La sexualisation des femmes dans les jeux vidéo n'impacte pas l'image de la femme

De Clémounet Auteur - Posté le 26 juillet 2019 à 11h18 dans Cinéma
1,4kréaction !
34 commentaires

La sexualisation de la femme dans les jeux vidéo existe depuis très longtemps. L'exemple parfait c'est Lara Croft qui est encore aujourd'hui un fantasme pour de nombreux joueurs. Une sexualisation qui a déjà été décriée par des associations féministes, mais qui n'aurait finalement pas d'impact sur l'image de la femme. C'est en tout cas le résultat d'une étude menée par l'American Psychological Assocation qui explique que tout comme les jeux vidéo violents, la sexualisation de la femme n'a pas d’impact dans la vie réelle.

Les jeux vidéo sont souvent ciblés pour expliquer des problèmes de société. On connait de nombreuses histoires impliquant des jeunes qui ont réalisé des tueries de masse et dont le passage à l'acte est justifié par une pratique excessive des jeux vidéos. Bien entendu tout cela est faux et de nombreuses études ont démontré qu'il n'y a pas de corrélation entre la violence dans les jeux vidéo et la violence chez les jeunes. Pour la sexualisation de la femme, c'est la même chose. De nombreuses associations féministes et pour l'égalité des droits des femmes dénoncent la sexualisation de la femme à outrance dans les jeux vidéo et l'impact de celle-ci sur l'image de la femme dans la société et le fait d'être bien dans son corps. Pourtant, comme pour la violence, il n'y a pas de corrélation. C'est en tout cas la conclusion d'une récente étude.

Selon l'American Psychological Association, la sexualisation dans les jeux vidéo n'augmente pas l'insatisfaction corporelle, ni l'agressivité envers les autres femmes. Pour réaliser cette étude, ils ont fait jouer 100 femmes à deux jeux Tomb Raider, avec une héroïne plus ou moins sexualisée. Dans l'un d'eux, Lara était habillée d'un bas de bikini et une combinaison en néoprène à manches longues, ce qui a pour effet de souligner sa taille, ses hanches et ses seins. Dans l'autre, elle portait un pantalon et un débardeur qui met moins en valeur. Au final les femmes n'ont pas été choquées par un personnage sexualisé. Quand elles ont joué, à aucun moment le fait d'avoir une Lara Croft sexy ne leur a donné le sentiment d'avoir honte de leur corps.

"Ces résultats indiquent, du moins pour les jeux vidéo, que l'exposition des femmes sexualisées peut ne pas avoir d'impact sur les joueuses. Les participantes ont identifié la protagoniste du jeu vidéo comme étant un personnage fictif et celui-ci ne reflète pas la réalité du corps de la femme"

L'un des auteurs de cette étude n'est autre que le chercheur Chris Ferguson qui était déjà à l'origine d'une étude sur la corrélation entre la violence et les jeux vidéos. En 2012 il déclarait :

"En tant que chercheur sur la violence dans les jeux vidéo et ayant effectué des recherches sur les homicides de masse, permettez-moi de dire avec une grande force : rien ne prouve que les jeux vidéo ou d’autres médias contribuent, même modestement, à des homicides de masse ou à toute autre violence."

Bref vous l'aurez compris, la sexualisation de la femme dans les jeux vidéo n'a pas d'impact sur l'image de la femme et le manque de confiance des femmes envers leur corps.

Une erreur ?

Mots-Clés : jeux vidéosexualisationfemmeEtudeChris FergusonAmerican Psychological Association

Source(s) : KotakuReserchGate

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (34)

Par Barnabé, il y a 1 an :

Angelina Jolie je la baise !

Répondre à ce commentaire

Par Anarion, il y a 1 an (en réponse à Barnabé):

Non tu aimerais bien, mais elle ne voudras jamais de toi.

Répondre à ce commentaire

Par AtiLoik, il y a 1 an :

Une autre étude qui aurait pu être intéressante à faire:
Prendre 100 joueurs masculins, en faire jouer une moitié avec une Lara sexualisée et l'autre moitié avec la Lara moins sexualisée, puis inverser les rôles et voir avec quelle version ils ont préférés jouer (en jouant dans les même niveaux).

