Rechercher Annuler

11 bizarreries de la langue française qui rendent fous les étrangers (et les français)

De Gaetan Desrois - Posté le 26 mai 2022 à 13h18 dans Insolite

Langue de Victor Hugo et de Molière, de Michel Audiard et de Louis de Funès, de Georges Brassens et de Léo Ferré, de Franquin et de Goscinny, le français est admiré par tout le monde. Toutefois, beaucoup trouvent qu'elle est une des langues les plus difficiles à apprendre. Et les étrangers ne sont pas les seuls à le penser ; des personnes, dont c'est la langue maternelle, sont du même avis. La faute à des bizarreries et des subtilités vraiment très particulières. 

1/ Un alphabet qui n'a aucun sens 

Cela peut paraître un peu étrange présenté comme cela, compte tenu du fait que nous employons notre alphabet tous les jours de notre vie. Toutefois, il faut se faire à l'idée... notre alphabet n'a aucun sens, et pour une raison très simple. Il corrompt l'idée même d'alphabet. Explication. Le principe d'un alphabet pourrait être résumé de la façon suivante : un signe (une lettre) = un son. Pourtant, en français, l'équation suivante est valable : un son = deux signes (un digramme), trois signes (un trigramme), quand ce n'est pas quatre ou cinq signes.  

Une caractéristique qui étonne énormément les étrangers, chez qui bien souvent, un signe = un son, comme en espagnol, dans les langues turcophones, le japonais, le coréen, le portugais, etc. Si cette bizarrerie n'est pas exclusive au français (l'anglais est aussi concerné, dans une moindre mesure), elle peut poser d'énormes difficultés. Mais d'où vient cette bizarrerie ? Tout simplement parce que nous utilisons un alphabet (l'alphabet latin) créé pour une autre langue que la nôtre : la langue latine. 

2/ Des mots masculins qui deviennent féminins au pluriel 

Qui a déjà donné un cours de Français Langue Étrangère sait combien certains locuteurs étrangers ont du mal avec les masculins et les féminins. Mais cette dimension devient plus difficile encore quand on prend en compte que certains mots masculins deviennent féminins quand ils sont employés au pluriel. Ces mots sont au nombres de trois : amours, délices et orgues. Ainsi, quand Serge Gainsbourg chante "Jour après jour les amours mortes / N'en finissent pas de mourir" dans La Chanson de Prévert, il ne fait pas une faute de grammaire. On pourrait aussi évoquer ces mots qui n'ont, bizarrement, aucun genre défini, comme "après-midi", "H.L.M." ou "enzyme". 

3/ Des mots qui veulent dire une chose et son contraire 

Il existe des mots en français qui veulent dire une chose et son contraire. Ainsi, louer un appartement est l'action à la fois du locataire et du propriétaire ; un hôte est à la fois celui qui reçoit et celui qui est invité ; apprendre signifie "acquérir du savoir, des compétences", mais peut également être le synonyme du verbe enseigner. 

4/ Conduire ou piloter ? 

On conduit une voiture, on conduit un bus, on conduit un camion, on conduit un train et on pilote un avion. Très bien. Alors pourquoi dit-on "pilote de Formule 1" ? Quelle est la différence entre conduire et piloter ? La vitesse ? La taille du véhicule ? 

5/ Une lettre utilisée que dans un seul mot

Et oui, vous avez bien lu : il est existe une lettre qui est utilisée dans un seul de mot. Il s'agit du ù, utilisé uniquement dans le pronom relatif (et adverbe de lieu) . Et pourtant, malgré le fait qu'elle soit utilisée que dans un seul mot, elle a sa propre touche sur notre clavier d'ordinateur, alors que le â, ê ou le ë n'en ont pas de dédiée, alors qu'elles sont utilisées dans plus de mots. 

6/ Les nombres après 60

Notre système de nombre donne des sueurs froides aux personnes étrangères apprenant le français. Il faut dire que le français de France ne leur facilite pas la tâche, contrairement au français belge, et leurs célèbres septante (pour 70) et nonante (pour 90). Et oui, le français de France commence par un système décimal (10, 20, 30, 40, 50), puis passe subitement à un système vicésimal (60-70, 80-90), en allant de 20 en 20.

