La NASA partage une vision du ciel en rayons X

De LifeIsCool Auteur - Posté le 4 juin 2019 à 11h04 dans Science

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

C'est la première fois que l'humain met la main sur une carte aussi détaillée des sources énergétiques visibles dans le ciel. Bien qu'agréable à regarder, elle contient surtout des informations sur la composition des étoiles. Un sujet encore à creuser chez les astrophysiciens du monde entier.

Neutron Star Interior Composition Explorer

L'outil qui a permis de récupérer cette image a été lancé en 2013, pour une mission du programme Explorer dont l'objectif est l'étude interne des étoiles à neutrons grâce à un spectroscope installé sur l'appareil. Ce n'est qu'en 2017 qu'elle a rejoint la Station spatiale internationale.

Le Nicer (pour Neutron star Interior Composition Explorer) doit effectuer une mission primaire de 18 mois avec un potentiel prolongement de 6 mois selon les résultats. L'appareil peut mesurer le diamètre d'une étoile à neutron avec une précision de plus de 95%. Grâce à cette information, les astrophysiciens pourront préciser ou éliminer certaines hypothèses sur ces étoiles mortes.

Pour rappel, la méthode scientifique se fait principalement par élimination d'hypothèse. Lorsqu'une hypothèse est émise, l'objectif premier du scientifique ne va non pas être de la prouver, mais de la réfuter. Simplement parce que aujourd'hui, l'humain n'a pas suffisamment de connaissances sur l'univers pour connaître toutes les lois et contre-exemples qui vérifieraient ou non une hypothèse. La carte présentée par Nicer effectue ce travail.

L'origine de cette carte

Nicer a finalement travaillé pendant près de 22 mois pour récupérer les informations essentielles à la formation de l'image étoilée que la NASA nous a partagé. Pourtant, bien que l'image soit belle pour un néophyte, elle n'explique pas grand-chose en elle-même. En voici une description.
Les courbes visibles représentent les trajectoires des particules de haute énergie qui émettent en rayons X. Les points de jonction, plus forts, sont les astres les plus intenses de l'Univers : des noyaux actifs de galaxies formés par des trous noirs supermassifs. Ils créent des champs gravitationnels tellement intenses que la matière peut y atteindre presque la vitesse de la lumière. Pour finir, le fond brillant vient d'un ensemble de photons X superposés, dont on ne peut attribuer une source précise.

Maintenant que cette carte est partagée aux chercheurs du monde entier, il ne reste plus qu'à attendre pour que les découvertes qui en découlent apparaissent. Combien de temps ? Quelques semaines, mois, voire années, comme la vérification des volcans sur certains astéroïdes qui se fera en 2025.

Une erreur ?

Mots-Clés : NASAnicercarterayons xcielUnivers

Source(s) : Sciences et Avenir

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (5)

Par LifeIsCool, il y a 8 mois :

Perso j'ai qu'une hâte, c'est la construction de la station spatiale sur la Lune. Ça, ça va être un tournant pour le monde entier

Répondre à ce commentaire

Par sodogne, il y a 8 mois (en réponse à LifeIsCool):

Quelle serait la plus-value d'une station spatiale sur la Lune ?

Répondre à ce commentaire

Par Ano, il y a 8 mois (en réponse à sodogne):

Une pensanteur bien plus faible que sur Terre principalement. Ça ouvre la possibilité à des voyages spatiaux bien plus simplement qu'avec les fusées actuelles. On pourrait diminuer la nécessité de carburant, qui, pour rappel, est en grande partie cramé au décollage.

En termes de recherche scientifique, ça pourrais potentiellement offrir un poste d'observation suffisamment éloigné de la terre pour ne pas être pollué par son environnement. Un peu à la manière des télescopes spatiaux

Répondre à ce commentaire

Par sodogne, il y a 8 mois (en réponse à Ano):

Pour l'observation, j'y avais pensé mais les satellites font l'affaire.
Pour les voyages spatiaux, je me demande si c'est si intéressant que ça...
Je m'explique.

Pour l'instant : 1 lanceur au départ de la Terre avec une grosse quantité de carburant pour décoller + ce qu'il faut pour le voyage.

Au départ de la Lune : Il faut tout monter là-haut : carburant + pièces pour monter sur place la fusée donc je suppose plusieurs fusées pour acheminer tout ce brol sur la Lune.

Donc au final, je suis pas si sûr que ce soit si intéressant. A mon avis l'intérêt se trouve dans d'autres domaines

Répondre à ce commentaire

Par Ano, il y a 8 mois (en réponse à sodogne):

Ah mais on est d'accord sur le fait que ça sera pas quelque chose d'efficace d'ici l'année prochaine !

Mais je pense vraiment que c'est quelque chose qui se developpera, notamment avec les lanceurs reutilisable etc. Il est grandement possible qu'envoyer un lanceur de moyenne taille sur la Lune en pièce détaché revienne bien moins cher que de créer un lanceur surdimensionner depuis la terre.

A voir aussi avec ce qu'on sera capable de faire avec des imprimantes 3D.

Mais dans tous les cas, oui ce n'est pas quelque chose de viable, du moins à court, voir moyen terme.

Pour l'observation, je connais absolument pas les spécificités des satellites orbitaux, mais peut-être que ce serait plus simple d'en avoir un posé sur la terre ferme. Mais là j'ai pas mal de doute.

Mais effectivement, je suis sur qu'en creusant un peu on peut trouver des applications différentes à une base lunaire

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.