Dossier : pourquoi Disney adapte tous ses classiques en live-action ?

De Gaetan Auteur - Posté le 28 décembre 2018 à 15h47 dans Cinéma

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Depuis la sortie de La Princesse et la Grenouille, Disney connaît un troisième âge d’or. Ses multiples firmes (ses films d’animation, qu’ils soient estampillés Disney ou Pixar, Star Wars et Marvel) ont toutes contribué à faire du studio aux grandes oreilles le numéro 1 du box-office mondial. En 2010, Disney amorçait avec Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton une longue entreprise d’adaptation de leurs plus grands classiques en prise de vue réelles. Cette entreprise, non content d’avoir contribué au succès retentissant de Disney pendant cette décennie, me semble également symboliser le nouveau visage de Disney et ses nouveaux enjeux. Mais pourquoi Disney adapte-t-il tous ses classiques en live-action ?

L’hypothèse économique

Il faudrait d’être d’une profonde naïveté pour imaginer que cette vaste entreprise d’adaptation ne soit pas motivée (au moins en partie) par l’appât du gain. Disney, aussi gigantesque soit-il, est une société de divertissement comme les autres : elle a ses actionnaires, ses investisseurs, ses impératifs, et doit gagner de l’argent à tout prix. Tous les studios de cinéma cherchent à gagner de l’argent. Que ce soit la Warner, Universal Studios ou Netflix, aucun studio ne produit de film sans avoir la certitude d’avoir des rentrées d’argent plus ou moins conséquentes derrière. D’autant que la production d’un film (ou d’une série) est loin d’être gratuite.

Et force est de constater que ces adaptations des classiques Disney, dans leur très grande majorité, ont rapporté beaucoup d’argent. Ces classiques en live-action se distinguent en deux catégories : nous avons d’un côté les adaptations pures et simples ; et d’un autre côté les séquelles des grands classiques. On dénombre à ce jour huit adaptations en live-action adaptés de grands classiques Disney rentrant dans l’une ou l’autre de cette catégorie, depuis le démarrage de cette vaste entreprise : Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, Maléfique de Craig Gillepsie (d’après La Belle au Bois dormant), Cendrillon de Kenneth Branagh, Le Livre de la Jungle de Jon Favreau, Peter et Elliott le Dragon de David Lowery, La Belle et la Bête de Bill Condon, Jean-Christophe et Winnie (d’après Les Aventures de Winnie l’Ourson) et Le Retour de Mary Poppins de Rob Marshall. Sont également prévus : Dumbo de Tim Burton (prévu pour le 27 mars 2019), Aladdin de Guy Ritchie (prévu pour le 22 mai 2019), Le Roi Lion de Jon Favreau (prévu pour le 17 juillet 2019), La Belle et le Clochard de Charlie Bean (prévu pour 2019 directement sur le nouveau service de SVOD Disney+), Mulan de Niki Caro, Pinocchio de Paul King, Cruella d’Alex Timbers (d’après Les 101 Dalmatiens), La Petite sirène de Rob Marshall et Blanche-Neige et les sept nains.

Si l’on se fie aux sept films déjà sortis (nous sommes actuellement dans l’incapacité de prévoir combien fera Le Retour de Mary Poppins au box-office, étant donné que ce film est sorti le 19 décembre 2018, soit à peine deux semaines avant l’écriture de cet article), cette entreprise d’adaptation a engrangé presque 5 milliards de dollars au box-office mondial. Ce qui, vous en conviendrez, est considérable.

Pour certains journalistes, cette entreprise permet également à Disney de renouveler leurs droits d’auteurs, en vertu de la législation américaine.

Pourquoi ça marche ?

Intéressons quelques instants aux gains de chaque film. Dans le tableau suivant, nous vous avons noté les gains au box-office pour chacun de ces films, ainsi que ceux du film d’animation dont ils l’adaptation.