Répondre à ce commentaire

Par TonkeyKong, il y a 1 an (en réponse à AtiLoik):

qu'elle aie des gros boobs ou en ayant une anatomie "normale"
si elle foire un saut, qu'importe la Lara jouée, elle crève
si elle rate les ennemis, elle crève

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 1 an (en réponse à AtiLoik):

T'as pas compris le but de l'article, le but c'est de voir ou non si les femmes se sentent mal en jouant un personnage "hypersexualisé" si tant est que ça ait un sens, si c'était une femme de 130kg en bikini, personne ne dirait qu'elle est hypersexualisé.
Le féminisme d'aujourd'hui préconise de diminuer voire interdire TOUTE représentation d'une femme qui ferait se sentir moche/inconfortable toutes les autres. L'exemple le plus parlant est celui des gridgirls en F1 ou des hôtesses de podium sur les grands tour cycliste par exemple, ou les associations font pression parce que les moches se sentent mal de regarder des belles femmes, et si en plus ça peut emmerder le beauf devant sa télé, ça fait coup double.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 1 an (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Oui n'oubliez pas que les féministes sortent directement des enfers pour arracher tout ce qui ressemble de près ou de loin à une couille...

Bon une fois qu'on a dépassé les exagération débile qui pue l'ignorance et la caricature, on peut se tourner vers le fait objectif que l'image idéalisée et irréaliste de la femme parfaite qui est imposer par divers média aux yeux de nos filles et de nos sœurs cause du mal-êtres chez ces dernières.

Tout ceux qui me lise ont une connaissance qui a subit des troubles alimentaire ou pire qui en subit encore.

Chacun devrait prendre le temps de s'intéresser la Théorie de l'objectivation :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27objectivation

Répondre à ce commentaire

Par ???, il y a 1 an (en réponse à Murge):

"Nos filles et nos soeurs"

Stp nous mets pas dans le même panier , on viens pas tous d'une famille de fragile ou de moche qui chiale parce que la meuf dans la pub de parfum elle est bonne.

Répondre à ce commentaire

Par theliss, il y a 1 an (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Alors, en tant que femme, voir de jolies femmes, sur un podium ou ailleurs, ça ne me dérange pas, si elles sont là parce qu'elles ont gagné par contre. Parce que sinon, voir des potiches qui servent à rien ou qui servent de peau de chamois sur des voitures, ça oui, ça me dérange.

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 1 an (en réponse à theliss):

Ca te dérange peut être, mais ça fait vendre. Ca s'appelle la loi du marché, les constructeurs ont vite compris que mettre des Femmes et des voitures ensemble en "vitrine" de stand, décuple les ventes, notamment parce que l'achat de ces voitures est principalement fait par une population masculine, c'est peut être stupide, mais le capitalisme n'a pas de règle.
Et de toute façon, si les gens qui se sentent mal vis à vis de leur corps quand ils se comparent aux autres, il existe des psychologues, des salles de sports ou autres thérapeutes pour aider à passer les névroses, personne n'est otage du contenu proposé par quelqu'un, ah mais j'oubliais on vit dans une dictature moraliste victimaire, mais on doit pas le dire.

Répondre à ce commentaire

Par hoche, il y a 1 an (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Je serais curieux d'avoir l'avis des féministes qui gueule que mettre en avant des jolie filles pour le coté esthétique pousse les moches à se sentir mal dans leur peau sur l'autre versant de la chose, le fait que les hommes présent dans les films, les jeux ou les pubs ne sont jamais des obèses moche avec les cheveux gras (sauf quand, comme pour les filles, ça permet de jouer sur le coté comique de la chose).

Parce que globalement, ce qu'on reproche quand ça touche les femmes est exactement la même chose chose pour les hommes, quand on utilise l'image d'un homme on joue sur les canons de beauté.

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre Interstellar en 4 leçons, il y a 1 an (en réponse à hoche):

Le bon sens n'existe pas dans les associations victimaires.

Répondre à ce commentaire

Par Murge, il y a 1 an (en réponse à hoche):

Et bien figures toi que l'objectivation et l'auto-objectivation est un phénomène qui touche aussi la gent masculine.

