Rechercher Annuler

Aquaman 2 : le dernier film du DCEU avec Jason Momoa est une purge

De Mélanie - Posté le 22 décembre 2023 à 14h12 dans Cinéma

Aquaman et le Royaume perdu est sorti ce mercredi 20 décembre dans les salles de cinéma françaises. Les premiers retours en début d'année laissaient présager le pire de la suite des aventures solo d'Arthur Curry, le super-héros interprété par Jason Momoa. En effet, les spectateurs et la presse apparaissent unanimes quant au faible niveau du film, dont les premiers résultats au box-office sont désastreux.

Aquaman et le Royaume perdu est un fiasco

Le dernier chapitre du DCEU ne va malheureusement pas en relever le niveau. Aquaman et le Royaume perdu, qui sera probablement le chant du cygne du Arthur Curry de Jason Momoa, conclut les dix ans d'existence de l'univers cinématographique de la Warner Bros. et DC Comics. Réalisé par James Wan, le film est un vrai naufrage. Avec une note de seulement 36% sur le site Rotten Tomatoes, cette suite obtient la troisième place sur le classement des films les plus mal notés au sein du DCEU, derrière Suicide Squad (2016) et ses 26% et Batman v Superman: Dawn of Justice (2016) avec 29%. 

aquaman 2 rotten tomatoes

Aquaman et le Royaume perdu devrait obtenir selon les dernières estimations entre 35 et 40 millions de dollars sur ses quatre premiers jours d’exploitation, venant se placer entre Birds of Prey (2020) et ses 33 millions de dollars et Shazam! (2019) et ses 53 millions de dollars. Pour rappel, le premier opus des aventures d'Arthur Curry, dans lequel il s'associait à Mera (jouée par Amber Heard, dont Zack Snyder a pris fermement la défense suite à son procès avec Johnny Depp) avait pourtant récolté 1,152 milliards de dollars au box-office. Un temps révolu, le public semblant s'être désintéressé du super-héros au Trident et d'un DCEU moribond...

aquaman 2

Et vous, comptez-vous aller au cinéma voir Aquaman et le monde perdu ?

Une erreur ?

Mots-Clés : aquamanAquaman 2dceujason momoaAquaman et le Royaume Perdu,DC Comics

Par Mélanie

Hello, c’est Mélanie. J’écris des articles chez Hitek depuis août 2022. Diplômée d’un Master en Cinéma (dont il me reste un mémoire sur Pirates des Caraïbes), je suis passionnée de films et de comics (les X-Men des 90’s, Jim Starlin, Crisis on Infinite Earths).

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (7)

Par turcmuche, il y a 5 mois :

ils pensent vraiment qu'on va payer un ticket pour voir cette bouse je ne crois pas non

Répondre à ce commentaire

Par Boblebricoleur974, il y a 5 mois :

Perso, j’attends de voir le film moi-même pour me faire une opinion… la critique est très facile et les gens sont devenus difficiles de nos jours.

Répondre à ce commentaire

Par Reda, il y a 5 mois :

Je vais le voir en torrent avant d aller le voir au cinéma s il en vaut la peine :)

Répondre à ce commentaire

Par zozzz, il y a 5 mois :

Non, je l'ai vu hier, c'est loin d'être mauvais.
Les effets spéciaux sont pas top c'est vrai, mais sincèrement, on a vu pire. Un bon 3/5 pour ma part.

Répondre à ce commentaire

Par Tabernis, il y a 5 mois :

Trop facile de baver ainsi sur un film. Chacun ses opinions, en tout cas moi je ne me fie absolument pas aux critiques faciles ! Qu'ils en fassent un de film qu'on rigole!
Wait and see ...

Répondre à ce commentaire

Par trashercorpse, il y a 5 mois :

Il y a un effet de saturation des films comme ça , qui finalement se ressemble tous , avec une formule déjà machée , à renforts de FX et de blagues de merde ... c'est du FastFood Cine ... Ca passe de temps à autre , mais gare à l'indigestion ...

Répondre à ce commentaire

Par Flo, il y a 5 mois :

À quoi bon si le spectateur a perdu son plaisir ?

Ce n’est pas Que la faute des films, ceux qui les voient auraient dû aussi prendre sur eux, et mieux regarder, sans répéter du prêt-à-penser tout rance…
Comme il y a 5 ans : le premier « Aquaman » y était alors un divertissement d’aventure très généreux, très autocontenu, courant autour du monde, faisant accepter un héros de papier au look et au Lore plutôt ridicule (« le poisson ça pue, l’écologie ça gonfle »), en mettant de côté tout ce qui faisait doublon avec Superman ou même Tarzan (noble enfant de deux mondes).
Le tout étant plein de rebondissements, visuellement très net, assumé comme « poseur » et plein de bons sentiments, compensant le fait que les sujets sur l’écologie, l’amour éternel, la responsabilité, la vengeance etc ne restaient qu’en surface (!)…
Et c’était bon. Très bon pour des fêtes de fin d’année, aussi coloré qu’un arbre de Noël.