Titre du film

Réalisateur

Box-office

Box-offfice (avec l'inflation)

Titre du film d’animation

Box-office

Alice au Pays des Merveilles

Tim Burton

1,03 milliards

497 millions

 

Alice au Pays des Merveilles

5,6 millions

Maléfique

Robert Stromberg

758 millions

366 millions

La Belle au Bois dormant

51,6 millions

Cendrillon

Kenneth Branagh

544 millions

262 millions

Cendrillon

237 millions

Le Livre de la Jungle

Jon Favreau

967 millions

467 millions

Le Livre de la Jungle

378 millions

Peter et Elliott le Dragon

David Lowery

144 millions

70 millions

Peter et Elliott le Dragon

40 millions

La Belle et la Bête

Bill Condon

1,3 milliards

628 millions

La Belle et la Bête

425 millions

Jean-Christophe et Winnie

Marc Foster

198 millions

96 millions

Les Aventures de Winnie l’ourson

96 millions

En observant ces chiffres, on remarque plusieurs choses. Tout d’abord, les films d’animation qui ont connu le plus de succès (La Belle et la Bête et Le Livre de la Jungle) sont également ceux dont l’adaptation ont connu le plus de succès au box-office mondial. Inversement, les films qui ont connu un succès relatif au box-office (Les Aventures de Winnie l’ourson et Peter et Elliott le Dragon) ont connu un succès proportionnel au box-office mondial sous la forme de reboot. Plus surprenant toutefois, les deux plus gros échecs industriels de Disney pendant les années 1950, Alice au Pays des Merveilles et La Belle au Bois dormant (nous vous renvoyons à notre article : Focus sur Disney partie 1) font partie de ceux dont l’adaptation a connu le plus de succès. D’ailleurs, ces deux films sont dans la liste des 100 plus grands succès au box-office mondial. Bien que ces films d’animation soient aujourd’hui considérés comme cultes, ils étaient pour Walt Disney de véritables échecs. Il semblerait qu’avec ces adaptations hyper stylisées, le studio aux grandes oreilles ait pris la décision de corriger certaines erreurs du passé. Tout en jouant sur la communication. Ainsi le film Alice au Pays des Merveilles a-t-il remporté les suffrages parce qu’il s’agissait d’un des premiers films en 3D après le succès retentissant d’Avatar de James Cameron, mais aussi parce qu’il a été réalisé par le réalisateur adulé Tim Burton, avec dans le casting un certain Johnny Depp (star des Pirates des Caraïbes), à l’époque au sommet de sa gloire.

Il est bien sûr évident que Disney a également compris l’époque actuelle. Nous vivons une époque où notre culture de masse joue beaucoup la carte de la nostalgie. Le succès des remakes Disney trouve son essence dans celui de Jurassic World, des Star Wars, des films Marvel et DC, des Animaux Fantastiques, etc. (Nous vous renvoyons à notre dossier : La culture pop tourne-t-elle en rond ?)

La méthode de Disney

Pour s’assurer un succès suffisamment retentissant, Disney semble appliquer une méthode suffisamment efficace. Tout d’abord, les projets sont bien souvent confiés à des réalisateurs aguerris et bankables, tels que Tim Burton (Sleepy Hollow, Batman, Beetlejuice), Marc Forster (Neverland, Quantum of Solace,Word War Z), Kenneth Branagh (Henry V, Beaucoup de bruit pour rien, Le Crime de l’Orient Express), Jon Favreau (Iron Man, Iron Man 2) ou Guy Ritchie (Snatch, Sherlock Holmes, Le Roi Arthur). Il semblerait d’ailleurs que les réalisateurs soient choisis selon leur compatibilité avec l’oeuvre originale : ainsi le shakespearien Kenneth Branagh correspondait plutôt bien au monde costumé de Cendrillon ; le visionnaire Tim Burton était le réalisateur idéal pour le monde foisonnant et déroutant d’Alice au Pays des Merveilles ; le réalisateur très pop Guy Ritchie correspond on ne peut mieux avec l’univers coloré et déjanté d’Aladdin ; et Marc Forster, plus à l’aise avec les films intimistes célébrant l’enfance (Neverland, Les Cerfs-volants de Kaboul) qu’avec les blockbusters à gros budget était tout indiqué pour l’univers enfantin et nostalgie de Winnie l’ourson. Rob Marshall, quant à lui, avait déjà réalisé trois comédies musicales (Chicago, Nine, Into the Woods) : on peut donc voir réalisateur plus indiqué pour la réalisation du Retour de Mary Poppins. Bill Condon, le réalisateur de La Belle et la Bête, était lui aussi également adepte des comédies musicales, puisqu’il avait signé le scénario de Chicago de Rob Marshall : il s’est donc vu confier la réalisation de La Belle et la Bête. À par ailleurs que plusieurs réalisateurs ont fait leurs gammes chez Disney, que ce soit Tim Burton (L’Etrange Noël de Monsieur Jack, Vincent, Frankenweenie, Ed Wood), Rob Marshall (Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence, Into the woods), Kenneth Branagh (Thor) ou Jon Favreau (Iron Man).