Je te renvois vers cet article :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27objectivation

Répondre à ce commentaire

Par Terance, il y a 1 an via l'application Hitek (en réponse à Comprendre Interstellar en 4 leçons):

Il me semble que l'hypersexualisation est critiquée non pas parce que cela pourrait complexer certaines mais surtout parce que de nombreux jeux vidéo, marques et autre se servent du corps de la femme pour augmenter leurs chiffres, tel un produit marketing. Cette attitude pouvant encourager d'autres mentalités (notamment masculine) à considérer la femme comme un objet. Pour cette raison je pense que cette étude aurait eu plus d'impact sur un public masculin pour vérifier si le fait de jouer un personnage feminin sexualisé apporterait ce genre de pensée.

Répondre à ce commentaire

Par Terance, il y a 1 an via l'application Hitek (en réponse à Terance):

L'hypersexualisation aurait aussi pour défaut d'encourager les mentalités à voir la femme par son physique avant ses qualités morales et intellectuelles. C'est effectivement intéressant d'avoir une étude qui pourrait vérifier cette théorie mais en l'occurrence je pense que l'étude de cet article n'est pas suffisant pour affirmer que la sexualisation des femmes dans les jeux n'aurait aucun impact.

Répondre à ce commentaire

Par Bellus, il y a 1 an via l'application Hitek (en réponse à AtiLoik):

Ça dépendra plus du Game play et de savoir si c’est un jeu qui est plus intéressant la première fois lors de la découverte ou la seconde fois une fois que l’on maitrise le Game play.

Répondre à ce commentaire

Par Braly, il y a 1 an :

Montrez surtout pas ça à notre très chère Anita, elle va nous faire un arrêt cardiaque et ça risquerai de relancer Feminist Frequency

Répondre à ce commentaire

Par Tsuchimi, il y a 1 an :

Quoi ?
Mais... C'est une blague cette étude ?

Ils pensent vraiment que faire jouer "100 joueuses" et voir si au bout du compte, elles se sont sentis mal vis à vis de leur corps, suffit à pouvoir conclure que "la sexualisation dans les jeux vidéo n'augmente pas l'insatisfaction corporelle, ni l'agressivité envers les autres femmes" ? Avec un échantillon aussi faible et genre un questionnaire à la fin de leur ressenti ?

A la limite, montrer que ça n'impact pas la confiance qu'ont les femmes vis à vis de leur corps, ok (quant bien même ce soit complètement faux, des témoignages de femmes qui ne se sentent pas bien dans leur corps à cause de l'image de la femme montrée dans la société, t'en as à la pelle. Cette remarque vaut aussi pour les hommes d'ailleurs), mais que ça n'impact pas "l'image de la femme en général", y a un gouffre énorme. C'est pas sérieux tout ça !

Répondre à ce commentaire

Par Captain, il y a 1 an (en réponse à Tsuchimi):

Les jeux vidéo sont un produit culturel dont le but principal est de rapporter de l'argent. Et oui on vit dans un monde capitaliste.

La majeure partie du marketing utilise la sexualisation de la femme comme vecteur d'attrait et d’intérêt quelque soit le produit en se calquant sur les canons défini par la mode (ou approchant), en utilisant un biais bien connu : une jolie femme donne un valeur supplémentaire fictive au produit, effet multiplié si il s'agit d'un produit concernant la beauté ou la confiance en soin pour les produits adressés à ces dames.

Les jeux vidéos étant eux aussi des produits ne font pas exception à cette logique commerciale.

On peut en critiquer l'aspect éthique ou moral, et bcp le font avec plus ou moins de recul et de rationalité. Mais intrinsèquement, à moins de changer le capitalisme, c'est pas pour demain. Car oui une jolie fille fait factuellement plus vendre qu'un gros boudin. Que ça vous choque ou non, ceux à qui ça rapporte s'en contre-foutent allègrement.

Après, bien que je soutienne l'égalité des droits des femmes, faut quand même pas non plus sombrer dans la pseudo-empathie décérébrée imposée qu'attendent beaucoup des défenseurs les plus integristes, cherchant surtout de l'attention (l'effet twitter...).

Parce qu'il ne faut pas mélanger les différences de droits entre les hommes et les femmes, le manque de respect de la femme dans de nombreuses cultures (dont la notre), celle qui en joue énormément, et l'hystérisation d'un débat qui dessert la cause qu'il est sensé défendre.

