12 détails historiques peu connus d'événements bien plus marquants

De GomeWars - Posté le 6 septembre 2018 à 10h10

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

L'Histoire de la France, mais également du monde qui nous entoure, nous est d'abord enseignée à travers le programme scolaire par le biais de différents professeurs. Des cours qui n'empêchent pas certains amoureux de faits historiques de plonger leurs nez dans des livres, des recueils et autres articles d'époque, de manière à comprendre davantage le passé de notre société et ce qui nous entoure. Néanmoins, même si les grands événements comme la Seconde Guerre mondiale ou le règne de Napoléon sont au programme, des détails intéressants sont laissés de côté, de manière à ce qu'un maximum de moments majeurs soient abordés. Ces détails méritent tout de même le coup d'oeil, en voici d'ailleurs 12. 

Plus de 700 survivants et trois chiens

Annoncé comme "insubmersible", le Titanic a connu un tragique incident dans la nuit du 14 avril 1912 en percutant un iceberg. Le naufrage du plus luxueux paquebot de l'époque est entré dans la culture populaire grâce à son adaptation cinématographique réalisée par James Cameron et sortie en 1997. Environ 2224 passagers se trouvaient à son bord, dont plusieurs animaux : des chats, des chiens, des poulets ou encore des rats.

Seuls 3 animaux en ont réchappé, trois chiens, un pékinois nommé Sun Yat Sen appartenant à Henry Sleeper Harper et sa femme Myra, et deux poméraniens, l'un se prénommant Bebe et appartenant à  Margaret Bechstein Hays, l'autre appartenant à Elizabeth Rothschild et appelé Lady. Si ces chiens ont survécu, c'est grâce à leur petite taille, leur permettant d'être emporté par leurs propriétaires sur les canaux de sauvetage. Quant aux autres animaux, ils ont tous péri. 

La dysenterie, facteur important de la bataille d'Azincourt

De 1337 à 1453, dans un conflit entrecoupé de diverses pauses, les royaumes de France et d'Angleterre se sont affrontés. La Guerre de Cent Ans se soldera finalement par une victoire de la France, parvenue à repousser les Anglais jusqu'à la ville de Calais, qui ne sera reprise qu'un siècle plus tard. Le 25 octobre 1415, alors qu'Henri V, roi d'Angleterre, tente d'atteindre Calais dans le but de rejoindre l'Angleterre, lui et ses hommes sont interceptés par une armée prête à en découdre. L'armée anglaise menée par son roi est composée de 6000 hommes quand les Français, menés par Charles Ier d'Albret regroupe environ 13500 soldats. Malgré le surnombre, les Français ne parviendront pas à vaincre les troupes britanniques.

Miniature tirée de l’Abrégé de la Chronique d'Enguerrand de Monstrelet, XVème siècle 

Entre le terrain boueux et gorgé d'eaux, les armures lourdes des chevaliers français et la précision et la position des archers anglais, la bataille est rapidement pliée en deux. Seulement, les troupes britanniques étaient malades, une bonne partie des soldats étant atteints de dysenterie, une maladie infectieuse du côlon provoquant de graves diarrhées. Si l'on en croit l'historien Juliet Barker, certains archers anglais "étaient réduits à couper leurs culottes souillées et leurs sous-vêtements de manière à permettre à la nature de suivre son cours plus facilement". 

Le Pentagone et sa forme emblématique

Symbole militaire de la puissance nord-américaine, le Pentagone a été inauguré le 15 janvier 1943. Cinq étages de bureaux dans lesquels civils et militaires organisent, entre autres, la défense des Etats-Unis. Plutôt que de s'étendre verticalement à la manière des gratte-ciels, le Pentagone s'est étalé, sortant de terre 28 kilomètres de couloir. Si le Pentagone possède cette forme inhabituelle, c'est parce qu'initialement, le bâtiment devait couvrir le complexe d'Arlington Farms, prévu pour accueillir temporairement une partie des effectifs féminins durant la Seconde Guerre mondiale.

