ses débuts d'un statut d'emblème et a donc pu avoir les meilleurs scénaristes qui se sont penchés sur son cas. Son seul rival potentiel en terme de notoriété c'est superman mais il plaît moins. De ce fait, quasiment toutes les personnes qui abordent l'univers des super héros aura batman comme vitrine. Perso c'est mon super héros préféré mais je dois bien reconnaître que si je l'aime autant c'est surtout parce que depuis tout petit je le vois partout, donc quand j'ai commencé à lire des comics c'est par Batman que j'ai naturellement commencé. D'ailleurs beaucoup des gosses d'aujourd'hui sont bien plus fans des avengers, parce que c'est ceux qu'ils voient le plus.

Ha et puis l'argument "il a les meilleurs adversaires" ça découle également de ça ! A ses débuts ses adversaires n'étaient pas terribles mais vu qu'il étaient là avant et qu'ils ont pu avoir de très bons auteurs pour les améliorer, ça en a fait ce qu'ils sont aujourd'hui.

Bref, je ne dis pas que cet article raconte n'importe quoi, donc pas la peine de s'énerver, mais je trouve qu'il ne pousse pas très loin sa réflexion et que ça donne un raisonnement caricatural. En d'autre termes: des évidences, voir des aproximations.

Répondre à ce commentaire

Par Michmich, il y a 6 mois (en réponse à pastek):

Merci beaucoup pour cette réponse détaillée. Je vais néanmoins tenter de vous répondre. Tout d'abord, dans tout ce que vous dites, il y a beaucoup de vrai. Je pense effectivement que le fait que Batman fasse partie des premiers héros de l'Histoire du comic-book participe grandement au fait qu'il fascine autant, comme vous l'avez si justement démontré. Néanmoins, c'est justement parce que je trouvais que c'était évident que j'ai décidé de passer sous silence ce premier argument, pour me préoccuper d'aspects qui sont inhérents au personnage et à son univers, et en mettant de côté le contexte. D'autant que j'ai une certaine tendance à écrire des articles très longs, très développés, et que cette longueur m'est parfois reprochée par les lecteurs de Hitek.

Ensuite, j'ai conscience également que Batman soit allé dans l'espace à de très nombreuses reprises, soit en contact avec des entités mystiques, et passe une partie de son temps dans les puits de Lazarre. Seulement, j'observe deux choses. Tout d'abord, ces histoires où Batman transcendent sa qualité d'humain en faisant ce que font les autres super-héros ne sont pas les histoires les plus appréciées par les lecteurs. Le Modern Age (qui occupe une place assez importante dans ma sélection de comics) intéresse beaucoup plus les lecteurs que les comics actuels. Il suffit pour s'en convaincre de regarder la politique éditoriale de DC Comics, qui croule sous les reboots (New 52, DC Rebirth), tout en mettant en avant les écrits du Modern Age. Ce n'est pas anodin que Scott Snyder ait rendu dans un même ouvrage au "Killing Joke" de Moore et au "Année Un" de Miller (dans Batman : L'an zéro). Ce que je veux dire, c'est que ces nombreuses aventures très SF de Batman, qui se détachent du cadre instauré par le Modern Age, ne sont pas les plus appréciées. J'en tiens pour preuve qu'en 2015, toute la stratégie éditoriale de DC reposait sur la publication du DK3 de Miller, de la même façon qu'aujourd'hui elle repose sur le Doomsday Clock de Johns.

Bien évidemment que Batman était déjà très populaire avant le Modern Age. Et je pense que tous les arguments que vous avez donnés expliquent pourquoi il était aussi populaire à l'époque. Mais je pense qu'aujourd'hui, alors que les super-héros sont toujours plus présents, toujours plus populaires, il existe d'autres raisons à la fascination qu'il suscite que celles inhérentes à sa contextualisation. Après, ce n'est que mon avis personnel, et peut-être est-il parcellaire !

Répondre à ce commentaire

Par pastek, il y a 6 mois (en réponse à Michmich):

Oui effectivement je comprend tes choix. Personnelement je suis pas non plus un grand fan des délires cosmiques. Certains de mes termes comme "platitude" était peut-être en trop, désolé.

Répondre à ce commentaire

Par Michmich, il y a 6 mois (en réponse à pastek):

Ne vous excusez pas, je ne vous en ai pas tenu rigueur une seule seconde ! Je remarque que vous êtes comme moi un grand fan de Batman, et n'est-ce pas l'apanage des passionnés de prendre tout justement avec passion ? :) D'autant que, comme je l'ai déjà dit, vos arguments me semblent tous très bons. Je dirais même que mon article et votre commentaire se complètent plutôt bien ! ^^

Répondre à ce commentaire

Par Gneugneu, il y a 6 mois :

Je préfère de loin Tony Stark ^^

Répondre à ce commentaire

Par Letal duck, il y a 6 mois (en réponse à Gneugneu):

Si tu l'aimais vraiment tu ferais quelque chose pour aller le sauver dans l'espace!

Répondre à ce commentaire

Par TonkeyKong, il y a 6 mois :

parce qu'il possède plein de bat-truc

Répondre à ce commentaire

Par lyde, il y a 6 mois :

Exellent article, j'ai trouvé dommage de ne pas parler de la série Gotham surtout au moment de parler de la dite ville.

Répondre à ce commentaire

Par Leobeam, il y a 6 mois :

Batman c'est le meilleur , tous les autre héros sont de vulgaire tapette . Le seul héros qui réussit à foutre une sacrée branlée à un soit disant dieu .

Répondre à ce commentaire

Par Beniben95, il y a 6 mois via l'application Hitek :

Perso je trouve l'univers du Batman pas compatible avec celui de la justice league. Que ce soit au niveaux des protaginistes et des antagonistes. Le BatUnivers est suffisament étoffe pour qu'on lui rajoute un bestiaire de héros complétement cheatés et bien moins charismatiques.

Répondre à ce commentaire

Par Jesus Meya-Valpa, il y a 6 mois (en réponse à Beniben95):

C'est interessant dans le sens ou plutôt que voir la chose de ta façon : il a des compagnons cheatés, tu le prends de la manière suivante:

C'est un humain sans pouvoirs, et il contribue de manière égale à un Superman ou une Wonder Woman, face à une menace de niveau (bien souvent) cosmique. Et c'est la tout son intérêt. Batman est une force brute dans son propre univers (et intellectuelle of course), mais si fort qu'il soit physiquement, il est bien souvent inutile sur ce point dans la Justice League. La ou il fait toute la différence, c'est que son intellect est bien supérieur aux autres, ce qui en fait le stratège de la ligue et légitime sa place d'égal dans la trinité que forme Bat-Sup-WW.

Répondre à ce commentaire

Par Jesus Meya-Valpa, il y a 6 mois :

Dans les influences de la ville piochées ici et la, qui en font une ville chaotique, j'aimerais juste rajouter Arkham, qui est repris de l'univers aliéné de Lovecraft, et quoi de mieux que cet Asile noir et crasse peuplé de sa faune psychotique (et pas que du coté des internés ^^) pour porter ce nom ?!

Article sympatique.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Critique Child's Play : la poupée du mal, Chucky s'offre un reboot angoissant. Casting, synopsis, date de sortie, avis

Child's Play : la poupée du mal

Il y a 1 semaine

Note : 6,6
Test Rage 2 : l'Apocalypse selon Saint-Cross

Rage 2

Il y a 1 mois

Note : 7,75
Critique Avengers : Endgame, une suite sympathique, mais qui va diviser (sans spoilers)

Avengers : Endgame

Il y a 2 mois

Note : 7