Beaucoup de femmes acceptent et vivent très bien leur différence à l'écart des canons de beauté du monde de la pub sans avoir à crié au complot du patriarcat, et beaucoup d'entre elles n'ont ni besoin ni envie qu'on les victimise systématiquement dès qu'un SJW hystérique hurle à la transgression.

Répondre à ce commentaire

Par Tsuchimi, il y a 1 an (en réponse à Captain):

"Le sexe fait vendre, c'est le capitalisme", merci captain obvious. Vous pensez sincèrement nous apprendre quelque chose ? Ou convaincre qui que ce soit ? D'autant que ce n'est pas complètement vrai, des jeux qui ont fait un tabac sans passer par de la sexualisation à outrance, y en a un bon paquet (les derniers Tomb Raider, pour ne citer qu'eux).

On parlait pas de logique capitaliste à la base, mais d'une étude pourrie qui ne démontre rien du tout.

Pourquoi vouloir systématiquement ramener ça au féminisme, aux SJW et aux hystériques ? C'est une obsession cette histoire, dès que ça parle d'objectivation de la femme, hop, faut forcément que ces termes reviennent. A croire que sinon, on a raté notre débat.

Ici, rien de bien complexe, le commentaire du dessus qui reprend une des conclusions de l'étude le résume assez bien :

"Living in a culture that perpetuates the idea that some female body types are more valid or beautiful than others does impact how positively women feel about themselves"

Au delà des SJW, c'est un peu problématique quand même, non ? Tu peux en avoir rien à foutre, ça reste une réalité.

Répondre à ce commentaire

Par Pris, il y a 1 an via l'application Hitek (en réponse à Tsuchimi):

Ce n'est pas parceque des jeux on eu du succès sans femme sexualisées que la présence de celles ci n'augmente pas les ventes ou l'intérêt du public. Il n'a jamais dit qu'il devait y avoir des femmes sexualisées pour faire vendre, il a dit qu'en avoir fait vendre PLUS. Si tu comprenais ce que les gens disent avant de vouloir argumenter..

Répondre à ce commentaire

Par Tsuchimi, il y a 1 an (en réponse à Pris):

Vous ne faites que jouez sur les mots et ne répondez pas directement. C'est un classique chez vous, un bon moyen de noyer le poisson quand on a pas les connaissances suffisantes pour faire un échange à peu près convenable.

En parlant de mec qui ne comprend rien, coucou Verk, on se retrouve ! :)

Ce que j'ai tenté de vous faire comprendre, c'est que ne considérer ce genre débat qu'avec une grille de lecture sur le capitalisme, c'est complètement stérile. Qu'en gros, on s'en fout. C'est de la sociologie et psychologie plus qu'autre chose. On fait pas une étude de marché, essayez de suivre un peu.

Répondre à ce commentaire

Par Dartha, il y a 1 an (en réponse à Tsuchimi):

"Les derniers tomb raiders ne sont pas sexualisés", mais bien sûr. De toute façon, c'est trop tard pour la sale image des sjw. Ils ne pourront plus jamais s'en débarrasser. Ce sont les nazis du 21e siècle :-).

Répondre à ce commentaire

Par Wasteak, il y a 1 an :

Que cette etude soit recevable ou non, ce que l'on voit à la télé salis bien plus l'image de la femme que les jeux videos.

Répondre à ce commentaire

Par burnout293, il y a 1 an (en réponse à Wasteak):

plus je sais pas mais "Autant" je suis d'accord. De toute façon c'est pas le support qu'est concerné mais les auteurs des histoires.
Et de toute façon le cinéma est bien trop vieux et défendu aujourd'hui. Le domaine en lui même est "incriticable" contrairement aux JV qui reste vu par encore beaucoup trop de monde comme un divertissement hérétique pour enfant.

Répondre à ce commentaire

Par burnout293, il y a 1 an :

Je comprend pas en quoi c'est mauvais que Lara Croft soit "sexualisée", donc qu'elle ai des courbes prononcées et pousse parfois des cris un peu bizarres.
Les hommes c'est pareils, on incarne toujours le trentenaire musclé et barbu

Répondre à ce commentaire

Par Ayetèque, il y a 1 an via l'application Hitek (en réponse à burnout293):

Voilà, ça c'est court et constructif. Merci ! Si un mec tout sec, rachitique joue à un jeu où le personnage principal est hyper virile, musclé comme pas permis et super badass, c'est pas pour ça qu'il se sentira mal dans sa peau.