Deuxième élément de la méthode selon Disney : le casting. Chacun de ces films est porté par un casting cinq étoiles. Ainsi a-t-on vu Johnny Depp, Mia Wasikowska, Alan Rickman, Helena Bonham Carter, Anne Hathaway dans Alice au Pays des Merveilles ; Angelina Jolie et Elle Fanning dans Maléfique ; Lily James, Cate Blanchett et Richard Madden dans Cendrillon ; Bill Murray, Ben Kingsley, Idris Elba, Scarlett Johansson, Christopher Walken, Lupita Nyong’o et Giancarlo Esposito dans Le Livre de la Jungle ; Bryce Dallas Howard, Wes Bentley, Karl Urban et Robert Redford dans Peter et Elliott le Dragon ; Emma Watson, Luke Evans, Josh Gad, Ewan McGregor, Stanley Tucci, Ian McKellen dans La Belle et la Bête ; Ewan McGregor, Oliver Ford Davies, Hayley Atwell, Peter Capaldi et Toby Jones dans Jean-Christophe et Winnie ; Emily Blunt, Ben Whishaw et Meryl Streep dans Le Retour de Mary Poppins. Ont déjà été annoncés Donald Glover et la chanteuse Beyoncé pour Le Roi Lion et Will Smith dans Aladdin. Une partie de la communication de Disney repose par ailleurs sur le casting choisi. Ainsi a-t-on vu plus de fois Johnny Depp sur les affiches d’Alice au Pays des Merveilles que l’actrice principale, Mia Wasikowska.

Certains reprocheront à Disney de jouer autant avec les acteurs pour le marketing. Mais c’est ce que faisait déjà le studio dans les années 90, en confiant par exemple le rôle du génie à Robin Williams, inaugurant une longue liste d’acteurs et de chanteurs ayant doublé des personnages.

Les enjeux pour Disney

Faut dire que cette gigantesque entreprise lancée en 2010 répond, à mon sens, à de nombreux enjeux. Tout d’abord, n’oublions pas que Disney est sorti, en 2009 d’une longue traversée du désert. Disney s’apprête à abattre une succession de cartes (Raiponce, La Reine des Neiges, Star Wars : Le Réveil de la Force, Avengers) qui vont le propulser au firmament des studios de cinéma. Mais je pense que le studio avait conscience d’une chose : une bonne partie de leur stratégie reposait sur des licences nouvellement acquises (Marvel et Star Wars, puisqu’à l’époque ils étaient déjà en discussion avec George Lucas pour l’acquisition de LucasFilms). Or, si Disney s’est perdu pour le pire (Chicken Little, La Ferme se rebelle, Bienvenue chez les Robinson) au tournant des années 2000, c’est avant tout parce qu’ils étaient tellement préoccupés par ce qui faisait en dehors de leurs studios qu’ils avaient perdu pour un temps ce qui avait fait leur succès : l’essence Disney. Se rappeler leurs classiques, en les retravaillant longuement, fut, je pense, salutaire pour le studio, car ils ont pu ainsi retrouver ce qui faisait que Disney avait dominé pendant presque 80 ans le cinéma mondial. Grâce à cette inspiration retrouvée, ils ont pu retrouver la formule magique pour faire à nouveau des films d’animation dignes de Disney.