Ce complexe possédant une forme pentagonale, le Pentagone a été nommé selon cette forme. Toutefois, si le Pentagone était construit sur Arlington Farms, le bâtiment aurait pu gâcher la vue de Washington depuis le cimetière de la ville d'Arlington. Le Président Roosevelt s'est donc tourné vers l'autre localisation proposée, l'aéroport de Washington-Hoover. Toutefois, pour des raisons de temps et d'argent, les plans initiaux ont été gardés. 

Les Apollo Bag, le calvaire des astronautes

De nos jours, missions spatiales et besoins naturelles font bon ménage. Toutefois, lorsque la conquête spatiale n'en était qu'à ses débuts, les appels de la Nature étaient un véritable problème pour les astronautes. Avant de pouvoir profiter des classiques toilettes, les astronautes des missions Apollo devaient faire face à l'Apollo Bag.

Le principe est relativement simple, le sac est maintenu contre le postérieur et le tout doit se retrouver au fond du sac. Pour s'aider, l'équivalent d'un préservatif pouvait être placé sur un de leur doigt pour aider à déplacer les matières fécales. Le problème, c'est que sans gravité, l'exercice est plus difficile que prévu. Pendant la mission Apollo 10 par exemple, des excréments se sont retrouvés dans l'habitacle. Une scène enregistrée par écrit par la NASA dans laquelle on peut lire les astronautes niés tour à tour être à l'origine de ces excréments. 

Le LZ 129 Hindenburg aurait pu s'appeler LZ 129 Hitler

Les zeppelins, ces immenses aérostats qui ont marqué le début du 20e siècle, doivent leur nom à Ferdinand von Zeppelin, fondateur de l'entreprise Luftschiffbau Zeppelin GmbH. Sa création la plus connue reste sans aucun doute le LZ 129 Hindenburg, le plus grand dirigeable commercial jamais réalisé et affecté sur une ligne régulière Europe-États-Unis. Nommé après Paul von Hindenburg, Président du Reich de 1925 à 1934, le LZ 129 Hindenburg aurait pu s'appeler le LZ 129 Hitler.

La population allemande fait preuve d'un véritable engouement pour les dirigeables et Joseph Goebbels se servira des modèles LZ 127, 129 et 130 pour assurer la propagande du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP). Le responsable de la propagande tentera même de faire baptiser le LZ 129 avec le nom d'Adolf Hitler mais Hugo Eckener, dirigeant de Luftschiffbau Zeppelin GmbH à ce moment là va refuser, notamment parce qu'Eckener est anti-nazi et qu'Hitler n'a jamais eu confiance en ces aérostats, dans tes propos rapporté par le réalisateur allemand Veit Harlan :

"Jamais je ne monterai dans cet engin. C’est un cercueil volant ! Je ne traverserai l’océan que le jour où les avions seront capables de le faire. Ce cigare géant est rempli de gaz parce que les Américains ne veulent pas nous vendre de l'hélium. Tôt ou tard, il explosera."

Le LZ 129 Hindenburg sera finalement détruit par un incendie le 6 mai 1937, causé par une fuite d’hydrogène dans les puits d’aération alors qu'il s'apprêtait à atterrir dans la base aérienne de Lakehurst dans le New Jersey. 

La bataille de Waterloo, fournisseuse de fertilisant pour la pelouse britannique

Défaite décisive de Napoléon, la bataille de Waterloo marque la fin de son règne et une nouvelle victoire au compteur des Anglais. Le 18 juin 1815, l'empereur Napoléon Ier et son Armée du Nord sont opposés à la Belle-Alliance (comme l'appellent les Allemands), composée de Britanniques menés par le duc de Wellington, d'Allemands, de Belges, de Néerlandais, et de l'armée prussienne du maréchal Blücher. Les 71 600 hommes de Napoléon Ier sont opposés aux 68 000 de l'armée des Alliés. Bilan : 9500 morts, plus de 30 000 blessés et près de 4000 disparus. Seulement, après chaque bataille, l'heure est au nettoyage. Les cadavres ont bien une utilité, notamment les os et les dents, indique Robert Fisk, reporter de guerre, dans l'Independant

"Après Waterloo, les os des morts, les britanniques de Wellington, les français de Napoléon et les prusses de Blücher, étaient envoyés à Hull (une ville côtière anglaise) afin d'être utilisés comme fertilisant pour la terre agréable et verte anglaise."