Répondre à ce commentaire

Par Hwoot, il y a 1 an :

Ouais mais non, étude bidon aux résultats non recevables. Qu'il s'agisse de jeux video, de télé ou qu'importe le support (oui oui, même les livres), de sexualisation de femmes ou d'homme, il est plutôt question d'une banalisation sur le long terme, avec le facteur de première exposition (à partir de quel âge le sujet a été exposé).

Là c'est comme si on faisait fumer une unique clope à 100 personnes, qu'on vérifiait ensuite si ces même personnes avaient le cancer et qu'on déclarait fièrement "Personne n'est malade, tout va bien, la clope n'est pas responsable".

Et puis paye ta taille d'échantillon aussi.

Répondre à ce commentaire

Par Youja, il y a 1 an via l'application Hitek :

Faudrait que l’humain se recentre sur l’essentiel...

Répondre à ce commentaire

Par burnout293, il y a 1 an (en réponse à Youja):

La bouffe ?

Répondre à ce commentaire

Par Krigan, il y a 1 an (en réponse à burnout293):

"Le gras, c'est la vie", a dit un jour un grand homme.

Répondre à ce commentaire

Par Morfay, il y a 1 an :

Auteur de cet article, disons le franchement je vais te tutoyer "Clémounet".

Où as-tu mis ton bon sens, bordel? Ton étude sort de nulle part, on sait même pas la retrouver et, comble du malaise, en voulant la retrouver sur le site de l'APA, j'en ai trouvé une autre qui disait franchement que "Les jeux-vidéos sexistes ont une corrélation évidente avec le sexisme des jouer(se)s".
(J'suis pas un connard, voici le lien : https://psycnet.apa.org/buy/2012-12921-001?fbclid=IwAR2GTwAsCQP1nIjudE_Z4LDCb8PwyruJ1KxpD8dJe02itkW4V-ikLQykkqs
Et le moyen de le lire : https://sci-hub.tw/ )

Comment bon sang, COMMENT tu peux te permettre d'écrire, kikoo et rieur "non les mecs, tout va bien : aucune femme n'a été blessée dans son égo pendant le jeu. Vous pouvez reprendre les branlettes peinards!"? T'avais pas besoin de justifier ça en postant un article, tu pouvais aussi simplement NE RIEN DIRE et éviter de dire n'importe quoi. Si tu crois que t'as fait preuve d'une belle action pour la sérénité de tout le monde sur le sexisme dans les JV, t'as juste merdé dans les grandes largeurs. T'aurais pu te renseigner ouais, tiens tu peux même le faire pour la prochaine fois!

Après, si en ton âme et conscience tu décides de t'enfoncer dans un déni aussi profond que décadent, alors je t'en prie : tu peux aller fièrement crier sur tout les toits "Je suis un macho" (gros con passe aussi remarque) et même le signer dans tes articles. Au moins comme ça, ton public est averti et ne boit pas tes paroles aussi sensées qu'une pute en combi de ski au mois d'août.

Réfléchis, t'es un auteur. A toi de choisir de dire de la merde distribuable à grande échelle, ou de donner des arguments de qualité. Et si la vérité c'est qu'il n'y a pas de problème à sexualiser des femmes pour peu que ce soit 1) argumenté correctement 2) une réalité, bah là tu seras écouté. En attendant, tu passes pour un beauf auprès des gens qui ont plus de 100 de QI, pour un enculé auprès des gens un peu renseignés sur le sujet et pour un sauveur quelconque auprès de gens qui, de toute façon, veulent croire que le sexisme est un problème de féminisme.

Encore une fois, à toi de choisir si tu veux passer pour un couillon

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test realme X50 Pro, un smartphone 5G qui veut faire bouger le haut de gamme : fiche technique, prix et date de sortie

Realme X50 Pro

Il y a 1 mois

Test : l'Asus ROG Zephyrus G14, un PC portable Gaming compact avec une RTX 2060 : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ROG Zephyrus G14

Il y a 3 mois

OnePlus 8 Pro, le nouveau smartphone 5G avec écran 120 Hz : fiche technique, prix et date de sortie.

OnePlus 8 Pro

Il y a 3 mois