Ensuite, cette entreprise d’adaptation, de remakes et de suites correspond à cette envie de redevenir le studio transgénérationnel que Disney était avant les années 2000. D’abord, je pense que le studio avait conscience qu’en passant à une animation essentiellement numérique et en 3D (Raiponce, Les Mondes de Ralph, La Reine des Neiges, Les Nouveaux Héros, Zootopie, Vaïana – La Légende du bout du monde), la direction de Disney a pris conscience que leur public allait se diviser en deux partie. Les plus âgés resteraient uniquement adeptes des anciens films d’animation en 2D (de Blance-Neige à Tarzan), tandis que la nouvelle génération privilégierait les nouveaux films en 3D (Raiponce et cie). Ces nouveaux films permettent à la fois à la fois de faire revenir dans les salles les anciennes générations nostalgiques et les nouvelles, curieuses. J’imagine que beaucoup de parents, nostalgiques de La Belle et la Bête de 1991 ont emmené voir leurs enfants voir La Belle et la Bête de 2017.

N’oublions pas une chose : Disney a toujours été un studio particulièrement iconoclaste, reposant sur la création de mythes. Walt Disney, le créateur sans qui rien n’aurait été possible, est d’ailleurs lui-même devenu un mythe, et de nombreux films vantent son génie (le dernier en date Dans l’ombre de Mary). Mais on peut aussi citer Mickey, Donald, Dingo, Mimi, Daisy, Riri, Fifi, Loulou, Picsou, Tic et Tac, qui ont traversé les époques, des années 30 à nos jours, en étant utilisés sans cesse, toujours recréés, complétés. Disney est un studio immortel, car ses personnages ont toujours quelque chose à nous raconter. Et c’est cette fibre iconoclaste qui porte ces remakes. Disney désire nous montrer, avec ces films, que Belle, Simba et Aladdin sont aussi immortels que Mickey, Donald et Dingo. Et iconoclastes, ces films le sont incontestablement. Certains, tels que La Belle et la Bête sont calqués sur l’original. Qui n’a pas eu envie de chanter Be our Guest (C’est la fête) en visionnant La Belle et la Bête ou The Bare Necessities (Il en faut peu pour être heureux) en regardant Le Livre de la Jungle ? D’ailleurs, cette citation du réalisateur Jon Favreau (Le Livre de la Jungle, Le Roi Lion) nous démontre l’importance de cette fibre iconoclaste dans ces remakes :

Avec Le Roi Lion, les gens connaissent l’original, ils ont grandi avec et il a un impact émotionnel sur eux. Je me suis interrogé sur mes souvenir du Roi Lion. C’est ce que j’avais fait avec Le Livre de la Jungle. Quels sont mes souvenirs ? Je me souviens de Mowgli et du serpent. Je me souviens des yeux du serpent. Je me souviens de Baloo qui descend la rivière avec Mowgli posé sur comme sur un radeau. J’ai fait une longue liste, et nous avions besoin de ces images. […] Les mythes y sont très forts, alors parfois vous touchez à quelque chose de plus profond que le film. Ce que j’essaie de faire est d’honorer ce qui était là. 

Un autre enjeu de ces films, c’est de moderniser le propos. Bien que Disney soit le studio le plus rentable de l’Histoire, le fait est qu’il souffre d’une mauvaise image auprès des intellectuels. En cause, ses princesses jugées stéréotypées, proposant un discours qu’on qualifie aujourd’hui de régressif, car non en adéquation avec les idées féministes modernes. C’est pourquoi Disney n’hésite pas à insister sur le fait que Belle soit une femme libre (bien que le film d’animation le mettait déjà en exergue), et la présence d’Emma Watson, figure du féminisme hollywoodien, sert de caution à ce renouveau féministe. Dans le même film, Disney n’hésitait pas à inclure son premier personnage ouvertement homosexuel (LeFou, interprété par Josh Gad). Bien sûr, cela a énervé certains spectateurs, qui ont accusé Disney de sombrer dans la bien-pensance, néanmoins, ça ne m’a pas gâché le film. D’autant que je trouve passionnant de voir comment un studio antédiluvien tel que Disney s’adapte à l’époque actuelle.

