Rechercher Annuler

Alec Baldwin : des preuves montrent que le terrible accident aurait pu être évité

De Tahar Sadaoui - Posté le 23 octobre 2021 à 16h12 dans Cinéma

Suite au malheureux incident survenu lors du tournage du film Rust, où Alec Baldwin a malencontreusement tiré sur des membres de l'équipe, causant la mort de la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blessant le réalisateur Joel Souza, une enquête a été lancée, révélant ce qui s'est passé à ce moment fatidique.

un triste accident...

Comme le rapporte le Santa Fe Reporter, les premiers résultats de l'enquête sont apparus, permettant alors de mieux comprendre la chronologie des évènements, notamment grâce aux diverses déclarations des témoins.

L'équipe de tournage, ainsi que les acteurs, effectuaient ainsi une simple répétition pour l'une des scènes du film Rust, le dernier projet de Baldwin dans lequel il travaille en tant qu'acteur et producteur. L'armurier de l'équipe de tournage avait disposé trois "faux pistolets" sur un chariot, et l'assistant réalisateur du film en a pris un pour la répétition, le remettant donc à Baldwin.

C'est alors que l'assistant réalisateur a signalé aux personnes réunies pour la répétition qu'il n'y avait pas de vraies munitions dans le pistolet, en criant "Cold gun" (litt. "arme froide", jargon signifiant qu'une arme n'a pas de munitions, y compris pour les balles à blanc). Mais l'assistant "ne savait pas qu'il y avait des vraies balles dans l'arme factice", peut-on lire dans la déclaration sous serment.

L'armurier, quant à lui, a pris possession de l'arme factice avec laquelle Baldwin a tiré et d'une douille vide. Il a ensuite remis l'arme aux enquêteurs, qui l'ont placée avec les autres armes et munitions se trouvant sur le chariot. Bien que le film se déroule dans les années 1880, nous n'avons pas encore d'informations concernant le type ou le calibre de l'arme.

Baldwin s'est rendu de son plein gré au bureau du shérif après la fusillade et a fait une déclaration. Il semble pour l'instant qu'il soit toujours considéré comme un témoin et non comme un suspect. Au moment de la publication, aucune charge n'avait été retenue en rapport avec l'accident. Le porte-parole du shérif du comté de Santa Fe, Juan Rios, n'a pas répondu aux questions soumises. On ne sait donc pas si des accusations seront portées, si quelqu'un sera traité comme suspect.

Le procureur du First Judicial District, Mary Carmack-Altwies, a publié une déclaration hier matin :

Cette affaire en est encore aux étapes préliminaires de l'enquête. Nous assistons le bureau du shérif du comté de Santa Fe et leur avons offert notre soutien total. Pour l'instant, nous ne savons pas si des accusations seront portées. Nous examinerons tous les faits et preuves de l'affaire avec une grande discrétion et nous aurons de plus amples informations ultérieurement. Nos pensées vont à toutes les personnes touchées par cette tragédie.

Le tournage du film a commencé au début du mois et devait se poursuivre jusqu'en novembre. Pourtant, l'équipe du tournage a décrit des problèmes de sécurité et des "ratés" sur le plateau de tournage, quelques jours avant l'incident mortel.

qui aurait pu être évité ?

Selon nos confrères du Los Angeles Times, quelques heures avant que l'acteur ne tue accidentellement Halyna Hutchins et blesse Joel Souza sur le plateau de tournage au Nouveau-Mexique, une demi-douzaine de caméramans avaient quitté le plateau pour protester contre les conditions de travail du film.

Les caméramans et leurs assistants étaient frustrés par les conditions de travail entourant le film à petit budget, se plaignant notamment des longues heures de travail, des longs trajets et de l'attente de leurs salaires.

Les protocoles de sécurité standards dans l'industrie, comprenant l'inspection des armes, semblent ne pas avoir été strictement suivis sur le plateau de tournage. Au moins un des caméramans s'est plaint le week-end dernier à un des directeurs de production de la sécurité des armes sur le plateau. Trois membres de l'équipe, qui étaient présents sur le plateau du Bonanza Creek Ranch samedi dernier, ont déclaré qu'ils étaient particulièrement préoccupés par deux décharges accidentelles des armes factices.

