Rechercher Annuler

Manga : cette pratique honteuse met en grand danger les éditeurs français

De Lucas Mollard - Posté le 3 février 2024 à 13h46 dans Mangas/Comics

Plusieurs éditeurs de mangas français appellent à ce que les fans et les lecteurs francophones se calment. Dans une longue enquête BFMTV, nous pouvons lire avec horreur les conditions de travail des différents Community Manager et des personnes chargées des relations presses en lien direct avec le public, et comment ils doivent jongler avec inefficacité contre la haine en ligne.

Manga : la haine s'accentue contre les éditeurs français

Cette semaine, nos confrères de BFMTV ont révélé une enquête sur les difficultés que connaissent actuellement les représentants des différentes maisons d'éditions de manga en France, et sur les difficultés à les réguler. Entre deux menaces de morts, les maisons d'éditions comme Pika, Glénat, Delcourt, Kurokawa, Kana ou Mangestu doivent faire face à une augmentation majeure de la haine en ligne contre leur image et contre leurs employés, la première ligne de front de ce phénomène honteux. Selon Matthieu Pinon, auteur de Manga, que d'histoires! et interrogé par nos confrères, la haine en ligne dans le monde du manga a connu un énorme pic d'activité depuis 2019, notamment à cause "de la forte segmentation des fans de mangas. Plus une communauté sera petite sur les réseaux sociaux, plus elle voudra montrer qu'elle s'y connaît mieux que les éditeurs et ainsi lui faire la leçon."

Glénat manga france

Ainsi, dans l'enquête, nous pouvons lire plusieurs messages insultants et méprisants directement adressés aux éditeurs eux-mêmes, et parfois aux employés des maisons d'éditions. Certains appellent à brûler les maisons d'éditions, d'autres les jugent misogynes, féminazies, wokes, racistes, à côté de la plaque ou inutiles, le tout enrobé d'un florilège d'insultes diverses et variées. À l'origine de ces menaces, des choix controversés de traduction française, d'adaptations de mangas ou par exemple des acquisitions/pertes de certains droits. On peut ainsi citer la controverse "Dent-de-chien" dans la communauté One Piece après ce choix de nom pour le personnage de Katakuri, reprenant le nom français de son inspiration de la plante Erythonium Dens-canis. L'article cite également la sortie de Tokyo Revengers à l'origine de certaines violences suites à des choix jugés inexacts dans la traduction du jargon utilisé dans le manga. Notons également certaines raisons inconnues du public pouvant mener à des incompréhensions, comme les cahiers des charges des éditeurs japonais, dominants sur le marché et en capacité d'imposer leurs conditions, obligeant les Français à s'y plier.

Dent de chien One Piece

 

Haine en ligne : des réponses inefficaces

Certains Community Manager et attachés de presse et chargés de communication racontent avoir reçu des images de kalachnikov via un message privé sur X (Twitter) et des gifs de personnes décapitées, avec l'expéditeur faisant clairement le lien entre ladite personne étêtée et l'employé directement, incitant que c'était ce qui allait arriver lorsqu'ils viendraient sur leur stand durant les prochaines conventions. Des messages qui n'auraient aucun impact s'ils étaient véritablement isolés, mais qui s'accumulent de plus en plus, au point d'inquiéter réellement les sociétés sur les possibles réponses à la fois juridiques, mais aussi sociales afin de protéger les employés chargés de la communication en première ligne de ces problèmes. Des études menées depuis 2020 s'intéressent justement à ce phénomène et estiment que la haine en ligne est responsable d'une large majorité du turn over des Community Managers.