La réponse de Disney à ses détracteurs

J’ai beaucoup apprécié Le Retour de Mary Poppins. Fan du film de 1964, j’ai trouvé que ce film était totalement dans l’esprit de ce qui fut pendant longtemps considéré comme l’ultime chef d’oeuvre de Walt Disney, tout en modernisant de manière discrète son esthétique et son propos. J’ai également apprécié le fait que ce film réponde de manière artistique à de nombreux reproches formulés à l’encontre du studio.

À ceux qui ont reproché à Disney de tomber dans la bien-pensance, Disney leur répond. Par exemple, le personnage de Jane Banks, féministe luttant pour la cause ouvrière et pour les droits des femmes, symbolise le propos résolument féministe. Mais c’est fait avec tellement de discrétion qu’on ne peut absolument pas le reprocher à Disney. Jane est un second-rôle, et à aucun moment on a l’impression d’avoir un panneau clignotant avec écrit en gros : « Là je fais du féminisme ».

Beaucoup ont également reproché à Disney de recycler ses anciens chefs d’oeuvre. Et là encore, Le Retour de Mary Poppins leur répond. À la fin de la chanson Nowhere To Go But Up, l’une des dernières chansons du film, alors que le problème des adultes est définitivement résolu, et que chacun comprend l’importance de ne pas oublier l’enfant qu’il était, la vieille femme aux ballons félicite Mary Poppins de leur avoir fait comprendre. Ce à quoi Mary Poppins répond que les adultes oublieront dès le lendemain. Avec ce dialogue, Disney rappelle son importance et le but son entreprise de remakes : rappeller aux adultes qu’il est parfois important de redevenir des enfants. Comme Mary Poppins avec la famille Banks. Mary Poppins revient pour les mêmes raisons que Disney. C’était d’ailleurs le propos d’Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton. Pour réussir à battre la Reine Rouge, Alice doit « redevenir Alice », c’est à dire, celle qu’elle était jadis. C’est également le discours de Jean-Christophe et Winnie.

Une erreur ?

Mots-Clés : le roi lionadaptationDisneydessin animé

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (22)

Par jeanLucasec, il y a 10 mois :

Excellent dossier

Répondre à ce commentaire

Par Riton, il y a 10 mois (en réponse à jeanLucasec):

Tout à fait. On critique souvent le vide des articles de Hitek (titre pute à clique pour finalement ne rien manquer apprendre, traduction d'articles anglophone,...). Il est également impor de souligner lorsqu'un article est bien fait !

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre interstellar en 4 leçons., il y a 10 mois :

Originalité : 0.
Créativié : 0.
Dollars : des milliards.
A part la branche Mickey,Donald et Picsou ( et notamment les sublimes histoires de Carl Barks), tout les "chefs-d'oeuvres" de disney ont un support littéraire (déja à succès à l'époque et dans le pays d'origine, voir international). Il est difficile donc à partir de la de demander à des scénaristes de faire aussi bien que des écrivains de génies (perraut, les frères Grimm, Lewis Caroll,etc...). On peut noter Les Mondes de Ralph, s'inspirant d'une culture Geek et contemporaine qui est excellent, mais y a-t-il tant de chose à notre époque que Disney peut transformer en film sans redondance, je ne crois pas.

Répondre à ce commentaire

Par wam, il y a 10 mois (en réponse à Comprendre interstellar en 4 leçons.):

Perraut et les frères Grimm : de simples collecteurs d'autres auteurs. Comme Disney, ils reprennent, corrigent suivant le public et l'époque (avec génie ou pas).

