Rechercher Annuler

Une scène de Toy Story 2 évincée du nouveau Blu-Ray à cause de sa blague sexuelle déplacée

De Guillaume Chagot - Posté le 3 juillet 2019 à 10h13 dans Cinéma

En novembre 2017, l'affaire Weinstein secouait Hollywood. Nombreux ont été les pontes de l'industrie du cinéma à être pointés du doigt pour leurs comportements déplacés, notamment vis à vis de la gent féminine. Et dans Toy Story 2, une scène visible dans le générique faisait démonstration de ce genre de comportement. Une scène supprimée de la nouvelle sortie Blu-Ray du film. 

Une scène éditée de Toy Story 2

Comme à leur habitude, les crédits des films Disney/Pixar ne servent pas qu'à honorer les équipes ayant travaillé sur cette oeuvre, ils permettent aux spectateurs de découvrir certaines scènes inédites, réalisées à la manière d'un best-off de bêtisier. Celui de Toy Story 2 dure un peu plus de 4 minutes, comme vous avez pu le voir grâce à la vidéo ci-dessus. Seulement, l'une de ces scènes a été censurée lors de la récente sortie Blu-Ray du film, à cause du comportement déplacé du personnage de Papi Pépite (interprété par Kelsey Grammer dans la version originale et Dominique Paturel dans la version française).

Cette scène, qui débute avec une courte discussion entre Woody, Jessie et Pile-Poil, se dirige ensuite vers la boite de Papi Pépite, dans laquelle le vieux chercheur d'or est en pleine discussion avec deux barbies, et se demande si les poupées sont absolument identiques et leur révèle qu'il pourrait bien leur proposer une apparition dans Toy Story 3. Une mise en lumière des agissements de certains grands pontes d'Hollywood, qui n'hésitent pas à user de leur position en échange de diverses faveurs. Une scène aussi bien absente de la version Blu-Ray 4K du film, que des versions digitales proposées par le studio.

Et, bien qu'Hollywood ait été chamboulé par l'affaire Weinstein, les studios Disney/Pixar n'y ont pas échappé. A la fin du mois de novembre de la même année, John Lasseter, chef de l'animation au sein du studio, annonçait son départ, suite à des remarques en provenance de son comportement vis à vis de ses collègues. A noter que John Lasseter a été impliqué dans le scénario et la réalisation de Toy Story 2. En supprimant cette scène, Disney/Pixar semble vouloir tirer un trait sur cette période. Néanmoins, la scène, même si supprimée du Blu-Ray, est désormais éternelle sur Internet. 

Une erreur ?

Source(s) : Reset Era Comic Book Rerelease News

Mots-Clés : scènePapi Pépiteaffaire WeinsteincréditsToy Story 2John Lasseter

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (37)

Par Billy, il y a 3 ans :

En même temps, c'est plus possible ce genre de scènes...

Répondre à ce commentaire

Par KikiPop, il y a 3 ans (en réponse à Billy):

Que proposes-tu du coup ? Censurer toutes les œuvres réalisées sous d'autres mœurs ?

Répondre à ce commentaire

Par Vash65, il y a 3 ans (en réponse à Billy):

Ce qui n'est plus possible, et qu'il faut qu'ils arrêtent, c'est de faire de la censure à tout bout de champs pour tout et n'importe quoi !
Personne ne vas faire chier les connasses qui se trémoussent à poil sur une boule de démolition ou les rappeurs qui prennent les femmes pour des objets dans leurs clips, bon, alors qu'ils laissent le cinéma et les séries tranquille.

Répondre à ce commentaire

Par Youja, il y a 3 ans via l'application Hitek (en réponse à Billy):

Donc on ne montre plus les choses malgré qu’elles existent ?
Raconte nous

Répondre à ce commentaire

Par Toxic, il y a 3 ans (en réponse à Billy):

Oh toi tu dois être du genre à faire des polémiques pour tout et n’importe quoi. Une plaie, quoi.