Eh bien sa suite, c’est exactement la même chose.
Avec un résumé express, qui rattrape les années passées hors-champ – sans surprises, mais confirmant heureusement que rien n’a été annulé, que tous les précédents arcs narratifs s’assument toujours.
Une impressionnante scène d’exploration lorgnant sur du Lovecraft, comme une relique de ce qu’aurait pu être le spin-off « The Trench ».
Une bande de sous-mariniers sortis tout droit des années 50/60 (pensez à l’équipage de Cousteau, ou surtout à la série d’animation avec des marionnettes, « Stingray »).
Une enquête aux quatre coins du monde, course-poursuite Pulp sans restrictions… dans la ville d’Atlantis, dans une prison des sables, dans un repaire de hors-la-loi, sur une île aux monstres volcanique, dans un tombeau de glaces.
Un méchant super fort, obsessionnel et damné.
Plein plein plein de créatures marines, dont des monstres énormes (c’est la seule marotte thématique du réalisateur James Wan, et on sent son enthousiasme), et une armée maléfique semblant sortir du Seigneur des Anneaux.
Des gros combats aux poings destructeurs, annihilant toute gravité – dont un aux tridents en plan-séquence, renversant.
Des séquences découpées pour toujours finir sur une « chute » (souvent gaguesque).
Des femmes qui se battent comme des As, à défaut d’avoir quelque chose à jouer…

Car si, comme dans le premier, on a à peu près deux tiers de l’histoire qui repose sur un duo de personnages conflictuels, le film évite encore de trop se disperser (sans être trop inélégant avec les actrices). Avant de se recentrer sur quelque chose de plus intime dans la dernière partie.
On est avec les deux frères cette fois, apprenant à se connaître et assumant à fond le buddy movie de type « 48 heures » – la grosse brute hirsute, qui cache ses insécurités derrière sa beaufitude (puisqu’il le dit lui-même), et son comparse sophistiqué et sarcastique, atterré devant ce mélange de balourdise et de lueur d’esprit. Après la romance, la bromance… celle des années 80/90, tout en muscles machos, souvent ringarde (ces remix de chansons !?), mais jamais arrogante envers le spectateur.
Ça amène à la grande idée de ce film : scinder en deux la Persona du Aquaman des comics, nous présentant à la fois le pire et le meilleur du héros, pour arriver à un équilibre.
À Patrick Wilson de prendre en charge le héros quand il était écrit de manière premier degré, un peu noble, un peu strict, souvent très ennuyeux (à divers moments, on a vraiment l’impression que c’est Arthur qu’on voit à l’écran, plutôt que Orm).
À Jason Momoa de continuer à incarner le héros tel qu’il a été écrit plus tardivement, de façon plus sauvage, orgueilleux, miteux, incorrigible… mais aussi charmant, extrêmement habile et qui sait faire entendre sa voix avec autorité quand il le faut (même si à divers moments, c’est beaucoup trop Lobo qu’on y voit).

C’est toujours un peu clichetoneux, ça ne va pas traiter vraiment des pères solitaires, de la difficulté d’être roi d’un Etat et aussi justicier du Monde entier, du prix moral à payer quand ses actions brisent des vies et entraînent de funestes conséquences, de la force des liens du sang, de l’union des peuples pour sauver la Nature du Capitalisme sauvage… C’est exposé, certes, mais en dehors de quelques phrases et autres métaphores, ce n’est pas complétement écrit.
Ce qui aurait toutefois pu donner le risque de s’autoparasiter, tant les thématiques possibles s’y multiplient.
Rien d’original (toutes les idées du film, on a déjà pu les voir ailleurs, y compris chez Marvel)… mais toujours Gé – né – reux. Aucune raison de suranalyser telle présence d’actrice, tel contexte de sortie au cinéma, tel ton désinvolte, ça serait une perte de temps réellement stupide, sans rapport avec le type de grand spectacle qu’on nous propose.
Puisque, surtout, ça va droit au but, ça ne tergiverse pas, et c’est tant mieux : c’est ça qu’on devrait attendre des super-héros aussi bien que chez des pompiers… se jeter dans l’action, avec des costaud(e)s qui savent ce qu’ils font, et qui font ce qu’ils disent.
In extremis on a eu ça cette année, ouf !

Quoi de mieux qu’un héros qui émerge à temps pour sauver la situation !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.