"Dollars ; des milliards"
S'il y a des milliards, c'est donc qu'il y a un public, comme il y a eu du public pour les œuvres originales.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 10 mois (en réponse à Comprendre interstellar en 4 leçons.):

Ouai d'ailleurs Zootopie, Les Nouveau Héros et Vaiana illustrent parfaitement ton propos ... ou pas.

Et Don Rosa > All

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre interstellar en 4 leçons., il y a 10 mois (en réponse à Murge):

Est ce que ce sont des scénarios originaux ? non, sont ils des cartons au box office ? non, ce sont néanmoins de très bon films. Je confirme mon propos.
Et c'est vrai que la jeunesse de picsou est génial ! il la faudrait en film d'ailleurs :d

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 10 mois (en réponse à Comprendre interstellar en 4 leçons.):

Renseignes toi avant d'écrire n'importe quoi.

Zootopie a dépassé le milliard de recette, 683% de rentabilité.
Les Nouveaux Héros 657 Millions, 399% de rentabilité
Vaiana 643 Millions, 429 % de rentabilité

Ouai c'est tous de sacrés cartons au Box office, t'as faux.

Zootopie et Les Nouveaux Héros sont des histoires 100% originales et Vaiana est une histoire originale inspirée d'un ensemble de mythes polynésiens, t'as encore faux.

Sérieux, puisque t'écris systématiquement des trucs factuellement faux, c'est parce que tu mens intentionnellement ou t'as un besoin pathologique d'inventer nimps pour corroborer tes croyances ?

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 10 mois (en réponse à Murge):

Je ne pense pas qu'Interstellar en quatre leçons parlait de Zootopie et Vaiana. Je crois qu'il parlait des adaptations des contes des frères Grimm et de Perault. Néanmoins, c'est mon avis, mais je pense que le véritable débat n'est pas tant de savoir s'il s'agit ou non de récits originaux ou pas. C'est après tout le propre des histoires d'être racontées par plusieurs personnes. Sinon Peter Jackson et Stanley Kubrick n'auraient jamais réalisé aucun film. Ce qui m'intéresse c'est ce que font les auteurs de ces histoires qui ont déjà été racontées. En quoi leur façon de raconter ces histoires est-elle originale ? Chez Disney, et c'est ce que j'avais essayé d'expliquer dans mon article "Focus sur Disney", chaque histoire adaptée était l'occasion d'expérimenter de nouveaux territoires cinématographiques qui ont bouleversé à jamais la façon de faire du cinéma. Que ce soit l'usage de la couleur, ou le fait de faire le premier long métrage d'animation, ou d'être le premier à faire un film d'animation avec des humains, ou être les premiers à utiliser le format CinemaScope. Disney, c'est tout un fond (des histoires qu'on connait tous et qu'on aime par dessus tout) et un fond sans cesse révolutionnaire. Quand Disney a utilisé la 3D dès la Belle et la Bête (pour la scène du bal), c'était une révolution !

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre interstellar en 4 leçons., il y a 10 mois (en réponse à Gaetan):

Je suis tout à fait d'accord avec toi sur l'important d'une histoire dans un film.
D'ailleurs , dépasser le milliard n'est plus vraiment un carton, puisqu'apparement ça devient la norme (notamment avec le marché asiatique qui s'ouvre de plus en plus ), et le record est à plus de 2 milliards maintenant ( en tenant compte de l'inflation évidemment).
Mais je maintiens toujours mon propos de départ, Disney a du mal avec les histoires originales, qui utilisent d'autres archétypes que celui de la princesse par exemple, surtout ces dernières années.
Mais Murge n'est pas ici pour débattre de disney, il est ici pour défouler sa frustration sur les gens qui ont osé le contredire ailleurs :).

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 10 mois (en réponse à Comprendre interstellar en 4 leçons.):

Tu peux balancer des attaque personnelles tant que ça te chantes mais ça ne changera pas la froide réalité des faits qui contredit ton opinion à 100 % :

Sur les 5 derniers "classiques" Disney sorties depuis 2012, 4 étaient des histoires originales, 3 n'utilisaient pas de princesse et tous étaient des cartons au box-office.
Autrement dit : Disney s'en sort très bien avec les histoires originale, notamment ceux qui sortent du carcan de la figure princière et des mieux en mieux sur les dernières années.