Les dents étaient également convoitées. À l'époque, les dents en bon état des cadavres servaient à constituer des dentiers. Une activité lucrative pour les pillards, compte tenu du nombre extrêmement élevé de morts durant cette courte période.

Jeanne d'Arc, brûlée vive pour ses vêtements

Même si un peu plus de 600 ans nous séparent de sa naissance, Jeanne d'Arc reste un icône de l'Histoire française. La Pucelle d'Orléans continue d'inspirer les esprits de par sa bravoure, certains n'hésitent même pas à lui demander de l'aide encore aujourd'hui. Porte-étendart ou véritable chef de guerre, le véritable rôle de Jeanne d'Arc n'a pas encore été totalement démontré. Mais une chose est sûre, elle est en partie responsable de la levée du siège d'Orléans par les Anglais et de la tentative de libération de Paris. Capturée peu après par les Bourguignons à Compiègne, elle est vendue quelques mois plus tard aux Anglais, qui la rapatrient à Rouen. Son procès débutera le 21 février 1431.

Jeanne d'Arc par François-Nicolas Chifflart (vers 1901)

Problème, les enquêteurs ne parviennent pas à mettre la main sur un chef d'accusation valable. Le tribunal l'accuse donc de porter des habits d'homme, mais surtout de se référer au jugement de Dieu plutôt qu'à celui de l'Église militante. Les voix qu'elle prétend entendre sont celles des saintes Catherine et Marguerite et de l'archange saint Michel. Le 30 mai 1431, la jeune femme est conduite au bûcher où elle décède intoxiquée par les gaz toxiques comme le monoxyde de carbone. Deux crémations supplémentaires sont requises par le cardinal de Winchester afin qu'il ne reste absolument rien de la Pucelle, de manière à éviter tout culte post-mortem. 

Oussama Ben Laden, un problème de taille

Terroriste le plus célèbre du monde, Oussama Ben Laden est connu pour être à l'origine des attentats du 11 septembre 2001. Recherché activement depuis la fin des années 90, Oussama Ben Laden est finalement tué le 2 mai 2011 à Abbottabad au Pakistan par un commando des SEAL, les forces spéciales américaines. Seulement, sur place, l'authentification a rencontré quelques problèmes. Abattu d'une balle dans le torse et d'une balle près de l'oeil droit, Oussama Ben Laden doit être conformément identifié avant d'être ramené à la base aérienne de Bagram en Afghanistan.

Outre la reconnaissance visuelle, les Américains prévoyaient un test ADN une fois le corps ramené à la base. Une des mesures sur place résidait dans la taille du corps. Seulement, l'équipe dépêchée n'a pas pris le soin d'emporter avec elle un mètre-ruban. Sur l'affiche du FBI, Ben Laden est décrit comme mesurant entre 195 et 201cm. L'un des soldats, mesurant environ 1m80, a dû s'allonger à côté du cadavre pour s'assurer que la taille du corps convenait. Un oubli commenté par Barrack Obama en personne, se demandant comment on pouvait assigner un hélicoptère de 60 millions de dollars à une opération tout en oubliant un simple mètre-ruban. 

L'espion qui a tenté de stopper Pearl Harbor

Alors que l'acteur qui incarnera le célèbre 007 dans le prochain film James Bond n'a pas encore été trouvé, l'une des premières inspirations de Ian Flemming a informé le FBI d'une attaque prévue contre la base de Pearl Harbor, 4 mois avant la frappe japonaise. Duško Popov, un agent double serbe oeuvrant pour le MI6, le service de renseignement britannique, s'occupait de récolter des informations cruciales ainsi que de désinformer l'Abwehr, le service de renseignement de l'état-major allemand. Le 12 août 1941, Duško Popov indique avoir informé le FBI d'une attaque future contre la base américaine de Pearl Harbor.