D'où vient ce changement de système ? Et bien il faut savoir qu'au Moyen-Âge, sous l'influence des langues pré-indo-européennes parlées tout le long de la Route de la Soie, nous utilisions un système uniquement vicésimal. Ainsi, pour dire 30, on disait "vingt et dix", pour 40 "deux vingt", pour 50 "deux vingt et dix", pour 60 "trois vingt", pour 70 "trois vingt et dix", et ainsi deux suite. Nous avons commencé à utiliser le système décimal qu'à partir de la fin du Moyen-Âge. Ainsi, nous utilisons aujourd'hui, sans nous en rendre compte, un système hybride. 

7/ Les règles d'orthographe des nombres

Parce que notre système hybride mélangeant le décimal et le vicésimal ne suffisait pas, nos nombres ont un tas de règles un peu compliquées. Par exemple, on écrit : 

  • Cent 
  • Deux cents 
  • Deux cent trois 
  • Deux cent quatre-vingts 
  • Deux cent quatre-vingt-deux. 

De même, alors que cent prend un s au pluriel (sauf s'il est suivi d'un nombre, vous suivez), mille se paye le luxe d'être invariable, et ne prend donc jamais de s. 

8/ L'accord du participe passé 

On se souvient tous de la règle que l'on nous a répétée tout au long de notre scolarité : le participe passé s'accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet en présence de l'auxiliaire être. Exemple : Il est tombé. Elle est tombée. Ils sont tombés. Elles sont tombées. 

On se souvient aussi (pour la plupart), que le participe passé ne s'accorde jamais en présence de l'auxiliaire avoir, sauf si le C.O.D. est placé avant l'auxiliaire. Exemple : "Tu as lu les livres que je t'ai prêtés ?" (Ici, le premier participe, lu, n'est pas accordé, parce que le C.O.D., les livres que je t'ai prêtés, est placé après l'auxiliaire, et le second participe, prêtés, prend un s, puisque le C.O.D., les livres, est placé avant l'auxiliaire avoir. Vous suivez ?) 

Bon. Maintenant, et si on vous disait que le participe passé des verbes pronominaux (donc avec l'auxiliaire être) s'accorde exactement de la même façon que les participes passés avec l'auxiliaire avoir ? Par exemple : "Elle s'est lavée." ; "Elle s'est lavé les mains." Elle s'est lavé quoi ? Les mains. Le C.O.D. est placé après l'auxiliaire, donc je n'accorde pas.

Mais les choses se compliquent quand on prend en compte que certains participes passés de verbes pronominaux sont invariables, et ne s'accordent donc pas : se plaire, se complaire, se sourire, se succéder, se ressembler, se nuire... Tout simplement parce que ce sont des verbes qui n'admettent pas de C.O.D., et uniquement des C.O.I. Qui a dit que le français était une facile ? 

9/ Ces expressions qui ne veulent rien dire

Et oui, si chacun comprendra le sens d'expressions telles que "Donner de la confiture à des cochons" ou "Noyer le poisson", d'autres expressions sont plus difficiles à comprendre, pour qui est attaché à une certaine forme de logique. Par exemple, l'expression "Avoir des yeux de lynx" pour évoquer une "excellente vue". Problème : les lynx ont une mauvaise vue. Nous nous trompons avec cette expression. L'expression originale, c'est "Avoir des yeux de Lyncée", ce dernier étant un personnage de la mythologie grecque connu pour avoir une si bonne vue qu'il pouvait voir à travers les cieux, le brouillard ou même un mur. 

À l'inverse, on peine à comprendre des mots-composés et des expressions, qui en vérité ont plus de sens qu'il n'y paraît. Ainsi, le mot chauve-souris pour désigner l'animal totem de Batman. Comment ça, c'est pas une souris chauve ? Et bien non, chauve-souris vient du latin calvas sorices, qui signifie "chouette souris".