Après t'as le droit de penser ce que tu veux mais les faits démontrent que ce que tu pense et ce que tu écris est faux.

Pourquoi t'écris des faussetés ?

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 10 mois (en réponse à Murge):

D'ailleurs, puisqu'il est question des comics Disney (dont je suis très grand fan), j'ai découvert il y a peu de temps l'oeuvre de Floyd Gottfredson, qui a beaucoup travaillé sur Mickey ! Glénat sort d'ailleurs actuellement tous ses travaux de manière chronologique ! Trois volumes sont déjà sortis, et personnellement je trouve ça grandiose !

Difficile de départager par contre Carl Barks de Don Rosa... Carl Barks a tout inventé, Don Rosa a merveilleusement bien tout complété. Si Barks est le papa de Picsou, Don Rosa est au moins son parrain, si ce n'est son onc' ! ;)

Répondre à ce commentaire

Par Ryddiz, il y a 10 mois :

Vous avez oublié Lilo et Stitch qui a aussi été annoncé comme film live-action !

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 10 mois (en réponse à Ryddiz):

Oui, effectivement ! J'ai également appris, après écriture de l'article, qu'il y aurait également un film adapté de "Merlin l'enchanteur" ! :)

Répondre à ce commentaire

Par Max, il y a 10 mois :

Impossible de reprocher à une entreprise de cette taille de vouloir faire de l’argent. C’est aussi son but premier. Ce qui est important c’est de savoir si elle fait de l’argent en proposant de la qualité.
Pour l’instant Disney ne me déçoit pas sauf pour Star Wars mais bon..

Répondre à ce commentaire

Par Salut, il y a 10 mois (en réponse à Max):

Ya une chose à savoir, Lucas film n'a pas fait mieux que Disney avec la prélogie, il suffit de regarder les critiques du 1 et du 2 qui ont étaient fusillé par les fans et la critique, les fans disaient qu'ils avaient été trahit par George Lucas mais regarde c'est devenu culte avec le temps.

A mon sens se ne sera pas différent avec la nouvelle trilogie, tout dépend de la génération. Ceux qui descende les nouveaux Star Wars sont ceux qui ont vécu les anciens.

Donc je trouve que c'est facile de blamer Disney alors que Lucas film n'a pas fait mieux avec la prélogie. (ce n'est que ma pensé et non la pensé de tous)

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre interstellar en 4 leçons., il y a 10 mois (en réponse à Salut):

Il ne faut pas prendre les critiques de la prélogie comme une référence. Lucas y a mis tout les ingrédients qu'il voulait et qu'il teasait dans la trilogie originale. La nouvelle trilogie n'est pas du tout ce qu'était les anciens films, une histoire travaillée pendant presque 30 ans.
Ils ont pondu une saga en 2 ans, avec des réalisateurs de séries, évidemment que le résultat est moyen.
Le problème évoquable c'est le temps d'écriture des films, peut-on développer et travailler une histoire en seulement quelques mois ? je ne crois pas, du coup on se retrouve avec des saga type "série télé", à consommer comme du McDo, alors que les chefs d'oeuvres du cinéma, ça doit s'apprécier comme dans un restaurant Gastro ! (Ceci dit un petit McDO de temps en temps, c'est pas si mal).

Répondre à ce commentaire

Par Patate chaude, il y a 10 mois :

Bon dossier, ça fait plaisir à lire.