Le chef du FBI de l'époque, J. Edgar Hoover, aurait décidé délibérément de ne pas informer ses supérieurs de ces informations ou ces derniers auraient décidé de ne pas en tenir compte. Certains pointent du doigt Hoover, qui ne faisait pas confiance à Popov, à cause de son statut d'agent double. Une absence de confiance qui aura même conduit l'Américain à menacer le serbe de l'arrêter sous la coupe du Mann Act (qui criminalise le fait de transporter des femmes ou des jeunes filles d'un État à un autre "dans un quelconque but immoral"), lorsque Hoover apprit que Popov voyageait de New-York vers la Floride en compagnie d'une jeune femme. 

Le Japon aurait pu devenir une nation chrétienne

Le 14 août 1945, l'empereur Hirohito annonce à la radio nippone la capitulation du Japon. Une décision actée le 2 septembre de la même année, avec la signature de la capitulation à Tokyo. Général américain, Douglas Mac Arthur est reçu par l'empereur le 27 septembre 1945 à titre de commandant suprême des forces alliées. Un entretien qui a pour objectif de laver le nom de la famille impériale, si l'empereur et sa famille se montrent "compréhensifs". Sans surprise, Hirohito accepte. Mais comme le révèle le révérend Billy Graham au New-York Times en 1964, l'empereur japonais était prêt à prendre certaines mesures pour contenter les forces Alliées. 

Hirohito aurait proposé à Douglas Mac Arthur de faire du Japon une nation chrétienne, de manière à rapprocher la péninsule nippone des Etats-Unis aussi bien sur le plan économique que sur le plan religieux. Mac Arthur décide tout de même de décliner cette offre car selon lui, la religion ne doit pas être imposée : "Aucune nation ne devrait être rendue conforme à aucune religion. Cela doit être fait sur la base du volontariat."

Les bombes à chauve-souris de la Seconde Guerre Mondiale

Si vous avez une peur irrémédiable d'aller chez le dentiste, leur esprit fourbe y est certainement pour quelque chose. En janvier 1942, le Dr Lytle S. Adams, ami d'Eleanor Roosevelt, la femme de Franklin Delano Roosevelt, président des Etats-Unis entre 1933 et 1945, soumet une idée à la Maison-Blanche : les bombes à chauve-souris. Machiavéliquement destructrice, cette arme consiste en le largage d'un réservoir contenant une flopée de chauve-souris, équipées d'une bombe incendiaire utilisant du napalm et d'un retardateur.

À gauche, un incendie malencontreusement provoqué par des chauve-souris dans une base du Nouveau-Mexique. À droite, l'une de ces chauve-souris équipée d'une bombe miniature

Les chauve-souris profitent de la nuit pour s'éloigner du lieu de largage, rentrent dans les habitations pour s'y abriter et dès que le compteur est prêt, le tout se déclenche. Les habitations japonaises étant majoritairement composées de matériaux inflammables comme du bois, du bambou et de la toile, les incendies seraient difficilement stoppés. Même si le projet est validé par Franklin Roosevelt, il est abandonné après quelques années, dû à sa conception trop lente et sa prévisible obsolescence. Les bombes à chauve-souris n'auraient pas pu être prêtes avant la moitié de 1945 et avec le projet de la bombe nucléaire, le projet se veut un peu trop archaïque au goût de certains. 

Le suicide d'Hitler aurait pu arriver plus tôt que prévu

Le 30 avril 1945, caché dans son bunker en compagnie d'Eva Braun, sa femme, Adolf Hitler se suicide alors que l'armée rouge n'est qu'à quelques centaines de mètres des lieux. Et même si ce suicide marque la fin de l'existence du Führer (même si des théories du complot font état de sa fuite), cet acte aurait pu arriver avant même le début de la Seconde Guerre mondiale. Dans la soirée du 8 novembre 1923, Hitler tente de prendre le pouvoir via le putsch de la Brasserie. Un échec cuisant qui aura conduit à son arrestation par les autorités allemandes, fidèles au gouvernement. Avant son arrestation, Hitler trouve refuge chez son vieil ami Ernst "Puzi" Hanfstaengl. Si l'on en croit les registres de Hanfstaengl, lorsque la police est arrivée, Hitler a sorti un pistolet pour tenter de se suicider, un acte arrêté de justesse par Helen, la femme new-yorkaise de Puzi. 