Répondre à ce commentaire

Par KikiPop, il y a 3 ans :

Ça commence comme ça et un jour on brûle les livres.

Répondre à ce commentaire

Par Captaine J, il y a 3 ans :

Censure idiote.... ils vont faire quoi des anciens films qui ont usé de ces blagues ? Les brûler sur la place du village en agitant des drapeaux et en faisant un salut...

Répondre à ce commentaire

Par KikiPop, il y a 3 ans (en réponse à Captaine J):

Nous assistons à une uniformisation de la parole publique où celui qui ne rentre pas dans les cases est évincé voire lynché (Sur les réseaux sociaux principalement).

Les mêmes qui agiteront le drapeau de la tolérance avec une bougie dans une main et un tee-shirt Charlie sur le dos.

La tolérance, oui ... Pour ceux qui sont d'accord.

Répondre à ce commentaire

Par plo, il y a 3 ans (en réponse à KikiPop):

C'est clair. De l’extrême centre ou du totalitarisme bienpensant. Il n'y a pas encore de nom la dessus mais on y va en effet.

Répondre à ce commentaire

Par Keamaru, il y a 3 ans via l'application Hitek :

S'ils commencent à faire ça, va falloir qu'ils nettoient un bon paquets de Disney.

Répondre à ce commentaire

Par pepiin, il y a 3 ans :

J'ai peut être pas compris, mais je trouve que la scène en question dénonce justement ce comportement non ?

Avec le vieux qui promet une place dans le film en échange de compensation peu subtil. Donc, en quoi c'est choquant ? C'est même bien non ? Cela dénonce ... Ou alors j'ai aps compris la scène.

Au pire revenir sur une oeuvre qui a + de 19 ans c'est peut être pas utile ... Sinon on va revenir sur beaucoup de chose.

Répondre à ce commentaire

Par Youja, il y a 3 ans via l'application Hitek (en réponse à pepiin):

Tout simplement

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans :

La censure c'est mal.

Mais si Pixar choisis en toute liberté et de sa propre initiative de modifier le contenus dont il est créateur et propriétaire, est-ce qu'on peut vraiment parler de censure ?

Si un créateur n'assume plus son oeuvre est-ce qu'il a le droit de la modifier ?

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 3 ans (en réponse à Murge):

"Choisis en toute liberté", 19 ans après et peu de temps après un gros scandale comme Weinstein.
Crédibilité/10.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans (en réponse à Kirishikey):

T'as des informations comme quoi PIxar aurait été contraint ?

Ou tu te contente juste d'étaler des suppositions vaseuses basées sur rien d'autre que tes sentiments personnel ?

Jusqu'à preuve du contraire, oui Pixar est bel et bien libre de ses choix éditoriaux.

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 3 ans (en réponse à Murge):

Si tu es passé à côté des shitstorm et scandales en tous genre sur internet et en particulier Twitter c'est pas notre faute.
Il faudrait sortir de ta grotte, et t'apercevoir que de nos jours, internet s'emballe très vite et que les entreprises en général voient d'un mauvais oeil les scandales qui ternissent leur image.
A ton avis pourquoi James Gunn a été viré du tournage des Gardiens 3 ?
Ou pire, Kevin Spacey d'House of Cards ? Pourtant, il n'a pas été reconnu coupable. Le premier venu a raconté publiquement que Spacey lui aurait touché la queue en soirée il y a 30 ans, et pouf, Netflix le vire.

C'est triste de pas te rendre compte des choses.

Pixar a créé ses scènes bonus, qui ne sont pas gratuites. Quand on sait combien coûte l'animation, on ne supprime pas sans raison des scènes ! Surtout, ça a quel sens de les supprimer autant d'années plus tard ?? Aucun. Si ce n'est faire plaisir aux petits sjw de Twitter ou Reddit.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans (en réponse à Kirishikey):

Autrement dit, t'as aucun élément concret.

Tu décris avec une subjectivité assumé un contexte dans lequel Pixar aurait sa décision selon toi ; mais t'es strictement incapable de démontrer que Pixar aurait été contraint.

