Rechercher Annuler

Harry Potter : cette scène ridicule des livres avec Dobby corrigée au cinéma

De Robin Stalin - Posté le 15 janvier 2024 à 14h08 dans Cinéma

Comme toute adaptation cinématographique d'une oeuvre littéraire, la série de films Harry Potter a coupé des scènes et en a modifié certaines qui n'auraient pas dû l'être. Mais malgré ses erreurs de parcours, les films tirés des romans de JK Rowling sont appréciés par des millions de Potterheads. En fait, il y a même certaines choses qui sont mieux réussies que dans les livres ! C'est notamment le cas avec cette scène de La Chambre des Secrets, qui met l'elfe Dobby à l'honneur.

harry potter : une adaptation cinématographique en demi-teinte ?

Populaires auprès d'une majorité de la fanbase d'Harry Potter, les films de la saga divisent en revanche au sein des plus fervents Potterheads, ceux qui ont lus les livres. Il faut bien reconnaître que malgré toutes leurs qualités, les huit longs-métrages originaux ont occulté de nombreuses scènes des romans de JK Rowling, quitte à mettre de côté des arcs scénaristiques complets. Pire encore, ceux-ci ont parfois été remplacés par des pans de scénario vraiment pas intéressants. Le sixième volet, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, est notamment connu pour ses histoires d'amour pas franchement passionnantes, qu'elles concernent Harry ou Ron. 

ron weasley copine

On pourrait citer toutes les scènes manquantes dans les films Harry Potter, mais cet article serait beaucoup trop long, d'autant que cela a déjà été fait à maintes reprises. De même, on pourrait évoquer tous les changements apportés à certaines conservées, mais finalement très différentes des romans. L'un des exemples connus, en la matière, est le combat final entre Harry et Voldemort dans Les Reliques de la Mort. Alors que celui-ci se déroule devant des centaines d'élèves dans le roman de Rowling, il prend place dans une cour de Poudlard vide dans le dernier film de la saga. Mais vous n'aviez en revanche peut-être jamais remarqué cette grosse différence concernant cette scène avec Dobby à la fin de La Chambre des Secrets, presque ridicule dans le livre.

dobby

dobby, la chaussette et le journal de tom jedusor

A la fin d'Harry Potter et la Chambre des Secrets, Lucius Malefoy rend visite à Dumbledore avec l'elfe Dobby, qui est alors au service de sa famille. L'entretien ne se déroule pas très bien pour lui, parce qu'on sous-entend fortement que c'est lui qui aurait glissé le journal de Tom Jedusor dans le chaudron de Ginny Weasley, permettant ainsi au basilic de reprendre vie et à Voldemort de tenter un nouveau retour. Enervé, il s'en va mais est rattrapé par Harry qui lui rend le journal. Habitué à traité Dobby comme un esclave, il le lui donne sans ménagement et s'apprête à repartir, quand l'elfe découvre que le jeune sorcier y a glissé l'une de ses chaussettes. Celle-ci lui ayant techniquement été donnée par son maître Lucius, il est libre. En effet, les elfes de maisons sont libérés par leurs maîtres lorsque ceux-ci leur offrent un vêtement.

Comme nous, vous pouvez trouver cette scène un peu étrange car le don de vêtement de Lucius Malefoy n'est pas volontaire. Il semble donc un peu trop simple de libérer un elfe de maison contre la volonté de son maître. Mais en réalité, la scène en question est encore plus ridicule dans le roman original. Harry glisse en effet le journal de Jedusor dans l'une de ses chaussettes, et non l'inverse. On se demande déjà comment celui-ci rentre à l'intérieur (il doit être très petit), et surtout pourquoi Lucius Malefoy accepte de prendre la chaussette d'Harry dans les mains. Quoi qu'il en soit, celui-ci sort le journal et le balance par dessus lui au hasard, dégoûté par l'odeur et l'apparence de la pauvre chaussette qui a parcourue la tuyauterie de Poudlard. Par chance, Dobby se trouve pile là où le journal atterrit. Entre incohérence et coïncidence, cela fait beaucoup à avaler pour les lecteurs, tant la scène paraît encore plus tirée par les cheveux que dans l'adaptation cinématographique parue des années plus tard.

On espère que le reboot de d'Harry Potter avec la série HBO saura tirer partie du meilleur des romans et des films et faire les bons choix, notamment pour cette fameuse scène dans laquelle "Dobby est libre", après des années de servitude. D'ailleurs, on croise également les doigts pour que l'histoire de l'elfe soit enfin développée comme elle le mérite, tant celle-ci est plus riche que vous ne le pensez.

Une erreur ?

Mots-Clés : Harry Potterdobbyhbojk rowling

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Après un Master en Journalisme à l'IEJ, j'intègre définitivement la rédaction d'Hitek en 2017. Passionné de jeux vidéo, de nouvelles technologies, de science-fiction et de pancakes, je me complais à partager mes centres d'intérêts avec le plus grand nombre. Toujours partant pour un Jägerbomb en terrasse.

Commentaires (2)
photo de profil de <strong>luna92</strong>

Par luna92, il y a 5 mois :

J'espère qu'on m'accordera une plus grande place dans le reboot :p

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Kaliki</strong>

Par Kaliki, il y a 5 mois :

Tiens, pour une fois je suis d'accord, j'avais même déjà compris de quelle scène l'article allait parler, c'est tout dire x) par contre, oui, c'est sûr que ça rend trop simple la liberation d'un elfe, mais il ne faut pas oublier que Dobby était special, les elfes de maison ne voient leur vie qu'a travers la servitude,libérer son elfe est vu comme une punition deshonorante, et Dobby est perçu comme un excentrique par les siens. De plus, il n'y a que Harry ( et il a surtout de la sympathie pour Dobby, pas pour les elfes en general) et Hermione avec son association pour en avoir quoi que ce soit à faire de liberer un elfe de maison. Tout le monde s'en cogne en fait, la "technique de la chaussette" ne pouvait marcher qu'à cet unique moment, par l'interaction de CE sorcier avec CET elfe.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.