Une erreur ?

Mots-Clés : Japonhitlerincendiedétailhistoirepentagoneseconde guerre mondiale

Source(s) : CBSNewsHistoryNY TimesCracked

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (16)

Par Billy, il y a 2 semaines :

Intéressant !

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 2 semaines :

Pour Pearl Harbor, il faut de toute façon prendre en compte que les Américains souhaitaient absolument une attaque. La flotte du Pacifique était obsolète pour la plupart de ses navires, et donc soit ils allaient être ferraillés, soit envoyés durant des mois au chantier naval pour modernisation.
Les porte-avions, seuls navires réellement précieux, n'étaient pas présents.
Et une attaque japonaise était le prétexte rêvé, le casus belli dont Washington avait besoin pour fondre en toute légitimité sur cet arrogant rival asiatique qui prenait désormais trop ses aises dans le "lac américain".

Répondre à ce commentaire

Par Tonald Drump, il y a 2 semaines (en réponse à Kirishikey):

D'où tu tiens ça ? Je suis sceptique sur ce que tu avances mais néanmoins curieux.

Répondre à ce commentaire

Par Tonald Drump, il y a 2 semaines (en réponse à Tonald Drump):

En fait tu trouves assez facilement du grain a moudre :
http://actualitedelhistoire.over-blog.com/…

Répondre à ce commentaire

Par Captain Obvious, il y a 2 semaines (en réponse à Kirishikey):

Pas spécialement non. L'attaque de Pearl Harbor s'est effectuée en moins de deux heures, le dimanche 7 vers 7h30, jour béni pour l'aviation japonaise qui peut sans trop de peine bombarder une grande partie de la Navy pour peu de pertes. On dénombre au total pour les américains 2400 blessés, 1300 blessés, deux cuirassés détruits, un destroyer détruit, 6 cuirassées gravement endommagés pour une plus ou moins longue période, plusieurs croiseurs et quelques navires plus petits, le plus souvent gravement endommagés ; par chance les portes avions hors du port ce jour là s'en sont tirés sain et sauf. Les japonais eux perdront seulement 40 avions et quelques sous-marins de poche. Il faut y ajouter 160 avions détruits. Par chance ou par mauvais commandement, les zones industrielles de réparations ont été épargnées ce qui a permis aux américains de réparer leurs flottes et ce sans trainer, ajoutant à cela le support des industries de la Californie. On prétend que Roosevelt était au courant mais ça tient plus de la théorie du complot qu'autre chose, on savait que le Japon voudrait la guerre, mais on ne savait pas quand, ni où il attaquerait.
Source : La Seconde Guerre Mondiale - Jean Quellien - Editions Tallandier

Répondre à ce commentaire

Par Captain Obvious, il y a 2 semaines (en réponse à Captain Obvious):

Désolé, faute de relecture, c'est 2400 morts et 1300 blessés...

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 2 semaines (en réponse à Captain Obvious):

Roosevelt savait que les Japonais allaient attaquer, oui. Du moins, qu'ils avaient en tête de le faire. Il ne savait pas (officiellement) où précisément, certes.
Ceci dit, pas besoin d'être un grand génie pour se douter très fortement que Pearl Harbor était parmi les meilleurs objectifs à frapper !
Qui ne voudrait pas anéantir d'une seule touche la flotte de l'adversaire ?
Dans la tête des Japonais, c'était l'occase d'envahir l'intégralité du Pacifique et d'occuper le territoire "définitivement".
Ce qui est assez illusoire, les Américains auraient fatalement repris l'ascendant, mais la guerre aurait duré un ou deux ans de plus.
Le Japon n'avait tout simplement pas les moyens technologiques, énergétiques, géopolitiques de gagner , mais ça c'est une autre histoire.

Répondre à ce commentaire

Par Captain Obvious, il y a 2 semaines (en réponse à Kirishikey):

Étonnement, non, les américains pensait que les Philippines seraient visées en priorité, de part sa proximité. Enfin bon, oui les forces américaines n'ont pas été prudentes et l'État-major n'avait pas suffisamment mis de précautions en place.