10 / Une conjugaison affreusement complexe 

C'est un secret pour personne, mais le français a une conjugaison extrêmement complexe, à l'instar des langues romanes (c'est à dire, les langues héritées du latin). Ainsi, en français, on a 23 temps verbaux : l'infinitif présent (manger), l'infinitif passé (avoir mangé), le présent de l'indicatif (je mange, nous mangeons), le passé composé (j'ai mangé, nous avons mangé), l'imparfait (je mangeais, nous mangions), le plus-que-parfait (j'avais mangé, nous avions mangé), le passé simple (je mangeai, nous mangeâmes), le passé antérieur (j'eus mangé, nous eûmes mangé), le futur simple (je mangerai, nous mangerons), le futur antérieur (j'aurai mangé, nous aurons mangé), le présent du subjonctif (que je mange, que nous mangions), le subjonctif passé (que j'aie mangé, que nous ayons mangé), l'imparfait du subjonctif (que je mangeasse, que nous mangeassions), le plus-que-parfait du subjonctif (que j'eusse mangé, que nous eussions mangé), le conditionnel présent (je mangerais, nous mangerions), le conditionnel passé premier ordre (j'aurais mangé, nous aurions mangé), le conditionnel passé second ordre (j'eusse mangé, nous eussions mangé), l'impératif présent (mange, mangeons), l'impératif passé (aie mangé, ayons mangé), le participe présent (mangeant), le participe passé (mangé), le gérondif présent (en mangeant), le gérondif passé (en ayant mangé). 

À cela, alors que les français eux-mêmes ne connaissent pas tous l'intégralité des temps et des modes verbaux, il faut ajouter la concordance des temps, véritable calvaire que la plupart ignorent tout simplement. Quand on prend en considération que certaines langues, dont le mandarin, parlé par plus d'un milliard de locuteurs, ne possèdent pas de conjugaison, on se dit que la langue française doit être un véritable chemin de croix pour ceux qui tentent de l'apprendre. Et on comprend pourquoi l'anglais, qui possède une conjugaison bien plus simplifiée, est beaucoup plus appréciée...

11 / Les adjectifs de couleur

Depuis que nous sommes en primaire, on sait qu'on accorde l'adjectif en genre (féminin, masculin) et en nombre (singulier, pluriel) avec le nom auquel il se rapporte. Par exemple : un petit garçon, une petite fille, les petits oiseaux. Les couleurs existant sous la forme d'adjectifs, on se dit que c'est facile de les accorder : un chat blanc, une oie blanche, une jument noire, une souris grise. Bien, très bien. Sauf que non : certaines couleurs ne s'accordent pas, et sont invariables. Ce sont les adjectifs de couleurs dérivés de noms, tels que marron, orange, argent, indigo ou turquoise. Ainsi, on n'écrit pas : "J'ai mis des chaussettes oranges.", mais "J'ai mis des chaussettes orange." On n'écrit pas : "Il a yeux marrons." mais "Il a les yeux marron.

Mais comme la langue française ADORE les exceptions, il existe des adjectifs de couleurs dérivés de noms qui s'accordent : violet, mauve, rose et pourpre. Par exemple : "Elle a mis des chaussettes roses et violettes." Ah, et il faut également noter que les adjectifs de couleurs composés sont, quant à eux, invariables. Par exemple : bleu-vert, rouge-brun, etc. 

Si cet article vous a plu, alors on préparera une partie 2 pour une prochaine fois. En attendant, n'hésitez pas à nous dire dans les commentaires les règles de français que vous trouvez bizarres ou atroces. Vous pouvez aussi jeter un oeil à ces illustrations hilarantes qui vous permettront de faire moins de fautes d'orthographe !

Une erreur ?

Mots-Clés : grammaireorthographelangue conjugaisonbizarreFrancefrançais

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (29)

Par Old Yoda, il y a 2 mois :

C'est pour ça que c'est la plus belle langue du monde <3

Répondre à ce commentaire

Par hiloe, il y a 2 mois (en réponse à Old Yoda):

la plus subtile en tout cas

Répondre à ce commentaire

Par Papy mougeot, il y a 2 mois (en réponse à Old Yoda):

Et qu'on a droit aux commentaires les plus moches sur Internet tant cette langue se fait massacrer par pas mal.

