La capsule ORION embarque un processeur vieux de 12 ans

De Mickaël - 10 décembre 2014 à 16:26 dans Technologies

i_orion-1-kscvc-1-727987.JPG

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

La conquête spatiale est de nouveau à l'honneur avec l'atterrissage du robot Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, le 5 décembre pour être précis. La capsule ORION a effectué un tour de la planète en quatre heures et demi et est revenue indemne sur la Terre.

La mission d'ORION est d'ouvrir les portes aux prochaines missions spatiales qui emmèneront les hommes sur la Lune et sur Mars. En 2017 ou 2018, elle ira faire un tour autour de notre satellite puis un voyage habité sera organisé sur la Lune avant d'attaquer Mars en 2030.

Ce que l'on ne savait pas avant l'envoi de la capsule ORION autour de la Terre est qu'elle embarquait un processeur vieux de 12 ans et moins puissant que le smartphone que vous avez entre les mains. Étonnant non ?

Il ne s'agit en aucun cas d'une restriction budgétaire, mais plutôt d'une question de fiabilité selon les explications de Matt Lemke qui est chargé de la supervision d'une partie du projet de la NASA. En effet, l'ordinateur de bord a été conçu afin qu'il puisse résister aux conditions extrêmes du voyage, c'est-à-dire aux radiations, et aux G. D'ailleurs, il affirme que le processeur est bien moins rapide que ceux que l'on peut trouver sur le marché de l'informatique, mais il est résistant !

Le processeur d'ORION est un IBM PowerPC 750FX simple coeur sorti en 2002. Il était intégré dans le premier iBook de chez Apple ou l'AmigaOne XE avec une fréquence de 800 mégahertz.

Comme vous pouvez le voir, nous sommes bien loin des 2,7 GHz du Qualcomm Snapdragon 805 que l'on peut retrouver sur les derniers smartphones du moment. Néanmoins, il a très bien fait son travail en réussissant l'amerrissage d'ORION dans le Pacifique alors que la capsule est entrée à plus de 32 000 km/h dans l'atmosphère terrestre.

Découvrez la HitekBox

Mots-Clés : smartphoneNASAEspaceprocesseurOrion

Source(s) : ComputerWorld

Signaler une erreur dans l'article

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (11)

Par UnPetitBelge, il y a 5 ans via l'application Hitek :

Mais avec leur budget,ils auraient même pu prendre une carte graphique qui fasse tourner AC U *o*

Répondre à ce commentaire

Par enik, il y a 5 ans (en réponse à UnPetitBelge):

Je le tourne en ultra et pas besoin de travailler à la NASA... les gars consoles patientez encore un peu avant de le rallumer

Répondre à ce commentaire

Par Kyushen, il y a 5 ans :

Quand on vous dit que c'est pas la taille qui compte mais la façon dont on s'en sert!!!

Répondre à ce commentaire

Par Omega1n, il y a 5 ans (en réponse à Kyushen):

On se sent complexé ? ;)

Répondre à ce commentaire

Par yuropp, il y a 5 ans :

Et à l'époque, les directeurs informatiques de la Nasa comme de ses fournisseurs tentaient de faire disparaître le processeur qui allait servir à les payer à la fin du mois, en faisant le maximum pour interdire Apple.

Echec sur toute la ligne : non seulement Apple s'en est sorti, mais j'espère pour la Nasa qu'ils ont constitué des stocks de procs. Enfin, ils n'ont pas réussi à tuer l'activité "puces" d'IBM, c'est déjà ça.
Et dire qu'ils n'ont même pas été lourdés, tous ces nuisibles à leur boîte…

Répondre à ce commentaire

Par I.A., il y a 5 ans (en réponse à yuropp):

Immonde taré complotiste.

Répondre à ce commentaire

Par yuropp, il y a 5 ans (en réponse à I.A.):

ami des virus

Répondre à ce commentaire

Par Scr33tch, il y a 5 ans :

Bien, Hitek ! Vous connaissez l'AmigaOne, cela fait plaisir de voir d'aussi belles références !
Amiga Forever (MorphOS user) :)

Répondre à ce commentaire

Par Flype, il y a 5 ans :

D'ici 2030, je doute qu'un cpu de 28 ans d'age soit l'élu pour aller sur mars mais pourquoi pas. Les amigas tournent encore avec ce cpu, c'est increvable.

Répondre à ce commentaire

Par laurentA31, il y a 5 ans :

En effet, le Soleil, sans qui la vie n’existerait pas sur Terre, ne nous procure pas que des bienfaits. Il émet aussi des particules de très grande énergie, qui créent des rayonnements ionisants, surtout en haute altitude. Les satellites et les avions y sont donc particulièrement exposés. Or, ces rayonnements ont des effets délétères sur les systèmes électroniques : ils interagissent avec les circuits, créant un signal parasite qui perturbe le traitement des informations. Pire, certains rayonnements endommagent définitivement des composants de l’électronique de puissance.
Or avec la miniaturisation des composants, la sensibilité des circuits aux rayonnements s’accroît. C’est pour ces raisons que dans le domaine spatiale, il y a très souvent un décallage technologique entre les produits dit publique et l’électrique embarqué.
La problèmatique des rayonnements cosmiques est prise extrèmement au sérieux par les acteurs sur spatial. Dernièrement, un lancement vers la station internationale a été retardé à cause d’une éruption solaire trop critique

http://spacetravelfoundation.blogspot.cz/…

Répondre à ce commentaire

Par Le Guerrier Dragon, il y a 5 ans :

J'espère qu'il y a steam dessus

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Google Pixel 4 XL : le smartphone référence sous Android

Google Pixel 4 XL

Il y a 3 semaines

Test Xiaomi Mi 9T Pro, un smartphone haut de gamme sans concession : fiche technique, prix et date de sortie

Xiaomi Mi 9T Pro

Il y a 3 semaines

Test Asus ZenFone 6, le nouveau mobile haut de gamme avec caméra rotative : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ZenFone 6

Il y a 2 mois