Tokyo Revengers

Hélas pour les éditeurs, les réponses sont pour l'instant légères. L'anonymat protège en grande partie les agresseurs et rend fragiles les employés qui peuvent être victimes de fuite de leur identité en ligne. Des mesures judiciaires existent mais elles sont lentes et encore inadaptées en France afin d'endiguer le phénomène. En interne, les employés sont prévenus des risques. Ils sont invités à sécuriser leurs comptes privés et à ne jamais faire de lien avec la maison d'édition. Cela impose même des choix dans leurs stratégies de communication. Par exemple, Pika a interdit de parler de Rokudenashi Blues (Racailles Blues en français) sur X, mais l'autorise sur Instagram et Facebook, des réseaux moins sensibles à la haine en ligne. Satako Inaba, directrice éditoriale chez Glénat Manga précise également qu'il ne faut pas diaboliser les réseaux sociaux pour autant ni couper totalement le dialogue, car les réseaux sociaux ont tendance à s'autoréguler avec d'autres personnes venant tempérer leurs propos. Elles ont aussi souvent tendance à se calmer et s'adoucir dès qu'on leur répond.

Racaille Blues manga

Une erreur ?

Mots-Clés : mangaFranceOne Piececommunity manageremploitravailTokyo Revengers

Lucas, journaliste de formation et de métier et grand amateur de jeux de stratégie, RTS et autres jeux de cartes. Rôliste dans l'âme au dé 20 capricieux. La joie de vivre et le jambon, c'est ça le secret du bonheur.

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (6)

Par Madame Irma, il y a 3 mois :

Les communautés Shonen ont toujours été réputées cancereuses. Plus t'aime un truc et plus tu vas détester le changer dessus, les réseaux sociaux n'ont rien changé

Répondre à ce commentaire

Par Mal2, il y a 2 mois (en réponse à Madame Irma):

Hmmmm viser le Shonen est bien réducteur, c'est le genre qui s'est democratisé en France plus vite que les autres si je ne me trompe pas. Grâce aux dessins animes. (Je peux me tromper hein). Mais il ne faut pas croire que c'est les plus toxique, regardez les messages de haine que certain(e)s envoient quand un couple se forme ou se brise dans certaines histoires...

Répondre à ce commentaire

Par Hasam, il y a 3 mois :

Ramene pas ta science, t'en sais rien connasse!

Répondre à ce commentaire

Par Lulzlesnoob, il y a 3 mois :

Il faut avouer qu'en France, vouloir tout traduire n'a aucun sens
Ca a toujours eu un effet négatif, et c'est pour ça que les scan en ligne de fantrad sont réputés comme étant mieux traduits
Pareil pour les anime, ADN ils ont des traductions plus que douteuses sur pas mal d'épisodes, en voilà un exemple :
Zoro et d'autres courent pour échapper à un gaz toxique, il dit donc de courir/s'enfuir/se dépêcher, mais ils ont traduit ça par "cassos"
Ca n'a aucun rapport avec la situation, ça ne colle pas au personnage, et c'est surtout pas la bonne traduction

Donc si on arrête de vouloir tout traduire ça ira mieux aux yeux des fans

Répondre à ce commentaire

Par Reda, il y a 2 mois :

Parfois la traduction est nulle ! Les scantrad font un job meilleur et ce gratuitement ! Employez ces gens les editeurs !
Quand tu t appels pierre , tu l es aussi en coree , au maroc , en Australie ou en bresil ! Pourquoi avoir changé le nom de katakuri ?? C’est d un ridicule !
Ca montre juste que les editeurs et les traducteurs s en foutent ! Limitent ils font traduire par google traduction ! Ils montrent qu ils ne donnent pas une importance au travail qu ils rendent.

Répondre à ce commentaire

Par Lars, il y a 2 mois :

Encore une fois, on remarquera que le problème vient de X (feu Twitter). Tu prends une énorme communauté réputée pour être cancer, tu y extrait le fond de raclure de bidet (ceux qui utilisent Twitter). Tu obtiens forcément ce genre de choses.

T'es pas content de la traduction ? N'achètes pas et contente toi des scans ou de la version originale (Comme ça tu pourras faire ton Chad à faire croire que tu es fils du soleil levant domo)

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.