Bref jusqu'à preuve du contraire, oui Pixar est bel et bien libre de ses choix éditoriaux.


Après t'es libre de critiquer les choix éditoriaux de Pixar mais si veux contraindre ces derniers à aller dans ton sens au nom de ta seule exigence .... qui devient le censeur alors ?

Répondre à ce commentaire

Par Jackito, il y a 3 ans (en réponse à Murge):

Quelle naïveté, ça fais peine à voir

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans (en réponse à Jackito):

Et puisque ce choix n'est pas neutre, il peut être critiqué.

Après face à ce choix chacun peut réagir comme il l'entend : on peut s'ériger en débile moralisateur et pleurnicher sur une censure imaginaire que la censureuh c'est paaaas bieeen !

Ou alors on peut assumer ses opinions et décrire pourquoi on réprouve ce choix.

Honnêtement c'est irritant de lire des réactions puant la malhonnêteté où des mecs vont se poser en donneurs de leçons, défenseurs de la veuve, de l'orphelin et de la liberté d'expression alors qu'en vérité ils sont simplement opposé au choix éditorial de Pixar et de la ligne qu'il implique.

J'ai juste l'impression de lire des lâches qui se planque derrière des grands principes impertinents plutôt que d'assumer leurs opinions.


Et si tu veux mon opinion : cette blague ne me dérange pas parce qu'elle a 20 pige et que le contexte d'alors était différent, dans un film contemporain elle me dérangerait.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans (en réponse à Murge):

Edit : oups erreur sur le c/c ; ceci est le début de mon post précédent :

Aucune censure n'a été exercé sur l'oeuvre dont Pixar est auteur et propriétaire.

Les mots ont un sens et le mot "censure" en a un très précis.

Jusqu'à preuve du contraire, Pixar a choisis librement d'éditer son oeuvre et c'est leur droit.

Et puisque ce choix n'est pas neutre, il peut être critiqué.

[...]

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 3 ans (en réponse à Murge):

L'autocensure ça n'existe pas. C'est un terme inventé pour euphémiser la pression médiatique et politique, des lobbys des minorités victimaires aujourd'hui, mais c'était le cas des communistes en URSS aussi par exemple.
Ce sketch, il représente quelque chose, l'interprétation qu'on en fait ne doit pas impliquer une censure. Mais ça c'est le monde génial des victimairees premier degré.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Pour parler d'auto-censure, il faudrait être sacrément biaisé ou complètement débile au point d'ignorer la ligne éditoriale de Pixar qui a bannit tout humour oppressif depuis sa création.

Et désolé pour les fleurs fragiles dont je vais blesser l'ego mais il faut être le dernier des crétins pour parler de censure quand Pixar fait un choix éditorial :

La censure c'est quand le gouvernement russe fait assassiner des journalistes qui enquêtent sur ses magouilles ( https://lemonde.fr/international/… )

Un mec parano pourrait évoquer une éventuelle pression de l'opinion publique encore faudrait-il la démontrer, et même dans ce cas hypothétique il faudrait être assez naïf pour réclamer que Disney/Pixar persiste dans la diffusion d'un contenus qui, dans cette théorie débile, serait subversif.


Bref jusqu'à preuve du contraire Pixar a fait un choix éditorial concernant une oeuvre dont il est maître de A à Z, la seule question qui se pose c'est celle de la légitimité du créateur à modifier son oeuvre après qu'elle ait été diffusé. (question qui s'applique aussi à G.Lucas)

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 3 ans (en réponse à Murge):

"Choix Editorial" , encore un euphémisme pour parler de censure. Vive la liberté d'expression.
Tu es sans doute haut fonctionnaire au royaume des imbécile pour sortir des débilités comme ça.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Une censure s'exerce sous la contrainte.

Disposes tu du moindre élément tangible indiquant que Pixar aurait été contraint ?

Les mots ont un sens ; pour parler de censure dans le cas présent, faut être un crétin ou un menteur.