Au passage,
tu as diT
tu as faiT, etc.

arrêtez de mettre de s partout;

Répondre à ce commentaire

Par davr, il y a 2 mois (en réponse à Papy mougeot):

Raconte pas ta vie.

Répondre à ce commentaire

Par JackoJack, il y a 2 mois (en réponse à Old Yoda):

Ou la plus con du monde c une question de point de vue.

Répondre à ce commentaire

Par Orus, il y a 2 mois :

Puis il y a les québécois, et dans une moindre mesure certains Suisses, qui ont beau parler la même langue que nous, parfois on les comprends pas.

Répondre à ce commentaire

Par MIDORIJIN, il y a 2 mois :

C'est bien beau un article sur les subtilités et illogismes de la langue française, mais il aurait été mieux, pour un tel article, de faire un maximum d'effort et d'éviter les fautes, les mots manquants et autres...
La, ça fait le donneur de leçon qui passe pour une quiche.

Répondre à ce commentaire

Par Matila, il y a 2 mois :

Merci de me rappeler ces règles

Répondre à ce commentaire

Par Scemo06, il y a 2 mois :

On comprend mieux pourquoi les petits français ont de moins bons résultats aux évaluations PISA que certains pays où les règles d'orthographe et de grammaire sont plus faciles avec peu d'exceptions...

Répondre à ce commentaire

Par Maria, il y a 2 mois (en réponse à Scemo06):

Les petits français sont aussi nuls dans le classement mondial en maths, pourtant c'est une discipline universelle.
Alors est ce que nos enfants sont plus cons que les autres ou, est ce qu'on a un problème d'enseignement en France ?
Tant que nos profs seront plus préoccupés par se qu'ils vont faire durant leur 16 semaines de vacances annuelles que par l'éducation de nos enfants ça ne risque pas de s'améliorer.
J'ai un BAC+5 et pendant mes presque 20 ans passé dans le système scolaire et des dizaines de profs j'en ai croisé seulement 3 de vraiment passionné et passionnant.
Donc le problème n'est pas que nos enfants sont plus idiots que les autres mais que l'on a un des systèmes éducatifs les plus mauvais et des profs, quand ils ne sont pas en grève, les plus branleurs du monde.
On a malheureusement l'éducation que l'on subit.

Répondre à ce commentaire

Par DarthPA, il y a 2 mois (en réponse à Maria):

Bonjour,

Je suis d'accord avec vous sur beaucoup de points, mais il y en a un que vous n'avez pas soulevé.

Il y a un problème sur le nom du ministère. Le ministère de l'Education. A mon sens, l'Education est le rôle des parents, pas des enseignants. Ils sont là pour enseigner, transmettre un savoir, instruire mais pas éduquer.

Et il ne faut pas oublier la déshérence de certains parents qui sont bien contents de ne pas s'occuper des enfants sous prétexte qu'ils considèrent que c'est le rôle des enseignants.

Répondre à ce commentaire

Par Iznobad, il y a 2 mois :

Bonjour
Je pense avoir vu une erreur dans votre article.
"Elle a mis des chaussettes roses et violettes" veut dire qu'elle a mis des chaussettes roses et aussi des chaussettes violettes, ce qui n'est pas courant.
En revanche, pour signifier qu'elle a mis des chaussettes avec du rose et du violet, on dira qu'elle a mis "des chaussettes roses et violet".
Cf les maillots rouge et noir des joueurs du Stade rennais.

Répondre à ce commentaire

Par Iznobad, il y a 2 mois (en réponse à Iznobad):

Bonjour
Je pense avoir vu une erreur dans votre article.
"Elle a mis des chaussettes roses et violettes" veut dire qu'elle a mis des chaussettes roses et aussi des chaussettes violettes, ce qui n'est pas courant.
En revanche, pour signifier qu'elle a mis des chaussettes avec du rose et du violet, on dira qu'elle a mis "des chaussettes rose et violet".
Cf les maillots rouge et noir des joueurs du Stade rennais.

Répondre à ce commentaire

Par Corinne cardon, il y a 2 mois :

Toutes ces difficultés d'ortographe font partie de cette belle langue que grand nombre d'étrangers dominent à la perfection. Et des français aussi!! Des règles ça s'apprend, c'est tout!! Comme le code de la route!!!! Je suis prof de FLE et les enseigne depuis 40 ans et on en rigole bien avec les élèves!!!!