La doublure de Baldwin avait déjà tiré accidentellement deux balles samedi dernier, après avoir été informé que l'arme était "froide". Deux membres de l'équipe, ayant assisté à la scène, déclarait :

Il y aurait du avoir une enquête sur ce qui s'est [déjà] passé. Il n'y a pas eu de réunions de sécurité Il n'y avait aucune assurance que cela ne se reproduirait pas. Tout ce qu'ils voulaient faire, c'était se précipiter, se précipiter, se précipiter.

Un des membres, extrêmement alarmé par la dangerosité de ces armes factices, avait déjà prévenu le directeur de production de l'unité : "Nous avons maintenant eu 3 décharges accidentelles. C'est super dangereux".

Dans un communiqué, Rust Movie Productions a déclaré :

La sécurité de nos acteurs et de notre équipe est la priorité absolue de la Rust Productions et de toutes les personnes associées à la société. Bien que nous n'ayons été informés d'aucune plainte officielle concernant la sécurité des armes ou des accessoires sur le plateau, nous allons procéder à un examen interne de nos procédures pendant l'arrêt de la production. Nous continuerons à coopérer avec les autorités de Santa Fe dans leur enquête et à offrir des services d'accompagnement psychologique pour les acteurs et l'équipe pendant cette période tragique.

La tragédie s'est produite jeudi après-midi, pendant le tournage d'une fusillade ayant commencé dans une église dont Baldwin devait sortir, selon les notes de production. Mais le conflit interne couvait depuis plusieurs jours déjà sur le plateau poussiéreux du Bonanza Creek Ranch.

Le tournage a commencé le 6 octobre et les membres du film ont déclaré qu'on leur avait promis que la production paierait leurs chambres d'hôtels à Santa Fe. Mais après le début du tournage, les équipes ont appris qu'elles devraient faire chaque jour un trajet de 80 km depuis Albuquerque, au lieu de passer la nuit dans la ville voisine de Santa Fe. Cela a irrité les membres de l'équipe, qui craignaient d'avoir un accident après avoir passé 12 à 13 heures sur le plateau.

Hutchins avait plaidé pour des conditions plus sûres pour son équipe, et était en larmes lorsque l'équipe de tournage est partie. L'un des travailleurs confie l'avoir entendu s'exprimer à ce sujet, disant : "J'ai l'impression de perdre mes meilleurs amis".

Baldwin, qui compte bien entendu continuer de "coopérer pleinement avec l'enquête de la police", est bouleversé par l'incident :

Il n'y a pas de mots pour exprimer mon choc et ma tristesse concernant l'accident tragique qui a coûté la vie à Halyna Hutchins, une épouse, une mère et une collègue profondément admirée.

Une erreur ?

Mots-Clés : RustAlec BaldwinarmetirTournageaccidentMortblesséwesternhalyna hutchinsjoel souzasanta feenquêtesécurité

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (11)

Par w33b, il y a 1 mois :

Ca doit pas être facile pour Baldwin, t'arrives pour un faire un film tranquille, tu repars avec une mort sur la conscience. Force à la famille de Hutchins

Répondre à ce commentaire

Par MIDORIJIN, il y a 1 mois (en réponse à w33b):

Je suis d'accords, mais il y a quelque chose qui m'interpelle, il est dit au tout début que baldwin est aussi bien acteur que "producteur".
En tant que tel, n'a t'il pas eu lui aussi les remontés sur les divers problèmes rencontrés et si oui, a t'il tenté quelque chose ou pas.
Absolument rien n'est dis de ce coté la.
Attention, je ne lui jette pas la pierre, mais je trouve que cela manque d'info sur ça.

Répondre à ce commentaire

Par Araquiel, il y a 1 mois (en réponse à MIDORIJIN):

Exacte, en tant que producteur, il est censé avoir la main mise sur toute la production et donc sur la sécurité et les armes.