Jusqu'à preuve du contraire Pixar a choisis librement d'éditer le contenus dont il est propriétaire -> choix éditorial.

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 3 ans (en réponse à Murge):

Tu as des éléments tangibles que Neil armstrong a marché sur la Lune ?
Arrête de vivre dans un monde de pur naiveté... La société américaine est gangréné par le politquement correct, et c'est lié à la propagation de la "French Theory" par les milieux démocrates universitaires.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 3 ans (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Oui on a plein d'éléments tangibles qui prouvent que Neil a marché sur la lune à commencer les roches lunaires qui ont été rapportées ou le laser qui a été poser sur la lune et que chacun peut repérer avec son télescope.

Toi par contre, t'as aucun éléments tangible qui montreraient que Pixar aurait été contraint.

Tu peux décrire avec pédanterie et subjectivité un contexte qui pourrait expliquer, selon toi, la prise de décision de Pixar ; mais la décisions reste un choix de Pixar.

Bref faut être un abruti finis pour parler de censure ici alors que Pixar a choisis librement, même toi tu le reconnais implicitement.

Répondre à ce commentaire

Par Newt, il y a 3 ans :

Bientôt dans les salles : Le bûché des vanités II

Répondre à ce commentaire

Par Henri Des, il y a 3 ans :

Je vais lancer une pétition pour réécrire chrétien de Troyes écriture inclusive et changer certains personnages pour être plus inclusif envers les minorités.
J'espère qu’à terme nous arriverons à oublier l’oeuvre originale, probablement écrite par un facho.

Répondre à ce commentaire

Par KikiPop, il y a 3 ans (en réponse à Henri Des):

"Yvain•e ou le•a Chevalier•ère au•à la lion•ne"

Répondre à ce commentaire

Par plo, il y a 3 ans (en réponse à Henri Des):

Où Tristan est un transgenre noir juif et Isseu un.e Chevalier.ere musulmane vegan. Ça sera paaarfait mon.ma chéri.e.
D’ailleurs Chrétien de Troyes c'est une offense aux gen.te.s non-chrétien.e.s, on va l'appeler "3" , voilà ça n'offensera aucune minorité comme ça. Par contre la majorité va gueuler mais bon, c'est des privilégiés cis-blanc hétéro, c'est le mal du siècle.

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 3 ans :

Je pense que le film WONDER WOMAN de 2017 devrait être édité.
Il est intolérable que le film fasse l'apologie d'un monde sans hommes, où les femmes se débrouillent très bien toutes seules.
Où est la tolérance et le vivre ensemble ?
Cet exemple détestable ne peut que pervertir les esprits fragiles et malléables des jeunes filles, ce qui a terme ne peut que mener à la destruction de l'humanité.
L'humain n'est pas hermaphrodite, et les femmes seules ne peuvent procréer. Donc, WONDER WOMAN est porteuse d'une idéologie dévastatrice et inhumaine.

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 3 ans (en réponse à Kirishikey):

Wonderwoman promeut la vit communauté LGBT entre femmed (ou assimilé ou autre). Ton raisonnement ne tient donc pas.

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 3 ans (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Justement, une immonde propagande pro-féministe et pro-LGBT.
Comme si l'humanité pouvait survivre à une communauté de lesbiennes, fussent-elles super-héroïques.

Répondre à ce commentaire

Par Dartha, il y a 3 ans :

La gestapo hollywoodienne.

Répondre à ce commentaire

Par garuda, il y a 3 ans :

ça me rappelle le film Equilibrium...

Répondre à ce commentaire

Par Voyd, il y a 3 ans :

Ahhh l'Amérique et son goût pour le scandale inutile

Répondre à ce commentaire

Par Mustik, il y a 3 ans :

Si on suit la logique, il faudrait éditer au moins la moitié du bossus de notre dame, rehabiller la petite sirene et jasmine, retirer l'alcool et les cigars dans pinocchio ... pour tout rendre bien lisse

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.