Répondre à ce commentaire

Par Suzanne, il y a 2 mois (en réponse à Corinne cardon):

Ha, notez qu’il faut écrire les “Français” - encore une difficulté, lettre majuscule pour le peuple, et l’auteur de l’article a fait la même erreur.

Répondre à ce commentaire

Par Vic, il y a 2 mois :

Merci en avance pour la deuxième partie de cet article.

Répondre à ce commentaire

Par Lulu, il y a 2 mois :

Très bon article, bien illustré par les nombreuses fautes dans le corps de l'article qui explique combien cette langue est difficile.

Répondre à ce commentaire

Par Sib, il y a 2 mois :

Avec la langue française, on est éternellement étudiant.Plus on avance en âge plus on n'oublie ses règles.

Répondre à ce commentaire

Par Lilas, il y a 2 mois :

Je n'ai pas encore compris cette règle avec : elle s'est lavée (ok)
Mais elle s'est lavé les mains ??
Pourquoi é ?

Répondre à ce commentaire

Par Certes, il y a 2 mois (en réponse à Lilas):

Bonjour.
Elle s'est lavée.
Elle a lavé quoi ? Elle-même. C'est une tournure réfléchie et c'est une femme, donc ée.

Elle s'est lavé les mains.
Elle a lavé quoi ? Ses mains, pas elle-même. Ce n'est plus une tournure réfléchie. Donc pas d'accord.

Répondre à ce commentaire

Par Franck, il y a 2 mois :

Bonjour,
Pour la deuxième manche pourquoi ne pas mentionner l'accord de l'adjectif aucun qui n'est logiquement jamais au pluriel sauf pour les noms toujours au pluriel. Aucune cérémonie, aucunes funerailles

Répondre à ce commentaire

Par OnMyCloyd, il y a 2 mois :

En France, on n'aime pas quand c'est simple. Il n'y a qu'à regarder notre administration avec ses procédures et ses lois bourrées d'exceptions.

Répondre à ce commentaire

Par Pascal, il y a 2 mois :

Très intéressant

Répondre à ce commentaire

Par Olinita, il y a 2 mois :

Un article très éclairant sur un bon nombre d'écueils sur lesquels on peut buter en écrivant en français. Ce qui m'a un peu étonnée par contre, c'est l'existence d'un gérondif passé. Je n'ai jamais vu ce terme dans les grammaires françaises. Il s'agirait plutôt d'un "participe présent composé" (évent. "participe passé composé") qui n'est jamais composé avec la préposition "en" comme c'est le cas du gérondif. Ce "en" ne serait qu'un simple pronom (en ayant mangé veut dire "ayant mangé du fromage", par exemple)...

Répondre à ce commentaire

Par Monkey Man, il y a 2 mois :

Je dis peut-être une bêtise, mais vous auriez aussi pu mentionner "gens", masculin quand l'adjectif est placé après, féminin quand il est placé avant.

Répondre à ce commentaire

Par Phitoul, il y a 2 mois :

En effet les incohérences sont légion !
Arrêt mais arête
Inclus mais exclu
Relais mais délai
Temps mais champ
Homard mais calamar
Négligent mais exigeant
Énumérer mais rémunérer
Aéroport mais aréopage
Hormis mais parmi

Etc.

Répondre à ce commentaire

Par Jiyu, il y a 2 mois :

La seule langue qui possède des exceptions pour des exceptions... Vraiment unique à s'arracher les cheveux en cours d'expression

Répondre à ce commentaire

Par Frédéric, il y a 2 mois :

Dans un ascenseur, on dit je vais au second s'il n'y a que deux étages, mais je vais au deuxième s'il y en a au moins trois. C'est agaçant.

Répondre à ce commentaire

Par Irene, il y a 2 mois :

A mon avis votre langue est bien logique. C'est l'esprit cartésien ! Il n'y a pas beaucoup d'exeptions. Si on connaît les règles, tout est clair. J'adore le français !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.