Répondre à ce commentaire

Par WiiZio, il y a 10 mois :

Excellent dossier très intéressant, il y a quelques points où je suis tout de même en désaccord. J’ai moi même sorti une vidéo a ce sujet expliquant mon point de vue, n’hésitez pas à y jeter un œil si cela vous intéresse !
https://youtu.be/1c5dxGgYpmY

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 10 mois (en réponse à WiiZio):

Je viens de voir votre vidéo, et je me suis même abonné pour soutenir. :)
J'ai trouvé votre analyse pertinente, même si je suis en désaccord avec deux détails.
Le premier : je ne pense pas que Disney ait pour seule ambition de supprimer toute sa concurrence. Même si j'imagine que vous avez raison en avançant le fait que les adaptations des vieux contes, c'était le Disney du siècle dernier (seuls Raiponce et la Reine des Neiges sont des contes adaptés au XXIème siècle), et que si un studio (comme Universal) décidait d'adapter tous les contes au XXIème siècle, il s'érigerait en concurrent valable pour le siècle à venir, ce qui serait dangereux pour Disney. Néanmoins, je ne pense pas que ce soit la seule raison. Quand je vois les réalisateurs choisis, je vois à quel point ils aiment le matériau originel. Et je pense que la fibre iconoclaste et la volonté de rester un matériau transgénérationnel est important pour Disney.
Le second point sur lequel je suis en désaccord, c'est que je ne pense pas qu'il soit judicieux de critiquer Disney pour ses rachats successifs. Comme je l'ai expliqué dans un de mes articles, certes Disney a racheté Pixar, Marvel, LucasFilms et la Fox, mais faut se souvenir que la Warner a également tout racheté autour d'eux. Seulement Disney a tout racheté à l'heure d'internet, et du coup on en parle plus. Mais Warner, Universal et Netflix sont de vrais orgres qui bouffent tout sur leur passage, et Disney n'est pas seul responsable.
Il n'empêche que c'était une excellente vidéo, et j'espère que vous en ferez d'autres ! :)

Répondre à ce commentaire

Par Soyouz, il y a 10 mois :

POURQUOI DISNEY ADAPTE TOUS SES CLASSIQUES EN LIVE-ACTION ?
- Pour l'argent. Une autre question de merde ?

Répondre à ce commentaire

Par gneugneugneu, il y a 10 mois :

super vous avez encore oublier une des adaptation live action qui date d'av la vague mais les vrais "autiste" n'aurons pas oublier les 101 dalmatien . le film ou on se rend compte que le dr house était kidnapeur animalier av médecin .

Répondre à ce commentaire

Par Alykor, il y a 10 mois :

Incroyable, Disney, cette magnifique entreprise, ferait des réadaptation par passion pour le cinéma, sincèrement, c'est mignon, c'est juste à peine de quoi couvrir le fait que c'est tellement plus simple de faire consommer des enfants conditionnés & devenus grands... Genre le coup du Disney nous rappelle qu'on doit se rappeler qu'on doit redevenir des gosses... Merci Disney! Walter Disney était misogyne et a fondé la Motion Picture Alliance (le mec a juste souhaité soutenir un lobby antisémite, quel générosité)... et pour lui et ses recruteurs de l'époque, les femmes étaient à peine bonnes à colorier... Sans parler de son petit côté délateur au moment des purges de McCarthy...etc.

Sans dec' c'est du business, quel rapport avec la passion, le père Walt c'est un des plus gros misogynes... Toujours lisser l'image, les gentils gagnent toujours, blablabla, gnagnagna, c'est du blé, et quand on n'a plus de créativité, on recycle, comme c'est simple de vendre aux gosses ce qu'on a réussi a refiler à leurs parents... on en parle d'une fille pirate? pas très réaliste, mais très politiquement correct... Ah l'hyper-féminisation au service du lavage de l'image... Faut aller vendre ton article à BFMTV mec!

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Asus ZenFone 6, le nouveau mobile haut de gamme avec caméra rotative : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ZenFone 6

Il y a 4 semaines

Test Borderlands 3 : trop d'humour tue l'amour

Borderlands 3

Il y a 1 mois

Test Asus TUF Gaming H7, un casque sans fil surround virtuel 7.1 multiplateforme : fiche technique, prix et date de sortie

Asus Tuf Gaming H7 Wireless

Il y a 1 mois