Rechercher Annuler

Les scientifiques viennent de découvrir une nouvelle source majeure d’émission de carbone

De Jordan - Posté le 30 septembre 2016 à 15h19 dans Science

Jusqu’à maintenant, les barrages hydroélectriques avaient une excellente réputation en tant que source d’énergie renouvelable et non-polluante. Sauf que, d’après des chercheurs de l’Université de Washington, ils libéreraient aux alentours de 100 mégatonnes de gaz à effets de serre (GES) par an. Soit plus que les émissions du Canada.

Depuis plus de quinze ans, les scientifiques s'intéressent à l’empreinte carbone de l’humanité en étudiant les réservoirs d’eau, utilisés pour la production d’électricité. Des chercheurs de l’Université de Washington en sont parvenus à une conclusion inquiétante qui sera publiée la semaine prochaine dans la revue Bioscience.

Un coupable : le méthane

Ainsi, d’après leur analyse, les réservoirs que nous utilisons seraient responsables de 1,3% de notre empreinte carbone globale. Bien plus que ce que les estimations le laissaient croire. Et le principal coupable n’est autre que le méthane !

"Nous savions que le méthane pouvait être assez important, mais nous avons été surpris de découvrir qu’il l’était à ce point" déclare Bridget Deemer, l’auteure principale de l’étude.

Le méthane est un gaz à effet de serre qui a un Potentiel de Réchauffement Global (PRG) équivalent à 84 sur une échelle de 20 ans par rapport au CO2. C'est-à-dire que sur deux décennies, chaque tonne de méthane équivaut à 84 tonnes de CO2. En effet, lorsque les sols riches en carbone sont inondés, ils entraînent avec les limons d’énormes quantités d’organismes vivants qui finissent enfouis lors de leur dépôt dans le réservoir. Ce sont ces organismes vivants qui respirent du CO2 et produisent du méthane.

Prendre en considération les émissions de GES des barrages

Les scientifiques ont donc observé des émissions de méthane 25% plus importantes que les estimations précédentes. Cela est inquiétant vu l’explosion des constructions de barrages dans le monde. Pas étonnant que les émissions de GES soient plus importantes dans les années suivant la construction d’un barrage donc.

Cette découverte soupçonnée depuis quelques années, mais fraîchement confirmée tombe à point nommé alors que les dirigeants de la planète tentent de ratifier le traité proposé lors de la COP21 visant à réduire l’effet de serre. La solution n’est pas de supprimer les réservoirs et barrages mais de prendre en considération leurs émissions de GES pour réduire notre empreinte carbone de façon plus intense dans d’autres domaines.

Une erreur ?

Source(s) : gizmodo.com

Mots-Clés : carboneeffet de serreméthaneréservoirsbarragesenvironnement

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (9)

Par vffg, il y a 6 ans :

ok

Répondre à ce commentaire

Par intello, il y a 6 ans :

c'est du grand n'importe quoi comme si l'eau générer des gaze polluant à lala la connerie sans nom de la propagande merdique des média.

Répondre à ce commentaire

Par lionek, il y a 6 ans (en réponse à intello):

L'eau n'a rien à voir mais la retenue de l'eau, oui. en effet, lorsque quelque chose tombe dedans elle se décompose, produisant des gaz et en général du méthane. Il arrive que ce gaz ne puisse pas s'évacuer ou en partie seulement. Ces une phénomène qui l'on observe dans le marais poitevin, il me semble et ailleurs, notamment en Russie où le permafrost est en train de dégeler. Revenons au marais poitevin, un coup de rame dans le fond fait remonter des bulles qui sont faites de méthane. Une allumette et la surface de l'eau brûle. Bref, on dirait que quoiqu'on fasse, on est foutu. On est bien trop de monde sur ce si petit caillou.

Répondre à ce commentaire

Par Un ours avec une mitrailleuse, il y a 6 ans :

Ma vie entière est remise en question.
Éolienne : plein de CO2 pour faire la dalle en béton qui la stabilise.
Barrage : plein de méthane (plus co2 pour le béton)

Répondre à ce commentaire

Par Guilhem, il y a 6 ans (en réponse à Un ours avec une mitrailleuse):

La vrai question est: "les machines produisant de l'énergie produisent-elles plus d'énergies que ce qu'il faut pour les construire, les mettre en place les entretenir et les recycler ?" Si oui, c'est viable dans le temps.

Répondre à ce commentaire

Par Un ours avec une mitrailleuse, il y a 6 ans (en réponse à Guilhem):

Un rendement supérieur à 100% n'existe pas.

Les pertes dues à un rendement en dessous de 100% sont généralement inexploitables ou inexploitée par l'homme, d'où le nom de pertes.

Chaque joule crée par l'homme demande de puiser ailleurs cette joule, plus les pertes du au rendement <100%.

Conclusion, quoi qu'on fasse, on ne peut remettre l'environnement à son état d'origine. On ne fait que transférer la matière et l’énergie d'un état à un autre. Rien n'est jamais perdu, mais tout ne sera plus exploitable.
C'est compliqué.

Répondre à ce commentaire

Par MrClap, il y a 6 ans via l'application Hitek :

Un jour peut-être un article sur la part majeure de l'élevage industriel dans la production des gaz à effet de serre ? Ou ça serait trop choquant ?

Répondre à ce commentaire

Par benouais, il y a 6 ans :

On est sur de l'impartialité des mecs ? je ne trouve pas des masses de sources sur l'équipe en charge du projet ...

Répondre à ce commentaire

Par Ahahahahaha, il y a 6 ans :

Mouai enfin bon... ce n'est que 1,5% de la pollutions mondiale ! Donc il rest 98,5% autre!

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.