Rechercher Annuler

La parenthèse anecdote : quand on traduit Hamlet sur Google Traduction

De Justin Padawan - Posté le 13 décembre 2016 à 10h28 dans Insolite

Il y a fort heureusement des métiers qu'on ne peut toujours pas confier aux soins de la technologie. Celui de traducteur en fait partie, et surtout quand il s'agit d'œuvres écrites en Anglais du XVIème siècle. C'est ainsi que s'est amusée Davina Sammarcelli, l'Indéprimeuse dont le livre décalé se nomme Jambonlaissé de Guillaume Remuepoire, alias "Hamlet" de William Shakespeare.

hamlet

Démuni de sens et de logique

Cette histoire remémora sûrement à certains les dizaines d'heures à traduire des DM sur Reverso. Et si à l'époque vous ne remarquiez pas les absurdités de votre copie, sachez que traduire une feuille double en anglais sans prendre le soin de la relire donne une finalité particulièrement ratée. Sauf qu'ici on inverse l'ordre : on traduit de l'anglais au français avec un vocabulaire mêlant richesse et extravagance.

Ainsi, on s'amuse dans ce livre à retrouver des phrases surréalistes.

Par exemple, quand Hamlet entre deux tirades, semble oublier son texte : "Je suis folle, mais au nord-nord-ouest : quand le vent estuildensternJe sais que le sud, le faucon d’une égoïne. "

Ou bien, quand la traduction offre un nouveau sens particulièrement concis, comme avec le Roi : "Nous en doutons rien : cordialement adieu."

hamlet

Un projet de longue date

Pourtant, comme l'explique son auteure, Jambonlaissé n'est pas une œuvre à lire, mais plutôt un concours de la phrase la plus atroce et tordue. Nul ne le décrit mieux qu'elle : "Ce livre ne mérite vraiment pas d’être lu […] Google Translate a bien des mérites, mais certes pas celui de rendre justice à William Shakespeare, quand bien même le géant de Mountain View et le génial créateur d’Hamlet partagent la même langue maternelle. Ce livre n’est pas à lire et pourtant vous allez adorer y découvrir aphorismes, poèmes ou saynètes saugrenues, et un peu partout des anglicismes."

Issue d'une famille d'imprimeurs étalés sur plusieurs générations, l'autoproclamée "Indéprimeuse" s'amuse à détourner les codes de la littérature. Elle met ainsi en avant des métiers parfois méconnus, comme les traducteurs ou ainsi, les imprimeurs. C'est pourquoi madame Sammarcelli a cherché à imprimer Nietzche en Comic Sans MS. Elle cherchait à savoir si la police allait décrédibiliser le texte, "la réponse est oui" explique t'elle.

Avez-vous d'autres idées loufoques à faire passer à l'Indéprimeuse ? 

Cet article a été rédigé par
un lecteur d'Hitek : Justin

Hitek donne la parole à ses lecteurs Tu veux participer ?

Une erreur ?

Source(s) : rue89

Mots-Clés : traduction

Par Justin

Du haut de mes 19 ans j'ai du mal à enterrer les souvenirs d'une jeunesse nostalgique qui aura corrompu mon esprit pour toujours. De dresseur pokemon à apprenti sorcier, mon CV particulièrement étoffé se dévoilera au cours de chroniques qui feront ressortir vos plus belles expériences.

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (13)
photo de profil de <strong>jeanLucasec</strong>

Par jeanLucasec, il y a 8 ans :

Pauvre William !

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Fûté²</strong>

Par Fûté², il y a 8 ans (en réponse à jeanLucasec):

C la substantifique moelle,,, en fin révélée !

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Xerthes</strong>

Par Xerthes, il y a 8 ans :

De son côté Voltaire, il en pense quoi des fautes de français dans cet article?

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Fûté²</strong>

Par Fûté², il y a 8 ans (en réponse à Xerthes):

île est cri V sur Mans pas Dent lame aime langue que nous !

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>bonjour</strong>

Par bonjour, il y a 8 ans (en réponse à Fûté²):

ceci était un interlude de Tim45

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Aqrave</strong>

Par Aqrave, il y a 8 ans :

J'aime encore bien ça les Hamlet au fromage.

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Omer Dalor</strong>

Par Omer Dalor, il y a 8 ans :

Tout s'explique !
On comprend mieux pourquoi les poires Williams portent ce nom.

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Lt. Col. John Sheppard</strong>

Par Lt. Col. John Sheppard, il y a 8 ans :

NietSche*

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>yuropp</strong>

Par yuropp, il y a 8 ans (en réponse à Lt. Col. John Sheppard):

Nietchevo

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Bernard Boisson</strong>

Par Bernard Boisson, il y a 8 ans :

Comme disent les jeunes:
Les sans-ciel, ces cons, se comprennent !

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Fûté²</strong>

Par Fûté², il y a 8 ans (en réponse à Bernard Boisson):

Willkommen auf das Klub !

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>yuropp</strong>

Par yuropp, il y a 8 ans :

Petit Ours Brun sauce google, ça envoie du lourd aussi !

Répondre à ce commentaire

photo de profil de <strong>Kamishibailleur</strong>

Par Kamishibailleur, il y a 5 mois :

Un livre de plus à mettre dans la Shakespearotheque!

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.