Rechercher Annuler

Ghibli : avant Hayao Miyazaki, ce réalisateur devait réaliser Le Château Ambulant avant de démissionner

De Alix Odorico - Posté le 18 juin 2022 à 16h25 dans Cinéma

Le Château Ambulant est l'une des œuvres majeures du maestro Hayao Miyazaki, au même titre que Princesse Mononoké ou Le Voyage de Chihiro. Pourtant, ce n'était pas lui qui, à l'origine, devait être aux manettes du film sorti en 2004.

Le Château Ambulant, chef d’œuvre d'Hayao Miyazaki

La neuvième réalisation d'Hayao Miyazaki, Le Château Ambulant, sort en 2004, et fait suite à ce qui représente certainement les deux meilleurs films du cinéaste japonais : Princesse Mononoké en 1997, et Le Voyage de Chihiro en 2001. Un film qui débarque donc alors que Miyazaki est au sommet de son art. Le challenge est donc relevé.

Pourtant, le réalisateur parvient encore à surprendre son monde, avec un univers cohérent, et une animation fluide. Si les thème abordés dans le film ont déjà été vus auparavant (guerre, transformation, amour, mélange de fantasy et de réalité), l'histoire est prenante, les personnages attachants, et les paysages splendides. Néanmoins ce chef d’œuvre devait au départ être réalisé par un jeune cinéaste talentueux : Mamoru Hosoda

Le successeur de Miyazaki

La Traversée du temps, Summer Wars, Les Enfants Loups, Ame & Yuki, Le Garçon et la Bête, Miraï, ma petite soeur, tous ces films à succès de l'animation japonaise appartiennent tous au même réalisateur : Mamoru Hosoda.

Considéré comme le digne successeur du maître Hayao Miyazaki, Mamoru Hosoda, 54 ans, s'est peu à peu fait un nom dans le milieu du cinéma d'animation. Une patte artistique reconnaissable mêlant nature, poésie, rapport au temps, et à la famille, mais aussi celui aux animaux, ces derniers étant omniprésents dans ses films (des thèmes similaires à ceux dépeints par Miyazaki). C'est ce qui explique en partie son admiration pour lui et son studio emblématique : le Studio Ghibli.

Hommage en un ouvrage

Un talent démontré au fil du temps qui valait bien un ouvrage. "Tout l'art de Mamoru Hosoda", sorti hier, soit le 17 juin, rend hommage à l’artiste, à travers des interviews exclusives, des centaines d’images inédites, des croquis préparatoires, des story-boards, etc. Le livre explique comment Hosoda a réalisé ses films, et plonge le spectateur dans les coulisses de ces derniers.

L'auteur se nomme Charles Solomon, critique d'animation et historien. Il est également l'auteur de Les princesses Disney, histoires et destinées des plus grandes héroïnes, La Belle et la Bête, l'histoire éternelle d'un chef-d’œuvre ainsi que Dans les coulisses de Disney : La Reine des Neiges.

une anecdote intéressante, et cruciale dans la carrière d'Hosoda

Au-delà du traitement des 8 films du réalisateur, le livre soulève une anecdote intéressante à son propos, et qui le lie à Hayao Miyazaki et le Studio Ghibli. Au début des années 2000, le célébrissime studio d'animation a proposé à Hosoda de travailler sur un projet d'envergure : être le réalisateur du Château Ambulant. Une aubaine pour Hosoda admiratif du studio. Malheureusement, les relations avec Hayao Miyazaki et Isao Takahata, ne se passent pas bien, les deux fondateurs de Ghibli n'ont, semblent-ils, pas la même vision artistique du film que le jeune cinéaste.

Se sentant limité dans ses choix, et restreint dans l'expression de son imagination et sa sensibilité, Hosoda décide de claquer la porte du studio pour se tourner vers la Toei Animation, avec laquelle il avait déjà été embauchée en 1991. Il laisse ainsi le Château Ambulant aux mains du maestro, pour le résultat qu'on lui connaît.

Renoncer au Château ambulant et retourner chez Toei fut une expérience assez pénible. Qu'un projet qui avait reçu un feu vert ne puisse pas aboutir était pour moi un échec énorme (...), mais une partie de moi avait toujours envie de faire du cinéma. Si un bus m'avait renversé le lendemain, j'aurais eu du mal à accepter de mourir sans avoir réalisé au moins un long-métrage", confie-t-il dans Tout l'art de Mamoru Hosoda.

Néanmoins, le réalisateur japonais de 54 ans se relèvera de son échec, et fondera par la suite, son propre studio, le Studio Chizu et exprimera enfin son talent avec des films comme Les Enfants Loups, Ame & Yuki (2012), Le Garçon et la Bête (2015), Miraï, ma petite soeur donc (2018), et dernièrement le film Belle (2021). Des films salués, nommés, et même pour certains primés : Miraï, ma petite sœur a été nommé à l'Oscar du meilleur film d'animation 2019, etLes Enfants loups a reçu le Prix Mainichi du meilleur film d'animation. Il n'en demeure pas moins que le cinéaste semble avoir la dent dure. En témoigne ce tacle sur Hayao Miyazaki qui avait créé la polémique.

Une erreur ?

Mots-Clés : animationcinéma d'animationJaponHayao MiyazakiMamoru HosodaGiblistudio ghiblifilmCinema

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (2)

Par Sid le Paresseux, il y a 2 semaines :

Le film aurait été moins bien s'il avait été réalisé par quelqu'un d'autre que Miyazaki

Répondre à ce commentaire

Par MIDORIJIN, il y a 2 semaines (en réponse à Sid le Paresseux):

Vu que l'on ne connais qu'une seul version, jamais on ne saura si sa aurai était mieux ou pas.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.