Répondre à ce commentaire

Par Papy mougeot, il y a 1 mois (en réponse à Araquiel):

Bien sûr, et il s'assure aussi que personne ne resquille à la cafétéria et qu'il y a des petits pains aux graines de sésame.
Non il est producteur, donc il doit gérer le pognon. Il cherche les financements puis s'assure que c'est pas dépensé n'importe comment.
Ont ils cherché à réduire ces coûts en éliminant certaines contrôles ? J'en sais rien et ça impliquera forcément d'autre que lui.

Répondre à ce commentaire

Par Lola, il y a 1 mois (en réponse à MIDORIJIN):

Oui pour Baldwin le problème est bien là. En tant qu'acteur, ayant provoqué la mort accidentelle, il n'a pas été inquiété. Mais c'est en sa qualité de producteur qu'il pourrait être poursuivi, surtout si il y a eu des manques flagrants de sécurité, et des conditions de travail favorisant les risques.
Même si il s'agit d'un accident, il va falloir désigner des coupables, et un producteur est responsable du tournage.

Répondre à ce commentaire

Par Helgunn, il y a 1 mois (en réponse à MIDORIJIN):

trouver sur un autre article :
" Ce n’est pas la première fois que Halls serait impliqué dans un incident sur le plateau impliquant une arme à feu, selon les membres d’équipage qui ont travaillé avec lui dans le passé. Un producteur du film inédit “Freedom’s Path” a déclaré à ABC News que Halls avait été licencié de la production de 2019 après qu'”un membre de l’équipe a subi une blessure mineure et temporaire lorsqu’une arme à feu a été déchargée de manière inattendue”."

Et sinon, le rôle d'un producteur c'est juste de gérer les sous et en général ils sont plusieurs sur un seul film

Répondre à ce commentaire

Par MIDORIJIN, il y a 1 mois (en réponse à Helgunn):

Oui, j'ai vu la news aujourd'hui.

Par contre, désolé, mais un producteur, c'est loin d'être juste la pour le pognon.

Répondre à ce commentaire

Par Pascal ALEVEK, il y a 1 mois :

Après recoupement de différents articles, je m'aperçois qu'il ne s'agit pas véritablement d'armes factices mais de vraies armes sauf qu'elles sont chargées avec des balles à blanc ce qui évidemment change tout en matière de sécurité. Si on utilise de vraies armes même des répliques d'armes anciennes, il est alors très facile d'oublier une vraie cartouche ou d'en placer une intentionnellement de surcroit dans un pays ou les armes et les munitions circulent librement.

Répondre à ce commentaire

Par Dobermann, il y a 1 mois :

Putain la base avec les armes à feu... Ce pays est vraiment la honte dans ce domaine... Ils continuent de traiter ça comme des jouets... Mais ce ne sont pas des jouets !

Tu devrais avoir au moins 1 armurier sur les films, ca devrait être obligatoire pour avoir le droit de tourner avec des armes, car non ce NE SONT PAS DES ARMES factices, une arme factice a son canon bouché, et de vraies balles ne passe ni dans le chargeur ni dans le barillet, ce sont des balles a blanc toutes petites dites PAK.

Avec une personne qui s'occupe des armes (entretien, vérification) il aurait tiré a vide au sol ou sur une cible dédiée, s'assurant que l'arme est vide, canon pas bouché avec quoi que ce soit, et chargé lui même les balles à blanc.

Et on utilise jamais la même arme pour les plans où on charge de vraies balles et ceux où on tire, c'est la base !

Y'a trois mots d'ordre avec les armes: SECURITE, SECURITE et SECURITE !

Répondre à ce commentaire

Par abcd, il y a 1 mois :

"Mais l'assistant "ne savait pas qu'il y avait des vraies balles dans l'arme factice"".

Hein ?

Répondre à ce commentaire

Par AG, il y a 1 mois :

La chose la plus 'utile' que l'on apprenait au service militaire, c'était de transporter et transmettre à une personne toujours une arme 'culasse ouverte' (on disait aussi 'cassée' ).
Aucun accident possible.


A noter par tous les 'cow-boys' présents ou futurs du monde entier.


A.G

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.