Ceci dit, tu as tout à fait raison, sur la longue durée, le Japon n'aurait jamais vaincu, ils ont joué sur la rapidité comme les allemands, mais leurs hargne de se battre jusqu'à la mort n'aura pas suffit ; les USA étaient plus avancé technologiquement, possédaient plus de ressources et de mains d'œuvre, plus de soldats, et on fait part de meilleures stratégies.

Répondre à ce commentaire

Par Kirishikey, il y a 2 semaines :

Pour Hitler, l'actualité (très récente) règle leur compte à toutes les théories du complot : Philippe Charlier, médecin légiste de son état, a étudié les restes présentés comme ceux d'Hitler par les Soviétiques, pardon, les Russes, et conclut qu'il s'agit bien de fragments du corps du Führer.
Donc, à moins de supposer qu'il s'agit d'un complot de Staline et Hitler pour permettre l'évasion de ce dernier... ou alors d'un tour de passe-passe d'Hitler qui n'a jamais été éventé par Staline pour éviter l'humiliation d'avoir laissé s'échapper son ennemi.
Auquel cas, ça sera pratiquement impossible à prouver.

Source : The European Journal of Internal Medecine (mai 2018).

Ah, temps que j'y suis : les théories sur la survie d'Hitler sont toutes nées de la cachotterie de Staline, qui a ordonné que le résultat de l'autopsie du corps d'Hitler reste secret. En fait, aucune mention d'un quelconque cadavre hitlérien ne figure dans les rapports officiels soviétiques, même Joukov, pourtant numéro 2 du régime, ne savait rien. Et déclara en conférence de presse : "nous n'avons découvert aucun cadavre pouvant être celui d'Hitler, il a très bien pu s'échapper en avion au dernier moment". La messe était dite.

Répondre à ce commentaire

Par Aleflippy, il y a 2 semaines :

Belle copie de listverse. Bravo hitek.

Répondre à ce commentaire

Par Athia, il y a 2 semaines :

"LES BOMBES À CHAUVE-SOURIS DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE
Si vous avez une peur irrémédiable d'aller chez le dentiste, leur esprit fourbe y est certainement pour quelque chose."
Heu ?

Répondre à ce commentaire

Par Henri Des, il y a 2 semaines :

Jeanne! Au secours!

Répondre à ce commentaire

Par Happy62, il y a 2 semaines :

Pour les chauves-souris au napalm, l'idée à aussi été arrêtée parce qu'à un moment donné, les chauves-souris se sont échappées de leur cages... pour aller se réfugier sous les réserves de carburant de la base.

Répondre à ce commentaire

Par yannick, il y a 2 semaines :

Pour ce qui est de Ben Laden, on ne connait pas encore son rôle dans le 11 Septembre : https://dailymotion.com/video/x4w1g0w

Répondre à ce commentaire

Par Ikagura, il y a 2 semaines :

Ah mais pourquoi les gens ont aidé Adolf? Entre la noyade et sa première tentative...

Si seulement on pouvait revenir dans le temps...

Répondre à ce commentaire

Par Nayko93, il y a 2 semaines :

respect au général mac arthur qui n'a pas forcer le japon a adopter leur stupide religion , surtout quand on sais a quel point les américain sont totalement a fond dans cette merde

la culture nippone n'aurais surement pas été la même qu'aujourd'hui si le pays avait adopter cette religion de merde

( oui je déteste cette religion et toute les autre religion dites monothéiste )

bon en revanche n’oublions pas que ils on quand même bien changer la culture du japon et interdit pas mal de truc a cause de la pression des américain , la censure notamment ...

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Samsung Galaxy Tab S4, une nouvelle tablette concurrente de l'iPad Pro : fiche technique, prix et date de sortie

Samsung Galaxy Tab S4

Il y a 2 semaines

Note : 8,2
Test Shadow of the Tomb Raider : une aventure rythmée un peu vieillotte

Shadow of the Tomb Raider

Il y a 2 semaines

Note : 8
Test Dragon Quest XI : gameplay, présentation et notre avis sur le jeu

Dragon Quest XI

Il y a 3 semaines

Note : 7,25